Loi Travail : Valls veut "répondre aux inquiétudes"

Alors que sept Français sur dix sont opposés à la loi El Khomri d'après un sondage, le Premier ministre promet dans le JDD des "améliorations" au projet de réforme du code du travail.
"Moi, je veux convaincre les socialistes, les radicaux de gauche, les écologistes d’approuver cette loi mais je veux que la loi recueille aussi l’assentiment de tous ceux qui veulent réformer le pays", affirme Manuel Valls.

Opération déminage. Manuel Valls, qui débute lundi ses entretiens avec les partenaires sociaux, promet des "améliorations" au projet contesté de réforme du code du travail, tout en se disant déterminer à refuser "l'immobilisme". Dans un entretien au Journal du Dimanche, le Premier ministre s'engage à des "améliorations" de la loi Travail sur "deux points" contestés, la création d'un plafond pour les indemnités prud'homales et l'extension du licenciement économique. "Concernant la barémisation pour les prud'hommes, disposition attendue par les chefs d'entreprise, des adaptations peuvent être possibles sans la remettre en cause. Nous allons en discuter", affirme-t-il.

Les syndicats réformistes (CFDT, CFE-CGC, CFTC, Unsa) demandent le retrait de l'article sur le plafonnement de ces indemnités lors de licenciements abusifs. Le texte initial prévoit que les dommages et intérêts ne dépassent pas 15 mois de salaire, selon l'ancienneté, alors que la pratique est un mois de salaire par année d'ancienneté. Concernant le licenciement économique, le texte prévoit que les difficultés économiques de l'entreprise soient caractérisées (baisse du chiffre d'affaires, commandes, pertes d'exploitation). Les réformistes veulent que les juges puissent continuer à "apprécier la réalité des difficultés économiques".

"Lever les ambiguïtés"

Avec ses promesses d'"améliorations", le Premier ministre fait un pas en direction des syndicats alors que la semaine s'annonce tendue pour le gouvernement, qui doit modifier le projet de loi tout en évitant de froisser le patronat. Le passage en Conseil des ministres a été reporté de 15 jours, au 24 mars, pour tenter de trouver un compromis. Prêt à des concessions, Manuel Valls se dit toutefois déterminé à refuser "l'immobilisme" et à faire voter le texte par le Parlement "avec les amendements nécessaires".

"Il faut bien sûr répondre aux interrogations, aux inquiétudes, et lever les ambiguïtés, et faire évoluer ce qui doit évoluer. Il faut enrichir et compléter cet avant-projet de loi", concède-t-il. "Mais ce qui serait terrible, c'est le statu quo", met-il en garde. Interrogé sur un éventuel recours au 49-3 pour faire passer en force le projet de loi porté par la ministre du Travail Myriam El Khomri, il affirme n'avoir "jamais évoqué l'idée de mettre en œuvre le 49-3".

"Convaincre les socialistes"

"Moi, je veux convaincre les socialistes, les radicaux de gauche, les écologistes d'approuver cette loi mais je veux que la loi recueille aussi l'assentiment de tous ceux qui veulent réformer le pays", affirme-t-il. Il se dit "convaincu" qu'il y a une majorité "parmi les partenaires sociaux, comme au Parlement" pour réformer.

Lundi, seront reçues tour à tour à partir de 10H00 à Matignon, la CFTC, FO, la CGT, la CFDT et côté patronal, la CGPME pour des concertations bilatérales, qui vont s'achever mercredi avec l'Unsa, avant une réunion plénière le 14 mars. Les numéros un de ces organisations ont rendez-vous à Matignon avec le Premier ministre, entouré de Myriam El Khomri et Emmanuel Macron (Economie).

Manifestations et grèves

En parallèle, Manuel Valls devra essayer d'éteindre un deuxième départ de feu mardi soir chez les députés PS, qui ont imposé l'idée d'un séminaire consacré au projet de loi. Des manifestations et grèves sont prévues dès mercredi, à l'appel d'organisations de jeunesse et certains syndicats de salariés, dont FO et la CGT, contre une réforme "écrite par le Medef".

Sept syndicats réclamant le retrait pur et simple du texte, dont la CGT, FO et Solidaires, ont en outre appelé à manifester et à faire grève le 31 mars contre un projet qui constitue une "régression sociale". La pression n'est pas que dans la rue: la pétition en ligne contre le projet a franchi vendredi le cap du million de signatures, deux semaines après son lancement, une première. Et selon un sondage, deux Français sur trois s'attendent à une contestation sociale généralisée, tandis que selon un sondage Odoxa pour Le Parisien, sept Français sur dix sont opposés au projet de loi.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 54
à écrit le 08/03/2016 à 7:01
Signaler
la loi comme elle existe aujourd'hui ne conduira plus à créer d'emploi en France. tenter une autre voie est salutaire et semble presque inespéré. Je n'imaginais pas que des politiques pouvaient sortir de leur dogme pour avancer et faire avancer le pa...

