Plafonnement du prix du pétrole russe : Moscou prépare sa riposte

Quelles conséquences le plafonnement du prix du pétrole va-t-il avoir sur l'économie russe ? Pour le Kremlin, cette énième sanction des Occidentaux pour tenter de tarir les capacités de financements de la guerre en Ukraine n'aura pas les effets attendus. « Il y aura des acheteurs pour nos produits », oppose la diplomatie russe.
(Crédits : MAXIM SHEMETOV)

Le plafonnement du prix du pétrole en provenance de Russie va-t-il enrayer la machine guerrière russe ? Depuis l'annonce lundi des Occidentaux décidés à stopper l'« opération spéciale » menée par Moscou en Ukraine, seul le pétrole russe vendu à un prix égal ou inférieur à 60 dollars le baril pourra continuer à être livré. Ainsi, au-delà de ce prix, il sera interdit pour les entreprises basées dans les pays de l'UE, du G7 et en Australie de fournir les services permettant le transport maritime (négoce, fret, assurance, armateurs, etc.)

Or, les pays du G7 fournissent les prestations d'assurance pour 90% des cargaisons mondiales et l'UE est un acteur majeur du fret maritime. Les clients seraient donc fortement incités à répercuter le plafonnement pour avoir le droit de transporter la marchandise. Mais pour Moscou, qui s'est préparé à cette décision, le plafonnement ne freinera pas son élan industriel, loin de là.

Vers de nouvelles chaînes d'approvisionnement ?

Même, le Kremlin compte utiliser cette interdiction pour nouer de tisser de nouveaux liens commerciaux. « Je n'ai aucun doute qu'il y aura des acheteurs pour nos produits » pétroliers, a déclaré mardi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, cité par les agences de presse russes. Il a aussi estimé que ce plafonnement va « fragmenter » l'économie mondiale « dans de nombreux domaines ».

Selon le vice-Premier ministre russe en charge de l'Energie, Alexandre Novak, le prix plafond instauré par les Occidentaux « n'est pas une tragédie » pour la Russie malgré des « chaînes d'approvisionnement à changer » et « une situation incertaine ».

Aussi, la réthorique reste belliqueuse. « La Russie et l'économie russe ont la capacité requise pour répondre pleinement aux besoins et aux exigences de l'opération militaire spéciale », a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov aux journalistes lundi, lorsqu'on lui a demandé si le plafonnement des prix affecterait la campagne militaire de la Russie en Ukraine.

Dimanche, le responsable énergie du président Vladimir Poutine a averti que la Russie ne vendrait pas de pétrole si le prix du brut était plafonné par les pays occidentaux, même si cela implique qu'elle doit réduire sa production.

Lire aussiEmbargo européen sur le pétrole russe : le grand saut dans l'inconnu du marché pétrolier

Un mécanisme anti plafonnement

En réaction, Moscou a imaginé un mécanisme pour interdire les ventes de pétrole aux Etats et entreprises qui l'appliqueraient. Celui-ci devrait fonctionner avant la fin de l'année, ont déclaré mardi les agences de presse russes citant le vice-Premier ministre Alexandre Novak.

« Nous sommes en train d'élaborer notre décision », a déclaré Alexandre Novak, selon RIA. A la question de savoir si le mécanisme entrerait en vigueur d'ici la fin de l'année, il a répondu : « Oui, j'en suis sûr ».

Le vice-Premier ministre avait auparavant fait savoir que la Russie pourrait réduire sa production de pétrole, mais pas de manière significative, et qu'elle modifiait ses chaînes logistiques.

Lundi, le baril de Brent était en hausse de 1,7% à 87,06 dollars après avoir grimpé jusqu'à plus de 139 dollars début mars, quelques jours après l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

(Avec AFP et Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 21/12/2022 à 18:59
Signaler
La limitation du prix du pétrole russe, encore une bonne idée de nos dirigeants européens, tout à leur hire anti russe, ont ils seulement envisagé la suite avec les yankees qui se frottent les mains, devant la perspective d'augmentations sans contrai...

à écrit le 09/12/2022 à 5:37
Signaler
Les Russes ces derniers mois ont a achete une centaine de vieux bateaux pétroliers... Ces Bateaux sont stockés dans dew zones noires. On a appris que des tankers UK font de discets transbordements pour l Angleterre. Cette pratique va enrichir bien de...

à écrit le 08/12/2022 à 17:02
Signaler
Vous êtes vraiment des rageux et, ça vous suffit pas la correction que vous a infligé la Russie du valeureux Poutine a toute l Europe, dans deux mois on crèvera tous la dalle grasse a votre politique de vassaux des États-Unis vive poutine et c est un...

à écrit le 08/12/2022 à 0:16
Signaler
Grâce à nos dirigeants pro américains nous sommes en bonne place au guiness book pour un record absolu de cretinerie. Attendons la suite de l hiver pour voir si on sera toujours aussi fiers de se les geler par solidarité avec la mafia ukrainienne et ...

à écrit le 07/12/2022 à 14:36
Signaler
Il est certain que le fait de plafonner le prix du brut n'aura pas forcément de conséquences sur la vente... l'Europe n'est pas la seule à s'approvisionner en URSS d'autre pays non Européens ne sont pas concernés par cette décision...par contre nous ...

à écrit le 06/12/2022 à 21:11
Signaler
"il sera interdit pour les entreprises basées dans les pays de l'UE" Papy Biden quel bonhomme ! Il l'avait prévu , il a tout organisé pour les accueillir aux usa et grâce à l'Europe il n'aura pas besoin de les payer pour les faire changer de pays,...

à écrit le 06/12/2022 à 18:37
Signaler
Le marché du pétrole étant assez opaque, les sanctions seront vite contournées. Même si la gène générée par certaines sanctions semble faible pour la russie, il ne faut s'interdire de les mettre en place.

à écrit le 06/12/2022 à 16:24
Signaler
Sans assurance, quel armateur va se risquer à charger du pétrole Russe et pour quel pays? La Chine sera la première impactée, ce qui devrait l'inciter à téléphoner à Poutine pour lui dire que son "Opération Spéciale" n'est plus du tout a leur goût ...

le 06/12/2022 à 17:07
Signaler
"Sans assurance..." les États s'assureront eux même ou passeront par leurs propres intermédiaires plutôt que par la City. Faut vous réveiller, l'Europe occidentale n'est plus le centre du monde, loin de là.

le 06/12/2022 à 18:45
Signaler
Inde, Chine et Afrique avec paiements en or.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.