La Banque mondiale veut attirer plus d'investisseurs privés

Le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim a affirmé mercredi dans un entretien publié en Suède vouloir attirer plus d'investisseurs privés, en leur promettant un meilleur rendement que les marchés financiers.

1 mn

Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale.
Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale. (Crédits : Reuters)

"Aujourd'hui il y a 40.000 milliards de dollars de placés avec un rendement extrêmement bas. De cette manière (en confiant leur argent à la Banque mondiale, NDLR), ils (les investisseurs privés) peuvent augmenter leurs profits et faire quelque chose de bien", a déclaré l'Américain dans un entretien avec le quotidien Dagens Nyheter.

Le président de cette institution qui finance le développement plaide depuis plusieurs mois pour une augmentation de ses ressources, alors qu'elle est concurrencée par de nouveaux acteurs du développement. Mais les Etats-Unis, premiers actionnaires, sont hostiles à ce projet.

Pas d'actionnaires privés... mais des financements

M. Kim a souligné qu'il ne souhaitait pas faire entrer des investisseurs privés dans le capital.

"Il ne s'agit pas de privatiser. Nous ne parlons pas d'avoir des actionnaires privés, mais de rassembler des financements", a-t-il expliqué.

De même, ces investisseurs n'interviendraient pas dans les processus de décision.

"La Banque mondiale contrôle les projets et pose des conditions que les investisseurs doivent accepter", a ajouté M. Kim, président de la Banque mondiale depuis 2012.

Il a nié toute tension avec l'administration du président Donald Trump, même si celui-ci cherche à réduire drastiquement l'aide au développement.

"Trump a dit ce qu'il a dit sur son budget, mais je crois que l'administration actuellement regarde attentivement comment fonctionnent les différentes organisations. Pour être honnête je suis vraiment satisfait de voir à quel point ils sont impliqués", a-t-il souligné.

(avec l'AFP)

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.