Qui sont les milliardaires les plus riches du monde ?

 |   |  632  mots
Avec une fortune de 5,7 milliards de dollars en moyenne, les milliardaires européens sont les plus riches.
Avec une fortune de 5,7 milliards de dollars en moyenne, les milliardaires européens sont les plus riches.
Alors que l'OCDE révèle que les inégalités entre riches et pauvres n'ont jamais été aussi élevées qu’aujourd’hui dans la plupart des pays de l'OCDE, la grande banque suisse UBS et le cabinet de conseil PwC dressent le portrait robot des nouveaux milliardaires.

Qui sont les plus riches des plus riches ? Une étude de la banque suisse UBS et du cabinet de conseil PwC, réalisée sur un échantillon de 1.300 milliardaires et publiée ce mardi 26 mai dresse le palmarès des fortunes.

Le Vieux Continent arrive en tête, avec une fortune moyenne de 5,7 milliards de dollars par milliardaire. Viennent ensuite les Américains, avec 4,5 milliards de dollars, puis les milliardaires asiatiques avec 3,2 milliards de dollars en moyenne.

Le milliardaire asiatique : moins fortuné et plus jeune

Si le milliardaire asiatique est moins fortuné que son homologue européen ou américain, il est aussi plus jeune avec une moyenne d'âge à 57 ans, soit 10 ans de moins. Et le mythe du "self-made-man", un temps associé uniquement aux Etats-Unis, concernerait désormais le continent asiatique. Pour preuve, un quart des milliardaires asiatiques a grandi dans la pauvreté, contre 8% aux Etats-Unis et 6% en Europe. La banque suisse UBS et PwC s'attendent à un glissement des foyers de fortunes à l'avenir et avancent que l'Asie "sera le centre de développement des nouvelles fortunes de milliardaires".

Quels sont les secteurs qui dopent les milliardaires ?

L'étude s'intéresse également à la provenance de ces fortunes. Aux Etats-Unis, 30% des nouveaux milliardaires se sont enrichis dans la finance. L'étude révèle qu'au cours des 20 dernières années, un milliardaire européen sur deux a, quant à lui, façonné sa fortune dans l'industrie des biens de consommation, contre 20% pour les Asiatiques.

Pour Joseph Stadler, un des responsables de division d'UBS en charge des "ultra-riches", l'effervescence de notre époque est comparable à la révolution industrielle :

[La période actuelle,] "marquée par une création accélérée de richesses, est similaire à l'âge d'or de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, lorsque, aux Etats-Unis et en Europe, l'esprit d'entreprise a lancé la première vague d'innovation de l'histoire moderne."

 La philanthropie des milliardaires ou l'art de la redistribution des richesses

Enfin, l'étude note que les milliardaires philanthropes s'investissent sur des actions permettant de fournir des résultats mesurables, à l'instar de "Giving Pledge", une initiative de "philanthropie visible"  réunissant la bagatelle de 100 milliardaires. Cette campagne a été lancée en 2010 par Bill Gates, cofondateur de Microsoft et homme le plus riche de la planète, et Warren Buffett, numéro 3 mondial. Le principe : ces hyper-riches acceptent de se défaire de plus de 50% de leur fortune, de leur vivant ou à leur disparition. Les Etats-Unis comptent d'ailleurs à ce jour le plus grand nombre de milliardaires, soit 571.

Plus nombreux, et encore plus riches

Mais malgré l'annonce de legs de fortunes, les inégalités continuent de se creuser entre les plus nantis et les plus pauvres de la planète. Les milliardaires eux sont de plus en plus nombreux. En mars dernier, le classement annuel du magazine Forbes chiffrait 1826 milliardaires en 2015, contre 1645 en 2014.

Ils sont aussi de plus en plus riches : la fortune de Bill Gates atteint désormais 79,2 milliards de dollars (soit 3,2 milliards de dollars de plus en une année !). Le numéro 2 du classement, le mexicain Carlos Slim, magnat des télécommunications, a vu sa fortune augmenter de 5,1 milliards de dollars en 2015 pour se chiffrer à 77,1 milliards de dollars. Mais le bond le plus impressionnant concerne le numéro 3 du classement, Warren Buffett, l'homme d'affaires américain. Sa fortune a bondi de 14,5 milliards de dollars en une année pour s'élever désormais à 72,7 milliards.

L'étude a été réalisée sur  un échantillon de 1300 milliardaires et analyse les données des 19 dernières années, de 1995 à 2014, à travers les 14 plus grands marchés des milliardaires qui représentent 75% de la fortune mondiale des milliardaires. UBS et PwC ont également réalisé des entretiens avec une trentaine d'entre eux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2018 à 0:41 :
Votre commentaire:je suis un jeune ivoirien à la conquête du pouvoir et comme le dit un adage de chez nous<c'est l'homme qui fait l'homme>.je serais tres heureux d'être sur la liste a qui ces 3milliadaires veulent leguer les50% de leur richesse:D2bossio
a écrit le 22/06/2015 à 21:11 :
Et toi tu es la tu galère ta pas une tune..... Honteux
a écrit le 21/06/2015 à 12:38 :
qui sont les gens les plus pauvres du monde, voilà un article qui devrait faire couler beaucoup d'ancre, on s'en fou des riches pffffff
a écrit le 12/06/2015 à 21:39 :
est ce qu'un de ces milliardaires pourraient me donner 20000 euros?
a écrit le 26/05/2015 à 16:49 :
y a deux erreurs dramatiques, liees a l'ideologie:
la premiere c'est de voir l'economie comme un stock et pas comme un flux ( je suggere qu'on sorte la liste des milliardaires de 1900 et celle d'aujourdhui, et qu'on compare les noms; et on re-regarde dans 50 ans...);
la deuxieme c'est de regarder les inegalites au lieu de regarder si les pauvres arrivent a s'en sortir
secret de polichinelle, c'est pas quand on appauvrit les riches que les pauvres s'en sortent mieux; d'ailleurs l'insee a sorti une etude revelant que la crise c'est tres bien, vu que les riches s'appauvrissent plus vite que les pauvres, ce qui est l'objectif, non?
vive la crise ca reduit les inegalites !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 26/05/2015 à 19:46 :
@churchill
Vu avez raison et je souscrit parfaitement à la "deuxième "

En revanche, il y a une erreur elle aussi idéologique qui consiste à manipuler le terme "appauvrir les riches" dont la consonnance est fort négative pour ne pas avoir à admettre que ce n'est pas en enrichissant les riches que l'on sort les pauvres de la pauvreté non plus... (théorie libérale du ruissellement qui ne fonctionne pas plus que les théories communistes...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :