La dette des pays riches se rapproche du niveau d'après-guerre (FMI)

 |   |  377  mots
La dette publique devrait ainsi atteindre cette année près de 250% du produit intérieur brut au Japon, 133% en Italie, 107% aux Etats-Unis et un peu plus de 98% en France, selon les prévisions du FMI.
La dette publique devrait ainsi atteindre cette année près de 250% du produit intérieur brut au Japon, 133% en Italie, 107% aux Etats-Unis et un peu plus de 98% en France, selon les prévisions du FMI. (Crédits : © Heinz-Peter Bader / Reuters)
Le ralentissement de l'économie mondiale creuse la dette publique, s'inquiète le Fonds monétaire international, qui exhorte ses Etats membres à "réduire les vulnérabilités".

L'endettement des Etats continue de se creuser "aux quatre coins du globe" et notamment dans les pays riches, où il se rapproche des niveaux de l'après-Seconde guerre mondiale, met en garde mercredi le Fonds monétaire international (FMI). Dans son rapport semestriel sur la dette, l'institution précise :

"En moyenne, la dette publique dépasse maintenant le niveau atteint pendant la Grande Dépression (dans les années 30) et s'approche du niveau qui était le sien au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale".

"Les finances publiques ont eu une année difficile. Une nouvelle réalité est en train d'émerger", résume Vitor Gaspar, le principal auteur du rapport, qui pointe l'impact du ralentissement de l'économie mondiale.

"Les risques augmentent quasiment partout", observe-t-il.

Les exportateurs de pétrole de plus en plus endettés aussi

La dette publique devrait ainsi atteindre cette année près de 250% du PIB au Japon, 133% en Italie, 107% aux Etats-Unis et un peu plus de 98% en France, selon les prévisions du FMI. Aucune estimation n'est disponible pour la Grèce, qui est en proie à une grave crise économique depuis six ans.

Frappés de plein fouet par la chute des cours du brut, les pays exportateurs de pétrole voient également leur endettement monter en flèche pour compenser la perte de leurs recettes, souligne le rapport publié en marge de l'assemblée de printemps FMI-Banque mondiale à Washington. D'après ses estimations, la dette des producteurs d'or noir au Maghreb et au Moyen-Orient devrait ainsi flamber de 2.000 milliards de dollars dans les cinq prochaines années.

Le risque d'un blocage politique

Une nouvelle fois, le FMI exhorte ses Etats membres à se tenir prêts à "répondre rapidement" pour soutenir la croissance économique et "réduire les vulnérabilités" alimentées par leur endettement, tout en reconnaissant que leur marge de manœuvre politique est étroite.

"Le calendrier électoral et les blocages politiques pourraient compliquer la mise en oeuvre des mesures et freiner des politiques ambitieuses en 2016 dans plusieurs grandes économies", regrette le FMI.

L'institution prédit que, dans les économies avancées, une hausse d'un point du taux de croissance permettrait de ramener les taux d'endettement à des niveaux de pré-crise économique, d'ici à 10 ans.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2016 à 15:52 :
La grande dépression est pour demain l économie est au plus mal vue le faut de croissance en Chine les USA vont s effondrer dans pas longtemps avec la relève des haut d intérêt il faut se tenir prêt a une très grande dépression pire que 1929 1930 1931 ........
a écrit le 14/04/2016 à 13:03 :
Parallèlement, OXFAM vient de publier une étude éloquente sur "l'évitement fiscal" des entreprises multinationales : https://action.oxfamamerica.org/stoptaxdodging/ les ordres de grandeur sont ahurissants !

Parlerait-on toujours de déficit et de dette si, tout simplement, chacun payait sa juste part ?
a écrit le 14/04/2016 à 12:47 :
POUR LIMITER LA DETTE ILS FAUT SURVEILLIEZ LES DEPENSSES DES ELUES? SE SONT CEUX QUI ONT CES DERNIERES ANNEES QUI SE SONT VOTER DEX DROITS FARAMINEUX AU POINT QU ILS S ENRICHISSENT AVEC LEURS MANDATS ELECTORAUX AUX POINT QUI NE VEULENT PAS APPLIQUE LA LOIS DU MANDAT UNIQUE? DE PLUS D APRES LES LIVRES DE M R PHILIPPE PASCOT ? DELITS D ELUES ET PILLEURS D ETAT? 30% SERAIS AVEC UN CASSIER JUDICIERE FOURNIES DE DELIES C EST LA SEUL PROFESSION OU ON T PEUT EXERSER ET GERER DE L ARGENT PUBLIC ALORS QU ILS ONT COMMIES DES DELIES???
a écrit le 14/04/2016 à 8:19 :
La crise financière de 2008 a totalement détruit la confiance d'une génération dans tout le système bancaire occidental.

Aucune leçon n'en a été tirée , les responsables américains sont toujours aux manettes.

Tous placement proposé aujourd'hui par une banque, n'importe laquelle, est une arnaque. Tout le monde le sait sauf les journalistes et les hommes politiques.

Dans toute l'Europe le collier fiscal est trop serré. La possibilité de prendre des risques est nulle.

L'euro est un échec, c'est la monnaie de l'Allemagne. Il a été créé en réalité pour protéger l'épargne allemande.

La seule chose à peu près solide c'est de l'argent liquide dans une banque, en espérant qu'elle ne fera pas parti du prochain wagon.

Alors voila, on attend tous, le coup d'après en serrant les fesses.
Réponse de le 14/04/2016 à 13:48 :
Votre constat est tout à fait juste.
En ce qui me concerne je me tourne vers des actifs solides: la pierre et l'or.
Je n'ai plus confiance en l'euro et le dollar ma paraît très fragile compte tenu de l'endettement des USA et du quantitative easing pratiqué par la Fed depuis plusieurs années (rejointe en cela par la BCE qui injecte 80 milliards d'euros PAR MOIS dans le circuit financier).
a écrit le 13/04/2016 à 22:43 :
D'un côté on a un pays suréquipé avec des villes refaites partout et des infrastructures de transport

Le niveau de vie est un des plus haut du monde
Malheureusement on vote pour des populistes énarques qui nous conduisent à la ruine
La solution est sans doute dans la règle d or et pénalisation des elus qui dépassent
Penser qu'on ne peux pas vivre avec 3 % de moins sur les dépenses de l état c est bien notre soucis
a écrit le 13/04/2016 à 19:10 :
La croissance , l'inflation, consommer chaque année un peu plus... Et si on changeait tout ça?
a écrit le 13/04/2016 à 18:42 :
Chaque jour nous approche un peu plus près du précipice. L'ennemi de Hollande, c'était la finance...C'est elle qui nous conduit vers l'abîme et le pire, c'est que je me demande si elle ne le fait pas exprès. Devant un Monde totalement désorganisé, divisé, surpeuplé, les risques pour la "finance" sont immenses. Pour "garder la main", et remettre de l'ordre (à son profit) je la sais capable d'envisager toutes les options... dont la guerre.
a écrit le 13/04/2016 à 18:35 :
Quand on lit ça, on se dit que la grande crise de la dette est juste devant nous. Quand on lit ça, on se dit que la politique allemande anti-dettes, telle la fourmi de la fable, protège les intérêts des allemands, pas ceux des européens mais ceux des allemands. En même temps, n'est-ce pas ce que l'on attend de son gouvernement, nous qui avons un gouvernement de cigales?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :