"L'économie américaine est proche du plein emploi" (vice-président de la Fed)

 |   |  524  mots
(Crédits : © Adrees Latif / Reuters)
Selon Stanley Fischer, le marché du travail reste solide aux Etats-Unis et la croissance devrait accélérer au deuxième semestre, laissant ainsi la porte ouverte à une hausse modérée des taux en fin d'année.

Le marché du travail reste solide aux Etats-Unis et la croissance devrait accélérer au deuxième semestre, a déclaré dimanche le vice-président de la Réserve fédérale (Fed) Stanley Fischer, laissant ainsi la porte ouverte à une hausse modérée des taux en fin d'année.

Augmentation de la consommation des ménages

"Je considère l'économie américaine proche du plein emploi avec encore un peu de marge d'amélioration", a-t-il dit lors d'une réunion du G30, un laboratoire d'idées de Washington qui regroupe des personnalités du monde de la finance et des universitaires, en marge de l'assemblée générale du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.

La session était fermée à la presse mais le texte de son discours a été rendu public par la Fed avant qu'il ne le prononce.

"Compte tenu des gains solides de l'emploi et du revenu des ménages et d'un moral des ménages au beau fixe, les dépenses de consommation devraient continuer de soutenir la croissance au deuxième semestre", ajoute-t-il.

La productivité inquiète

Il a toutefois noté que la productivité restait un sujet de préoccupation. "La productivité a reculé d'un 1/2 pourcent sur les quatre derniers trimestres et n'a augmenté que d'un 1/4 de pourcent par an en moyenne depuis 2011", a-t-il rappelé. "Si l'amélioration du marché de l'emploi a conduit à une augmentation des revenus des ménages ces dernières années, la clé de l'amélioration du niveau de vie réside dans un regain de la croissance de la productivité à des niveaux plus normaux de l'ordre de 1,5% par an", a estimé Stanley Fischer.

 Hausse des taux

Le vice-président de la Fed a prévu dimanche des hausses modérées des taux d'intérêt aux Etats-Unis à l'avenir,

"Des hausses graduelles des taux d'intérêt sur les fonds fédéraux seront sans doute suffisantes pour maintenir la politique monétaire à un niveau neutre dans les prochaines années", a-t-il estimé.

Les taux d'intérêt américains se situent actuellement, et depuis décembre dernier, entre 0,25 et 0,50% et le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) a décidé de ne pas les remonter lors de sa plus récente réunion en septembre.

"Compte tenu des perspectives plutôt favorables pour l'économie, certains pourraient se demander pourquoi nous n'avons pas augmenté les taux en septembre", s'est interrogé M. Fischer. "La décision a été difficile à prendre et ne reflète pas un manque de confiance dans l'économie", a-t-il toutefois assuré.

Il a rappelé que les prévisions moyennes actuelles des membres de la Fed (Dot plot) tablaient sur des fonds fédéraux à 1,1% à la fin 2017, 1,9% à la fin 2018 et 2,6% à la fin 2019.

"Mais, comme nous l'avons souligné déjà dans le passé, la politique monétaire n'est pas sur une trajectoire préétablie. Les perspectives économiques sont par définition incertaines et notre détermination de l'évolution appropriée des fonds fédéraux changera en fonction de l'évolution de l'économie et des risques", a-t-il souligné.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2016 à 11:23 :
elle est proche du plein sous-emploi.
a écrit le 10/10/2016 à 11:17 :
Il faut juste rappeler la définition du chômage au sens du BIT : si vous travaillez une heure dans la semaine et si vous n'avez pas de système d'allocation qui vous oblige à être demandeur d'emploi comme en France alors vous n'êtes pas au chômage...
a écrit le 10/10/2016 à 11:13 :
Ca va bien aux US? Alors ça va bien partout, puisqu'on assène partout les mêmes vérités. Vérités bidonnées, mensonges éhontés, propagande néo-libérale.
US, France, Allemagne, GB, Espagne, Italie...pour ces grands pays, les chiffres du chômage sont archi-faux, les taux de pauvreté, de précarités sous estimés...
Au fond du problème, c'est le capitalisme sous influence néo-libérale qui est en cause pour de nombreuses raisons mais dont l'effet actuel se traduit par une stagnation de l'économie, alors qu'on veut nous faire croire qu'elle est en expansion. Je crains toute fois que nous soyons plutôt déjà entrés en récession, ce qui présage des jours à venir difficile.Un signe: Les bruits de bottes sont de plus en plus audibles.
Réponse de le 10/10/2016 à 18:38 :
Il semblerait que ça soit des boots caterpillar colorado à 135 euros...
La bête immonde des travailleurs ! l'heure sombre du travail !!!

