Pétrole : le rééquilibrage du marché se fait toujours attendre

 |   |  597  mots
Nous devons attendre un peu plus longtemps pour vérifier si le processus de rééquilibrage a effectivement commencé au deuxième trimestre et si la confiance en berne des investisseurs est justifiée ou pas, souligne l'Agence internationale de l'énergie.
"Nous devons attendre un peu plus longtemps pour vérifier si le processus de rééquilibrage a effectivement commencé au deuxième trimestre et si la confiance en berne des investisseurs est justifiée ou pas", souligne l'Agence internationale de l'énergie. (Crédits : Reuters)
Si la croissance de la demande s'accélère pour atteindre 98 millions de barils par jour cette année, selon l'AIE, le déséquilibre avec l'offre va perdurer en raison d'un niveau élevé des stocks mondiaux et un relâchement de la discipline pour respecter les plafonds de production des membres et non membres de l'Opep. Une situation qui devrait continuer à peser sur les prix du baril.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a relevé légèrement jeudi sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2017, appelant toutefois le marché à s'armer de patience face au processus de rééquilibrage entre l'offre et la demande.

Après un rebond de la consommation au deuxième trimestre, l'agence prévoit que la demande mondiale augmente de 1,4 million de barils par jour (mbj) (soit +1,5% ou encore +0,1 mbj comparé à son estimation précédente) pour atteindre 98 millions de barils par jour en 2017. Elle anticipe une croissance similaire de 1,4 mbj pour 2018 avec une demande mondiale devant s'élever à 99,4 mbj.

Inde, Etats-Unis et Allemagne ont davantage consommé

Après une demande jugée "médiocre" au premier trimestre, les chiffres provisoires de l'agence font état d'une "accélération spectaculaire" d'1,5 mbj au deuxième trimestre. Un rebond dû à une hausse attendue de la consommation en Inde combinée à un appétit "surprise" en provenance des Etats-Unis et de l'Allemagne.

Plusieurs facteurs, comme le niveau de stocks encore élevé et l'augmentation de la production pétrolière en juin malgré le maintien de plafonds en vigueur depuis fin 2016, continuent à entretenir le déséquilibre entre l'offre et la demande. "L'équilibre du marché actuel implique un déstockage de 0,7 mbj au deuxième trimestre" mais "le niveau actuel des stocks ne soutient pas ce scénario", prévient l'AIE qui fait état d'"une réduction modérée" en juin des stocks des pays industriels de l'OCDE.

Hausse de la production au Nigeria et en Libye

Le processus de rééquilibrage du marché a également pâti en juin de la hausse de la production des 14 pays de l'Opep à 32,61 millions de barils par jour (mb/j), son plus haut niveau de l'année. Les deux pays exemptés de l'accord de plafonnement de production, le Nigeria et la Libye, ont ouvert davantage leurs robinets. Mais aussi, certains producteurs n'ont pas respecté les quotas auxquels ils étaient pourtant liés.

Ainsi en juin, le taux de conformité (78% contre 95% en mai) à ces exigences a été le plus bas depuis le début de l'année chez les producteurs de l'Opep et dépassé pour la première fois par celui des pays hors Opep (82%), détaille le rapport. Face aux investisseurs qui considèrent que le rééquilibrage du marché pétrolier et la remontée des prix tardent à se faire sentir, l'agence estime qu'il faut cependant s'armer de patience.

Elle rappelle que l'accord passé entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et d'autres pays producteurs pour réduire leur production d'or noir, scellé fin 2016 et renouvelé en mai, court jusqu'en mars 2018. "Son succès est jugé sur toute la période plutôt que sur un mois", souligne le rapport qui préconise d'"attendre et voir si l'évolution de l'offre du cartel dans son ensemble impose un ajustement aux arrangements actuels".

Les Etats-Unis tirent à la hausse la production mondiale

Le comité de suivi mis en place par l'Opep et ses partenaires doit se réunir le 24 juillet prochain à Saint-Pétersbourg en Russie pour faire le point sur la mise en place de leur accord. "Nous devons attendre un peu plus longtemps pour vérifier si le processus de rééquilibrage a effectivement commencé au deuxième trimestre et si la confiance en berne des investisseurs est justifiée ou pas", conclut l'agence. La production des pays non membres de l'Opep est attendue en hausse de 0,7 mbj en 2017 et de 1,4 mbj l'an prochain, tirée en premier lieu par les Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2017 à 20:03 :
On s’occupe du prix alors que c’est la quantité qui devrait être le facteur principal. Depuis les années 80 les découvertes sont inférieures à la consommation et depuis 2000 elles plongent (1/5 entre 2000 et 2015, 1/12 en 2016, encore moins en 2017) ce que vous ne comprenez pas avec le pétrole, c’est que le prix peut rester le même avec des grandes variations de volume et des prix variables avec un volume constant (allez voir les séries historiques depuis les années 1965), vous ne verrez pas arriver la prochaine crise financière, comme les subprimes. Le problème ne sont pas les réserves, c’est le débit du robinet qui dépend des investissements et de la géologie !
Voilà où nous en sommes sur le pétrole:
L’état des compagnies pétrolières:
https://srsroccoreport.com/the-blood-bath-continues-in-the-u-s-major-oil-industry/
La consommation versus futur:
https://www.peakprosperity.com/blog/108822/way-save-ourselves
L’état de l’OPEP:
https://srsroccoreport.com/world-economies-in-trouble-middle-east-oil-exports-lower-than-40-years-ago/
L’état des découvertes:
https://srsroccoreport.com/future-world-economic-growth-in-big-trouble-as-oil-discoveries-fall-to-historic-lows/
L’état du pétrole de schiste:
https://srsroccoreport.com/troubling-signs-at-bakken-as-oil-production-growth-stalls/
L’état des finances mondiales:
https://srsroccoreport.com/central-bank-market-rigging-horrified-about-the-biggest-global-bank-run-in-history/
Les champs qui fournissaient em 1995, 60 Mbp/j sont à 20 Mbp/j aujourd’hui, en moyenne déclin de 5% par an, d’après Mr. De Marjorie (TOTAL) em 2013 avant sa mort, il faudrait trouver et exploiter l’équivalent de 55 Mbp/j soit 4 Arabie Saoudite ou 10 Mer du Nord en 2035. Où sont ces champs? La fin des énergies fossiles est la fin de notre société. Donc le collapse est pour 2030 ± 5 anos
http://www.dailymotion.com/video/x1bw879_des-resultats-annuels-2013-en-baisse-pour-total-christophe-de-margerie-dans-integrale-bourse-12-02_news
a écrit le 13/07/2017 à 13:48 :
""Son succès est jugé sur toute la période plutôt que sur un mois","

Oui sauf que cela fait deux ans qu'ils se réunissent sans arrêt, à un moment les réunions ça ne rassurent plus.

On ne comprend pas tout ce qu'ils veulent ces gens là à attendre que le prix du baril remonte, mais pourquoi donc ? C'est pas vous qui nous dites face à nos salaires et condtions de travail qui se dégradent continuellement que c'est comme ça c'est la loi de l'offre et de la demande ?

Mais comme là on touche aux revenus de milliardaires centenaires il faut faire baisser le prix du pétrole.

Lithium pour tout ces malades svp.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :