Fed : Trump défavorable à un deuxième mandat de Janet Yellen

 |   |  298  mots
Janet Yellen a succédé à Ben Bernanke à la tête de la Fed en février 2014.
Janet Yellen a succédé à Ben Bernanke à la tête de la Fed en février 2014. (Crédits : Reuters)
Le président américain prévoit de remplacer l'actuelle présidente du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale par Gary Cohn, un démocrate nommé en décembre dernier à la tête du Conseil économique national.

Donald Trump est de plus en plus réticent à l'idée d'un deuxième mandat de Janet Yellen à la tête de la Réserve fédérale. Le président américain aurait même déjà le nom de son successeur en tête : Gary Cohn, chef du Conseil économique national (NEC) à la Maison blanche, rapporte mardi le site Politico en citant quatre sources proches du dossier. Cohn, ancien numéro deux de la banque d'affaires Goldman Sachs, a été nommé en décembre à la tête du NEC.

Le mandat de Janet Yellen à la présidence de la banque centrale court jusqu'en 2018. Selon des sources à la Maison blanche, au département du Trésor et au Congrès citées par Politico, Gary Cohn prendra la place de Janet Yellen s'il en émet le souhait. "Ça sera Gary s'il le veut, et je crois qu'il le veut", a déclaré un républicain qui participe au processus de sélection du futur patron de la Fed.

Les républicains globalement favorables

Quelques sénateurs républicains pourraient émettre des réserves sur la nomination de Cohn mais celle-ci ne devrait pas se heurter à de trop fortes résistances, a dit un assistant parlementaire républicain à Politico. Contactée par Reuters, une porte-parole de la Maison blanche, Natalie Strom, a déclaré que Cohn est "concentré sur ses responsabilités au NEC".

Gary Cohn, un démocrate, n'a pas participé à la campagne électorale de Donald Trump et n'a rencontré le président qu'après sa victoire en novembre 2016.

Janet Yellen, elle, a succédé à Ben Bernanke à la tête de la Fed en février 2014 et s'est attachée à consolider la reprise de l'économie américaine après la crise financière de 2008.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :