Trump approuve la chloroquine comme traitement contre le Covid-19

 |   |  263  mots
(Crédits : JONATHAN ERNST)
"Nous allons pouvoir rendre ce médicament disponible quasiment immédiatement", a assuré le président lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, estimant que cela pourrait "changer la donne" face à la pandémie.

Les États-Unis ont "approuvé" le recours contre le nouveau coronavirus à la chloroquine, un traitement antipaludéen qui a "montré des résultats préliminaires très très encourageants", a annoncé ce jeudi Donald Trump, même si les autorités sanitaires ont semblé relativiser la rapidité du processus.

Lire aussi : Coronavirus : l'IHU Méditerranée Infection en voie de prouver l'efficacité de la chloroquine

"Nous allons pouvoir rendre ce médicament disponible quasiment immédiatement", a assuré le président lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, estimant que cela pourrait "changer la donne" face à la pandémie.

Il a ajouté que ce traitement avait déjà été "approuvé" par l'organisme fédéral qui supervise la commercialisation des médicaments aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA), grâce à un processus très raccourci. "Donc nous allons pouvoir rendre ce médicament disponible sur ordonnance", a-t-il ajouté.

La FDA prudente

La FDA a toutefois semblé nuancer cette annonce présidentielle, soulignant que la chloroquine était bien déjà approuvée pour le paludisme et l'arthrite.

"Le président nous a demandé de regarder de plus près à ce médicament. Nous voulons faire cela en mettant en place un essai clinique étendu et pragmatique pour recueillir ces informations et répondre à toutes les questions qui se posent", a dit son chef Stephen Hahn.

Il a souligné que si la FDA était prête à "abattre des barrières" pour accélérer les innovations, elle avait aussi la "responsabilité" de "garantir que les produits sont sûrs et efficaces".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2020 à 15:44 :
il est clair qu'apparemment la chloroquine a des résultats positif aux testes qui ont eut lieux dans certains laboratoires , maintenant il faut regardé une autre chose se sont les moyens allouer envers cette épidémie , et sa ne tient qu'a une seule chose n°1 envers les essais clinique fait pour la connaissance de ce virus , et en n°2 sur les éventuels traitement qui pourront être mis en place .
Maintenant reste a savoir qu'elle sont les pays qui voudront financer la recherche d'envergure qu'il va falloir faire pour trouver un traitement pérenne et ensuite cela va être a savoir si ça ne va pas déclenché une bataille de laboratoire , car un labo qui trouverait la solution aura tout à y gagner ensuite par la distribution de cet éventuel traitement , mais maintenant avant ça et c'est ce qui urge le plus est de trouver la vraie composition de cette saleté de virus
a écrit le 22/03/2020 à 13:08 :
Je vous remercie de bien vouloir me confirmer qu'il s'agit bien d'un médicament qui ne nuit pas aux maladies du type S.E.P. sans pour cela réveiller la maladie par des poussées de S.E.P. ?
Remerciements pour vos réponses.
Gemeauvert
a écrit le 21/03/2020 à 13:38 :
La fin de la pandémie, c'est 60% de contaminés. Ce sera aussi la fin des nouveaux morts qui s'ensuivra quatorze jours après. Or les autoriés sanitaires ne mesurent que la mortalité additionnelle de par rapport aux 1700 morts par jour normaux et les tests viraux ne sont pas systématiques pour ceux qui appellent à l'aide.
Le plus vite sera le mieux puisqu'aucun traitement efficace n'est accrédité. Le virus se révèle en fait peu virulant puisque le plus grand nombre se révèle resistant.
a écrit le 20/03/2020 à 9:46 :
Après avoir bloqué l'accès au territoire des USA pour tous les ressortissants de l'espace Shengen (mais pas pour les ressortissants britanniques, ce qui est complètement aberrant), voila que Trump se met en tête de pourvoir à tous ses citoyens sa dose de chloroquine pour la guérison, au risque d'épuiser les stocks et ceci en dépit du fait que la plupart des malades guérissent du coronavirus sans apport de chloroquine.

Trump n'a toujours pas compris que l'enjeu majeur de la lutte contre cette pandémie n'est pas de guérir les malades mais de stopper la contamination.
Réponse de le 20/03/2020 à 13:21 :
#Trump n'a toujours pas compris que l'enjeu majeur de la lutte contre cette pandémie n'est pas de guérir les malades mais de stopper la contaminatio. ..#

L'enjeu majeur aussi, c'est bien de guerrir les gens...et de trouver tous les médicaments qui peuvent nous sauver et de ne pas attendre que les gens meurent....
Réponse de le 20/03/2020 à 14:25 :
mea culpa, j'aurais du employer le terme "enjeu prioritaire", bien évidemment la guérison des malades est aussi un enjeu majeur.

Mais plus le nombre de contaminations sera stabilisé, plus il y a de chance de stabiliser le nombre de malades et de stopper le nombre de décès
Réponse de le 20/03/2020 à 14:36 :
Cuba a un medicament qui a aidé les chinois et est très efficace depuis 39 ans.
a écrit le 20/03/2020 à 8:14 :
enfin une décision ! ce médicament n'a pas besoin d'essais, il est utilisé depuis plusieurs dizaines d'années, ce ne sont pas quelques jours de traitement qui semblent efficaces, qui risquent de mettre à jour de nouvelles contre indications.
Réponse de le 20/03/2020 à 9:03 :
c'est ironique sans doute ? sinon c'est de la bêtise à l'état pur
a écrit le 20/03/2020 à 4:01 :
prions Dieu que ça soit vrai
Réponse de le 20/03/2020 à 9:59 :
Heu.. oui mais quel dieu? mon dieu!..
Je fais plutôt confiance aux Hommes.
a écrit le 20/03/2020 à 1:35 :
L'empressement des "comités théodules" français et européens pour contrer l'emploi de l'hydroxychloroquine dans la pandémie actuelle est assez révélatrice de l'intérêt (ou devrais-je plutôt dire "des intérêts"), pour le big pharma, de la crise actuelle...
a écrit le 20/03/2020 à 1:35 :
L'empressement des "comités théodules" français et européens pour contrer l'emploi de l'hydroxychloroquine dans la pandémie actuelle est assez révélatrice de l'intérêt (ou devrais-je plutôt dire "des intérêts"), pour le big pharma, de la crise actuelle...
a écrit le 19/03/2020 à 22:17 :
Le professeur Raoult a fait un essai sur 24 patients si on attend que tous les énarques et technocrates français donnent leurs avis on en a pour 2 ans
Trump va faire un essai sur les américains
C est une très bonne nouvelle
Si ça rate ....

En même temps comme on regarde les gens mourrir à Mulhouse autant essayer
a écrit le 19/03/2020 à 21:30 :
Juste pour les nulles en politique et les anti Trump. ce teste à été élaboré en France par un français et déjà testé à Marseille. Guérison en 6 jours pour pour 3 /4 des cas. Macron hésite encore ..bigpharma
Réponse de le 20/03/2020 à 14:29 :
niveau scientifique ça vous suffit que 24 cas (à quel niveau de la maladie étaient-ils ?) aient été aux 3/4 guéris, trouver un traitement qui guérit 90% des gens (20 000 par ex) en 3 jours ça ne serait pas mieux ? :-)
Y a des essais ailleurs, hors service où ça a été fait, pour voir + USA.
Les médecins attendent la publication du protocole, contexte, etc etc pour jauger. Et si ça ne fonctionnait que sur les marseillais ?. :-) :-) [faut bien faire de l'humour dans les périodes compliquées]
Une pratique utile c'est quand même de se laver les mains et éviter les contacts trop proches et trop nombreux pour réduire les risques (prévenir que guérir) y en a que ça semble ne pas convaincre (protéger "les autres" c'est pas évident à comprendre quand on ne peut leur dire qui c'est, nominativement, souvent que des anonymes, pas sa grand-mère ou tante).
Quelqu'un signalait être allergique au paracétamol, donc avoir un ennui s'il devait en prendre étant atteint, malade mais pas en phase terminale (98% des gens en réchappe(raie)nt), ibuprofène pas conseillé, peut aggraver... Doit y avoir une alternative.
a écrit le 19/03/2020 à 20:17 :
Faudrait prendre en exemple sur le système Allemand, les citoyens sont testés avant que la maladie se déclare ou s’aggrave , de la prévention en amont et après traitement cas par cas , mais il est clair qu’un virus , on porte les séquelles à vie , car ça ne part plus( il est là ) , il est possible d’être positif deux fois après une première guérison
C’est méchant mais c’est vrai :
ça va relancer l’industrie pharmaceutique cette pandémie
Réponse de le 20/03/2020 à 14:39 :
si on a fabriqué des anti-corps (ce sur quoi Boris et les PaysBas comptent, la vaccination naturelle sans la science médicale (on s'inspire de la Nature), pour les forts, et les autres, ben, tant pis, dommage, condoléances ....), on en bénéficie lors d'une prochaine présence de ce même virus. Si c'est un nouveau ou qu'il évolue trop (vivant = s'adapte pour survivre), ça ne fonctionnera plus.
La vaccination permet, grâce à des fragments de l'ADN du virus de réagir contre, par la fabrication d'anticorps spécifiques, les US espèrent du vaccin ARN qui n'a encore jamais pu être efficace, à voir si ça réussit un jour (les Shadocks disent que si ça ne fonctionne pas il faut recommencer, insister, ça finira y jour par venir (y a une part de vérité dans le sens de ne pas se décourager, si la base est valable)).
a écrit le 19/03/2020 à 19:53 :
Au regard des commentaires majoritairement anti-trump on sent les priorités chez certains, pretextant des effets secondaires, alors arrêtez l'aspirine et l'ibuprofène ! Vos arguments sont fallacieux.
a écrit le 19/03/2020 à 18:31 :
Un médicament anti- paludisme ( contre insectes tropicaux ) sur 10 jours et un antibiotique contre la surinfection.
a écrit le 19/03/2020 à 18:29 :
Méfiance des effets secondaires, cardiaques et autres. Bon, pour le moment c'est ça ou rien, mais il faut s'assurer de l'effet, du mieux qu'autre chose en test, et les ennuis que la molécule apportera (bénéfices avérés vs risques constatés). Que des gens en prennent pour prévenir le paludisme, oui mais c'est pas 100% de la population (en ai jamais avalé, mon frère & belle sœur si, pour aller dans je ne sais plus quel pays). Test de molécule nouvelle pour AMM, 1200 personnes concernées puis, une fois agréé, la population "entière" (selon la pathologie) et là les effets secondaires non connus (ou faible fréquence) apparaissent (1,2million vs 1,2k, utilisation à une échelle 1000 fois plus grande).
Y a quatre essais différents en cours en France, tout ça prend du temps mais vouloir aller trop vite ne rend pas service.
Réponse de le 19/03/2020 à 19:19 :
J'en prenais souvent pas de soucis particuliers, il ne faut pas arrêter de retour d'Afrique, environ 10 jours de plus.
Réponse de le 19/03/2020 à 19:26 :
Vaccin contre la fièvre jaune obligatoire, on l’attrape qu'une fois, rédiger son testament avant !
Réponse de le 19/03/2020 à 22:07 :
@Photo73, t'as oublié une info...ton frère & belle sœur, ils sont mariés ou pacsés ?
Réponse de le 20/03/2020 à 17:10 :
J'en prenais pour mes voyages, dire que c'est te top, NON. À voir pas un discours de bonimeuteur:
https://www.youtube.com/watch?v=n4J8kydOvbc
a écrit le 19/03/2020 à 18:14 :
C'est plus un aveu de faiblesse que de génie.

Ca veut en fait dire que FAUTE DE MIEUX, les médecins US pourront tenter de traiter leurs patients avec ce produit sans être poursuivis par les tribunaux. Vu l'enthousiasme de la FDA, on sent que ce n'est pas le remède du siècle.

Trump veut transformer la recherche d'un traitement et d'un vaccin en guerre totale entre les pays.
Vu des cercueils qui s'empilent, c'est une attitude assez ignoble.On préfèrerait une collaboration, à la limite une saine émulation mais pas cette attitude de compétiteur prêt à tout, y compris le pire.
Réponse de le 19/03/2020 à 20:59 :
Sûr, la FDA ne bosse que pour l'intérêt des petits américains, pas des lobbies pharma. mouarf.
Ce médoc est testé avec succès à Marseille par le Professeur Raoult, faut suivre, juste un petit peu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :