USA : les consommateurs hésitent entre reprise économique et crainte de l'inflation

La consommation fait une pause aux États-Unis après l'euphorie liée aux chèques de relance et à une vaccination effrénée et les consommateurs s'inquiètent de voir les prix grimper, donnant à l'opposition un argument supplémentaire contre les investissements voulus par le président Joe Biden.

4 mn

(Crédits : MARANIE STAAB)

Les ventes au détail ont stagné en avril par rapport au bond réalisé en mars grâce aux chèques versés par le gouvernement fédéral, selon les chiffres publiés vendredi par le département du Commerce. Les Américains, dont beaucoup ont profité du télétravail pour s'éloigner durablement des centres-villes, ont ainsi acheté plus de voitures, mais moins de vêtements.

"Ne vous y trompez pas, une consommation plus forte est à venir", avertit Lydia Boussour, analyste pour Oxford Economics, qui anticipe, pour l'ensemble de l'année, une "augmentation record de 9,6% des dépenses", soit "la meilleure performance depuis 1946". Ils devraient, de plus en plus, dépenser moins en biens, mais plus en services.

"Les gens fatigués d'être enfermés commenceront à dépenser pour des concerts en plein air, des événements sportifs et des voyages en avion", note Yelena Maleyev, économiste pour Grant Thornton. La reprise économique est en effet lancée aux États-Unis, et l'activité reprend, avec plus d'un tiers de la population entièrement vaccinée.

Inflation durable ou temporaire ?

Paradoxalement, la confiance des consommateurs s'est dégradée en mai, alors qu'elle avait atteint en avril son niveau le plus élevé depuis le début de la crise, selon l'enquête de l'Université du Michigan publiée vendredi.

En effet, les Américains s'inquiètent désormais des prix qui ont commencé à augmenter. Cela devrait durer au moins plusieurs mois. Or, les salaires ne suivent pas nécessairement.

Cependant "les dépenses de consommation continueront de progresser (...) en raison de la demande refoulée (pendant la pandémie) et du niveau d'épargne record", selon Richard Curtin, l'économiste chargé de cette enquête.

"Cette combinaison (...) fait le lit d'une psychologie inflationniste, favorisant des raisons d'acheter à l'avance (avant que les prix n'augmentent encore plus, NDLR) et une hausse du coût de la vie pour les salariés", avertit l'économiste. L'inflation a commencé à s'accélérer aux États-Unis, portée par un ensemble de facteurs, à commencer par les goulets d'étranglement dans la production et la livraison au niveau mondial.

De très nombreuses entreprises ont averti qu'elles augmenteraient leurs prix pour compenser une partie de ces coûts supplémentaires. Mais beaucoup d'économistes pensent que cela ne sera que temporaire.

La Banque centrale américaine (Fed) n'est pas encore prête à resserrer sa politique monétaire pour freiner la hausse des prix, car cela pourrait mettre à mal la reprise économique et pénaliser les plus vulnérables, qui n'en ont pas encore profité.

"Long chemin à parcourir"

"Les prix augmentent parce que nous étions à des niveaux inhabituellement bas en raison de la pandémie. (...) Bon nombre de ces secteurs ne sont même pas revenus là où ils étaient auparavant", a souligné vendredi Cecilia Rouse, présidente du Conseil des conseillers économiques du président, à la Maison Blanche.

"Nous ne voulons sincèrement pas voir notre économie dans une sorte d'hyperinflation, mais il est trop tôt pour tirer cette conclusion étant données la profondeur et la nature de cette récession économique", a-t-elle ajouté.

Et "il manque toujours huit millions d'emplois" par rapport au niveau pré-Covid, "nous avons un long chemin à parcourir", a-t-elle encore souligné, faisant écho aux propos de Joe Biden.

Les créations d'emplois ont été très décevantes en avril, un argument en faveur des deux gigantesques plans d'investissements présentés par le président américain, d'un total de près de 4.000 milliards de dollars sur 10 ans. Ils doivent permettre de créer des emplois et assurer une reprise durable.

Malgré ce chômage toujours élevé, les entreprises peinent à recruter et doivent proposer des salaires plus élevés. Il reste en effet des craintes quant au Covid et des problèmes de gardes d'enfants, tant que les écoles n'ont pas complètement rouvert. Et les allocations chômage généreuses incitent beaucoup de personnes à se laisser du temps avant de reprendre un emploi.

Plusieurs gouverneurs d'Etats républicains ont d'ores et déjà annoncé qu'ils réduiraient ou supprimeraient ces aides supplémentaires. La cheffe des économistes de la Maison Blanche a par ailleurs averti que le caractère inédit de cette crise compliquait les prévisions.

Il a par exemple suffi d'une simple annonce pour désormais prévoir "une offre excédentaire de masques mais insuffisante en rouge à lèvres", a-t-elle plaisanté, les Américains entièrement vaccinés ayant, depuis jeudi, l'autorisation de retirer leur masque.

4 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 15/05/2021 à 10:32
Signaler
Ils s'inquiètent ou bien ils étaient déjà tellement juste financièrement qu'ils sont déjà à sec. Le problème de leur great reset c'est qu'il n'a été fabriqué et mise en place que part des gens totalement déconnectés de l'économie réelle.

à écrit le 15/05/2021 à 9:52
Signaler
Les chèques de relance de Biden n'étaient là que pour faire repartir l'inflation, les américains n'avaient pas compris ça ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.