"Penelopegate" : 7 Français sur 10 favorables au renoncement de Fillon

 |  | 461 mots
(Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Les Français s'expriment massivement en faveur du retrait de la candidature de François Fillon à l'élection présidentielle, selon un sondage réalisé par Harris Interactive pour RMC et Altantico. Et les sondés (notamment les sympathisants LR) indiquent aussi quelle personnalité ils souhaiteraient pour le remplacer.

Plus de deux tiers de sondés souhaitent le retrait de François Fillon en faveur d'une autre personnalité mais les sympathisants de droite sont partagés sur le maintien de leur candidat, empêtré dans le "Penelopegate", selon un sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico publié jeudi.

Ce sondage est réalisé au moment où, au sein du parti "Les Républicains" (LR) les esprits commencent à s'échauffer devant la multiplication des "affaires" qui cernent François Fillon.

Ainsi, après les révélations du Canard Enchaîné, de Médiapart, c'est au tour d'Envoyé Spécial (l'émission d'investigation d'Elise Lucet sur France 2) d'annoncer la diffusion, ce jeudi soir, d'extraits vidéos inédits d'une interview de l'épouse de François Fillon à un quotidien britannique en 2007, où elle confie qu'elle n'assistait pas son mari dans ses fonctions :

"Je n'ai jamais été son assistante ou quoi que ce soit ce genre-là", affirmait Pénélope Fillon à cette période.

Le sondage mené hier soir dans ce contexte délétère révèle que la moitié des sympathisants de droite et du centre souhaitent que François Fillon maintienne sa candidature à l'élection présidentielle. Parmi les sympathisants Les Républicains, 58% souhaitent son maintien, contre 42% en faveur de son retrait au profit d'un autre candidat.

Au total, 69% des personnes interrogées souhaitent qu'une autre personnalité remplace François Fillon comme candidat à l'élection présidentielle.

Sur le podium, Juppé, Sarkozy et... Baroin

Dans le cas où François Fillon se désistait, Alain Juppé apparaît comme le candidat favori des sondés pour le remplacer, avec 33% des suffrages, contre 13% pour Nicolas Sarkozy et 7% pour... François Baroin.

Ce dernier, s'il est donc devenu pour l'opinion un membre crédible de la génération montante, devra compter avec les ambitions de ses confrères Laurent Wauquiez et Xavier Bertrand dont certaines informations non encore avérées pourraient témoigner de leurs ambitions présidentielles : il apparait que des noms de domaines (des adresses de sites internet) viennent tout juste d'être créés à leurs trois noms (Baroin2017.fr, Wauquiez2017.fr, Bertrand2017.fr) auprès des hébergeurs Gandi et OVH selon les informations du Parisien. Néanmoins, précise le quotidien, les intéressés démentent en être à l'origine, et ce pourrait être l'oeuvre de plaisantins.

Alain Juppé a les faveurs de 42% des sympathisants de la droite et du centre et, spécifiquement, de 36% des sympathisants du parti Les Républicains dans l'éventualité d'un retrait de François Fillon.

     >Lire : Fillon, toujours candidat mais les "plans B" s'affûtent

Le sondage a été réalisé mercredi soir par internet selon la méthode des quotas auprès de 946 personnes.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2017 à 16:12 :
Aujourd’hui, Fillon n'est plus défendable par personne. Après la magouille et maintenant le mensonge, Fillon devient Cahuzac de la droite en pire. Lors de son passage sur TF1, et lors de ses deux derniers meetings, Fillon a menti à son camp et aux français les yeux dans les yeux. Selon les déclarations de Mme Pénélope dans l’émission d'envoyé spécial, Mme Pénélope n'a jamais été attaché parlementaire de son mari. La droite a raison de s’inquiéter et Fillon doit vite en tirer toutes les conséquences en renonçant à sa candidature avant qu'il en soit très probablement contraint par la justice.
a écrit le 03/02/2017 à 9:59 :
Sarkozy et Wauquiez les candidats préférés de MLP!!!
a écrit le 03/02/2017 à 8:20 :
Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage.
Il faut donc céder à la calomnie.
On reproche à Fillon d'avoir utilisé des fonds dont il a droit comme chaque député à privilégier se famille comme beaucoup le font dans le public ou le privé. Le piston vous connaissez? Les marchés public bidons vous connaissez ? les ex-élus recasé dans des emplois bidons vous connaissez ? les chargés de faire un rapport sur n'importe quoi en étant bien rémunéré vous connaissez? etc
Réponse de le 03/02/2017 à 10:04 :
@malpensant vous refusez de voir le film! ce que l'on reproche à Fillon ce n'est pas qu'il ait employé sa femme comme assistante parlementaire ce qui est malheureusement légal mais la réalité de ce travail Pénélope brillant par son absence et sa transparence. résultat Mr Propre se retrouve pris les doigts dans le pot de confiture. C'est paul Bismuth qui doit se marre dans ses moustaches!
a écrit le 03/02/2017 à 6:27 :
Et pendant qu'on parle de Fillon, on ne parle plus des 120 000 € de Macron.
Ni de ce qui suit :

Même si, en France, le chômage des jeunes frappe dur, quelques jeunes parviennent à trouver du travail.

Ces jours-ci, le service de communication du Conseil régional de Midi-Pyrénées va s’étoffer.

La Région vient en effet de recruter Jérémie Martin, le fils de l’ex-Ministre de l’écologie Philippe Martin comme chargé de mission.

Il aura pour collaborateur le frère de l’ex-ministre délégué aux Anciens combattants, Kader Arif.

En outre : Salomé PEILLON, fille de l’ex-ministre de l’Éducation Nationale, est embauchée au poste de chargée de mission culturelle à l’ambassade de France en Israël.

Fin janvier, Thomas Le DRIAN, le fils de Jean-Yves, le ministre de la Défense, a été embauché par la Société nationale immobilière (1,3 milliard d’euros de revenus, 275.000 logements sociaux en gestion) à un poste très élevé pour cet élève moyen d’une école de commerce moyenne.

Clémentine AUBRY, la fille de Martine, est administratrice de l’auditorium du musée du Louvre…

C’est normal Mazarine PINGEON est depuis longtemps administratrice de la Grande bibliothèque.

On ne peut malheureusement rien faire pour les fils deMarisol TOURAINE, Christiane TAUBIRA et de Laurent FABIUS, ils ne sont pas encore sortis de prison !!
Pensez à transférer ces bonnes nouvelles pour rassurer nos concitoyens.

Et à part ça, tout va bien nous dit François (pas Fillon, l'autre) !... pourquoi s'inquiéter !... nos petits ont du boulot !
a écrit le 02/02/2017 à 21:31 :
ceux qui ont voté voté pour lui savaient bien qui il est et ce qu'ils en attendaient.
Alors pas la peine de faire la fine bouche, pendant le royaume de Sarkozy 200 textes de taxes composées par notre premier ministre de l'époque (cf l'investisseur.pro).
Cerise le gâteau des taxes sur nos mutuelles, un espace privé et libre choix pour financer la cmu, ce qui fait que beaucoup de s'assurent plus : trop cher.
Soit une intrusion dans un lieu ou l'état n'y a pas sa place.
Le pauvre s'est un peu déclassé, ça sera mme le Pen ou Macron, si on sent son coeur à droite ou au centre.
a écrit le 02/02/2017 à 20:42 :
Ces résultats sont prématurés car nous ne connaissons pas les conclusions du judiciaire.
Nous sommes avec des affirmations venues de la presse de gauche, toujours les mêmes, de la Télé de gauche en écho.
En face nous constatons que les concurrences au sein parti LR s'agitent pour proposer des "remplaçants" dont la philosophie n'a aucun rapport avec celle du programme de François FILLON. Dans cet esprit ils ne sont pas légitimes par rapport aux électeurs de la primaire de la Droite et du Centre qui d'ailleurs ne leur demandent rien pour le moment.
Manifestement ces tentatives démontrent, une fois de plus, le peu de cas fait par certains du choix des électeurs qui, naturellement, saurons s'en souvenir.
a écrit le 02/02/2017 à 20:30 :
Que Fillon maintienne sa candidature et que ses électeurs votent Le Pen. Tout sera dit !
a écrit le 02/02/2017 à 16:36 :
Remplacer un malfrat par un autre est une idée saugrenue de gens qui n'ont ni foi, ni loi ! Rappelons à ceux qui l'auraient oublié que Juppé a été condamné pour abus de biens sociaux :-)
a écrit le 02/02/2017 à 15:19 :
Que n'organise-t-on un Mundial de Football impromptu pour faire passer cette affaire. Les électeurs ont la mémoire très courte.
a écrit le 02/02/2017 à 15:06 :
Ce climat médiatique donne la nausée. On ne peut naturellement pas cautionner l'usage d'emplois fictifs (s'ils sont confirmés comme tels) mais la question qui se pose n'est pas celle-là aujourd'hui : si la justice doit condamner, elle le fera, en temps et en heure.
Non, la question urgente aujourd'hui est la suivante : comment en est-on arrivé à une situation où le pouvoir absolu appartient aux médias qui peuvent faire ou défaire une élection à leur guise. La justice enquête ? TF1 condamne. La justice étudie des dossiers ? France2 a déjà conclu. La justice se pose des questions ? RTL affirme. C’est le canard qui a ouvert le feu, mais tous ont suivi.
Chaque journal, chaîne de télévision ou de radio, politiquement orienté ou non, s'est engagé sans aucune retenue dans ce qui est depuis quelques jours l'unique et impérative mission de tout défenseur du "bon droit", et de la "morale" : abattre Fillon. Mais l'abattre vite. Tout de suite. Ne pas laisser à l'opinion le temps de reprendre son souffle, surtout pas. Si on attend ne serait-ce que quelques semaines, les "gens" pourraient se remettre à penser par eux-mêmes, et comme on le sait dans le milieu médiatique : les "gens" sont bien trop limités pour penser, ou en tous cas pour penser comme il faut. Il faut les guider. C'est la grande mission des médias et aujourd'hui elle passe par là : abattre Fillon.
Il faut qu'il perde l'élection, si possible dès le premier tour. Publions un sondage dans ce sens. Oui, mais le premier tour est encore loin, et parfois les "gens" deviennent indisciplinés : ils pourraient (encore) faire mentir les sondages. Qu'à cela ne tienne, ne prenons pas le risque : il doit retirer sa candidature. Cette semaine. Demain. Aujourd'hui. IMMEDIATEMENT ! Après il sera trop tard. Trop tard pour quoi ? La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 17 mars, cela ne laisse-t-il pas un peu de temps ? NON ! Chaque minute compte (vous comprenez, si on attend, les "gens" pourraient...). Bon. C'est décidé. Le comité politique Les Républicains vient de se réunir, et a réaffirmé son soutien au candidat. Mais de quoi ce comité se mêle-t-il ? Le Comité Médiatique lui, sans même avoir eu besoin de se réunir, est tombé d'accord : il part. Ainsi, quelques heures à peine après ce soutien affiché par le comité LR, une grande radio titrait, en substance : "pour LR la question n'est plus de savoir s'il faut remplacer François Fillon, mais quand et par qui ?"
Voilà. Messieurs les politiques ne vous réunissez plus inutilement : le Comité Médiatique vous fera connaître sa décision. Messieurs les juges, ne vous fatiguez surtout pas trop à enquêter : le Comité s'en occupe également. Circulez, la messe est dite et il n'y a plus rien à voir.
Alors, pourquoi ? Pourquoi un tel acharnement, un tel déferlement ? L'orientation de l'opinion se fait habituellement plus discrètement, plus progressivement, plus subtilement. Pourquoi avoir subitement déclenché cette machine de guerre contre un homme ?
Sans doute parce qu'il est différent. Peut-être pas différent des autres en ce qui concerne les "affaires" me direz-vous. Apparemment pas, encore que cela reste à prouver. Mais différent il l'est assurément dans son discours, dans son programme, dans une certaine idée qu'il a de la France, et qu'il se propose de faire partager au plus grand nombre. Des idées et des valeurs en total décalage avec le politiquement correct dont on abreuve les masses depuis trente ans.
Le Comité n'apprécie pas trop ce genre d'individus. Il les maintient habituellement à l'écart, et veille à ce que leurs voix soient inaudibles. Ca a toujours fonctionné jusqu'ici. Oui, mais il y a eu un raté : lors d'une élection primaire, près de 3 millions d'électeurs ont manifesté leur soutien à l'un de ces mauvais élèves. Ils n'ont rien écouté. On leur avait pourtant, comme toujours, soigneusement expliqué pour qui voter. Ils n'ont rien compris. Un individu qui n'avait pas prêté allégeance au Comité se retrouvait candidat à la présidentielle. Pire: il était favori. Le Comité se devait d'agir rapidement : si les méthodes habituelles ne fonctionnent pas sur lui, on sortira l'artillerie lourde. Fini les sondages orientés, les articles biaisés, et autres armes de petits calibres. On n'a plus le temps pour ça. On attendra le moment opportun pour déclencher un tir nourri qui ne s'arrêtera que lorsque l'ennemi sera définitivement à terre. Ce n'est qu'à ce prix que le Comité pourra, encore une fois, sauver le bon peuple malgré lui.
Le trouble-fête étant éliminé, nous pouvons revenir à l'élection. Le Comité est très soucieux que vive la démocratie. Les électeurs sont souverains, et ils feront leur choix. En toute indépendance, chacun ira voter selon son âme et conscience, et Emmanuel Macron battra Marine Le Pen au second tour. La Justice et la Morale seront sauves. Le Comité aura fait son devoir.
Peut-être. Ou peut-être qu'il y aura un nouveau raté. Si le 8 mai au matin, la France se réveille avec le Front National au pouvoir, les médias en seront les seuls responsables. Mais naturellement, ils n'auront pas voulu ça.
Réponse de le 02/02/2017 à 15:33 :
Bravo ! A 1000000% d'accord.
Le pouvoir des media pour formater les esprits est exorbitant.
Réponse de le 02/02/2017 à 17:32 :
Que les médias tentent d'orienter les électeurs et de canaliser les voix selon leurs propres choix n'est pas nouveau. Le choix des interviewés et des ignorés/muselés le fait suffisamment comprendre. Je ne crois pas qu'il existe un seul français qui ne s'en serait pas rendu compte.
Le gros problème des médias est qu'ils se considèrent comme le 4° pouvoir et commettent beaucoup d'entorses à une déontologie propre. Aucun des journalistes faillis n'a été jeté hors du sérail depuis des lustres et les exemples sont criants de notoriété.
On peut en retirer la leçon que beaucoup de médias sont aussi incapables que beaucoup d'élus de se comporter de manière irréprochable et de faire le ménage dans leurs rang. C'est l'éternelle valse haine/amour de la politique et du média.

Mais tout cela n'enlève rien à la faillite du sieur Fillon. Même si la justice ne s'est pas encore prononcée, les présomptions de faute tournent de plus en plus aux preuves et cousent le linceul de la droite.

Alors permettez moi de penser que plus tôt il sera hors jeu et mieux cela vaudra si le pays ne veut pas toucher aux extrêmes. Un successeur plus digne n'aura pas trop de temps pour mener une campagne sans doute très différente.
Réponse de le 03/02/2017 à 3:09 :
parfait Rien à ajouter
a écrit le 02/02/2017 à 14:52 :
Je suppose que madame Fillon doit toucher une très bonne retraite. Elle devra revoir celle-ci à la baisse au cas ou elle doit rembourser les sommes indues.
a écrit le 02/02/2017 à 14:13 :
"Néanmoins, précise le quotidien, les intéressés démentent en être à l'origine, et ce pourrait être l'oeuvre de plaisantins"

Je vois en effet très mal Barouin, Wauquiez et Bertrand se mettre en avant de la sorte vu le contexte. Ce sont donc certainement des plaisantins que je remercie car ils ont un sacré bon sens de l'humour c'est indéniable. Moi ça me fait encore rire en tout cas.
a écrit le 02/02/2017 à 11:57 :
Juppé n'est-il pas un spécialiste des emplois fictifs avec le grand Jacques qui lui est un véritable expert reconnu en son temps ?
Réponse de le 02/02/2017 à 14:08 :
En parlant de Juppé :

28 juin 1995
Le Canard enchaîné enrichit, dans son édition d'aujourd'hui, la
chronique des passe-droits immobiliers de la Ville de Paris, et singulièrement ceux de la famille Juppé. L'hebdomadaire produit une note, rédigée en janvier 1993 par Philippe Lafouge, délégué général au logement, et destinée à Alain Juppé, alors adjoint aux finances de la Ville: cette note porte sur le loyer consenti pour le locataire d'un appartement municipal, rue Jacob. Lafouge propose 6.913,28 francs pour un appartement de 88m2. Juppé vise la note et rectifie: loyer «arrondi à 6.000 francs». Or, l'heureux destinataire de ce trois pièces, n'est autre que le fils d'Alain Juppé, Laurent. En outre, pour que le nouveau locataire soit confortablement installé dans les lieux, la Ville a fait procéder à 381.390 francs de travaux. Sur cette même note, Juppé écrit de sa main: «accord pour les travaux». Certes, rien n'est indiqué dans la note sur l'identité du futur locataire. Nous sommes en janvier 1993. Les choses se précisent en avril: une note du chef de cabinet de Jacques Chirac, à la Mairie, indique à Lafouge: «J'ai l'honneur de vous informer qu'il y a lieu d'attribuer le logement de trois pièces de 88m2 situé au troisième étage de l'immeuble communal rue Jacob à Paris VIe à M.Laurent Juppé.» La boucle est bouclée. Le Canard apporte également quelques précisions sur le coût de la rénovation du 181m2 avec terrasse occupé par le Premier ministre, ainsi que du studio qu'occupait Laurent Juppé avant d'emménager dans son trois pièces: la note, au total, selon une estimation des services municipaux, s'est élevée à 1.100.914 francs.
Réponse de le 02/02/2017 à 14:15 :
Ben oui mais bon si on cherche la "petite" bête on y arrivera jamais aussi hein, faut être réaliste, les LR c'était l'UMP qui était le RPR quand même, on change de nom mais pas de dirigeants et encore moins d'électorat.
a écrit le 02/02/2017 à 11:26 :
ce n est pas les candidats qui manquent; c est des hommes sans casserolles donc honete??? / LA MOITIE DES HOMMES POLITIQUE SONT BON A RIEN LES AUTRES SONT PRES A TOUS///COLUCHE///
a écrit le 02/02/2017 à 11:24 :
La droite est engluée jusqu'au cou dans cette sombre histoire de népotisme Fillon, si ce n'est que celà.
Elle se plombe elle même avec toutes ces affaires Fillon, Dassault et toutes les autres interrogations en suspens. Cela commence à faire beaucoup trop. Apporter son soutien à un homme propre injustement accusé constitue toute autre chose que de couvrir des pratiques écœurantes amorales voir immorales. Elle n'en sortira pas et va rater tous ses rendez-vous avec les français si elle n'opère pas un ménage vigoureux dans ses rangs et une remise en question.

Ce qui me choque le plus et me donne l'impression que le brigandage est la règle dans ce parti, est que les rares élus qui tirent la sonnette d'alarme et veulent changer le cap sont tout simplement menacés d'exclusion.
Cela en dit long sur la mentalité et la droiture de cette clique.
Comme si le quidam Fillon était victime d'une machination alors qu'il aurait pu stopper net les rumeurs dès leur apparition en fournissant des preuves tellement faciles à exhumer pour d'autres. Que diable, le travail d'assistant parlementaire laisse un nombre incalculable de traces, de pointages et de témoignages.
Il est tellement persuadé que le budget d'un élu peut être utilisé à discrétion et n'a pas à être rendu qu'il s'offusque des questions qui lui sont posées. Au diable les pauvres, pas question de renoncer à une enveloppe. Ce qui est incompréhensible est qu'il se trouve à ses côtés des élus et des politiques que cela ne choque pas.

