Réfugiés : Le G7 et les pays du Golfe promettent 1,8 milliard de dollars à l'ONU

 |   |  386  mots
Lundi, à l'ouverture de la session annuelle de l'assemblée générale des Nations Unies, Ban Ki-moon a affirmé que les agences humanitaires de l'ONU étaient en faillite.
Lundi, à l'ouverture de la session annuelle de l'assemblée générale des Nations Unies, Ban Ki-moon a affirmé que les agences humanitaires de l'ONU étaient "en faillite". (Crédits : Reuters Mike Segar)
Après la décision des 28 Etats membres de l'Union Européenne de débloquer un milliard d'euros pour les agences de l'ONU qui viennent en aide aux réfugiés, les grandes puissances économiques mondiales et les pays du Golfe s'engagent à leur verser 1,8 milliard de dollars.

L'annonce intervient une semaine après celle de l'Union Européenne qui a promis un fonds spécial d'un milliard d'euros pour aider les agences de l'ONU à faire face à l'afflux de réfugiés. Le G7 et les pays du Golfe se sont engagés à leur tour à fournir 1,8 milliard de dollars pour le financement des agences de l'ONU qui aident les réfugiés syriens.

"Nous nous sommes mis d'accord pour fournir ensemble 1,8 milliard de dollars aux agences d'aide internationale des Nations unies, particulièrement l'agence de l'ONU pour les réfugiés et le Programme alimentaire mondial", a déclaré à la presse mardi 29 septembre le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier.

Cet engagement a été annoncé à New-York après une réunion des ministres des Affaires étrangères du G7 (Grande-Bretagne, Canada, France, Allemagne, Italie, Japon et Etats-Unis) avec leurs homologues du Koweït, du Qatar, d'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et d'autres ministres de pays européens.

Cette décision des grandes puissances économiques mondiales intervient surtout quelques heures après la déclaration du secrétaire général de l'ONU. Lundi, à l'ouverture de la session annuelle de l'assemblée générale des Nations Unies, Ban Ki-moon a affirmé que les agences humanitaires de l'ONU étaient "en faillite".

60 millions de déplacés et de réfugiés dans le monde

La communauté internationale fait face à sa pire crise migratoire depuis la Seconde guerre mondiale, le nombre de déplacés et de réfugiés suite aux multiples conflits dans le monde a atteint le niveau record de 60 millions de personnes. La guerre en Syrie, une des principales causes de cette crise migratoire occupera de nouveau une place centrale dans les discussions aux Nations Unies mercredi. La Russie doit notamment présider une réunion du Conseil de sécurité pour discuter des moyens de lutter contre le groupe Etat islamique en Syrie et en Irak.

De son côté, le secrétaire des Nations Unies organise un sommet sur la crise migratoire, en marge des travaux de l'assemblée, afin de tenter de définir une réponse globale. Cette année, l'ONU a fait une demande record de 20 milliards de dollars pour faire face à ses besoins, soit six fois le niveau d'il y a dix ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :