Russie, Chine, OTAN... : les revirements de Donald Trump

 |   |  643  mots
J'ai dit que c'était obsolète. Ce n'est plus obsolète, a déclaré le président américain à propos de l'Otan.
"J'ai dit que c'était obsolète. Ce n'est plus obsolète", a déclaré le président américain à propos de l'Otan. (Crédits : REUTERS/Carlo Allegri)
Ces dernières semaines, le président américain est revenu sur plusieurs de ses promesses faites lorsqu'il était candidat dans la course à la Maison-Blanche, en particulier en matière de politique internationale.

Donald Trump ne craint pas les demi-tours. En l'espace de quelques jours, le président américain a fait des déclarations absolument contraires à celles qu'il avait formulées en tant que candidat. Ces revirements concernent principalement des enjeux internationaux.

Précédemment partisan d'une politique étrangère conventionnelle, Donald Trump s'est finalement décidé à faire comme ses prédécesseurs, à intervenir. Des choix qui reflètent les luttes d'influence au sein de son gouvernement, qui ont conduit notamment à l'éviction de son plus proche conseiller en stratégie, Steve Bannon.

■ Coup de froid avec la Russie après les frappes aériennes contre la Syrie

Durant la campagne de 2016, le candidat Trump laissait entendre qu'il souhaitait ardemment nouer une alliance avec la Russie de Vladimir Poutine. Puis, le président Trump lance le 6 avril, sans concertation internationale, des frappes sur une base aérienne de l'armée syrienne en représailles à l'utilisation présumée d'armes chimiques par le régime d'Assad le 4 avril contre la ville rebelle de Khan Cheikhoun. Alliée au gouvernement syrien, la Russie a dénoncé une "agression" de la part de Washington.

Les relations entre les deux grandes puissances continuent de se tendre, puisque de nouvelles frappes ont été effectuées cette semaine, une fois encore sans prévenir. Pour l'anecdote, Donald Trump raconte même dans une interview à la chaîne Fox Business, avoir annoncé la nouvelle au président chinois Xi Jinping, alors en visite aux Etats-Unis, autour du "plus merveilleux gâteau au chocolat". Mercredi, le président américain s'est dit inquiet du soutien du chef du Kremlin à Bachar al Assad.

"A l'heure actuelle, nous ne nous entendons pas du tout avec la Russie", a reconnu Donald Trump, parlant même d'une "relation peut-être au plus bas [niveau] de tous les temps".

> Lire aussi : Empoisonné par le conflit syrien, Trump cherche à renouer le dialogue avec la Russie

■ L'Otan "n'est plus obsolète"

Dans la course à la présidentielle, Donald Trump avait insisté sur sa volonté de se mettre à l'écart de l'alliance militaire de l'Otan, déclarant même que l'organisation était "obsolète". Mercredi lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche, il est revenu sur ses déclarations devant le secrétaire général de l'organisation, Jens Stoltenberg : "

"J'ai dit que c'était obsolète. Ce n'est plus obsolète."

Il a même ajouté que "ce serait merveilleux [...] si l'Otan et notre pays pouvaient s'entendre avec la Russie". Il s'exprimait à l'issue d'une visite très tendue à Moscou de son secrétaire d'Etat Rex Tillerson, lequel a vu le président Poutine et son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

■ La valeur du yuan n'est plus manipulée

Enfin, Donald Trump ne veut plus désigner la Chine comme un pays sous-évaluant sa monnaie, rapporte le Wall Street Journal. Quelques jours après avoir reçu le président Xi dans sa villa de Mar-a-Lago, Floride, il a ainsi affirmé que les Chinois "ne manipulent pas leur monnaie".

Pendant sa campagne, Donald Trump n'avait cessé d'accuser Pékin de sous-évaluer le yuan afin de doper ses exportations et avait assuré que la Chine serait officiellement mise à l'index "au premier jour" de sa présidence. Depuis son arrivée à la tête des États-Unis, le ton de Donald Trump s'est toutefois nettement radouci.

Selon le Wall Street Journal, qui paraphrase le président américain, Donald Trump a changé d'avis sur cette question à la fois parce que Pékin n'a pas agi sur le yuan depuis des mois et parce que qualifier la Chine de manipulateur de taux de change aujourd'hui est susceptible de mettre en péril les discussions avec le gouvernement chinois sur la menace nord-coréenne.

> Lire aussi : les Chinois "ne manipulent pas leur monnaie", affirme désormais Trump

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2017 à 18:19 :
Le narcissisme clairement affirmé, ,la téléréalité comme expérience de miroir du réel, la volonté de prouver sa force montre en fait une psychologie à problèmes.
Quelqu'un de réellement puissant qui a confiance en lui-même n'a pas besoin de chercher à prouver quoi que ce soit.
Sa signature est tout à fait intéressante, il n'y a aucune rondeur, tout est est en dents de scie, le trident destructeur se révèle:
https://www.rtbf.be/info/monde/detail_la-signature-revelatrice-de-donald-trump?id=9513524
Cet homme engage son pays(et le monde) vers l'auto-destruction.
Il s'agit de quelqu'un d'influençable, capable de tout et de son contraire.
Il reste à espérer que des militaires pondérés l'encadrent discrètement pour éviter de grands malheurs.
La tentative d'intimider et de contraindre les Russes, les Iraniens et les Syriens a échoué.Le bombardement d'une base syrienne a au contraire soudé un peu plus les alliés en question.Dans la lutte contre le terrorisme.
S'il veut engager le fer avec la Corée du Nord, nous irons vers une grande guerre globale, préjudiciable à tous comme les Chinois l'ont indiqué.
Par ailleurs la direction spirituelle des mondes supérieurs ne pourra tolérer des errements qui pourraient conduire à l'extinction de l'humanité.
Christ(le Maitre de l'Humanité) a dit"Je suis le Chemin, la Vérité, la Vie" et non je suis l'impasse, le mensonge d'une opération sous faux drapeau, la mort...
La grande crise financière qui se profile changera la donne stratégique, refroidira plus d'une tête brûlée...
Réponse de le 15/04/2017 à 18:47 :
Clair qu'il faut s'en remettre à dieu. Mais ... lequel..??
a écrit le 15/04/2017 à 17:06 :
Content de voir qu'il a entrevu la vraie nature des régimes de Poutine, Assad et de quelques autres.
Heureux qu'il comprenne que la Chine cherche uniquement à protéger ses intérêts, sans plus mais pas moins.

Problème: Dans combien de temps va t'il replonger dans ses délires?
a écrit le 15/04/2017 à 8:15 :
Entre incurie Obamesque et revirements Trumpiens quel est le moindre des maux ?
a écrit le 14/04/2017 à 19:02 :
Et, en plus, il postillonne autant..?? C'est franchement pas propre. y'a rien à sauver, dans ce gars...
a écrit le 14/04/2017 à 17:59 :
A ce jour, malgré les signes énoncés; il reste toujours extrêmement difficile de savoir la réelle pensée de Trump. Fait il plaisir à la forte pression des conservateurs qui veulent la guerre partout ou elle est possible ?
Pour le bombardement en Syrie, la base aérienne, était quasiment vide avec des avions hors d'usage
Pour la Corée du Nord , on en est a des textos et des déplacement de navires.
Trump, est un grand manipulateur, fait dire ce qu'il veut aux médias et brouille les pistes.
Réponse de le 14/04/2017 à 20:20 :
Balancer 50 missiles de croisière à 200 000USD le bout me semble beaucoup si la base était comme vous le dites .
Réponse de le 15/04/2017 à 0:20 :
Aria : et vous pensez sincèrement qu'ils sont à ça près au niveau de leur endettement..?? Manque de bol, ils ont encore de la marge. Marge au niveau "argent". Par contre, au niveau confiance, ils sont déjà grillés, ce qui les gène "juste" un pneu...
Réponse de le 16/04/2017 à 10:33 :
Pour l'aéroport c'était voulu ainsi.
Les américains avaient prévenu les russes qui avaient des avions sur cette base et les russes ont évidemment prévenu les syriens qui ont évacué tout ce qu'ils pouvaient, d'où la poignée de morts.

Le but de cette frappe n'était pas de détruire Assad et son potentiel militaire, sinon les missiles seraient tombés sans préavis sur Assad lui même, sa famille, les personnages clefs du régime et ses blindés.

Le but était de rappeler au tueur de petits enfants que Trump s'en moque d'avoir ou pas le soutien de l'ONU et que les veto de l'URSS ne le protégeaient pas des missiles.
De mon point de vue c'est une opération parfaitement calibrée et réussie du point de vue diplomatique et militaire (les russes n'ont réussi à abattre aucun missile).

Toute proportions gardées, si en 1936 on avait laissé la France réoccuper la Rhénanie pour mettre fin aux visées expansionnistes du chancelier Hitler et empêcher le réarmement de l'Allemagne, on aurait changé la face du monde. Mais on ne l'aurait pas su.

Si Trump a réussi à dissuader Assad de continuer à utiliser des armes interdites (ou pas) pour massacrer des populations désarmées, c'est autant de gagné pour les victimes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :