Meurtre du journaliste Khashoggi : un "incident hideux" pour MBS

 |   |  548  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a qualifié "d'incident hideux" le meurtre du journaliste et opposant Jamal Khashoggi, réagissant pour la première fois en public à cette affaire qui provoque un tollé international et écorne l'image du royaume saoudien. Dans le même temps, la France s'est dit prête à prendre des "sanctions internationales" si la responsabilité de l'Arabie saoudite est avérée.

En marge du forum international sur l'investissement organisé à Ryad qui s'achève ce jeudi 25 octobre - largement boudée par les Occidentaux en raison du scandale -, le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane est revenu pour la première fois sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi au sein du consulat saoudien à Istanbul. L'homme fort du royaume saoudien a qualifié cet incident "d'hideux et de totalement injustifiable", affirmant que la "justice prévaudra" dans cet affaire et qu'il n'y aurait "pas de rupture des liens avec la Turquie".

Dans le même temps, le président français Emmanuel Macron a fait part au roi Salman, par téléphone, de sa "profonde indignation" face à ce crime, se disant prêt à prendre des "sanctions internationales" contre "les coupables" du meurtre du journaliste et opposant saoudien. Mercredi matin, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux avait déjà estimé que "dans l'hypothèse où la responsabilité de l'Arabie saoudite est avérée, alors nous en tirerons les conséquences et nous prendrons des sanctions, mais (...) pas simplement sur les armes" (comme l'a décidé l'Allemagne).

Pas de rupture des liens avec la Turquie

Plus tôt, la présidence turque a fait savoir qu'Erdogan s'était entretenu par téléphone avec MBS et que les deux hommes avaient discuté des mesures nécessaires pour faire la lumière sur tous les aspects de l'affaire.

Pourtant, mardi, le président turc a laissé entendre que ce meurtre a été planifié, selon les preuves réunies par les autorités turques, le qualifiant "d"assassinat politique". Pour autant, il s'est toujours gardé de citer des noms et d'impliquer directement le régime saoudien, bien que la presse turque accusent MBS d'avoir commandité le crime.

"Beaucoup essayent d'exploiter l'affaire Khashoggi pour créer un antagonisme entre l'Arabie saoudite et la Turquie mais ils ne réussiront pas", a déclaré le prince héritier.

L'Arabie saoudite sera "totalement différente dans les cinq prochaines années"

Après avoir nié sa mort, Ryad, sous pression internationale accrue pour s'expliquer, a avancé plusieurs versions, évoquant un temps une "rixe" ayant mal tourné, puis affirmant que le meurtre avait été commis lors d'une opération "non autorisée" et dont le prince héritier n'avait pas été informé. Mais les explications saoudiennes n'ont guère convaincu et les Occidentaux, sceptiques, ont réclamé une enquête "crédible et transparente".

Ryad a annoncé des arrestations et des limogeages, notamment au sommet des services de renseignement dans le cadre de cette affaire et affirmé que toutes les personnes impliquées rendraient des comptes.

Sur les réformes engagées dans le royaume, le prince héritier a également affirmé que "dans les cinq prochaines années, l'Arabie saoudite sera totalement différente". MBS est à l'origine d'un plan de réformes économiques et sociales, "Vision 2030", qui prévoit des méga-projets futuristes et vise à diversifier les ressources du royaume et à l'orienter davantage vers les services et les nouvelles technologies, loin du pétrole.

"Si nous réussissons dans les cinq années à venir, d'autres pays (de la région) nous suivront", a-t-il dit. "C'est la bataille des Saoudiens et c'est ma bataille dans laquelle je suis engagé personnellement".

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2018 à 5:07 :
La France n'est pas directement concernée par cette histoire, je ne vois pas la nécessité de s'en mêler.
a écrit le 25/10/2018 à 17:10 :
Quoi d'autre pouviez-vous attendre de celui qui est déjà responsable de la catastrophe humanitaire au Yemen ?
a écrit le 25/10/2018 à 14:28 :
C'est sans doute particulièrement stupide de caresser le dos des dictateurs du golfe persique pour de simples histoires de pétrole, il faut voir à plus long terme et il ne faudra pas beaucoup de déscénies pour qu'on puisse s'en passer, et on aura bu la coupe jusqu'à la lie en attendant.
a écrit le 25/10/2018 à 13:09 :
Justement,la fin prochaine de la manne des hydrocarbures n'est pas prise en compte par les pays occidentaux,notamment les USA et la France. Ils continuent à faire preuve d'une mansuétude incroyable à l'égard du régime d'AS,même après les attentats du 11/09(15 des 19 terroristes étaient des saoudiens)et l'attentat du Bataclan à Paris. Cela étant dit,le remplacement du pétrole par les énergies renouvelables,ne sera réel que dans une vingtaine des années. Il y a plusieurs techniques qui sont en développement ou en expérimentation,les batteries electriques avec une autonomie importante pour les voitures (les batteries électriques solides,c'est pour 2025),l'hydrogène comme source d'énergie pour les piles à combustible et tous les systèmes de stockage pour l'éolien et le photovoltaïque
a écrit le 25/10/2018 à 11:24 :
On c'est pas encore terminé l'affaire Benalla !?

Yen a marre hein, il est partout ce gars...
a écrit le 25/10/2018 à 10:59 :
"On tue le mort et on assiste à ses funérailles "proverbe arabe porteur de vérité.MBS doit se presenter à la justice internationale si ce n'est pas à la justice turque.Sinon les musulmans ne doivent pas confier la garde des lieux saints a une familles d'assassins. Aujourd'hui on a tué un journaliste ,demain on tuera un ministre ou un president parce qu'il n'a pas obéit a MBS.
a écrit le 25/10/2018 à 10:47 :
C'est du Coluche... pas sûr que le terme "incident" calme les opinions publiques.

Ah, la crise eh !
Ils ont dit que c'était une bavure !
T'aurais vu la gueule de la bavure !
Moi, ça m'a fait passer l'envie de baver !
a écrit le 25/10/2018 à 10:00 :
Le problème pour l'Arabie Saoudite ce n'est pas seulement ce meurtre qui révèle un pouvoir d'un autre age, qui a oublié l'opinion publique internationale, mais l'annonce au coeur de cet hiver de la mise au point de batteries de forte capacité portant l'autonomie des voitures à 600 km (Tiamat) rechargeables en quelques minutes et donc proclamant la fin du tout pétrole et ....la fin de la manne pétrolière. MBS n'aura pas le temps de diversifier son économie c'est trop tard ,beaucoup trop tard. Pire, la cotation de Aramco au pire moment de la débâcle financière qui s'annonce pourrait être un désastre...et ruiner les dernières réserves en capital du "royaume"
Réponse de le 25/10/2018 à 11:08 :
Bien vu. Il faut noter par ailleurs un nombre important de pays producteurs souhaitant regler les factures en monnaies locales. Ce qui signifie la fin de l'egemonie du $. Solution qui a terme mettra l'Arabie dans une sale situation.
Pourtant ce pays a l'instar de l'Algerie avait largement le temps de diversifier son economie.
Trop tard en effet.
A se goinfrer comme des parvenus, voila le resultat.
On va pas les plaindres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :