L'économie chinoise est-elle en train de s'essouffler ?

Plusieurs indicateurs (consommation, production industrielle, exportations, demande pétrolière) font état d'un net infléchissement de l'activité du géant économique au mois de juillet, lié notamment à la hausse des contaminations au variant Delta dans certaines régions.

3 mn

La recrudescence de cas de contamination par le variant Delta pourrait peser sur l'activité des entreprises en Chine.
La recrudescence de cas de contamination par le variant Delta pourrait peser sur l'activité des entreprises en Chine. (Crédits : Reuters)

Le deuxième semestre ressemblera-t-il au premier pour l'économie chinoise. Rien n'est moins sûr. Les données mensuelles publiées ce lundi par le Bureau national des statistiques (BNS) font en effet état d'un production industrielle en juillet en progression de 6,4% sur un an, un rythme inférieur à celui de juin (+8,3%) et bien en-dessous du chiffre prévu (+7,8%).

Dans le même temps, la consommation des Chinois marque le pas. Les ventes au détail n'ont progressé que de 8,5% sur un an alors que les analystes anticipaient une hausse de 11,5% après +12,1% en juin. Il s'agit là de son plus faible rythme depuis le début de l'année.

Dégâts importants dus aux inondations

Dans son communiqué, le BNS fait valoir la dégradation de la situation sanitaire avec "la propagation de l'épidémie en Chine" pour expliquer le niveau de ces données. Préoccupées, les autorités ont en effet pris en juillet des mesures de confinement dans certaines régions et ont suspendu les activités des entreprises en raison d'une recrudescence des cas de Covid-19, dans sa variante Delta. Le BNS ajoute aussi les conséquences des dégâts importants causés par de spectaculaires inondations dans certaines provinces.

Si l'économie chinoise, la première qui avait été sévèrement touchée avec l'apparition de la pandémie mondiale, s'est relevée de l'impact initial du Covid-19 pour revenir à des niveaux pré-crise sanitaire, ce rebond semble s'être essoufflé. Car outre, le problème sanitaire, les entreprises doivent aussi composer avec des coûts de production plus élevés et des perturbations dans les chaînes d'approvisionnement.

Après une hausse de 12,7% sur le premier semestre par rapport à la même période de 2020, le rythme de la croissance du PIB pourrait donc bien ralentir en fin d'année. Pour le moment, la plupart des analystes tablent toujours sur une hausse supérieure à 6% en 2021, l'objectif que s'est fixé le gouvernement de Pékin.

Surprise des investisseurs

Déjà, en début de mois, l'analyse de l'indice manufacturier faisait état d'une baisse des exportations en juillet, qui reste un soutien majeur de la reprise de l'économie de la république populaire. L'indice des commandes à l'exportation s'affichait à 47,7% en juillet, soit un niveau plus bas encore qu'il y a un an.

Ces chiffres ont surpris les investisseurs qui craignent désormais une croissance mondiale plus faible, ce qui s'est traduit par un repli des marchés des actions à travers le monde ainsi que du marché du pétrole. "Les marchés jettent un regard méfiant sur l'évolution de la situation sanitaire en Chine", explique Jeffrey Halley, analyste de Oanda, cité par l'AFP. Ces données "alimentent l'inquiétude générale sur le ralentissement de la reprise" du deuxième consommateur et premier importateur de brut au monde, souligne-t-il.

Selon le dernier rapport mensuel de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la demande pétrolière de la Chine devrait atteindre 14,9 millions de barils par jour (mbj) en 2021 contre 13,7 mbj en 2020. Mais l'agence faisait part également d'un fléchissement des besoins pétroliers en juillet, notamment sur l'essence et le diesel mais aussi le kérosène.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 18/08/2021 à 9:01
Signaler
marotte de l'été? on reçoit tous les ans à la même date le même type d'info. "possible ralentissement de la Chine" mais si il y a des événements, la croissance artificielle de ce pays sera toujours à une échelle bien plus grande que la notre.

à écrit le 17/08/2021 à 18:56
Signaler
Si la Chine vous intéresse et si vous voulez mieux en connaître les réalités, il faut lire les quatre livres de Jean Tuan publiés chez C.L.C. Editions. Le premier "Mémoires chinoises" évoque la parcours de son père venu en France de Chine en 1929, le...

à écrit le 17/08/2021 à 13:01
Signaler
Rien de telles que de mauvaises statistiques économiques chinoises pour faire un passer un hair-cut aux investisseurs étrangers... Le PCC ne paiera donc pas pour ses erreurs à l'instar des fameux emprunts russes qui ont fait recette en France.

à écrit le 17/08/2021 à 11:18
Signaler
une première remarque 6.8% serait bien en Europe. 2 ème remarque analyse l économie chinoise avec des critères comptables européens est comme mesurer la température avec un débitmètre. a l coke de l économie dirigiste

à écrit le 17/08/2021 à 9:44
Signaler
Plus ça va et plus nous nous rendons compte que l'euphorie boursière actuelle repose sur autre chose que l'économie réelle.

à écrit le 17/08/2021 à 8:51
Signaler
S'il faut attendre de la Chine la croissance mondiale, c'est que nous n'avons toujours rien compris. Renforcer la Chine, c'est courir à notre perte.

à écrit le 17/08/2021 à 7:51
Signaler
Retour a l'envoyeur.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.