L'Ukraine veut préparer son entrée dans l'Otan

Le président ukrainien Petro Porochenko dit vouloir entamer les discussions pour l'entrée de Kiev dans l'Otan. L'organisation militaire avait accepté en 2008 que le pays devienne un jour l'un de ses membres.
Un soldat ukrainien, le 25 mai 2016, sur la place Saint-Pierre au Vatican.
Un soldat ukrainien, le 25 mai 2016, sur la place Saint-Pierre au Vatican. (Crédits : Reuters/Alessandro Bianchi)

C'est officiel. L'Ukraine va commencer à discuter avec l'Otan d'un plan d'action lui permettant d'adhérer à l'organisation de défense. Le pays souhaite lancer des réformes pour se mettre aux normes de l'Otan d'ici à 2020, a annoncé lundi le président ukrainien Petro Porochenko à Kiev.

"L'Ukraine a clairement défini son avenir politique et son avenir dans la sphère de la sécurité", a déclaré le président ukrainien aux journalistes. "Aujourd'hui, nous avons montré que nous voulons entamer une discussion sur un programme d'adhésion et nos propositions pour cette discussion ont été acceptées avec plaisir".

Un plan officiel d'adhésion de l'Ukraine à l'Otan obligera le pays à atteindre certains objectifs en matière de réformes politiques, économiques et dans le domaine de la défense. Des comptes rendus montrant les progrès devront être fournis chaque année. En désaccord avec son voisin russe - l'Est ukrainien est toujours en proie à une insurrection soutenue par Moscou - l'Ukraine a adopté en juin une loi faisant de son adhésion à l'Otan un objectif prioritaire en matière de politique étrangère. L'Otan a, pour sa part, accepté en 2008 que l'Ukraine devienne un jour l'un de ses membres.

L'Otan se dit "solidaire" avec l'Ukraine

S'exprimant aux côtés du président, le secrétaire général de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord, Jens Stoltenberg a témoigné la "solidarité" du groupe pour l'Ukraine. "La Russie a continué ses actions agressives contre l'Ukraine, mais l'Otan et les alliés de l'Otan soutiennent l'Ukraine et sont de votre côté", a-t-il assuré. Le secrétaire général a ensuite appelé la Russie à "retirer ses milliers de soldats d'Ukraine et [à] arrêter de soutenir les rebelles". Ce qui n'a pas manqué de faire réagir le Kremlin.

Le porte-parole du gouvernement russe, Dmitri Peskov, a déclaré ce lundi que la Russie n'avait aucune troupe militaire en Ukraine, selon Reuters. L'entrée de l'Ukraine dans l'Otan ne permettrait pas d'assurer la stabilité et la sécurité en Europe, toujours selon le Kremlin. La rencontre Porochenko-Stoltenberg intervient au lendemain d'une visite du secrétaire d'Etat américain à Kiev. Rex Tillerson a estimé qu'il revenait à la Russie de faire le premier pas pour ramener la paix dans l'est de l'Ukraine.

(Avec agences)