L'Inde stoppe les exportations de blé, le G7 tire la sonnette d'alarme sur les risques de crise alimentaire mondiale

Les ministres de l'Agriculture du G7 ont critiqué samedi la décision de l'Inde d'interdire les exportations de blé après une récente vague de chaleur, jugeant que cela ne ferait "qu'aggraver la crise" de l'approvisionnement en céréales, déjà sous tension avec la guerre en Ukraine.

4 mn

(Crédits : Reuters)

Guerre en Ukraine, réchauffement climatique, barrières commerciales, pagaille dans les chaînes d'approvisionnement, hausse du coût du fret...les tensions se multiplient sur le marché mondial des denrées alimentaires. Face à toutes ces difficultés, les pays du G7 réunis en Allemagne ont sonné l'alerte sur les risques de l'insécurité alimentaire dans le monde. Les dirigeants n'ont pas hésité à critiquer la décision récente de l'Inde de faire un blocus sur les exportations de blé.

"Si tout le monde commence à imposer de telles restrictions à l'exportation ou même à fermer les marchés, cela ne fera qu'aggraver la crise et cela nuira aussi à l'Inde et à ses agriculteurs", a déclaré le ministre allemand de l'Agriculture, Cem Özdemir, à l'issue d'une réunion avec ses homologues à Stuttgart. "Nous appelons l'Inde à prendre ses responsabilités en tant que membre du G20", a-t-il ajouté en réaction à l'annonce de New Delhi. "Nous nous sommes prononcés contre des restrictions d'exportation et appelons à maintenir les marchés ouverts", a rappelé M. Özdemir.

L'Inde, un géant du blé sur la planète

Deuxième producteur de blé au monde, l'Inde a interdit samedi les exportations sauf autorisation spéciale du gouvernement, renforçant les craintes pour l'approvisionnement mondial en céréales.

Lancée le 24 février, l'offensive militaire russe perturbe gravement l'activité agricole dans les campagnes d'Ukraine, qui était avant l'invasion le quatrième exportateur mondial de maïs et en passe de devenir le troisième exportateur de blé.

En raison du blocus imposés aux ports du pays, une vingtaine de tonnes de céréales attend dans les silos d'être exportée et la récolte de cette année est menacée.

L'Inde a décidé cette interdiction pour assurer sa "sécurité alimentaire" après un déclin de la production en raison de la chaleur extrême et d'une hausse des cours, conséquence de la guerre en Ukraine, qui complique l'approvisionnement sur le marché mondial. Les contrats d'exportation conclus avant le décret pourront être honorés, la mesure ne concernant que les exportations futures.

Celles-ci ne pourront se faire que sur autorisation spéciale de New Delhi, qui décidera au cas par cas d'approuver des demandes d'autres pays "pour garantir leur sécurité alimentaire". Les ministres de l'Agriculture réunis à Stuttgart ont "recommandé" d'évoquer le sujet lors de la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement du G7 en juin, où l'Inde sera présente en tant qu'invitée.

L'invasion russe de l'Ukraine va aggraver les fragilités des pays très dépendants des exportations de céréales ou d'engrais russes et ukrainiens, notamment en Afrique, où l'insécurité alimentaire atteint déjà des sommets sous l'effet des conflits, des crises climatiques et des chocs économiques.

Le G7 veut aider l'Ukraine à exporter son blé

Les ministres de l'Agriculture du G7 ont cherché vendredi avec leur homologue ukrainien des solutions pour contrer l'insécurité alimentaire. "Nous avons évoqué comment nous pouvons aider à sauver le plus possible les récoltes, par le chemin terrestre, ferroviaire ou via le Danube", a expliqué le ministre allemand de l'Agriculture Cem Özdemir lors d'une conférence de presse avec le ministre ukrainien Mykola Solsky à Stuttgart (sud ouest de l'Allemagne).

L'invasion russe et le blocus imposé aux ports ukrainiens a fortement réduit les voies d'exportations pour ce grand producteur agricole.

"C'est une stratégie de Vladimir Poutine d'utiliser la faim comme arme de guerre, en Ukraine et au delà", a ajouté M. Özdemir.

"Les Ukrainiens ont connu cela par le passé en Union Soviétique (...) pendant l'Holodomor", a-t-il ajouté en référence à la grande famine qui eut lieu en Ukraine en 1932 et 1933 et qui fit plusieurs millions de morts.

Certains pays d'Afrique sont particulièrement dépendants des exportations d'Ukraine, réputée pour ses terres noires très fertiles, et qui était avant l'invasion le quatrième exportateur mondial de maïs et en passe de devenir le troisième exportateur de blé.

Quelque 20 millions de tonnes doivent quitter les silos du pays d'ici trois mois avant la prochaine récolte, a expliqué M. Solski lors de cette réunion thématique du G7, rassemblant des représentants des sept puissances les plus riches de la planète (Allemagne, France, Italie, Canada, États-Unis, Japon et Royaume-Uni).

"Nous sommes confrontés à une situation difficile", a indiqué le ministre ukrainien, estimant que l'insécurité alimentaire et la hausse des prix des denrées étaient une conséquence de la guerre qui frappe "tout le monde". M. Özdemir a également qualifié de "répugnant" les vols de céréales dont sont accusées les troupes russes en Ukraine. Le chancelier allemand Olaf Scholz a de son côté "rappelé" à Vladimir Poutine lors d'un entretien téléphonique vendredi matin la "responsabilité particulière" de la Russie dans l'approvisionnement alimentaire mondial, "particulièrement sous tension en raison de la guerre", selon un communiqué de la chancellerie allemande.

"Nous ne pouvons pas résoudre cette question tout seuls" et "nous devons travailler à débloquer les ports de la Mer noire et à établir des liens logistiques vers les ports baltes", a-t-il ajouté. La Commission européenne a présenté un plan pour aider l'Ukraine à exporter sa production en mobilisant des capacités de fret.

(avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 17/05/2022 à 1:37
Signaler
Les bourgeois mondialistes qui s'offusquent de la préférence nationale indienne pour nourrir une population de plusieurs milliards d'individus au risque de subir des mouvements migratoires pour cause de famine...

à écrit le 16/05/2022 à 8:55
Signaler
Le G7 tire la sonnette d'alarme sur les risques de crise alimentaire mondiale et arrête le train au lieu d'améliorer la sécurité!

à écrit le 16/05/2022 à 1:53
Signaler
On se fiche du blé , culture céréalière qui a permis l'émergence des civilisations destructrices, d'ailleurs les scientifiques et médecins ne disent ils pas que le blé est mauvais pour ma santé ? alors tant mieux.

le 16/05/2022 à 12:36
Signaler
enfin voici une raison pour les etats unis de montrer au monde leur solidarite et de brader le prix de leur cereals a la place de l'ukraine et de l'inde et surtout s'interdire de speculer

à écrit le 15/05/2022 à 9:35
Signaler
Ben ils veulent nourrir leur plus de un milliard d'habitants c'est logique et indiscutable, les dragons célestes sont franchement pénibles de crétinerie qu'ils fassent n'importe quoi mais se taisent au moins de grâce, merci.

à écrit le 14/05/2022 à 23:27
Signaler
Il fallait réfléchir et anticipé .Toutes ces sanctions dirigées vers la Russie met à mal le monde .Les européens seront les grands perdants de ce merdier . Certains pensent que Macron a eu tort au début de son premier quinquennat de déclarer la guerr...

à écrit le 14/05/2022 à 21:16
Signaler
Il suffit que les Etats reprennent la main sur les spéculateurs au lieu de croire que "la concurrence libre et non faussée" rétablira les équilibres!

à écrit le 14/05/2022 à 17:53
Signaler
Le monde est dans un état de grave surpopulation, après cinquante ans de grave surnatalité. A chaque fois qu'on parle de cela sur le net, on se fait traiter de malthusien, il y a toujours un petit malin qui vous dit "Et qui paiera votre retraite ?" A...

le 14/05/2022 à 21:27
Signaler
Charlie, tu as parfaitement raison. Le problème de réchauffement est également lié à la surpopulation. Aujourd'hui nous sommes 8 mia, en 1974 nous étions 4 mia et en 1927 2 mia. Pourtant ce n'est pas compliqué à comprendre, mais on n'a pas le droit...

à écrit le 14/05/2022 à 16:56
Signaler
20 tonnes de céréales bloquées en Ukraine ? Vous savez ce que ça représente, 20 tonnes ? Les journalistes et les chiffres...

à écrit le 14/05/2022 à 16:48
Signaler
voir l'infographie de Courrier International du 09 avril dernier (Exportations de blé : quels sont les pays qui alimentent le monde ?). le top 10 des exportateurs est : Russie, Canada, USA, France, Ukraine, Australie, Allemagne, Argentine, Lituanie, ...

le 14/05/2022 à 18:28
Signaler
Tout à fait, l'Inde est le deuxième pays producteur de blé pour 100 000 000 tonnes, et n'exportait quasiment pas et n'importe pas non plus de blé, Autosuffisance ? d'un pays de 1.4 milliards d'habitants. On comprend que ça pose un problème au G7qui...

le 15/05/2022 à 8:57
Signaler
@ relonse de Cheng 100 000 000 tonnes? Ça en fait des grzins de blés 🤣

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.