Midterms : UBS table sur une courte majorité démocrate à la Chambre

 |   |  564  mots
Il y a 60% de probabilité que le camp démocrate bénéficie d'une courte majorité à la Chambre des représentants, estiment les analystes de la banque suisse UBS.
Il y a 60% de probabilité que le camp démocrate bénéficie d'une courte majorité à la Chambre des représentants, estiment les analystes de la banque suisse UBS. (Crédits : UBS)
À l'occasion des élections de mi-mandat aux États-Unis, les analystes de la banque suisse UBS tablent sur une courte majorité démocrate à la Chambre, tandis le Parti républicain garderait le contrôle du Sénat. Selon eux, un tel cas de figure pourrait déboucher sur une situation de blocage et provoquerait, à court terme, des perturbations sur les marchés financiers.

Aux États-Unis, les élections de mi-mandat du 6 novembre (dites "midterms") devraient tourner au référendum pour ou contre Donald Trump, deux ans après sa victoire à la présidentielle de 2016. Elles doivent pourvoir au renouvellement des 435 élus de la Chambre des représentants, de 35 des 100 sénateurs et de 36 gouverneurs d'États. D'après les projections des analystes d'UBS, il y a 60% de probabilité que la Chambre des représentants soit contrôlée par le Parti démocrate (d'une courte majorité) à l'issue de ce scrutin, tandis que le Parti républicain conserverait sa mainmise sur le Sénat. Si cette hypothèse se vérifie, Donald Trump sera contraint au compromis avec les démocrates pour faire passer ses lois majeures.

Mais si les démocrates s'emparent aussi du Sénat (20% de probabilité), le Congrès aura du mal à adopter une législation. Cela pourrait déboucher sur une crise politique "périodiquement perturbatrices".

--

Midterms, UBS

[Il y a 60% de probabilité que le camp démocrate bénéficie d'une courte majorité à la Chambre des représentants. Cliquer sur la photo pour l'agrandir. Crédits : UBS]

--

Dans une note, Justin Waring et Michael Ryan, respectivement responsable de la stratégie et directeur des investissements pour les Amériques chez UBS, estiment que la seule victoire du Parti démocrate à la Chambre suffit à provoquer des perturbations sur les marchés à court terme.

"Si les démocrates s'emparent de la Chambre, nous nous attendons à une augmentation des blocages, avec un risque accru de voir les lois considérées comme essentielles passer à la dernière minute avec des 'accords de minuit', ce qui pourrait entraîner des perturbations sur les marchés à court terme. A l'opposé, les scénarios d'un "contrôle républicain" paraissent plus favorables pour les marchés."

L'économie plaide en faveur des républicains

Toujours dans cette note, on peut lire que "globalement, les facteurs politiques continuent d'avantager les démocrates cette année tandis que les facteurs économiques plaident en faveur des républicains." Si les perspectives se sont, certes, un peu améliorées pour les républicains, cela ne modifient pas pour autant le scénario de base des analystes de la banque suisse.

Mais attention, la marge d'erreur dans les calculs reste importante et la variable clé qu'est la participation ne peut pas être prédite avec précision, ajoute-t-ils. Pour rappel, la participation moyenne aux élections de mi-mandat est de 39%, contre 56% pour l'élection présidentielle.

Les problèmes politiques auront un impact "modeste" sur les secteurs financier et industriel

Le scénario d'un contrôle démocrate de la Chambre est de neutre à négatif pour les actifs risqués en raison des frictions à prévoir avec le Congrès, estime UBS, qui recommande de surpondérer les valeurs financières avec, en revanche, une légère sous-pondération sur les valeurs industrielles.

Les anticipations des consommateurs concernant les perspectives économiques sont plus élevées chez les républicains que chez les démocrates (85,3 contre 65,3 selon le dernier indice de l'université du Michigan).

Une victoire aux élections a tendance à stimuler l'optimisme des électeurs du parti qui les remporte concernant les perspectives économiques, ce qui veut dire qu'un succès démocrate à la Chambre pourrait renforcer la confiance des électeurs démocrates dans leur économie, ajoutent les auteurs de la note.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2018 à 19:05 :
Les sondages ont été totalement mis en déroute lors des élections présidentielles aux USA.
Tout est encore possible, y compris le pire. Les midterms sont encore moins votées que les présidentielles et une sur-mobilisation minime d'un camp peut tout changer sur un fait divers.
a écrit le 31/10/2018 à 18:43 :
Je table sur une majorité républicaine qui permettra aux démocrates de se remettre en question et de s'éloigner du dogme globaliste!
a écrit le 31/10/2018 à 18:08 :
Je ne suis pas fan de Donald Trump mais ça m'étonnerais qu'UBS aie prévu la victoire de Donald Trump...
a écrit le 31/10/2018 à 16:38 :
"L'économie plaide en faveur des républicains" ! La réponse est assez simple, ils vont garder une courte majorité et pas le contraire ! Les démocrates ont comme programme d'être "anti trump" avec juste ça ils ne vont pas aller loin !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :