Pétrole : la production de la Libye revient sur le marché mondial après trois mois de paralysie

« Nous sommes heureux d'annoncer que nos cadences de production ont atteint les niveaux d'avant la force majeure de 1,2 million de barils par jour », annoncé ce mardi la compagnie nationale pétrolière libyenne, qui avait subi un blocus d'une partie de ses sites d'extraction et de production de mi-avril à mi-juillet. L'or noir libyen est toujours soumis aux tensions politiques internes entre les deux clans rivaux de l'Ouest et de l'Est du pays qui veulent tirer profit de la principale source de devises étrangères.
Une installation pétrolière libyenne.
Une installation pétrolière libyenne. (Crédits : Ismail Zetouni)

Une bonne nouvelle sur un marché mondial des hydrocarbures très tendu. La production pétrolière en Libye a retrouvé son niveau d'avant-blocus qui avait paralysé l'économie libyenne de mi-avril à mi-juillet. Soit 1,2 million de barils par jour, d'après le ministre du Pétrole et du Gaz à l'AFP.

« Nous sommes heureux d'annoncer que nos cadences de production ont atteint les niveaux d'avant la force majeure de 1,2 million de barils par jour », a confirmé dans un  communiqué la Compagnie nationale de pétrole (NOC) qui gère le monopole du pétrole libyen. L'état de force majeure, qui avait été déclaré mi-avril, autorisait la NOC à ne pas honorer ses contrats de livraison de pétrole.

Pourtant doté des plus grandes réserves pétrolières d'Afrique, la Libye est plongée dans le chaos économique et surtout politique depuis l'effondrement du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. Le pays qui fût longtemps le premier producteur de pétrole d'Afrique est désormais en proie à la guerre civile, par ailleurs théâtre d'influence entre grandes puissances qui soutiennent les clans rivaux.

Deux gouvernements revendiquent la légitimité du pouvoir depuis mars: celui de Tripoli  à l'Ouest dirigé par Abdelhamid Dbeibah depuis 2021 et celui de Fathi Bachagha, appuyé par le camp du maréchal Khalifa Haftar. Au milieu de ces vives tensions, qui virent régulièrement à l'affrontement armé entre milices, le pétrole fait figure de manne précieuse quand l'économie est exsangue depuis plus d'une décennie.

Tenaillé entre ces intérêts politiques, l'or noir libyen se trouve pris en otage. Mi-avril, six gisements et terminaux pétroliers majeurs avaient suspendu leur activité sur décision de groupes inféodés au camp de l'Est. Ces derniers exigeaient notamment du clan de Tripoli une « répartition équitable » des bénéfices pétroliers. La production de la première, et quasi-unique source de revenus du pays grâce à l'exportation, était même tombée à 400.000 barils par jour.

Un facteur de détente sur le marché du brut

Mi-juillet, les groupes à l'origine du blocage ont finalement annoncé la levée de l'embargo sur la production et l'exportation après une conciliation de circonstance entre camps de l'Est et de l'Ouest qui ne l'ont néanmoins pas officialisée. Selon des sources diplomatiques occidentales, l'accord permet à Dbeibah de recevoir du camp Haftar une plus grande part des recettes pétrolières.

Le retour du brut libyen ouvre des perspectives de détente sur le marché mondial du pétrole, confronté à des prix records à cause d'un manque d'offre. Les pays occidentaux cherchent des alternatives au pétrole russe qui pourrait venir à manquer comme le gaz et sollicite de plus en plus leurs partenaires moyen-orientaux et africains à l'image de la visite de Joe Biden fin juillet en Arabie Saoudite. L'Opep se réunit mercredi à Vienne et devrait acter une augmentation relative de la production de pétrole, de nombreux pays membres étant déjà au maximum de leurs capacités sans atteindre leurs quotas respectifs.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.