à écrit le 07/03/2016 à 20:30
Signaler
Faire plus d'heures hebdomadaire ?! Et la pénibilité au travail !!! Vous ne trouvez pas que cela est contradictoire ?

le 08/03/2016 à 10:07
Signaler
Tout t as fait ok?

à écrit le 07/03/2016 à 19:08
Signaler
Encore et toujours des faux semblants et comme ..toujours, les réformes en réalité les GOPE sont exigées par Bruxelles, les syndicats vont faire l' habituelle figuration scénarisée avant l' habituel ralliement.. En tant que membres de la CES, fina...

à écrit le 07/03/2016 à 16:48
Signaler
Ce gouvernement est une farce. Leur projet de loi décidé sans aucune concertation et dans la precipitation, cristalise tous les mecontentements. En outre, penser qu'on peu créer de l'emploi en France en détruisant de l'emploi relève d'une ignorance d...

à écrit le 07/03/2016 à 9:56
Signaler
/// MORALES/// LA MOITIE DES HOMMES POLITIQUE SONT BON A R I E N ? LES AUTRES SONT CAPABLE DE TOUS? L AVENIR EST DESORME DANS NOS RUES CAMARADES???

le 07/03/2016 à 15:02
Signaler
DIXIT( 'MEDIAPART°) mr le président se craint foutu si les jeunes sont dans la rue !!

le 08/03/2016 à 10:08
Signaler
O k !!

à écrit le 07/03/2016 à 5:47
Signaler
Ils culpabilisent les gens en CDI qui travaillent, quel cauchemar...!

le 07/03/2016 à 10:34
Signaler
Si les "gens en CDI" travaillaient, le pays n'aurait pas de problèmes économique, gros malin... ;) Dans ma boite, ils ont remplacé tous les cadres expérimentés par jeunes loups qui ne pensent qu'à devenir le chef des chefs, avec tous les coup-bas pos...

à écrit le 06/03/2016 à 21:13
Signaler
Le texte sur le travail inventé par le gouvernement VallsAyrault proposé par Mme Elkhomerie est dans le registre du terrorisme sociétal orchestré par les voyous de la finance installés pour agir en bandes organisées dans les salons feutrés de la Rép...

le 06/03/2016 à 23:24
Signaler
Mille fois d accord avec vous. Il faut que les peuples se reappropient l organisation de l économie. Beaucoup de nos compatriotes ne comprennent toujours pas les forces en jeu entre l oligarchie et le reste des populations mondiales. Alors com...

à écrit le 06/03/2016 à 20:29
Signaler
On peut être au chômage parce qu'on le veut bien. J'en connais qui sont enchantés d'y être vous savez.

le 06/03/2016 à 22:47
Signaler
Mais bien sur. La croissance Chinoise diminue, les USA n ont jamais eu autant de pauvres et une inflation inexistante, le nombre de britanniques dans la misère n a jamais été aussi important depuis la guerre, les Allemands veulent à plus de 50 % aug...

à écrit le 06/03/2016 à 18:55
Signaler
Courage, fuyons cette Union européenne déguisée en ex URSS et qui ne dit pas son nom.. Une analyse d' une véritable gourmandise.. "Gageons qu’il n’y a qu’en France que personne, dans les plus hautes sphères de l’État, n’a osé même réfléchir à ce ...

le 06/03/2016 à 23:34
Signaler
Ok vous mettez en garde depuis 9 ans et patati et patata... Et apres? Quelle organisation societale? Ne vaut il pas mieux avoir des peuples organises ensemble autour d un vrai projet social car ce progres n est que le but ultime de l homme depuis ...

le 07/03/2016 à 19:07
Signaler
"Ne vaut il pas mieux avoir des peuples organises" J' en ris tous les jours du bilan de cette UE, no comment ..!! Un européïste, un j' en tiens un, le dernier sans doute, il est à moi.. On l' exhibera à la libération !!

à écrit le 06/03/2016 à 18:40
Signaler
Valls qui répond aux inquétudes, c'est un peu le bourreau qui rassure le condamné à mort...

à écrit le 06/03/2016 à 17:38
Signaler
Ils vous demandent des efforts mais oublient systématiquement de s'y inclure dedans ! Des politiciens qui n'ont jamais mis un pied dans une entreprise privé (pour travailler) viennent nous faire la leçon sur comment faire pour embaucher . Toute loi ...

à écrit le 06/03/2016 à 17:03
Signaler
c'est en période de croissance et de baisse du chomage qu'il faut faire des réformes,c'est pourquoi le gouvernement a appuyé sur la détente!la mascarade c'est cette opposition pitoyable:une pétition signée et resignée parfois 10 fois par les memes(ca...

le 06/03/2016 à 18:33
Signaler
Faciliter les licenciements et ne rien faire sur le coût du travail et la folle fiscalité française c'est pas sûr que Hollande repasse en 2017 ! Parce qu'on va bientôt avoir 6 millions de chômeurs avec ces incompétents.

le 06/03/2016 à 22:54
Signaler
Élu PS? Jean Jaurès doit se retourner dans sa tombe!! Vive la sociale comme disaient les révolutionnaires de la commune de Paris. Si cela se passait maintenant, le PS enverrai l armée pour tirer sur les Français. Enlever le mot Socialiste svp. Il ...

à écrit le 06/03/2016 à 16:56
Signaler
Rappel: la crise est financière ,elle n'a rien à voir avec le droit du travail ! 1000 milliards par an de fraude en UE ! vous imaginez ce que cela représente! exigeons la saisie des avoirs des fraudeurs par Interpol , un vol est un vol ! les mêmes qu...

à écrit le 06/03/2016 à 15:42
Signaler
Revenons simplement aux objectifs. Un premier objectif consiste à lutter contre le chômage. Est-ce la peur du CDI qui empèche une PME de faire travailler quelqu'un ? Si c'est cela, il suffit d'étendre l'usage de l'interim ou du CDD et la question est...

à écrit le 06/03/2016 à 15:29
Signaler
La France connaît ce nouvel avatar de fumeux texte projet nommé abusivement "loi travail" par des ministres qui n'ont jamais travaillé" de leur vie, qui ne connaissent rien de l'entreprise, tous ces membres du gouvernement VallsAyrault contribuen...

à écrit le 06/03/2016 à 15:06
Signaler
Les petits patrons renoncent à embaucher, par crainte des futures difficultés à débaucher : résultat, les rares contrats signés actuellement le sont en CDD ! Résultat, la courbe du chômage est en hausse régulière ! Résultat, le taux de chômage attein...

le 06/03/2016 à 15:51
Signaler
On ne peut pas à la fois laisser entendre que les entreprises embauchent en CDD (ce qui est vrai) et que c'est cela qui est la cause du chômage (ce qui est faux). Je ne pense pas qu'une entreprise ayant réellement des commandes s'abstienne. Je pense ...

le 06/03/2016 à 18:42
Signaler
Prendre les gens pour des imbéciles ne résoudra pas le problème. Les fonctionnaires ne sont pas concernés par cette loi ! Comme d'habitude seuls les salariés du privés cadres et non cadres sont concernés et devront subir encore plus de précarité. Ce ...

à écrit le 06/03/2016 à 14:47
Signaler
La vrai question est à quoi cela sert-il d'aller faire des élections si des minorités et des étudiants attardes peuvent bloquer des lois juste avec quelques menaces !!! N'oublions pas que les syndicats ne représentent que les fonctionnaires

le 06/03/2016 à 17:09
Signaler
Faisons un referendum!

le 06/03/2016 à 23:01
Signaler
Valls a obtenu 5% aux primaires Socialistes et se retrouve 1er ministre. Pourquoi parlez vous d elections? Visiblement, il est ultra minoritaire dans son clan. Il me semble également que le refrendum Européen à reçu un niet des Français. Pourtant ...

à écrit le 06/03/2016 à 13:35
Signaler
j ,ai travailler de nuit 10 ans , ont était payer de 23 h à 6h du matin avec le nouveau code du travail minuit _ 4 heures bravo pour les salariés ont sort pas un pays en tirant vers bas toujours vers le haut les supp payer a leur bon vouloir to...

à écrit le 06/03/2016 à 13:31
Signaler
Arrétons avec ce mec qui ne représente que lui mème, il faut le lui dire ?

à écrit le 06/03/2016 à 12:54
Signaler
A quoi ça sert de s’acharner sur une loi que les Français ne veulent pas. De toute façon la majorité des Français ne veut en aucun cas un modèle d'économie libérale. Ils souhaitent vire dans une économie communiste sans en subir les inconvénients....

le 06/03/2016 à 16:00
Signaler
Là vous n'avez pas tort. La réforme en France est un art beaucoup plus complexe qu'ailleurs. Elle nécessite notamment une très longue préparation en amont et le développement d'un discours complet, constant et parfaitement cohérent....autant dire que...

à écrit le 06/03/2016 à 12:13
Signaler
" Comme celle-là ..?? Après tout, j’ai pensé depuis 10 ans que les pays du Sud ne laisseraient pas leurs systèmes industriels disparaitre sans sortir de l’Euro et j’ai eu complètement tort. Non seulement ils ont laissé faire, mais les politicien...

à écrit le 06/03/2016 à 12:06
Signaler
Loi Travail : Valls veut "répondre aux inquiétudes" Les inquiétudes des Français, ce sont les dégâts consécutifs aux incompétences des Ministres du Gouvernement Manuel Carlos Valls né en Espagne. La réponse que les Français attendent : la démis...

le 06/03/2016 à 12:38
Signaler
Et vous..., pauvre créature terrestre, vous êtes née où?...

à écrit le 06/03/2016 à 11:48
Signaler
Finalement, Valls n'est pas un si mauvais premier ministre. Il a l'air de tenir bon, du moins jusqu'ici. Mais avec l'immobilisme des Français, l'hostilité des syndicats tout puissants et l'absence de courage de son président, il a très peu de chances...

le 06/03/2016 à 11:58
Signaler
"Mais avec l'immobilisme des Français" ça c'est une opinion démocratique, merci pour la démonstration éloquente.

le 06/03/2016 à 13:28
Signaler
Dommage qu' il soit libéral et européïste..!

le 06/03/2016 à 13:34
Signaler
Je pense que vous n'avez pas lu la loi, il faut savoir de quoi nous parlons.

le 06/03/2016 à 16:06
Signaler
Bonjour; @Bernardo : Mais une opinion réactionnaire d'un futur commissaire politique est elle mieux?. De mémoire vous avez expliqué que vous étiez de la classe moyenne ce qui ne veut rien dire car personne n'a pu définir ce qu'est cette classe en...

à écrit le 06/03/2016 à 11:30
Signaler
Au départ c était une loi pour inciter les patrons à embaucher les chômeurs , permettant la descente du chômage 500 000 emplois aidés , comme le début était poussif, nos Emmanuels ont concoctés une loi incitative , une contrepartie gagnante pour le...

le 06/03/2016 à 16:08
Signaler
Je pense surtout que parmi les 20 millions de CDI beaucoup savent qu'ils travaillent dans des entreprises où les gains de productivité potentiels sont très importants et pourraient se réaliser plus facilement avec cette loi...

le 06/03/2016 à 19:23
Signaler
Il y aurait il plusieurs Théo . Savoir ce que pensent et désirent 20 millions de travailleurs c est un peu fort , surtout quant les syndicats représentatifs disent pratiquement le contraire . C est plutôt une assertion qui n est là , que pour soute...

à écrit le 06/03/2016 à 11:19
Signaler
La jouissance française d’environ 3,2 millions de femmes ou d’hommes n‘est plus sexuelle .En France il existe si nous suivons bien des commentaires un possibilité de jouir sans rapport sexuel une invention française mais qui se cache sur cette nouvel...

à écrit le 06/03/2016 à 11:10
Signaler
Excellente initiative, enfin du courage en politique... Il démissionne quand du coup ?

à écrit le 06/03/2016 à 11:00
Signaler
C'est curieux, il dit qu'il veut rassurer, expliquer mais il ne le fait pas: pas un mot pour expliquer à quoi sert la loi, en quoi elle permettra de résorber le chômage. C'est toujours de la communication mais jamais de l'explication Il est vrai q...

à écrit le 06/03/2016 à 11:00
Signaler
C'est curieux, il dit qu'il veut rassurer, expliquer mais il ne le fait pas: pas un mot pour expliquer à quoi sert la loi, en quoi elle permettra de résorber le chômage. C'est toujours de la communication mais jamais de l'explication Il est vrai q...

à écrit le 06/03/2016 à 10:55
Signaler
Il s'agit d'une loi "chomage". Comment répartir ce temps non occupé et surtout le financer?

à écrit le 06/03/2016 à 10:49
Signaler
suite. Cette campagne d'information sur les problèmes liés à l'énergie pourrait très bien être l'objet de la prochaine élection présidentielle. Qui abordera cet aspect?

à écrit le 06/03/2016 à 10:38
Signaler
Le problème revient à faire comprendre aux Français qu'il existe une relation entre cout du travail et prix de l'énergie. Seule une campagne d'information sur une meilleure connaissance de l'énergie est en mesure de favoriser l'application de la mesu...

à écrit le 06/03/2016 à 10:28
Signaler
Cette loi est mauvaise ,précipitée et sans réelle concertation !!il faut l annuler!! Si je pense qu il faut avancer dans la libéralisation du travail il faut le faire avec des garanties pour les salariés !!exemple : une entreprise qui serait obligé ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.