Terrifiant.
a écrit le 10/10/2016 à 9:51 :
En France , c'est un peu la même chose avec une petite nuance "L'économie Française est proche du plein pôle-emploi" (vice-président de l'humour matinal)".
a écrit le 10/10/2016 à 9:29 :
Si tout va si bien, on se demande alors pourquoi un candidat pronant la construction d un mur entre les US et le Mexique et denoncant les entrerprises parties a l etranger soit investi candidat republicain. C est un peu la meme chose en GB ou on nous dit que le chomage n a jamais ete aussi bas et qu ils ont la croissance la plus forte des pays du G7 mais qu une majorite vote pour sortir de l europe parce qu il y a trop de polonais chez eux, le signe effectivement que tout va bien
Réponse de le 10/10/2016 à 10:32 :
" une majorite vote pour sortir de l europe parce qu il y a trop de polonais chez eux,"

Vous interprétez à votre sauce les intentions de votes de millions d'électeurs anglais quand même là...

Vous pensez que vos obsessions sont légions ?
a écrit le 10/10/2016 à 9:12 :
Quand on mélange "cause" et "effet", on peut en sortir n'importe quelle conclusion et généralité! Rien ne vaux le fait de garder ses deux pieds sur terre et de se méfier de la virtualisation!
a écrit le 10/10/2016 à 9:02 :
C'est une information très inquiétante marquant un déni flagrant de la pauvreté par nos décideurs économiques et politiques, on veut sciemment oublier l'échec total de notre système, on parle de 90 millions de pauvres aux états unis ou en passe de l'être.

Mais l'union européenne fait pareil ainsi que la plupart des autres pays. La défaite du capitalisme est partout évidente mais en interprétant des chiffres en les multipliant par des statistiques et des sondages, en bidonnant l'ensemble donc, on nous fait croire que tout va bien.

Ce genre d'article n'est pas digne de vous à la tribune, vous savez prendre du recul sur ce genre de propagande surtout que les chiffres contradictoires sont pléthores du moins un titre aussi optimiste pour une situation économique aussi dramatique cela n'est franchement pas raisonnable.

Le plein emploi ? Cynique farce.
a écrit le 09/10/2016 à 20:54 :
Ce taux de plein emploi est dû essentiellement au remplacement des emplois à plein temps par des emplois à temps partiel.C'est pour cela que la "productivité" ralentit.

Ces pseudo-économistes américains(en réalité la nouvelle prêtraille au service des Etats pour prêcher la "bonne nouvelle" au peuple) divisent le PIB par la quantité totale de travail annuelle et appelle cela la productivité du travail.

Or le PIB= salaire + rente + intérêt + profit industriel+ profit commercial et le tout avant impôt.C'est à dire la nouvelle valeur ajoutée produite par an.Ensuite on doit savoir que, contrairement à ce que la prêtraille enseigne, toute la valeur ajoutée est produite par les travailleurs salariés et une partie est ensuite redistribuée sous forme de rente, profit, intérêt et impôts aux classes parasites(Pour la classe chômeuse, on doit l'entretenir puisqu'on l'exclue du système économique par la violence du chômage.Elle doit donc être indemnisée de cette violence quotidienne).Et donc lorsque le temps de travail moyen baisse(par suite des emplois à temps partiel) sans baisse du nombre de travailleurs(nous sommes proche du "plein emploi" dit la prêtraille), le PIB par travailleur c'est à dire la pseudo-productivité ralentit.

La vraie productivité est la capacité technique de production d'une entreprise, d'une branche, de l'ensemble des branches productives d'un pays avant la vente de la production, avant la transformation des produits en argent, par conséquent, avant que le PIB ne se réalise.Et cette productivité là, fruit du progrès de la technologie, croit et ne cesse de croître à grand V.

Les pseudo-économistes américains ne font que confondre ralentissement du PIB et ralentissement de la productivité.
Réponse de le 10/10/2016 à 11:22 :
On peut être d'accord avec ce que vous dites sauf sur un point : "toute la valeur ajoutée est produite par les travailleurs salariés". Non une grande part de la valeur ajoutée n'est produite par personne...et c'est bien là le problème.
a écrit le 09/10/2016 à 20:10 :
Les chiffres du chômage sont bons avec une erreur de 94 millions de personnes qui ne sont pas comptées comme sans emplois. Bref c'est une légère erreur.

C'est de la magouille de communication. Il faut bien regarder le nombre de personnes qui ont le droit aux timbres alimentaires. Il est encore supérieur à 2008.
C'est loin d'être une réussite dans la lutte contre la pauvreté et la misère.
a écrit le 09/10/2016 à 19:58 :
Tout va bien. Un pays qui ne croule pas non plus sous les dettes :)
a écrit le 09/10/2016 à 19:42 :
Malheureusement la propagande américaine continue, beaucoup ne s'inscrive pas au chômage parce qu'ils n'ont aucun droit une fois au chômage (pas de cotisation chomage obligatoire), le vrai taux de chômage américain est a 10 % !
a écrit le 09/10/2016 à 19:26 :
Le plein emploi à 11 ou 12 % au moins de chômage réel...
Hollande est battu dans le "ça va mieux" !
a écrit le 09/10/2016 à 18:47 :
ils se trompent sur tout depuis 2008, les marchés vont leur rappeler qui commande si ils osent lever le petit doigt (0,25 ou 0,5) en décembre.
a écrit le 09/10/2016 à 17:41 :
Le "Ca va mieux" version américaine.
Pas vraiment la réalité :
http://www.economiematin.fr/news-etats-unis-taux-chomage-travail

Vous devriez regarder le BLS de temps en temps :
http://data.bls.gov/timeseries/LNS11300000
a écrit le 09/10/2016 à 17:40 :
Combien d'américains aux "food stamps". ?????? il appelle cela le plein emploi.
a écrit le 09/10/2016 à 17:23 :
La FED devrait être supprimée

Organisation criminelle.
a écrit le 09/10/2016 à 17:10 :
Tout va très bien madame la marquise. Les chiffres de l'emploi de cet été sont faux et on été révisé à la baisse (de 250k création d'emploi à 50k... en pleine saison estivale dans un pays de 350+M d'habitants... aussi on note la "petite" marge d'erreur de 400%), les chiffres actuels le sont probablement également.
La consommation augmente... non juste non on a essayé de nous le faire avaler cet été, TOUS les indicateurs de la consommation US sont dans le rouge, le prix du fret (baltic dry index) est toujours dans ses plus bas historiques (en dessous de 1000..., la petite remontée étant essentiellement due au prix du pétrole qui est remonté aussi), toutes les entreprises de retail ont des reculs de CA (même Amazon! du jamais vu depuis... ben depuis qu'Amazon existe), etc...
Mais oh miracle le chiffre officiel est bon. Ils ont fait comment pour le cuisiner oublié de retrancher la remonté du prix du pétrole?
Les États-Unis actuels sont l'Union Soviétique d'hier...
Réponse de le 09/10/2016 à 18:57 :
La méthode pour fixer la croissance, les particularités pour définir si vous êtes un chômeur ou non etc...

Donc ce genre d'annonce... Un peu comme les chiffres anglais incluant la prostitution et la drogue ou les chiffres chinois ou encore Français bref...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :