L'Australie affirme son "ré-engagement" dans le Pacifique face aux ambitions chinoises

La lutte d'influence entre la Chine d'un côté, les Etats-Unis et l'Australie de l'autre ne cesse de s'intensifier. Nouvellement élu, le Premier ministre australien Anthony Albanese veut en priorité renouer ses liens avec les petits Etats de la région, sous peine de les voir basculer dans le giron de Pékin les uns après les autres.

4 mn

Le nouveau Premier ministre australien, Anthony Albanese veut renouer les liens avec les nations du Pacifique courtisées par la Chine.
Le nouveau Premier ministre australien, Anthony Albanese veut renouer les liens avec les nations du Pacifique courtisées par la Chine. (Crédits : STRINGER)

Plus discrète que l'affrontement armé entre la Russie et l'Ukraine en Europe, la lutte d'influence actuellement à l'œuvre dans le Pacifique n'en est pas moins décisive dans la définition des futurs équilibres mondiaux. Si les Etats-Unis et la Chine sont les principaux protagonistes, l'Australie entend bien avoir sa carte à jouer face aux ambitions de Pékin dans la région. Le nouveau gouvernement australien veut renouer un contact étroit avec les Etats océaniques, activement courtisés par le pouvoir chinois. Et il affirme que la réponse de ces derniers est largement positive.

Premier ministre depuis une semaine, le travailliste Anthony Albanese s'est exprimé sur Sky News ce dimanche pour déclarer que les nations du Pacifique avaient accueilli "très positivement" le "ré-engagement" de Canberra dans la région. Il a également reproché au précédent gouvernement australien d'avoir échoué dans la région, notamment pour son manque d'engagement et pour avoir réduit ses aides.

Lire aussi 4 mnPacifique : regain des tensions et des rivalités entre la Chine et les Etats-Unis

Environnement et école de guerre

Pour contrer les ambitions chinoises, Anthony Albanese joue la carte environnementale. "Pour nos voisins du Pacifique, la question du changement climatique est un problème de sécurité nationale", a-t-il ainsi déclaré. Il a souligné que son gouvernement entend s'engager davantage en matière de lutte contre le changement climatique, mais également accroître son aide.

Derrière l'aide sur le plan environnemental, Canberra souhaite aussi créer une école de formation à la défense dans le Pacifique afin de renforcer les liens entre les différentes armées et donc la coopération entre les Etats. Durant la récente campagne électorale pour les législatives, le parti travailliste d'Anthony Albanese avait précisé que cette école comprendrait des forces de Papouasie-Nouvelle-Guinée, des Fidji, des Tonga, du Timor Oriental, du Vanuatu et des Îles Salomon. Un projet accueilli "très positivement", selon le Premier ministre.

Déjà dans la semaine, Anthony Albanese avait renoué le contact avec la France, autre puissance à l'œuvre dans la région avec ses territoires ultramarins de Nouvelle-Calédonie, de Polynésie française et de Wallis-et-Futuna. Afin de tourner la page de la crise diplomatique provoquée par l'annulation unilatérale par son prédécesseur du contrat de sous-marins de la classe Attack signé avec Naval Group, le nouveau Premier ministre australien s'est entretenu avec Emmanuel Macron pour convenir "de rebâtir une relation bilatérale fondée sur la confiance et le respect pour surmonter ensemble les enjeux globaux, au premier rang desquels l'urgence climatique, et les défis stratégiques en Indopacifique", selon l'Elysée. Une feuille de route est en préparation pour "identifiier des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales".

Lire aussi 6 mnAmbitions dans le Pacifique : la Chine répond aux Etats-Unis faisant monter la tension d'un cran

 Pékin à la manœuvre

Ces déclarations d'intention de la part de Canberra interviennent au moment où Pékin mène une offensive de charme auprès des pays de la région. Le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi est ainsi aux îles Fidji pour rencontrer le dirigeant de cet archipel et des ministres des Affaires étrangères du Pacifique. Jouant lui aussi la carte environnementale, il s'est également entretenu avec le secrétaire général du Forum des îles du Pacifique, Henry Puna. Ce dernier a a salué "les engagements de la Chine en matière de changement climatique".

Arrivé jeudi, Wang Yi s'est rendu aux Kiribati, où il a signé dix protocoles d'accord portant sur le changement climatique et la coopération économique mais pas en matière de sécurité. Il est ensuite allé aux îles Samoa samedi, où il a conclu samedi un accord bilatéral en vue d'une "plus grande collaboration". Dans le cadre de cette tournée, il doit également se rendre aux Tonga, au Vanuatu et en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Le principal sujet de discussion est un vaste accord et un plan quinquennal soumis par Pékin afin de renforcer la coopération en matière économique et de sécurité avec ces nations insulaires. Selon l'AFP, qui en a obtenu une copie, ces projets ont été présentés à une dizaine de nations du Pacifique. Ils suscitent l'inquiétude du camp occidental, et tout particulièrement des Etats-Unis et de l'Australie, qui redoute que Pékin étende son influence dans la région, sur un plan économique et sécuritaire.

En avril, Pékin avait déjà signé un grand coup avec la signature d'un pacte de sécurité avec les îles Salomon, membres du Commonwealth, situés à 6.000 km des côtes chinoises mais à seulement 1.500 km de l'Australie. La nouvelle a provoqué un choc à Canberra, qui y voit un moyen pour Pékin d'installer une présence militaire dans la région.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 30/05/2022 à 17:56
Signaler
Bonjour, Ou la avant de jouer des gros bras , ils faut avoir un minimum de répondant.... Donc personnellement je renforcerait ma défense de tout cotée ....

à écrit le 30/05/2022 à 9:30
Signaler
Yabon le néo-colonialisme anglo-saxon en Asie... L'Australie se berce d'illusions si elle croit pouvoir casser les liens du communautarisme culturel asiatique le plus fermé au monde. Elle ferait mieux de renforcer ses liens avec l'occident pou...

à écrit le 30/05/2022 à 8:59
Signaler
Ils ont pas fini leur guerre en Russie qu'ils nous préparent une guerre dans le pacifique, ils veulent vraiment appauvrir le monde entier visiblement et tout ceci après deux années de fermeture de l'économie mondiale. Jusqu'où s'arrêteront ils ? Espé...

à écrit le 29/05/2022 à 17:40
Signaler
Bonjour, Certe se grand pays fait partie du bloc occidentale.... Mais , pays riche a faible population de ils sont en premier ligne devant la puissance chinoise.... Personnellement, je resterai discret et et je me renforcerait militairement.. For...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.