La Chine lève des barrières aux investissements étrangers

 |   |  271  mots
(Crédits : China Stringer Network)
La Chine a levé une restriction majeure aux investissements étrangers dans le secteur financier, une mesure réclamée de longue date par les Etats-Unis avec lesquels elle est engagée dans un bras de fer commercial.

C'est un signe d'ouverture de l'économie chinoise. Les banques étrangères peuvent désormais établir des succursales en Chine et détenir la totalité du capital sans nécessairement s'associer à un partenaire local, a annoncé vendredi dans un communiqué l'autorité de régulation bancaire (CBIRC). Les banques étrangères devaient jusqu'à présent s'associer à un partenaire local et n'étaient pas autorisées à détenir plus de 49% des co-entreprises dans lesquelles elles avaient investi.

Une ouverture progressive

Pékin promet de longue date d'ouvrir davantage son économie aux investissements étrangers mais il tardait à honorer sa promesse dans le secteur financier. En octobre, la Chine a dévoilé un calendrier pour la levée de plusieurs restrictions et en décembre, la banque suisse UBS a été autorisée à prendre une participation majoritaire dans ses activités dans le pays. Depuis le 1er janvier, les sociétés étrangères spécialisées dans les contrats à terme peuvent investir en Chine sans limites à la détention de capitaux. Les sociétés de gestion de fonds pourront bénéficier de cette mesure à partir du 1er avril et les courtiers à partir du 1er décembre 2020.

Signature d'un accord préliminaire en vue

Cette annonce peut apparaître comme un geste de bonne volonté de la Chine en direction des Etats-Unis alors qu'un accord commercial préliminaire entre les deux puissances doit être signé courant janvier, selon Washington. Les deux premières économies se livrent depuis mars 2018 une guerre commerciale sans merci qui s'est traduite par des droits de douane mutuels portant sur des centaines de milliards de dollars d'échanges annuels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2020 à 11:18 :
Quand on vous dit que le communisme est parfaitement soluble dans le capitalisme et inversement. Nous en avons la brillante démonstration avec la Chine. L'URSS aurait été bien avisée d'ouvrir à l'occident l'exploitation de ses immenses ressources naturelles, car à partir de ce moment le capitalisme occidental n'auraient trouvé que des vertus au système soviétique, tout en assurant la pérennité de sa nomenklatura. Une occasion ratée si l'on peut dire lorsqu'on constate un peu plus chaque jour le cynisme grandissant de notre économie mondialisée...
a écrit le 04/01/2020 à 20:49 :
à titre personnel, je pense que la chine ayant compris que son modèle économique n'est pour l'instant viable que par rapport à ses débouchés extérieurs (exportation)
elle doit faire des concessions aux USA dont le modèle économique de croissance ne repose que sur la finance (faux effet de richesse), qui est un modèle faible (dois-je vous rappeler la théorie des déficits jumeaux ?)
lequel sombrera avant l'autre, nul ne le sait
Réponse de le 05/01/2020 à 18:18 :
La finance l’emporte systématiquement sur l’industrie. Je suis étonné que vous vous posiez la question.
Les industries chinoises seront restructurées via des capitaux étrangers puis démantelées pour certaines etc. Comme ce je nous avons vécu en Europe. La finance permettra un équilibrage vers des pays avec une main-d’oeuvre moins chère et la Chine évoluera vers un marché intérieur basé de plus en plus sur les services.
Tout cela est bien.
a écrit le 04/01/2020 à 18:13 :
apres avoir plume des gogos dans des coentreprises detenues a 51% par les chinois avec transferts de technologie, uncle chang remet le couvert en cherchant des bonnes ames pour financer les entreprises zombies et un peu pallier au shadow banking qui est une epine dans le pied du parti communiste
allez y les gars, foncez, et faites vous plumer, c'est le moment ou jamais

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :