Les sanctions contre la Russie "feront monter l'inflation, accéléreront les sorties de capitaux et éroderont la base industrielle" du pays (Von der Leyen)

Les sanctions de Washington et Bruxelles ciblent le système financier russe. Bloquer l'accès, pour les banques russes, aux marchés financiers internationaux et aux transactions en dollars, pourrait provoquer, selon les Etats-Unis, une hémorragie de capitaux et une flambée d'inflation. Un diagnostic partagé par Bruxelles pour qui les sanctions "feront monter l'inflation, accéléreront les sorties de capitaux et éroderont progressivement la base industrielle" de la Russie, selon Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne. En réponse, la Banque de Russie et le gouvernement russe vont aider les banques sanctionnées.

7 mn

Ursula Von der Leyen
Ursula Von der Leyen (Crédits : POOL)

Alors que le système financier russe est au cœur des sanctions des puissances occidentales après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, la Banque de Russie a annoncé ce vendredi des mesures de soutien aux banques russes sanctionnées par les États-Unis et l'Union européenne, notamment les deux plus grandes, Sberbank et VTB. Désormais, les dix plus grandes institutions financières russes se retrouvent en effet visées par des sanctions, ce qui compromet leur accès aux marchés financiers internationaux et aux transactions en dollars, la devise reine de la mondialisation. De quoi, selon Washington, provoquer une hémorragie de capitaux et une flambée d'inflation. Un diagnostic partagé par Bruxelles. Les sanctions européennes "feront monter l'inflation, accéléreront les sorties de capitaux et éroderont progressivement la base industrielle" du pays, a, en effet, affirmé Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, citée par l'agence Reuters.

"La Banque de Russie et le gouvernement russe vont apporter toute l'assistance nécessaire aux banques sanctionnées par les États occidentaux", notamment aux deux plus grandes banques du pays, VTB et Sberbank, a indiqué l'institution financière dans un communiqué.

"Toutes les opérations de ces banques en roubles seront effectuées et les services appropriés seront fournis à tous les clients comme d'habitude (...). Tous les moyens des clients en devises étrangères ont également été préservés et peuvent être délivrés en ces devises", assure le communiqué.

"La Banque de Russie est prête à soutenir les banques avec des roubles et des devises étrangères, prête à prendre des mesures supplémentaires pour assurer la stabilité et la continuité des activités opérationnelles des banques , pour défendre les intérêts de leurs créanciers et épargnants", ajoute-t-elle.

L'utilisation des cartes Visa ou Mastercard impossible à l'étranger

Sberbank a assuré jeudi que tous ses systèmes et ses bureaux continuaient de fonctionner "normalement", ses clients ayant "pleinement l'accès" à tous leurs moyens financiers. De son côté, VTB a annoncé qu'en raison de sanctions, l'utilisation de ses cartes bancaires de types Visa et Mastercard à l'étranger était "impossible".

"Nous vous recommandons de retirer du liquide à l'avance pour les paiements sur le territoire des pays étrangers", a indiqué VTB dans un communiqué, en précisant que sur le territoire russe toutes les cartes étaient opérationnelles "sans restrictions".

Novikombank, également sanctionnée, a indiqué que la "mise en place de sanctions ne va pas affecter" ses activités. "Nous garantissons la sécurité des moyens financiers de nos clients et de leurs intérêts", a assuré la banque dans un communiqué.

Le système Swift n'est pas bloqué

 L'Union européenne, réunie en sommet à Bruxelles, a durci jeudi soir ses sanctions contre la Russie, après son invasion de l'Ukraine, sans toutefois aller jusqu'à exclure le pays du système d'échanges bancaires internationaux Swift. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait réclamé de bloquer l'accès de la Russie au système de messagerie bancaire Swift pour l'isoler financièrement du reste du monde, à l'instar de l'Iran fin 2019. Quelque 300 banques et institutions russes utilisent Swift pour leurs transferts de fonds interbancaires. Mais il n'a pas été suivi. Plusieurs Etats membres freinent, dont l'Allemagne, très dépendante du gaz russe pour son approvisionnement, qui préfère l'envisager pour plus tard. L'Italie, également très dépendante du gaz russe, mais aussi la Hongrie, Chypre, ou la Lettonie, partagent les réticences de Berlin.

"Les dirigeants russes devront faire face à un isolement sans précédent", a promis la présidente de la Commission Ursula von der Leyen. C'est le train de sanctions le "plus sévère jamais mis en oeuvre" par l'UE, a affirmé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Lire aussi 5 mnUkraine : exclure les banques russes de SWIFT, l'arme à double tranchant de l'Occident contre Poutine

L'UE va notamment limiter drastiquement l'accès de la Russie aux marchés de capitaux européens, entravant et renchérissant le financement de sa dette. Selon Ursula von der Leyen le nouvel ensemble de sanctions économiques contre la Russie, "ciblent 70% du marché bancaire russe et des entreprises publiques majeures, dont dans le secteur de la défense".

Lire aussi 6 mnGuerre en Ukraine : la crainte d'un cycle baissier sur les marchés financiers

L'UE va réduire l'accès de la Russie à des "technologies cruciales", en la privant de composants électroniques et de logiciels, de façon à "pénaliser gravement" son économie, a expliqué Ursula von der Leyen. Elle a dévoilé différentes mesures lors d'une conférence de presse : interdiction d'exporter vers la Russie des avions, pièces et équipements de l'industrie aéronautique et spatiale, ainsi que des technologies de raffinage pour l'industrie pétrolière. Les restrictions d'exportations toucheront aussi les biens à double usage (civil et militaire). Des mesures également décidées par Washington.

Les banques de l'UE auront interdiction d'accepter des dépôts de citoyens russes de plus de 100.000 euros et plusieurs entreprises étatiques russes se verront bloquer l'accès aux financements européens. De nouvelles sanctions frapperont des individus dans les cercles du pouvoir (gel des avoirs, interdiction du territoire européen...). Elles s'ajouteront à celles déjà entrées en vigueur mercredi soir, notamment contre des personnalités proches de Poutine. "L'impact sera maximum sur les élites russes", assure Ursula von der Leyen.

Le Bélarus, accusé d'être impliqué dans les opérations russes, sera par ailleurs frappé de sanctions supplémentaires.

Objectif : porter un coup très dur à la finance et à l'économie russe

Les sanctions européennes "feront monter l'inflation, accéléreront les sorties de capitaux et éroderont progressivement la base industrielle" du pays, a affirmé Ursula von der Leyen. Porter un coup terrible à la finance comme à l'économie russe, pendant que Vladimir Poutine sera relégué au rang de "paria" sur la scène internationale : Joe Biden a, lui aussi, défendu jeudi un arsenal de sanctions mises au point par les Etats-Unis et leurs alliés en réponse à l'invasion de l'Ukraine.

Ces représailles économiques et financières "dépassent tout ce qui a jamais été fait", a soutenu le président américain lors d'une allocution télévisée très attendue depuis la Maison Blanche.

Mais il a reconnu qu'il "faudrait du temps" pour évaluer l'effet des sanctions américaines, qui contournent le secteur de l'énergie, crucial pour la Russie. Avec les sanctions annoncées jeudi, il s'agit de tarir à court terme des flux de financement de la Russie et de compromettre à long terme son développement technologique et militaire, tout en bousculant les richissimes oligarques russes.

Joe Biden a annoncé par ailleurs que plusieurs grandes entreprises russes - 13 au total - ne pourraient plus désormais se financer sur le marché financier américain, une sanction qui avait déjà été prise contre le gouvernement russe lui-même.

Il a toutefois précisé que ces lourdes représailles financières ne s'appliqueraient pas au secteur des hydrocarbures, qui procure d'abondants revenus à la Russie: "Nous avons précisément conçu (les mesures) de manière à permettre aux paiements de continuer pour l'énergie". Washington craint de faire flamber encore davantage les cours du pétrole et du gaz.

Pour le président ukrainien Volodimir Zelenski, les sanctions occidentales imposées contre Moscou étaient insuffisantes. Il a reproché à la communauté internationale d'assister de loin aux événements en cours en Ukraine, dont la capitale Kiev a été frappées aux premières heures de vendredi par des tirs de missiles russes. Dans une vidéo diffusée quelques heures plus tôt, Volodimir Zelenski a dit être "la cible numéro une" de la Russie et a assuré qu'il ne quitterait pas Kiev.

Face à ces sanctions, Moscou promet une réplique "sévère"

Lire aussi 7 mnUkraine : Moscou promet une réplique "sévère" aux sanctions européennes prises à l'encontre de la Russie

 (Avec AFP et Reuters)

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 27/02/2022 à 17:26
Signaler
Bonjour, Certe la Russie aura toujours comme client la Chine communistes .... D'ailleurs s'est une des raisons du retrait américains de cette crise en Europe... La priorité des USA s'est la Chine et surtout pas de créé une alliance d'opportunités...

à écrit le 27/02/2022 à 9:33
Signaler
Du foutage de gueule.

à écrit le 27/02/2022 à 4:35
Signaler
Poutine avait prevu cela. Les banques chinoises sont parties prenante avec la Russie avec un systeme qui fonctionne deja. Pauvre vanderlayen, un train de retard, la bourgeoise.

le 27/02/2022 à 13:51
Signaler
Les Chinois savent pertinemment qu'après la Russie, leur tour viendra.

à écrit le 25/02/2022 à 20:54
Signaler
Qui va demeurer le Pharaon.? Et ; Qui deviendra Dieu du Septentrion, de l’Occident, et de l’Orient ? De oligarques ou Émir milliardaires se retrouver ( clochard ou Diogène) ne doit pas être plaisant du tout, mais peut-être l’occasion de méditer ...

à écrit le 25/02/2022 à 18:32
Signaler
Pourquoi voulez vous pénaliser le peuple Russe, Ursula ?

à écrit le 25/02/2022 à 14:58
Signaler
Vous oubliez la cryptomonnaie et l allie chinois...alors les sanctions Swift....

à écrit le 25/02/2022 à 14:55
Signaler
La Russie va couper le gaz et... ô miracle, l'Allemagne qui a sabordé ses centrales nucléaire et qui dépend du gaz russe va baisser pavillon... en entrainant la plupart des autres pays avec eux. A méditer pour ceux qui ne veulent ni défense europé...

le 25/02/2022 à 17:34
Signaler
malgre les avertissement des peuples d'europe nos bisounours ont ignorer les alertes et ont voulu croire que la mondialisation etais le remede a toutes les crises et ce jour ils nous rabatte avec la democratie alors que eux meme ignore les votes d...

à écrit le 25/02/2022 à 13:01
Signaler
Des sanctions économiques c'est bien mais ça impactera davantage le peuple russe qui risque alors de se ressouder derrière son Président qui n'hésitera pas à incriminer l'Occident.

le 25/02/2022 à 18:35
Signaler
Ursula Von der Leyen est riche, elle s'en fiche. Et puis son ami pdf de Pfizer, au 36 milliards de bénéfices en 2021 ayant gagné les contrat avec l'Europe, contrat illisible car caviardé quand les députés les récupère l'attends à New York.

à écrit le 25/02/2022 à 10:33
Signaler
Il faut géolocaliser en temps réel toute la force de frappe nucléaire de la Russie de manière la plus exhaustive possible et frapper simultanément par des "vecteurs" furtifs coordonnés subsoniques pour une plus grande discrétion initiale envoyés le l...

à écrit le 25/02/2022 à 10:27
Signaler
On est bien parti pour être dominés par la Russie... aussi ! La Russie ! Aussi !

à écrit le 25/02/2022 à 10:04
Signaler
Prochaine étape Pologne pays baltes etc Poutine trouvera bien un prétexte La chine en profitera pour annexer Taïwan et s’immisceraient dans les pays Asie du Sud est … ça craint Au fait zemmour qui pretenfdait que la Russie n envahirait pas l Ukra...

le 25/02/2022 à 15:29
Signaler
fallait pas commencer par créer DE TOUTE PIECE le kosovo en annexant une partie de la serbie. mais la c'etait normal, n'est ce pas ?

à écrit le 25/02/2022 à 9:26
Signaler
Attention à ne pas trop nous monter le bourrichon : personne n'est prêt à assumer une guerre avec la Russie pour l'Ukraine. Sinon, arrêtons de nous retenir, on va finir par se faire mal...

le 25/02/2022 à 9:52
Signaler
Votre vision est réductrice : ce n est pas une guerre pour l Ukraine mais un conflit pour l état de droit et la démocratie … mais c est vrai dans votre moelleux fauteuil parisien rive gauche on est un peu malvoyant …

le 25/02/2022 à 20:49
Signaler
@Brehat : votre romantisme est rafraichissant, mais totalement inapproprié, comme celui des promoteurs de la croisade des enfants au Moyen-Âge ; vous êtes dans le déni complet et refusez de voir la réalité. Alors n'attendez plus : allez vous battre e...

à écrit le 25/02/2022 à 9:22
Signaler
Les autorités, qu'elles soient françaises ou européennes, persistent à raconter des bobards, pour cacher aux citoyens-sujets les conséquences néfastes et de courte vue, de leur politiques irresponsables de transferts financiers et de délocalisations ...

le 25/02/2022 à 9:58
Signaler
Vous pouvez condamner l équipe de Barroso qui a œuvre à cela comme tous les politiciens européens et les industriels qui ont vu un moyen à court terme d améliorer leur coûts sur le dos des consommateurs européens… c est à des bollore et consorts qu i...

le 25/02/2022 à 10:00
Signaler
le seul probleme c est qu arreter d importer gaz et petrole c est dire aux francais qu ils vont devoir marcher au lieu de prendre leur voiture et diminuer leur chauffage. Qui y est pret ? Comment se faire elire dans 2 mois en promettant du sang et de...

à écrit le 25/02/2022 à 9:18
Signaler
En lisant le titre je me suis dit ""elle parle de quel pays?""

à écrit le 25/02/2022 à 9:15
Signaler
Pour l'Ukraine c'est trop tard et il faut repartir de l'avant, le pire serait d'en rajouter et de créer une nouvelle guerre froide dont l'ampleur nous ferait regretter la précédente, il n'y aurait que des perdants. Corrigeons nos erreurs par une vrai...

à écrit le 25/02/2022 à 8:59
Signaler
bon, la majorite des russes ne sort jamais, la seule industrie qui interesse poutine c'est l'armement, et l'inflation, ils y sont habitues, ils ont ete regulierement rinces ' dans la tolerance bienveillante car de gauche'; pour le reste les russes un...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.