Syrie : le dernier bastion de Daech sous le feu de l'alliance arabo-kurde

 |   |  401  mots
Les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS) livre leur dernière bataille contre l'EI en Syrie. Ici à Deir Ezzor, le 1er mai 2018.
Les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS) livre leur dernière bataille contre l'EI en Syrie. Ici à Deir Ezzor, le 1er mai 2018. (Crédits : Reuters)
Les Forces démocratiques syriennes (FDS) appuyées par la coalition sous commandement américain disent avoir gagné du terrain depuis le début de leur offensive contre la dernière poche de l'Etat islamique (EI) dans l'est de la Syrie. Le retrait des troupes américaines devrait commencer dans les prochaines semaines.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes soutenue par les Etats-Unis, ont lancé samedi l'offensive contre le dernier bastion contrôlé par l'Etat islamique (EI). Le réduit assiégé, dans laquelle se trouvent deux villages et entre 400 et 600 combattants djihadistes, se situe autour de la localité de Baghouz, dans l'est de la Syrie, sur la rive orientale de l'Euphrate, à proximité immédiate de la frontière irakienne.

Les FDS ont conquis une quarantaine de positions tenues par l'EI mais ont dû repousser dimanche matin une violente contre-offensive, a déclaré à Reuters Moustafa Bali, responsable des relations avec la presse des FDS. « Les combats sont féroces car le groupe terroriste défend son dernier bastion », a-t-il ajouté.

La progression des combattants arabes et kurdes est compliquée par la présence de 500 à un millier de civils, a indiqué Moustafa Bali, selon lequel plus de 20.000 autres civils ont pu être évacués dans les dix jours qui ont précédé l'assaut.

L'EI tient encore d'autres parcelles de territoire mais dans la partie de la Syrie qui est contrôlée par le gouvernement du président Bachar al Assad et ses alliés russe et iranien.

Le retrait de matériel militaire US de Syrie déjà engagé

Dimanche, le général Joseph Votel, chef du Central Command américain, chargé des opérations au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Asie du Sud, a indiqué à nos confrères de Reuters que les Etats-Unis devraient débuter dans quelques semaines le retrait des soldats américaines en Syrie. Toutefois, il a averti que la date exacte dépendrait de la situation dans le pays.

En décembre dernier, le président Donald Trump a proclamé la défaite de l'EI en Syrie et a annoncé que les quelque 2.000 soldats américains dans ce pays seraient rapatriés.

L'armée américaine a déjà débuté le retrait de matériel militaire de Syrie. Interrogé sur un éventuel retrait de troupes dans les prochains jours, le général a répondu :

« Probablement des semaines. Mais encore une fois, tout cela dépendra de la situation sur le terrain (...) Déplacer des personnes est plus facile que de déplacer du matériel, et ce que nous essayons de faire actuellement, c'est à nouveau de retirer ce matériel, celui dont nous n'avons pas besoin. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2019 à 21:28 :
JE SUIS CATHOLIQUE///MA RELIGION DIT QUi A UTILISE LE CLEVE PERIRAS PAR LE CLEVE? et en meme tempt un de ces prophete a prone le pardon,? OU SE TIENT LA VERITE???
a écrit le 11/02/2019 à 15:22 :
Comme leur création Daech, leur a áchappé des maisn ils essayent de faire finir le travail par des syriens qui une fois Daech complètement OUT, seront liquidés par le régime syrien, car les promesses qui leur ont été faites de pouvoir aller vivre aux USA, une fois la guerre finie,(Même promesse faites aux interprêtes afghans) vient d'être annulée par Trump. Ce sera la valise ou le cercueil.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :