« Pour rester sur la trajectoire de décarbonation du bâtiment, il faut tripler la rénovation énergétique » : le débat Benoît Bazin (Saint Gobain) et Véronique Bédague (Nexity)

#REAix2022. Alors que le monde connaît un choc inédit depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, La Tribune a donné la parole aux grands décideurs de l'économie en direct des Rencontres d'Aix-en-Provence du 8 au 10 juillet. Que pensent les patrons des désordres économiques actuels ? Est-ce la fin de la mondialisation ? Comment faire face au retour de l'inflation qui fait remonter les taux d'intérêt et craindre des tensions sociales ? Comment mener dans le même temps les grandes transitions énergétique, écologique et économique ? Revivez ici la vidéo de l'entretien avec Benoit Bazin, DG de Saint Gobain et Véronique Bédague, directrice générale de Nexity, enregistré depuis notre studio installé au cœur du Davos provençal.
Philippe Mabille
(Crédits : DR)

Benoit Bazin, directeur général de Saint Gobain

Pour rester sur la trajectoire de décarbonation du bâtiment, il faut tripler la rénovation énergétique. C'est bien pour climat, pour le pouvoir d'achat et notre souveraineté énergétique. Il n'y pas de meilleur investissement.

Il faut faire de la rénovation globale, gagner un ou deux crans de performance et il faut de l'exemplarité de l'Etat en la matière, sur les hôpitaux, les écoles, en terme d'efficacité des bâtiments publics.

Nous avons besoin d'attirer vers ce secteur qui est innovant et qui a du sens pour la planète. On a un programme « génération jeunes artisans », on fait beaucoup de formations. L'ensemble du monde de la construction a créé 100 000 emplois en un an, mais ce n'est pas assez.

En 2023 le secteur de la construction devra récupérer tous les déchets, travailler sur l'économie circulaire. Notre isolation est déjà composée a 55% de produits recyclés. Depuis mai nous avons une production 0 carbone de verre plat. En septembre nous allons créer du vitrage bas carbone. On a la solution technique pour décarbonner les bâtiments. La difficulté, c'est de faire coopérer toute la chaine. C'est ça le défi de la construction. Si des leaders s'assemblent, on peut aller très vite.

Après la santé et l'école, le logement est au cœur de la préoccupation des Français. Il faut donner aux maires l'envie de s'investir dans la ville, de rendre leur ville attractive avec des éco quartiers, de l'ambition.

Véronique Bédague, directrice générale de Nexity

En matière de construction, la crise accélère ce qu'on était en train de faire. On savait qu'il fallait être plus durable, utiliser des matériaux différents et moins de matériel. L'inflation qu'on connaît, 10% en 18 mois, nous contraint à accélérer. Ce qui nous inquiète, c'est le Pinel de l'an prochain. Conçu dans des circonstances différentes, il obligera à augmenter les surfaces des logements et donc leur cout. On a besoin d'une politique conjoncturelle qui se réaligne pour éviter de rendre le logement inabordable.

Pour limiter notre impact, on va tester de nouveaux matériaux avec St Gobain, travailler ensemble sur le bâtiment sans chauffage et sans climatisation. Les entreprises sont ambitieuses. Pour parvenir à un logement durable, on a les solutions. Le défi, c'est de produire du bas carbone à cout abordable.

Pour adapter la ville aux changements climatiques, il va falloir s'attaquer au stock de logement, le retravailler. Mais la ville durable, c'est aussi la responsabilité des maires, la façon dont la ville est conçue. On milite pour qu'il y ait de la densité et de la hauteur. Il vaut mieux monter et laisser de la pleine terre, de la pelouse en bas des immeubles, plutôt que couvrir tout le foncier.

Philippe Mabille

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 16/07/2022 à 8:36
Signaler
Bonjour, Pour atteindre les objectifs de l'écologie, ils faudrait construire mieux et plus durable... Isolation correcte des toits et des murs ... Implantation de panneaux solaires d'eaux Chaude sanitaire... Installation de panneaux photovoltaïq...

le 16/07/2022 à 12:18
Signaler
@rogger Dans du neuf, le surcout pour tout ce que vous décrivez est de l'ordre de 25/35% du bâti...à rajouter au prix terrain qui atteint des sommets!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.