Un responsable de la Fed s'attend à une hausse des taux malgré la faible inflation

La Fed a déjà remonté deux fois ses taux cette année, mais les a maintenus dans la fourchette de 1% à 1,25% lors de sa dernière réunion. La persistance d'une inflation à un faible niveau divise en effet les membres du Comité monétaire (FOMC) sur l'opportunité d'une troisième hausse cette année. Des craintes balayées par un responsable de la Banque centrale américaine.

2 mn

Bien que l'inflation se situe en deçà de notre objectif de long terme, je juge qu'il est toujours approprié de poursuivre l'abandon d'une politique accommodante par une hausse graduelle des taux, a déclaré William Dudley.
"Bien que l'inflation se situe en deçà de notre objectif de long terme, je juge qu'il est toujours approprié de poursuivre l'abandon d'une politique accommodante" par une hausse graduelle des taux, a déclaré William Dudley. (Crédits : Reuters/Pool)

Le président de l'antenne de New York de la Banque centrale américaine (Fed), William Dudley, a estimé jeudi que celle-ci allait poursuivre la hausse graduelle des taux d'intérêt en dépit d'une inflation qui peine à décoller. "Bien que l'inflation se situe en deçà de notre objectif de long terme, je juge qu'il est toujours approprié de poursuivre l'abandon d'une politique accommodante" par une hausse graduelle des taux, a déclaré William Dudley lors d'un discours à New York.

| Lire aussi : Etats-Unis : la faiblesse de l'inflation perturbe les plans de la Fed

La Fed a déjà remonté deux fois ses taux cette année, mais les a maintenus dans la fourchette de 1% à 1,25% lors de sa dernière réunion. Ses responsables avaient laissé entendre en juin qu'une nouvelle hausse était prévue cette année. Mais la persistance d'une inflation à un faible niveau divise les membres du Comité monétaire (FOMC) sur le calendrier à suivre. Les prochaines réunions de la Fed auront lieu mi-septembre, début novembre et mi-décembre.

Une faible inflation devenue structurelle ?

Alors que la Fed s'est fixé comme objectif une inflation à 2%, le baromètre qu'elle prend en compte - l'indice des prix lié à la consommation (PCE) - n'a progressé que de 1,4% en juillet, le taux de chômage restant lui à des niveaux historiquement bas à 4,4%.

Jeudi, William Dudley a également fait valoir que cette faible inflation devait probablement être désormais perçue comme une tendance structurelle plus que conjoncturelle. Par ailleurs, il a souligné que l'ouragan Harvey qui s'était abattu sur le Texas et une partie de la Louisiane il y a près de deux semaines aurait sans doute un impact limité sur l'économie.

| Lire aussi : Etats-Unis : la Fed va-t-elle renoncer à une troisième hausse des taux ?

"Par le passé, les désastres tels que l'ouragan Katrina et la tempête Sandy ont montré que l'impact sur l'économie nationale tendait à être modeste et transitoire", a-t-il rappelé, souligné que dans un premier temps, l'activité économique était perturbée avant un rebond lié à la période de reconstruction.

(Avec AFP)

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 09/09/2017 à 8:54
Signaler
Le dollar va continuer de baisser c'est bon pour l'économie Américaine et ils vont faire remonter les taux de l'argent(du crédit) pour étrangler les pays endettés...Mr Trump active tous les leviers à sa disposition pour recréer de l'emplois aux USA.

à écrit le 08/09/2017 à 14:21
Signaler
(2) Ils vont pas pouvoir s'en empêcher, bah de toutes façons depuis le temps qu'elle tourne autour du pot il va bien falloir qu'elle s'écroule enfin cette économie !

à écrit le 08/09/2017 à 11:32
Signaler
Il va bien falloir de toutes façons que cette économie moribonde s'écroule à un moment ou à un autre.

à écrit le 08/09/2017 à 11:28
Signaler
C'est de la méthode coué ils savent que les chiffres avancés ne sont pas les bons, il y a d'énormes risques......

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.