Le PIB trimestriel du Royaume-Uni s'effondre de 20,4%

 |  | 360 mots
Lecture 2 min.
Pour Rishi Sunak, Chancelier de l'Echiquier, des centaines de milliers de personnes ont déjà perdu leur emploi, et tristement, dans les mois à venir, beaucoup d'autres vont faire de même.
Pour Rishi Sunak, Chancelier de l'Echiquier, "des centaines de milliers de personnes ont déjà perdu leur emploi, et tristement, dans les mois à venir, beaucoup d'autres vont faire de même". (Crédits : Reuters)
Au deuxième trimestre, le Royaume-Uni est entré dans une récession historique, la pire depuis 1955, en raison de la pandémie du coronavirus qui a mis l'activité en berne.

Le Royaume-Uni a vu son économie subir une contraction "record" de 20,4% au deuxième trimestre, frappée par la crise du coronavirus, et se trouve confronté officiellement à sa pire récession jamais enregistrée, selon l'Office national des statistiques (ONS). Les économistes considèrent qu'un pays entre en récession technique lorsqu'il accumule deux trimestres consécutifs de contraction de son économie.

Les commerces ont rouvert en juin

D'après l'ONS, qui publie ces chiffres mercredi, l'essentiel de la contraction, qui a commencé à se faire sentir en mars, est survenu en avril, mois entier de confinement et d'arrêt quasi total de l'activité qui a vu la production s'effondrer de 20%. Avec un tout début de reprise de chantiers de construction de et l'activité manufacturière, le produit intérieur brut (PIB) a rebondi en mai de 2,4% (chiffre révisé), suivi d'une accélération en juin (+8,7%) grâce notamment à la réouverture de tous les commerces, précise l'ONS.

C'est la plus forte contraction de l'économie britannique depuis que l'ONS a commencé ces statistiques trimestrielles en 1955, précise-t-il. L'ampleur historique de cette récession reflète "les restrictions" de déplacements et d'activité qui ont eu lieu à partir de l'entrée en vigueur du confinement dans le pays, le 23 mars.

L'organisme de statistiques relève que, sur les deux trimestres de récession, l'économie britannique s'est contractée de  22,1%, "un peu moins que les 22,7% observés en Espagne mais plus du double que la chute du PIB de 10,6% aux Etats-Unis" sur la même période. Pour l'ONS, cette "plus large contraction" au Royaume-Uni que dans la plupart des pays européens reflète la plus longue durée des mesures de confinement.

Dans les mois à venir, de nombreuses pertes d'emploi

"J'ai dit auparavant que des temps difficiles nous attendaient, les chiffres d'aujourd'hui le confirment. Des centaines de milliers de personnes ont déjà perdu leur emploi, et tristement, dans les mois à venir, beaucoup d'autres vont faire de même", a indiqué le ministre britannique des Finances, Rishi Sunak. "Mais s'il y a des choix difficiles qui devront être faits, nous traverserons" cette tempête, a-t-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2020 à 19:34 :
Je souhaiterai pouvoir dans La Tribune apporter un droit de réponse à l’article de Jérôme GRELLE du 02/09/20 9 h11 921 mots
Possible ?
Cordialement

Francis PALOMBI
Président de la confédération des commerçants de France
a écrit le 03/09/2020 à 19:34 :
Je souhaiterai pouvoir dans La Tribune apporter un droit de réponse à l’article de Jérôme GRELLE du 02/09/20 9 h11 921 mots
Possible ?
Cordialement

Francis PALOMBI
Président de la confédération des commerçants de France
a écrit le 25/08/2020 à 3:08 :
J'adore ce "ministre de l’Échiquier", qui vous l'avez remarqué sans doute, lorsqu'il est à la télévision possède un chic extrême pour vous annoncer les très mauvaises nouvelles avec ... un grand sourire et un ton rigolard, primesautier .
Don't you ?
a écrit le 13/08/2020 à 13:21 :
Le coronavirus fait du Royaume-Uni, de l'Espagne et de la France les meilleurs choix pour les acheteurs de maison qui cherchent à déménager !
.

Selon une enquête, les répondants qui envisagent de déménager : (investir dans l'immobilier) :
.

1 - Le Royaume-Uni a recueilli 30% des voix (Grâce aux bienfaits du Brexit qui attire désormais les investisseurs du monde entier)

.
2 - Espagne 17% (Alors que comme le Portugal, l'Espagne risque une énorme bulle immobilière en cas de tsunami financier)

.
3 - France 9% (Alors que le marché immobilier français est saturé et déjà historiquement surcoté)

.
Ce trio devance 13 autres pays qui ont recueilli 2 à 4% des votes.
Réponse de le 14/08/2020 à 10:53 :
"Grâce aux bienfaits du Brexit qui attire désormais les investisseurs du monde entier"
J'ai bien l'impression que toute cette prose ne servait qu'à caser discrètement cette petite ligne de propagande.
Réponse de le 15/08/2020 à 5:28 :
Tout ça pour caser les bienfaits du brexit. Et je suis d accord avec vous le brexit est un grand bien mais pour nous les européens. Quand à votre prose et à vos chiffres citez vos sources ( peu potables je pense...)
a écrit le 13/08/2020 à 7:24 :
Covid + Brexit, il y a de quoi achever un pays, c'est une double peine de confinement économique et politique que les anglais se font infliger par leur gouvernement.

On a aussi quelques soucis de notre coté mais on a conservé des relations avec nos voisins, sans lesquelles aucune économie du xxieme siècle ne peut tenir.
a écrit le 13/08/2020 à 2:57 :
La masturbation intellectuelle des européistes, dès qu'une mauvaise nouvelle arrive de UK, fait pitié...Comme si sur le continent, la soumission à Bruxelles était devenu l'horizon indépassable. Il s'agit pourtant d'un horizon de myopes. RdV dans 10 ans.
Réponse de le 13/08/2020 à 8:09 :
Plutôt la conséquence de déni et de mesures tardives de Bojo... et en plus l va y avoir le Brexit ... vous avez raison rdv dans 10 ans et on découvrira que la Gb s est appauvrie ... que les masses laborieuses et classe moyenne perde du pouvoir d achat et du niveau de vie ... tout cela pour favoriser les happy fées et autres affairistes britannique , fond de commerce et pourvoyeur de subsistes du parti de Bojo
Bien triste réalité et clam de fin .... on pourra comparer les trajectoires gb- Europe ...
Réponse de le 13/08/2020 à 8:11 :
Plutôt la conséquence de déni et de mesures tardives de Bojo... et en plus l va y avoir le Brexit ... vous avez raison rdv dans 10 ans et on découvrira que la Gb s est appauvrie ... que les masses laborieuses et classe moyenne perdent du pouvoir d achat et du niveau de vie ... tout cela pour favoriser les happy few inactifs et autres affairistes britanniques fond de commerce et pourvoyeur de subsistes du parti de Bojo
Bien triste réalité et clap de fin .... on pourra comparer les trajectoires gb- Europe ...
Réponse de le 13/08/2020 à 9:35 :
Tiens ! Le Nostradamus nouveau est arrivé.
C'est un peu comme le Beaujolais nx, soit on recrache avec dégout, soit on avale goulument.
Réponse de le 13/08/2020 à 12:20 :
Soumission à l' UE US alors qu' une poignée de pantins politiques et médiatiques aux ordres des néolibéraux s' efforcent de ne pas comprendre les seules raisons de l' échec UE et français, la soumission, la sujétion us et le mensonge accepté de la narrative des euro-globalistes. UPR, FRexit vite ..
a écrit le 12/08/2020 à 20:54 :
Quel gâchis pour tt un peuple qui va quitter l'UE au pire moment, confronté à la double peine: une gde détresse économique interne à venir face à une économie internationale sinistrée ou va primer le chacun pour soi (sauf probablement le MU, par le soutien collectif). Les Brit ne pourront cpter que sur eux même.
Faut dire aussi que Bojo s'est pris au piège tt seul : Ah! On allait montrer à ts ces mouille c.l de l'UE qui se st quasiment ts confiné devant cette vulgaire grippette..., combien ils se trompaient.
Droit ds ses bottes, tt en suivant l'exemple de ses copains Trump et Bolsonaro, il a tardé à prendre les mesures drastiques tt en laissant la contamination s'amplifier profitant d'un début de printemps un peu trop clément outre Manche.
Résultat des courses: un confinement trop tardif qui a duré plus de 3 mois, le plus long de la planète, avec en prime des quarantaines aux frontières au moment du déconfinement, d'où une vraie saignée économique à la clé, pour le bilan macabre le plus lourd et de loin, d'Europe.
Et malheureusement, ce n'est pas fini.
a écrit le 12/08/2020 à 20:19 :
Si c'est si terrible que cela, pourquoi les migrants veulent ils a tout prix quitter l'UE? Manque d'information?
Réponse de le 13/08/2020 à 8:16 :
Ou avez vous vu des statistiques ou données sur la sortie des migrants?
Par principe un migrant migre donc ne reste pas dans pays type
Les migrants n ont pas le bagage intellectuel -culturel ou l argent pour acheter la presse .... de lire de Daily mirorr ou La Tribune ....
Réponse de le 13/08/2020 à 8:17 :
Ou avez vous vu des statistiques ou données sur la sortie des migrants?
Par principe un migrant migre donc ne reste pas dans pays type
Les migrants n ont pas le bagage intellectuel -culturel ou l argent pour acheter la presse .... de lire de Daily mirorr ou La Tribune ....
Réponse de le 13/08/2020 à 9:46 :
Le fort tx de communautarisme chez les Brit ne semble pas étranger à cette attirance.
Et puis, les migrants vont alimenter l'énorme réservoir de MO low cost encouragé par l'attrait du code du travail british, avec le contrat zero heures par ex qui dissuade les E de se mettre hors la loi par de l'emploi non déclaré.
a écrit le 12/08/2020 à 13:25 :
Franchement, tant qu'ils font pires que l'Europe, tout va bien.
a écrit le 12/08/2020 à 10:34 :
Pourquoi ils s'inquiètent !
Le Brexit devrait les aider...ou pas.
a écrit le 12/08/2020 à 10:21 :
Comme je l'ai toujours dit le libéralisme pur et dur a toujours été dans l'ADN des anglais. Quand la croissance décolle au RU les experts néo libéraux applaudissent et suggèrent que la France s'inspire du RU pour faire des réformes "courageuses". Mais quand il y a une crise et que ça devient du chacun pour soi, les experts se mettent à hiverner en attendant le retour des beaux jours.
a écrit le 12/08/2020 à 10:07 :
Pourquoi s’inquiéter du R.U. puisque qu'il ne sont plus sous administration de Bruxelles et que l'on veut leur "couper les vivres"?
Réponse de le 12/08/2020 à 12:00 :
Ce n'est pas parce que le RU sort de l'Europe qu'il est interdit d'en parler.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :