La Russie menace d'aggraver le conflit en cas de livraisons d'armes longue portée à l'Ukraine

Le Kremlin avertit que la livraison d'armes longue portée par les Occidentaux à l'Ukraine entraînerait une dangereuse escalade de la guerre. Du matériel que le président ukrainien réclame de longue date et que certains pays, comme l'Allemagne, hésitent encore à fournir. Mais à l'inverse, le Royaume-Uni et la Suède ont acté de tels envois.
Jusqu’à présent, les Occidentaux n'ont envoyé que des chars légers et des blindés de transports de troupes à l’Ukraine. Depuis le début du conflit, ils ont en effet refusé de livrer des missiles longue portée à Kiev, de peur d'entraîner une escalade.
Jusqu’à présent, les Occidentaux n'ont envoyé que des chars légers et des blindés de transports de troupes à l’Ukraine. Depuis le début du conflit, ils ont en effet refusé de livrer des missiles longue portée à Kiev, de peur d'entraîner une escalade. (Crédits : RFE/RL/SERHII NUZHNENKO)

Alors que l'Ukraine réclame depuis des semaines aux Occidentaux du matériel moderne pour repousser l'invasion russe, le Kremlin menace. Accepter de telles livraisons serait ainsi « potentiellement très dangereux », a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. « Cela signifierait que le conflit atteindrait un nouveau palier qui ne promettrait rien de bon pour la sécurité européenne ».

Il évoquait la potentielle livraison d' « armes qui permettent de frapper le territoire russe » même si « l'Ukraine possède déjà des armes qu'elle utilise pour mener tous les jours des frappes sur le territoire russe », a-t-il ajouté. Dmitri Peskov réagissait à des propos de l'ambassadeur russe aux États-Unis, Anatoli Antonov, qui assurait que Moscou « détruirait » toute arme livrée par Washington ou l'Otan à l'Ukraine.

Lire aussiLa Russie est-elle en train de perdre pied dans l'espace post-soviétique ?

L'Ukraine met la pression sur l'Allemagne

Jusqu'à présent, les Occidentaux n'ont envoyé que des chars légers et des blindés de transports de troupes à l'Ukraine. Depuis le début du conflit, ils ont en effet refusé de livrer des missiles longue portée à Kiev, de peur d'entraîner une escalade.

Une situation qui irrite le président ukrainien Volodymyr Zelensky qui n'a d'ailleurs pas hésité à critiquer ce jeudi 19 janvier les hésitations de Berlin à livrer des chars lourds.

« Il y a des moments où l'on ne devrait pas hésiter ou se comparer. Quand quelqu'un dit "je livrerai des chars si quelqu'un d'autre le fait" », a-t-il lancé par visioconférence lors d'un petit-déjeuner en marge du Forum économique de Davos en Suisse. Le président ukrainien faisait référence à des informations de presse selon lesquelles Berlin ne livrera des chars lourds que si les États-Unis livrent des chars Abrams.

Or, Washington n'est pas prête à fournir à l'Ukraine ses puissants chars de combats, a déclaré mercredi un haut responsable du Pentagone, justifiant ce refus par des questions de maintenance et de formation, sans toutefois exclure un changement de la position américaine à l'avenir.

« Je ne pense pas qu'il s'agisse de la bonne stratégie à adopter », a regretté Volodymyr Zelensky.

Berlin fait aussi l'objet d'une pression croissante de plusieurs voisins européens pour qu'elle autorise des livraisons de Leopard. Ces derniers font partie des chars lourds modernes et de conception occidentale que Kiev réclame à ses alliés et qui, selon les experts, seront cruciaux dans les batailles à venir dans l'Est de l'Ukraine.

Dans un communiqué commun ce jeudi, les ministres ukrainiens de la Défense et des Affaires étrangères, appellent « tous les États partenaires » à « considérablement renforcer » leurs livraisons d'armements. Oleksiï Reznikov et Dmytro Kouleba visent nommément douze pays, dont l'Allemagne et la Turquie.

Lire aussiUkraine : les frappes russes provoquent des coupures d'électricité dans la plupart du pays

Les annonces des Occidentaux se multiplient

À rebours des tergiversations allemandes, les pays occidentaux multiplient ces derniers jours les annonces d'envoi d'armes lourdes à l'Ukraine. Le Royaume-Uni a été le premier d'entre eux. Samedi dernier, Londres a confirmé qu'il lui fournirait 14 tanks "Challenger 2". Il s'agit du principal char de l'armée britannique. Initialement conçu pour affronter des blindés russes, il a été mis en service en 1998 et a notamment été utilisé lors de la guerre en Irak à partir de 2003. Pouvant dépasser les 50 km/h, il peut contenir jusqu'à 4 soldats et transporte un canon de 120mm et deux mitrailleuses de 7,2mm.

Du côté de la Suède, après plusieurs mois de réflexion, le gouvernement a annoncé ce jeudi la livraison de systèmes d'artillerie Archer. Posé sur un camion tout-terrain, ce dispositif est capable de tirer plusieurs obus en quelques dizaines de secondes, puis de se déplacer presque immédiatement après, le rendant redoutable pour détruire l'artillerie adverse. Sa portée est de plus de 30 kilomètres, pouvant dépasser 50 km avec certains obus perfectionnés. Seront aussi envoyés 50 blindés de combat d'infanterie CV-90 ainsi que des missiles anti-tank portables NLAW.

La France a annoncé l'envoi de chars légers AMX-10 RC et les Pays-Bas d'une batterie sol-air Patriot. La Pologne attend elle le feu vert de l'Allemagne pour fournir des chars Leopard à l'Ukraine. L'OTAN a assuré ce mercredi que les pays membres de son organisation allaient fournir à Kiev des armes « plus lourdes et plus modernes ». Les discussions portent sur la fourniture de blindés lourds et de systèmes modernes de défense antiaérienne.

La décision sera prise ce vendredi 20 janvier lors d'une réunion du groupe de contact pour l'Ukraine à Ramstein, en Allemagne. L'objectif de cette réunion entre les ministres de la Défense et hauts-responsables militaires des pays occidentaux apportant une aide militaire à l'Ukraine est de coordonner la poursuite de l'aide à Kiev. Il s'agira de la troisième rencontre de ce type.

Lire aussiUkraine : la menace nucléaire russe neutralise les stratégies occidentales pour mettre fin à la guerre (1/2)

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 19/01/2023 à 23:28
Signaler
Les Russes menacent si on fourni des armes qui peuvent toucher leur territoire... mais je suggère à Poutine de cesser de bombarder en profondeur le territoire ukrainien, et de cesser de s'approvisionner d'armes nord-coréennes et iraniennes... Ben ou...

à écrit le 19/01/2023 à 22:13
Signaler
pour rappel: Janvier 22 VVP a déployé à Kaliningrad des armes (ogives nucléaires) longue portée couvrant toute l'Europe sauf GB Janvier 23 VVP a déployé dans l'Atlantique un bâtiment de guerre de surface avec les mêmes armes pouvant cette fois att...

à écrit le 19/01/2023 à 17:08
Signaler
Cela tombe bien ! C'est justement ce que recherche l'OTAN en mettant la faute sur les autres ! Quelle intuition ! ;-)

à écrit le 19/01/2023 à 15:35
Signaler
Les US et l'Allemagne ne livreront pas respectivement des chars Abrahms ou Léopard 2 pour la bonne raison que l'Otan va en avoir besoin au départ de la Pologne pour envahir la Biélorussie. Les Leclerc iront probablement du côté d'Odessa via la Rouma...

à écrit le 19/01/2023 à 15:31
Signaler
Le Kremlin et ses sbires ont déjà fait telles menaces plusieurs fois, cela n'a rien donné. Qu'est-ce qu'ils peuvent faire? Rien, sauf utiliser les armes nucléaires, mais a). cela ne change pas la situation militaire, b). cela va perdre les derniers s...

à écrit le 19/01/2023 à 13:13
Signaler
L'envahisseur a toujours tort aussi détestable soit le président du pays envahi.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.