La soirée pharaonique d'Emmanuel Macron

 |   |  1265  mots
Environ plusieurs milliers de personnes se sont réunies, dimanche 7 mai pour la victoire d'Emmanuel Macron, devant le Louvre.
Environ plusieurs milliers de personnes se sont réunies, dimanche 7 mai pour la victoire d'Emmanuel Macron, devant le Louvre. (Crédits : Reuters/ POOL New)
Plusieurs milliers de personnes se sont réunies, dimanche 7 mai sur l'esplanade du Louvre, pour fêter la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle. Sympathisants de la première heure et Franciliens simplement opposés à Marine Le Pen ont participé à la soirée pharaonique donnée en l'honneur du nouveau président français. Reportage.

La journée avait commencé en demi-teinte sur l'esplanade du Louvre, puisque, vers 13h, un colis suspect a forcé une évacuation générale du site. Mais vers 19h, lorsque l'accès est enfin ouvert au public, l'épisode est déjàoublié. C'est en ce lieu symbolique, devant la célèbre pyramide, que le candidat d'En Marche! a imaginé sa victoire. Une place "où tous les regards, français, européens, mondiaux sont rivés", dira-t-il plus tard. Alors que les 1.800 journalistes accrédités pour l'occasion ont déjà installé appareils photo, caméras et autres escabeaux pour profiter d'une meilleure vue, les fidèles d'Emmanuel Macron se ruent vers les devants de la scène.

Avec son drapeau français à la main, Didier Curtot est essoufflé d'avoir couru dès l'ouverture des portes. Il est venu d'Annecy avec trois amis. Ensemble, ils font partie du comité de soutien d'En Marche! en Haute-Savoie. Ils ont tenu à venir à Paris, pour clôturer la campagne. Didier est engagé en politique depuis 35 ans.

"Dont 20 ans au PS. Mais je ne m'y reconnaissais plus. J'ai rendu ma carte il y a 5 ans. Je ne savais plus trop où aller. J'ai suivi Emmanuel Macron lorsqu'il était ministre. C'était naturel de le retrouver dans son parti".

Pour le militant de la première heure, il n'y a aucun doute "Macron va gagner ! Ce qui compte maintenant c'est que le FN fasse moins de 40%! Pour que dans 5 ans, le parti ait disparu".

Pas d'effet de surprise du côté des résultats

Les premiers arrivés sont des Macronistes de la première heure. Ils sont venus avec leurs t-shirts floqués, des drapeaux français ou européens et même quelques banderoles. Systématiquement, ils ont écouté ou regardé les médias belges ou suisses pour connaître les premières estimations des résultats. Il n'y a plus de doute sur l'issue de la soirée. L'équipe de campagne ne fait plus semblant non plus. "C'est quand même plié maintenant", sourit Claire Bertrand, bénévole depuis 6 mois au mouvement En Marche! et adhérente depuis 1 an. Le principal message ce soir, est tourné vers l'avenir:

"Aujourd'hui, marque un début et une fin. C'est la fin d'une campagne, mais aussi la première étape des législatives. Si nous n'obtenons pas la majorité à ces prochaines élections, nous aurons fait tout ça pour rien."

À 20h, après un décompte général, c'est bel et bien l'image d'Emmanuel Macron qui s'affiche sur les écrans géants, disposés de chaque côté de la scène, devant la pyramide du Louvre. La musique vrombit tandis que dans le public, on saute, crie et danse. "Macron, président", s'exclament les militants. Les drapeaux français et européens flottent de toute part et, en groupe, on entonne La Marseillaise. Cette fois, c'est officiel, il faut fêter les 65% de voix du candidat élu.

"Bleu, blanc, rouge", chante une petite fille sur les épaules de son père, dans la foule. "Bye bye, Marine", clame un jeune homme qui défile avec un drapeau français. Sur la scène, on annonce que Barack Obama a "transmis un petit cadeau". Le chanteur Cris Cab ouvre ainsi le bal avec une reprise de la chanson de Sting "Englishman in New York". Le rassemblement prend d'un seul coup des airs de concert géant.

Lors du rassemblement, la foule est euphorique en attendant Emmanuel Macron.

En attendant Emmanuel Macron, les militants sont euphoriques. (Crédits photo:AF)

La bataille des législatives commence

Quelques minutes après, c'est dans un silence religieux que les milliers de personnes présentes écoutent les premiers mots d'Emmanuel Macron, diffusés sur les grands écrans.

Dans la salle réservée à la presse, Laurence Haim, ancienne journaliste du groupe canal, désormais membre de l'équipe En Marche! passe juste après le premier discours du nouveau président :

"Je suis vraiment heureuse et émue d'avoir participé à cette campagne. La bataille continue tout de même. Il y a le troisième tour, les législatives."

Équipe de campagne, proches du candidat et militants, partout, c'est le même message. Si l'heure est à la célébration, la bataille doit se poursuivre. Ijjali et Ismail Kenza sont venus avec leur deux fils âgés de 5 et 11 ans. Ils habitent l'Essonne et se sont déplacés à l'esplanade du Louvre pour faire partie "du soulagement". S'ils ont douté lors de cette présidentielle, ce soir, ils poussent un soupir de voir le Front national éliminé.

"Quand je regarde toutes les couleurs ici, ce soir, je me dis que la France est belle quand même".

Ijjaali se rappelle de 2002 et tient à préciser :

"Cette année, toute la famille s'est mobilisée. Mes frères, binationaux, ont voté à Casablanca. Et si, d'habitude, on a tendance à se relâcher pour les législatives, cette fois, on y sera".

Pour la Francilienne, Emmanuel Macron a une lourde responsabilité désormais. Illyes, le fils aîné de la famille l'a déjà compris. "Même si je suis jeune, j'ai lu tous les programmes des candidats. Ça m'intéresse". Ses parents sourient, "il comprend notre soulagement", explique Ijjaali avant que les sympathisants autour entonnent une énième Marseillaise. "Ce soir, en entendant ce chant, j'en ai des frissons".

Un discours rassembleur

Les tubes s'enchaînent sur scène faisant danser la foule. Mais celle-ci ne le cache pas: c'est l'arrivée d'Emmanuel Macron, point d'orgue de la soirée qui est attendue. Il est plus de 22 heures. Le jour s'est couché et le Louvre, cœur de l'événement, est totalement illuminé. Les familles, militants, jeunes et autres couples de personnes âgées ont les yeux rivés sur la scène lorsque le pupitre présidentiel est installé. Sur les écrans, un slogan s'affiche.

"Liberté, égalité, fraternité. Trois mots qui prennent leur source dans une histoire plus vieille encore que la nation. Nous allons leur redonner leur sens".

Quelques minutes plus tard, sous les notes de l'hymne européen, l'Ode à la joie, Emmanuel Macron apparait devant la célèbre pyramide. "Ce soir, la France l'a emportée", s'exclame-t-il.

Son auditoire écoute, applaudit et commente volontiers le discours.

"Il est le président de tous les Français maintenant", souligne un homme à son voisin, lorsqu'il affiche une mine déconfite pendant les remerciements d'Emmanuel Macron, "même aux électeurs du Front national".

Avant de promettre que, dans 5 ans, l'objectif est que plus personne n'ait besoin de voter pour les extrêmes.

"Nous ne céderons rien à la division. Je veux l'unité de notre peuple. J'ai encore besoin de vous", affirme le candidat élu.

Le discours, qui se veut rassembleur, semble toucher l'auditoire. Les proches d'Emmanuel Macron sont accueillis sur la scène par une salve d'applaudissements et, une nouvelle fois, La Marseillaise est chantée en choeur.

     Lire aussi : Emmanuel Macron au Louvre : "Je protégerai la République"

Et alors que le nouveau président s'éclipse de la scène, la musique reprend sur l'esplanade. La majeure partie du public se dirige cependant vers les sorties. Aux alentours du Louvre, les rues sont bondées. Des klaxons retentissent de toute part, les drapeaux virevoltent encore et quelques cris de joie fusent encore, avant de dissiper peu à peu dans Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2017 à 13:06 :
Pour avoir commandé un tel festival pour son élection Il devait savoir à l'avance qu'il serait élu. Curieux mais réaliste compte tenu du soutien médiatique sans retenue qu'il a reçu alors que son opposante était vouée aux enfers .Cette campagne présidentielle a été la plus pourrie et abjecte de toutes les campagnes car c'est la première fois que tous les candidats sauf un ont été vilipendés à outrance avec pour certains des cadavres sortis du fonds des placards . Par contre pour Macron il a éte l'ange Gabriel terrassant les dragons qui le génaient pour sa marche en avant
a écrit le 09/05/2017 à 7:32 :
à lire votre titre , on imagine fort bien quelle va surement etre votre ligne editoriale ...de l'info , rien que de l'info et ...sans attitude partisane ...!
a écrit le 08/05/2017 à 20:57 :
Le retour de Mitterand.

Au secours, 5 ans de catastrophe.
a écrit le 08/05/2017 à 17:13 :
Pourquoi ce titre moqueur ? Vous auriez préféré Le Pen? L'oeuvre de Beethoven était la bien venue après avoir enduré pendant des semaines toutes ces insultes contre l'Europe même si comme toute organisation elle est perfectible....
Réponse de le 09/05/2017 à 7:33 :
bien d'accord avec vous ...ils ont surement cherché à faire un parrallèle avec...Sarko et le Fouquet ...
Réponse de le 09/05/2017 à 10:54 :
Ce brillant jeune homme, tel Aymerillot dans la Légende des Siècles, a pris la citadelle alors que la majorité des barons ravanchards de droite, oubliant leurs valeurs républicaines, ont tout fait pour qu'un tiers de leurs sympathisants rejoignent les rangs du FN, préférant la certitude de la réaction pour préserver coûte que coûte ce qui est à l’incertitude dans le renouveau pour aller vers une nouvelle société de création de richesses et de redistribution avec, selon l’expression de Condorcet, des inégalités « nécessaires » et non plus de statut ou de rente.
a écrit le 08/05/2017 à 17:11 :
Merci de simplifier le droit du travail des robots afin qu'on puisse embaucher des robots, et de simplifier le droit du travail du cerveau afin qu'on puisse avoir de nouveaux produits.
Merci de demander aux américains, aux japonais, aux coréens, aux chinois de simplifier leur droit du travail afin que les entreprises françaises puissent enfin créer des filiales dans ces pays, d'où nous sommes quasiment absents.
a écrit le 08/05/2017 à 16:43 :
Un pur produit Marketing dont la durée de vie sera proportionnelle à la nouveauté du concept
a écrit le 08/05/2017 à 14:41 :
à 82 ans c'est mon 11eme président c'est le premier dont je suis fier; il a un certain charisme et on sens chez lui une volonté d'agir ,je regrette que les français ne pensent qu'au négatif laissait lui un peut de temps et vous critiquerait aprés,moi je ne serait plus là mais si vous n'y prenait garde vous aurait lepen et ce sera trop tard
Réponse de le 08/05/2017 à 15:49 :
L e Président de 80% de français comme il se présente avec son programme fiscal. Les autres 20% devront "disparaître" ou émigrer sinon subir l'esclavagisme fiscal et le régime d' inaptocratie qui va violemment s'instaurer car leur problème c'est que eux ils seront encore là. Les riches n'ont rien à craindre ils ont déjà assuré leurs arrières.
Réponse de le 08/05/2017 à 17:40 :
Normal, à ton âge ,tu n'es plus concerné par la loi travail et la casse du code du travail.Par contre, tu es dans les 8% qui ont voté pour son charisme,c'est sur qu’un petit gros avec des boutons ne t''aurait pas fait le même effet , non ?A noter ,que seulement 16% sur les 66% ont voté pour ses réformes , ce qui inaugure des périodes troubles à venir.
Réponse de le 09/05/2017 à 10:57 :
Bravo. On peut rester lucide et moderne en vieillissant!
a écrit le 08/05/2017 à 12:22 :
C'est notre Sauveur.
Le Messie dont la France avait besoin depuis 2000 ans.
C'est plus fort que la résurrection du Christ son élection.
Il est jeune, il est beau, il est fort....
a écrit le 08/05/2017 à 12:22 :
J'ai l'impression de lire de la propagande chinoise !
a écrit le 08/05/2017 à 12:20 :
euh... quand un pharaon va à la pyramide, c'est rarement bon signe pour lui...
a écrit le 08/05/2017 à 12:15 :
Champagne ! Merci Macron! Les fraudeurs fiscaux sont encore tranquilles pour 5 ans, 5 ans sans payer d'impôts dans les "paradis" , 5 ans à pouvoir avoir des employés défiscalisé qui eux pauvres hères payeront des impôts !, Le petit Mélenchon voulait nous faire payer des impôts ,il voulait faire un Fatca, et interdire toute transaction
bancaire avec les "paradis" sous peine du retrait des licences bancaires" ça va pas ,non, les impôts c'est pour les petits qui n'ont pas d'avocat défiscaliste, Ah! la bourse va bondir dès demain, une vie hors taxe pour les plus riches avec des règles très très light, et un contrôle des chômeurs, un détricotage du droit du travail et des droits sociaux mini mini pour les plus pauvres contraints de prendre n'importe quel emploi , on va leur prendre leurs derniers sous et les faire travailler pour nous en les alignant sur la Pologne et bientôt le Graal, sur le Bangladesh, des salaires à 70 euros par mois, le paradis je vous dis,80 milliards de fraude hors taxe par an ! Je parie qu'on va dépasser les 100 milliards avec Macron, vive Macron!
a écrit le 08/05/2017 à 12:06 :
la stupidite des electeurs francais est ausii pharaonique ... dans quelques mois 5% comme pour le giognol sur la mobilette, 500 mld euro de dette en plus et 2-3 milions des chomeurs en plus, .....
a écrit le 08/05/2017 à 11:56 :
Vous vouliez savoir le programme 2017 2022 du pharaon Mammon fier derrière son suppositoire de verre, sur un lieu de l'histoire française ? Ecoutez_bien ce "tube", remplacez Deutschland par E.U et faites claquer vos bottes de la joie retrouvée par le travail ! Ne confondez pas avec le laboureur et ses enfants, nous ne sommes pas les laboureurs, nous ne sommes que des enfants de l'Europe de la prospérité et de la paix. Mais cela comme moi, il y a longtemps que vous l'aviez compris. Sincères condoléances.
https://www.youtube.com/watch?v=RUhAbUyPT-A
a écrit le 08/05/2017 à 11:53 :
Apres l'élection présidentielle :
"Je vous ai compris."
"Je vous aime."
"La France avec la croissance et la solidarité et la justice sociale et l'écologie..."
...

Avant les législatives :
"Je baisserai les impôts"
"Je baisserai les taxes"
"Il y aura plus d'enseignants, de culture..."
...

1 an apres l'élection :
Une popularité plus faible que celle d'Hollande
Plus de chômeurs
Plus d'impôts, de prélèvements divers..
Plus d'insécurité au quotidien
...
a écrit le 08/05/2017 à 11:43 :
Le CAC -0.75%, la finance n'aime pas tant Macron que ça?
a écrit le 08/05/2017 à 11:01 :
Sacré claque générationnelle.
Enfin un président qui connait notre temps, c'est vraiment intéressant.

Je ne sais pas s'il aura une majorité mais la réaction des partis établis est pitoyable.

on est face aux vieux dirigeants qui voient débarquer un jeune ingénieur.

En tout cas Macron possède un fort potentiel, je serai curieux de voir ce que ça peut donner, mais tout va se jouer malheureusement aux lesgislatives et c'est dommage.
Réponse de le 08/05/2017 à 11:53 :
Ne partageant pas votre enthousiasme j'attend effectivement les législatives ... c'est aussi cela la démocratie ... mais félicitation pour la victoire de votre champion
Réponse de le 09/05/2017 à 11:03 :
D'accord, et c'est pourquoi, à 68 ans, je vais m'engager dans la campagne législative pour lui permettre d'avoir une majorité pour gouverner. En marche Benoit! Ne laissons pas les réactionnaires nous gâcher ce beau projet.
a écrit le 08/05/2017 à 10:57 :
Espérons qu'il ne soit pas momifié par la glu parlementaire ! ;o))
J’espère que le coup de balai est en marche pour les éléphants du parlement/sénat (droite et gauche) !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :