La Chine rate son objectif de commerce extérieur

 |   |  467  mots
La Chine n'est pas parvenu à son objectif d'augmenter son commerce extérieur de 6%. Il manque son objectif pour la quatrième année consécutive.
La Chine n'est pas parvenu à son objectif d'augmenter son commerce extérieur de 6%. Il manque son objectif pour la quatrième année consécutive. (Crédits : reuters.com)
Les douanes chinoises ont annoncé un plongeon de 7% du commerce extérieur chinois alors que le gouvernement avait établi un objectif de +6%. Cette contraction est davantage le fait des importations que des exportations, ce qui permet à la Chine de dégager un excédent commercial en hausse de 56,7% à 560 milliards de dollars.

Le commerce extérieur chinois s'est contracté de 7% en 2015, plombé par un plongeon de 13,2% des importations, selon les montants en yuans dévoilés mercredi par les douanes chinoises, une contre-performance reflétant l'essoufflement persistant de la deuxième économie mondiale.

Objectif raté

Cette forte contraction des échanges commerciaux du géant asiatique, à 24.590 milliards de yuans (environ 3.740 milliards de dollars), contraste vivement avec l'ambitieuse augmentation de 6% que visait Pékin, qui rate donc son objectif pour la quatrième année consécutive.

Le pays a vu ses importations descendre l'an dernier à 10.450 milliards de yuans (environ 1.590 milliards de dollars), tandis que ses exportations reculaient de 1,8% à 14.140 milliards de yuans, ont indiqué les douanes, ne communiquant dans un premier temps que des chiffres dans la devise chinoise.

Les statistiques commerciales du géant asiatique, premier pays consommateur de matières premières et grand exportateur de biens manufacturés, sont scrutées de près - la Chine restant un moteur clé de la croissance mondiale, en dépit du net ralentissement de son activité économique.

Performance la plus faible en 25 ans

La croissance du PIB chinois en 2015 devrait ainsi s'avérer la plus faible performance du pays depuis un quart de siècle. Et les statistiques dévoilées mercredi pourraient bien remettre en question sa place de première puissance commerciale de la planète.

Les chiffres américains pour l'ensemble de 2015 ne seront pas publiés avant février, mais le volume de biens échangés par les Etats-Unis sur les onze premiers mois de l'année représentaient 3.480 milliards de dollars sur la base de la balance des paiements du pays, d'après les chiffres du gouvernement américain.

Cependant, comme l'ensemble du commerce international s'est contracté en 2015, "la Chine fait en réalité mieux que l'ensemble du monde en terme d'exportations, et sa part dans les exportations mondiales est en expansion", tempérait Larry Hu, analyste de Macquarie Securities, cité par Bloomberg News.

Un porte-parole des douanes chinoises affichait de son côté un certain optimisme: "Les échanges internationaux des entreprises privées montrent des signes de vif dynamisme", a-t-il assuré dans un communiqué.

Un excédent commercial certain

L'excédent commercial chinois a bondi l'an dernier de 56,7%, à 3.690 milliards de yuans (environ 560 milliards de dollars).

Les chiffres des importations et exportations ont durement pâti en 2015 d'une demande faible aussi bien intérieure qu'internationale, mais également du net repli des cours des matières premières.

Mais au terme de cette année morose, les statistiques pour décembre montraient cependant quelques signaux de reprise, avec notamment un rebond de 2,3% sur un an des exportations, à 1.430 milliards de yuans (environ 217 milliards de dollars).

En revanche, les importations ont continué de s'enfoncer le mois dernier, se repliant de 4% sur un an à 1.050 milliards de yuans.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2016 à 11:46 :
Et comme c'est la chine qui détient la dette US, ça va commencer à être un vrai problème planétaire quand elle ne sera plus en mesure d'alimenter la fuite en avant du trésor US.

Vu la taille du soufflé, ça va faire mal quand il va retomber.
a écrit le 13/01/2016 à 9:47 :
Face à la pression salariale qu'impose la logique néolibérale et ses délocalisations de masse, laa consommation mondiale ne cesse de diminuer depuis des années, moins les gens ont d'argent et moins ils achètent, vérité qu'ont oublié les acteurs financiers tandis que les acteurs industriels eux le paient un peu plus chaque jour.

On comprend mieux par contre du coup l'intérêt de ces dettes privées qui permet aux immenses fortunes de ce monde de se faire des milliards d'euros sans rien faire; comme d'habitude, le travail c'est pour les salariés aux Droits et salaires de plus en plus détériorés, l'argent c'est pour les propriétaires des outils de production; puisque le consommateur n'a plus d'argent on attaque les états.

ET quand ni le consommateur ni les états n'auront plus d'argent, qui le milieu de la finance va t'il bien pouvoir voler ?
a écrit le 13/01/2016 à 8:46 :
Si c'est officiellement aussi grave, alors ça doit être réellement extrêmement grave!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :