Les États-Unis s'attendent à une explosion du taux de chômage en avril, autour de 20%

 |  | 700 mots
Lecture 4 min.
La rapidité avec laquelle le marché du travail est passé de sa meilleure forme depuis 50 ans, à la pire situation de l'histoire récente, rend difficile toute comparaison, pour les statisticiens du département du Travail (BLS), qui réalisent ce rapport mensuel.
La rapidité avec laquelle le marché du travail est passé de sa meilleure forme depuis 50 ans, à la pire situation de l'histoire récente, rend difficile toute comparaison, pour les statisticiens du département du Travail (BLS), qui réalisent ce rapport mensuel. (Crédits : Reuters)
Le taux de chômage d'avril, qui sera publié vendredi, pourrait approcher les 20%, soit deux fois plus que ce qu'avait connu le pays au pire moment de la Grande récession de 2009, et rejoignant plutôt des niveaux de la Grande dépression des années 1930.

La pandémie a agi sur l'économie américaine comme un tsunami, dont la vague a emporté les emplois, et le taux de chômage du mois d'avril atteindra un sommet historique alors que 30 millions d'Américains s'y sont inscrits depuis le début de la crise.

Le taux de chômage d'avril, qui sera publié vendredi, pourrait approcher les 20%, soit deux fois plus que ce qu'avait connu le pays au pire moment de la Grande récession de 2009, et rejoignant plutôt des niveaux de la Grande dépression des années 30.

Et certains économistes tablent sur 28 millions d'emplois perdus. En comparaison, 8,6 millions d'emplois avaient été perdus pendant les deux années de la crise financière mondiale.

La première vague de pertes d'emplois a touché les compagnies aériennes et les hôtels, puis les restaurants et les usines, les États ayant ordonné des fermetures. Et les écoles ont renvoyé les élèves chez eux.

La rapidité avec laquelle le marché du travail est passé de sa meilleure forme depuis 50 ans, à la pire situation de l'histoire récente, rend difficile toute comparaison, pour les statisticiens du département du Travail (BLS), qui réalisent ce rapport mensuel.

Le point de référence le plus proche pour la lecture des données sont les catastrophes naturelles, notamment "les ouragans, car ils ont tendance à être importants et à affecter des périodes ou des zones importantes", a expliqué à l'AFP la commissaire associée du BLS, Julie Hatch Maxfield.

20 millions de nouvelles inscriptions au chômage début avril

Les inscriptions au chômage ont grimpé en flèche à partir de mars, et les quatre semaines d'avril ont vu 20 millions de nouvelles demandes.

Mais ces chiffres pourraient sous-estimer l'ampleur réelle du choc, de nombreuses personnes n'ayant pas pu déposer leur dossier car les systèmes étaient débordés. Et beaucoup de personnes, non éligibles, n'ont même pas tenté de s'inscrire.

Ainsi, alors que le taux de chômage était tombé en février à 3,5%, son plus bas niveau en 50 ans, il est monté en mars à 4,4%, avec 701.000 emplois perdus.

Mais le calcul ne prend en compte la situation en début de mois. Or, les mesures de confinement ont été étendues à l'ensemble du pays au cours de la deuxième quinzaine de mars.

Selon le département du Travail, le taux de chômage aurait dû être de 5,4%.

Parmi ceux qui ont conservé leur emploi, beaucoup ont vu leur nombre d'heures réduit.

Chute plus rapide que prévu

Et les économistes s'inquiètent de l'érosion des avancées obtenues au cours des 10 années de croissance économique, qui ont notamment vu davantage de minorités entrer dans la main-d'oeuvre. Quant aux femmes, elles sont désormais souvent contraintes de cesser de travailler, depuis la fermeture des écoles.

L'économie américaine s'est contractée de 4,8% au premier trimestre, dont les seules dernières semaines étaient concernées par les mesures massives de confinement. La chute sera bien plus importante au deuxième trimestre.

"Il est désormais clair que l'économie a chuté beaucoup plus rapidement que prévu", a déclaré à l'AFP Diane Swonk, économiste en chef de Grant Thornton.

Les programmes d'aide gouvernementale pourraient toutefois provoquer un rebond temporaire de l'emploi en mai et juin. Mais si d'ici juillet, les consommateurs ne se sentent pas suffisamment en sécurité pour retourner dans les restaurants et les magasins, les petites entreprises "vont devoir licencier à nouveau", a-t-elle averti.

L'administration Trump et le Congrès ont débloqué un total de 669 milliards de dollars de prêts pour les petites et moyennes entreprises, afin de les aider à payer les salaires de leurs employés.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a également mis en garde la semaine dernière contre les dommages persistants causés par l'arrêt même temporaire de l'activité, et a déclaré qu'il "nous faudra un certain temps pour revenir à un niveau de chômage plus normal".

Plus de 70.000 personnes sont mortes du Covid-19 aux Etats-Unis, où près de 1,2 million de cas ont été recensés, selon le comptage de l'Université Johns Hopkins qui fait référence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2020 à 10:48 :
"Grande récession de 2009"

On parlait de la grande récession de 1929 époque durant laquelle de nombreux hommes d'affaires se sont suicidés or en 2009 non seulement aucun suicide de patron n'a été signalé mais en plus la plupart se sont encore plus gavés.
a écrit le 07/05/2020 à 8:09 :
Trump va bien sur dire que c'est une fake news et le résultat d'un complot mené par les chinois et les démocrates.
Pas étonnant que les pires situations soient celles des pays gérés par Trump et Jonshon: ils sont à leur niveau,cad nul!
a écrit le 06/05/2020 à 19:54 :
Ceci doir faire un mal de chien à Monsieur Trump. Ils vont certainement baisser les takes patronales.
a écrit le 06/05/2020 à 15:45 :
Visiblement on en a pour deux ans, le même temps dans une porcherie pour éradiquer la maladie cousine (mais juste les effets c'est un autre covid) avec bien du mal avant que ça reprenne une activité normale.
Espérons que celle qui a décimé les porcelets n'attaque pas nos marmots en traversant d'autres espèces avec les chauves souris en vecteur,
La prudence serait d'être immunisé (maladie ou vaccin) avant de prévoir quelque chose.
L'ex malade aura quelque chose en plus des autres.
Je suis écolo tant que la bestiole me gène pas ces chauves souris, une winchester et du petit plomb ça devrait aller.
a écrit le 06/05/2020 à 10:19 :
la vulnérabilité des économies reposant sur trop de" services" et de blabla est flagrante
j' espère que les Américains se souviendront des propos et actes irresponsables de leur président sur le covid19: " je m' en lave les mains" au sens propre et figuré...
les 100 000 futurs morts et leur famille pourront le remercier (idem pour la GB avec ses 30000 morts qui est devenus le pays européens le plus touché)
se retirer des instances internationales est plus qu' une erreur stratégique laissant la place libre à la Chine qui va se faire une joie de s' y engouffrer et noyauter ( comme pour l' OMS) , dicter sa loi au monde via ses serveurs, commutateurs (Huwaei 5G), smartphones Xiaomi , pc Asus etc...
Aux Français et politiques (Mélenchon, Le Pen et consorts) sensibles aux " chants complotistes" et dont le but est de brouiller les enquêtes judiciaires en cours ( Les comptes de campagne de Mélenchon et ses oublis de déclarations de fortune personnelle -la fraude et le vol par le RN des subventions Européennes des assistants parlementaires- le financement du RN par des banques Russes amies de Poutine ..belle ingérence pour un parti qui se réclame de " l' intérêt national")
2 questions:
-qui se cache derrière ses info-infox " complotistes" et qui a intérêt à faire exploser l' Europe qui les gêne : Russes ? Chinois? autres?
-que préférez-vous , un régime démocratique , certes pas parfait et espionné par les us, ou un régime autoritaire baillonnant et emprisonnant ( voire plus) les voix " discordantes" ( l' exemple de Kong Kong est là pour nous rappeler ce qu' est le gouvernement Chinois)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :