Ukraine, Syrie, propagande : Macron veut imposer des lignes rouges à Poutine

Les présidents russe et français ont tenté de réchauffer leurs relations lors d’une rencontre à Versailles durant laquelle le président français s’est montré intransigeant, fustigeant au passage les organes de propagande russes, Sputnik et Russia Today, et leur rôle pendant la présidentielle française. Un article de notre partenaire Euractiv.
L'invitation lancée début mai par Emmanuel Macron à Vladimir Poutine montre le besoin réciproque des deux pays de renouer un dialogue, après des tensions sous François Hollande. Mais, cette visite à Versailles l'a montré, la relation entre les deux chefs d'Etat est aussi, voire surtout, le reflet de désaccords profonds.
L'invitation lancée début mai par Emmanuel Macron à Vladimir Poutine montre le besoin réciproque des deux pays de renouer un dialogue, après des tensions sous François Hollande. Mais, cette visite à Versailles l'a montré, la relation entre les deux chefs d'Etat est aussi, voire surtout, le reflet de désaccords profonds. (Crédits : Reuters)

Au terme d'un marathon diplomatique sans précédent, le président français Emmanuel Macron a accueilli lundi 29 mai à Versailles son homologue russe Vladimir Poutine, après avoir rencontré Donald Trump ainsi que tous les dirigeants européens à l'Otan, jeudi à Bruxelles, puis au G7 en Sicile vendredi et samedi derniers.

Besoin réciproque de renouer le dialogue franco-russe

L'invitation, lancée début mai par Emmanuel Macron pour l'inauguration d'une exposition sur la visite du tsar Pierre le Grand en France il y a 300 ans, montre le besoin réciproque des deux pays de renouer un dialogue, après des tensions sous François Hollande. L'inauguration abandonnée d'une nouvelle église orthodoxe et dorée au centre de Paris à l'automne dernier avait scellé le blocage de la relation entre les deux pays, même si les échanges se poursuivaient par téléphone sur le dossier ukrainien, sous le format « Normandie ».

Arrivé en retard au palais de Louis XIV, le président russe s'est entretenu et a déjeuné dans le cadre doré du Grand Trianon avec son équivalent français, qui juge qu'il n'y a « pas d'autre choix que de dialoguer avec la Russie ».

« Pierre le Grand, c'est le symbole de cette Russie qui veut s'ouvrir à l'Europe », a affirmé Emmanuel Macron, soulignant que « le dialogue entre la France et la Russie n'avait jamais cessé"  (...) et qu'"aucun enjeu essentiel ne peut être évoqué sans la Russie."

Priorité aux dossiers Syrie et Ukraine... avec des nuances

Les deux dirigeants ont évoqué longuement la question du terrorisme, avec des angles quelque peu différents, à propos de la Syrie et de l'Ukraine.

« Notre priorité absolue, c'est la lutte contre le terrorisme, et l'éradication de Daesh, et c'est pourquoi je souhaite renforcer notre partenariat avec la Russie», a assuré Emmanuel Macron, alors que Vladimir Poutine estimait de son côté que la crise en Ukraine ne pouvait être traité sans l'éradication des terroristes sur place, ces «fléaux du XXIe siècle».

A propos de l'Ukraine, Macron souhaite « que dans les meilleurs délais se tienne un échange sous le format Normandie [Russie, Ukraine, France et Allemagne, Ndlr] pour un bilan complet des accords de Minsk, et avoir accès à un rapport détaillé de l'OSCE» sur la situation sur place.

Le président Poutine a, lui, évoqué les sanctions économiques, qui n'étaient pas acceptables dans le cadre de négociations internationales selon lui, et appelé à la levée de ces sanctions pour débloquer la situation en Ukraine. Une position sur laquelle la Commission européenne et la présidence française sont visiblement sur la même longueur d'onde : sans progrès dans le conflit sur place, il est hors de question de lever ces sanctions, qui concernent notamment des hommes d'affaires russes et ukrainiens. A l'inverse, la présidence française n'écarte pas de nouvelles sanctions.

A propos de la Syrie, les deux parties ont convenu de la mise en place d'un groupe de travail commun destiné à rapprocher le partenariat. Mais Emmanuel Macron a prévenu que toute utilisation d'armes chimiques en Syrie ferait l'objet d'une riposte immédiate. Une ligne rouge claire à propos de laquelle le président russe ne s'est pas exprimé.

Approche pragmatique et multilatérale des relations internationales

Peu enclin à la "poutinophilie", le président français semble signer là une attitude plus pragmatique que son prédécesseur, inspirée de son conseiller diplomatique, Philippe Etienne, qui est un grand connaisseur de la Russie.

«Il y a beaucoup de russophones dans l'équipe Macron, j'espère que ce ne sont pas des experts de l'URSS, mais de la Russie", a déclaré le président russe, ironisant sur le fait qu'Emmanuel Macron est classé à gauche, en tout cas vu de Russie.

La relation entre les deux chefs d'Etat est donc aussi, voire surtout, le reflet de désaccords profonds. Mais le fait qu'elle existe rejoint le réalisme de la chancelière Angela Merkel à propos du fait que l'Europe doit désormais prendre son destin en main faute de pouvoir compter sur le Royaume-Uni et les Etats-Unis.

La rencontre Macron-Poutine tendrait à prouver que l'irruption de Donald Trump dans le paysage géopolitique pourrait favoriser un rapprochement de facto entre l'Europe et la Russie. Mais il s'agit d'un premier pas, qui s'inscrit dans une approche de relations internationales multilatérales. La question de la levée des sanctions envers la Russie n'est donc pas d'actualité, même si, pour la Russie, elle représente nécessairement une priorité.

Macron condamne fermement la propagande russe

« La priorité française, c'est l'Allemagne et le projet européen, alors que Moscou avait parié sur le délitement de l'Europe », assure-t-on dans l'entourage du président, reconnaissant de facto que la relation avec la Russie n'a rien de prioritaire. En tant qu'europhile convaincu et militant, Emmanuel Macron a été la cible directe si ce n'est du Kremlin, du moins de proches du Kremlin durant la campagne présidentielle.

Les médias Russia Today et Sputnik.fr, proches de la droite dure et financé par le ministère de la Défense russe, ont attaqué le mouvement En Marche sous tous les angles, lequel n'a de son côté pas mâché ses mots à l'encontre du pays qui avait accueilli Marine Le Pen durant la campagne. En Marche a finalement refusé l'accès à l'espace presse de ses meetings aux deux représentants de la propagande russe en fin de campagne électorale.

Interrogé sur le sujet, Emmanuel Macron s'est montré irrité contre les médias qui répandent des contre-vérités à son égard.

Pas d'ingérence russe dans la présidentielle française, selon Poutine

« Russia today et Sputnik.fr ne se sont pas comportés comme des organes de presse [pendant la campagne présidentielle], mais de propagande mensongère, ce n'est pas acceptable », a averti le jeune président visiblement irrité par le sujet, assurant qu'il garantirait en revanche l'accès de toute presse internationale à chacun de ses évènements.

Le président français a indiqué qu'il avait évoqué le sujet de l'ingérence russe dans la campagne française au téléphone avec le président russe, juste après son élection, et qu'il n'en avait pas reparlé par pragmatisme. Mais Poutine a, lui, évoqué des affabulations des médias, estimant qu'il n'y avait rien à dire parce que le sujet n'existait pas, et qu'il n'y avait pas d'ingérence.

«Qui a dit que les hackers étaient russes, que les fuites venaient de Russie ? On ne sait pas, ça n'existe pas», a soutenu le président russe.

Les droits de l'homme en question

Le président français a aussi abordé le sujet des droits de l'homme et notamment des gays persécutés en Tchétchénie:

"J'ai rappelé plusieurs sujets, dont l'importance pour la France du respect de toutes les minorités, dont les LGBT en Tchétchénie et les ONG en Russie, et j'ai indiqué les attentes de la France sur ce sujet. Le président Poutine m'a assuré avoir pris des mesures pour faire la lumière sur ces sujets», a assuré Emmanuel Macron.

Les opposants russes à Poutine ainsi qu'une partie de la gauche française avaient reproché, lundi, à Emmanuel Macron d'accueillir le président russe sous les ors du palais de Versailles, et alors que la Russie réclame le rattachement de la Crimée justement au nom de la Russie de Pierre le Grand. « C'est une erreur », avait fustigé l'eurodéputé Vert Yannick Jadot.

___

Par Aline Robert, Euractiv.fr

(Article publié le lundi 29 mai 2017 à 18h33 et mis à jour à 18h44)

____

>Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

EURACTIV 2017 new logo

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 31/05/2017 à 1:40
Signaler
@ BONJOUR : LE SIEUR POUTINE TREMBLE DE PEUR DEVANT MACRON , le rapace tremble de peur devant le vermisseau mais c'est à mourir de rire .... Le sieur POUTINE n'a rien à faire des remontrances de MACRON ... De toutes manières la FRANCE ne compte plu...

le 03/06/2017 à 12:36
Signaler
Peu importe le 18 è siècle. Le rattachement a été autoritaire et pseudo confirmé par un référendum honteux... Et votre ironie est tout à fait déplacée car oui les russes peuvent craindre les sanctions (les oligarques empêchés de profiter de leur mag...

à écrit le 31/05/2017 à 1:32
Signaler
La situation autour de l'Ukraine est si géniale qu'on se demande si tout cela n'a pas été organisé spécialement dans la configuration actuelle. Le conflit a été géré de façon de durer pendant des décennies de façon Inde-Pakistan etc. Le format de Nor...

à écrit le 30/05/2017 à 23:34
Signaler
Le roi dit nous voulons le jeunot!

à écrit le 30/05/2017 à 12:53
Signaler
''''les sanctions notamment pour des hommes d'affaires russes proche du pouvoir '''''!De quoi s'agit il !Ces hommes d'affaires proche de Poutine ne pourront pas avoir de visa pour aller en Europe !Ils viendraient en Europe pour faire des affaires ave...

le 31/05/2017 à 1:16
Signaler
Exactement! les sanctions sont ridicules, concernent pour la plupart uniquement quelques personnalités et entreprises en Russie, pas le pays entier et en plus ne sont pas vraiment respectées dans plusieurs aspects. Cependant, même ce niveau de sanct...

à écrit le 30/05/2017 à 9:18
Signaler
Tant qu'il pérore dans le vide à propos de la Tchétchénie ou de l'Ukraine, macron fait l'impasse sur les problèmes - et ils sont nombreux ! - du pays qu'il est censé "diriger". Bel exemple de manipulation du populo et bel effet de camouflage. Tant qu...

le 30/05/2017 à 15:52
Signaler
On n'attend plus que vous comme président, vous semblez le seul au monde à tout savoir sur tout et à être génial ! Vous êtes gonflé à l'hélium ?!

le 30/05/2017 à 16:37
Signaler
Un génie n'arrivera jamais à l'élysée puisque ce sont les français qui élisent le locataire élyséen. faut pas être gonflé à l'hélium pour s'en rendre compte, simplement à l'intelligence.

à écrit le 30/05/2017 à 8:29
Signaler
Manque pas d'air, macron ! Oser parler des droits de l'homme alors qu'il prolonge l'état d'exception en france, juste pour garder les français solidement muselés et bien les tenir en laisse. Critiquer la situation en Ukraine alors que la france expor...

le 30/05/2017 à 8:49
Signaler
Est-ce que vous travaillez pour le Cremlin ???

le 30/05/2017 à 16:40
Signaler
"Cremlin" n'existe pas. Kremlin, par contre... Et si se rendre compte des évidences et ne pas être victime d jeu de dupes mené par macron est "travailler pour le Kremlin", alors oui, pourquoi pas ? Cela dit, l'intervenant que vous interpelez sans ri...

le 31/05/2017 à 1:10
Signaler
@Il ne manque pas d'air: Les gens voient les choses différemment. D'auprès mes observations M. Macron a tout simplement essuyé ses pieds sur Poutine qui a bien accepté cela. Votre colère sur la question ukrainienne est partiellement justifiée, mais i...

le 03/06/2017 à 12:44
Signaler
vous divaguez ! votre dénigrement sous jacent de votre propre pays vous fait perdre toute lucidité... Vous souffrez de ce mal qui consiste à juger durement ce que l'on voit de près en favorisant ce qu'on voit mal de loin... L'état d'urgence n'est ...

à écrit le 30/05/2017 à 8:17
Signaler
Rigolo, le p'tit macron ! Que pense-t-il pouvoir imposer à Poutine en particulier, et à qui que ce soit en règle générale ? Que représente-t-il ? La france ? Et alors ? Que représente l'hexagone en décrépitude par rapport à la Russie qui - et je con...

le 30/05/2017 à 15:57
Signaler
Vous connaissez la Russie comme moi je suis le Pape lol ! De source russe : Poutine identifie les menaces pesant sur l’économie russe 19 mai 2017 Kira Kalinina : Les sanctions, les faibles prix du pétrole et le ralentissement économique sont à la rac...

le 30/05/2017 à 16:44
Signaler
bien sûr qu'il y a des difficultés en Russie. mais, comparativement à la taille du pays et de la population, certainement ps plus qu'en france. Et même si vous n'êtes pas le pape, je connais incontestablement mieux la Russie que vous, manifestement. ...

le 31/05/2017 à 0:42
Signaler
@Rigolo: Je dois constater que vous ne connaissez pas la Russie comme vous prétendez. Admirer la classe de Poutine, c'est une jolie blague. Pourriez-vous nous donner des exemples récents qui montrent cette classe?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.