Il peut gesticuler, éructer, hurler au coup d'état institutionnel, en quoi est ce institutionnel d'ailleurs, ou toute autre chose, il en devient ridicule au plus haut point puisqu'il ne fait rien pour prouver le contraire des accusations. Le plus hilarant est qu'il ait fait allusion à l'incomparable probité du Général De Gaulle pour prendre le pas sur ses concurrents en voulant se hisser à son niveau.
Il trouverait anormal de justifier de sa propreté face aux citoyens qu'il appelle à voter pour lui, et normal d'en appeler à l'absolue propreté démontrée d'un illustre disparu. Cherchez l'erreur.
Nous prend t'il pour des idiots finis ? Supposerait il être plus intelligent que la moyenne des témoins de ce vaudeville.

Avec l'échantillonnage d'indélicats que la droite et la gauche nous ont montré, aucun citoyen témoin de cette cacophonie ne peut plus faire confiance dans ces représentants. C'est à se demander s'il reste encore un peu de propreté quelque part ? Aurais je oublié qu'il en existe en retrait mais qu'ils sont tenus pour quantité négligeable à force de pudeur et de réprobation ?
a écrit le 02/02/2017 à 11:17 :
ce cas est plus grave que le sujet cahuzac
il demontre que ces personnage ignore simplement les electeurs
et ne vivent que pour leur privilege
le mensonge doit etre puni d'interdiction a vie surtout d'un ex 1er ministre
plus d'indemnite ni assurance chomage
la rue, la cloche pour ce genre de type
Réponse de le 02/02/2017 à 14:06 :
Plus grave que Cahuzac ? Un ministre du budget qui prélève les impôts, contrôle l'administration fiscale dont le rôle est de traquer les fraudeurs.
Un Ministre qui triche et ment ouvertement. Les deux cas sont préoccupants
nous avons une classe politique qui matraque les français d'impôts et taxes
et qui vit au frais de la princesse en toute impunité.
a écrit le 02/02/2017 à 11:08 :
Avons-nous à faire au docteur Jekyll ou M. Hyd ? - Comment peut-on évoquer le général de Gaulle et se comporter sans le moindre charisme. Certes, il y a ce que la loi autorise, mais il y a surtout le détournement de la bienveillance du législateur vis à vis de ses serviteurs. Employer un membre de sa famille, à condition que celui-ci ait toutes les compétences assujetties à la fonction, d'une part, mais aussi attribuer des émoluments dont la valeur correspond à la moyenne de ceux pratiqués par les confrères. A l'inverse n'est-on pas en droit de qualifier de gredinerie des comportements d'avidité flagrante. Non Monsieur, le mérite de la valeur morale que suscite la fonction présidentielle vous fait défaut. Y-a-t-il en vous du docteur Jekyll ou du M. Hyd, lorsque l'on vous voit ému jusqu'au bord des larmes quand vous défendez une apparente sincérité. Puisque au-delà des faits qui seront sans doute difficiles à déterminer (là est votre savoir faire), les éléments moral et pénal ne pourront suivre. Cependant l'éclairage de vos agissements permettront je l'espère pour de nombreux électeurs, de s'apercevoir de la confiance qu'ils peuvent vous accorder. Peut-être serez-vous malgré tout élu président de la République, mais une chose est plus sûre, cela se fera sans moi.
J'en terminerais en ayant une pensée pour la justice de notre pays qui d'une manière comme d'une autre se verra critiquer. Elle se voit par le truchement des circonstances, la charge de trancher ce que le peu de probité de votre collusion n'a su faire pour servir l'intérêt de la France.
a écrit le 02/02/2017 à 10:47 :
Il est victime de la jalousie de N. Sarkosy et non d'une histoire bassement politique, car ni Poutine, ni l'UE n'ont d’intérêt à l'écarter!
a écrit le 02/02/2017 à 10:27 :
Avons-nous à faire au docteur Jekyll ou à M. Hyd ? - Comment peut-on évoquer le général de Gaulle et se comporter sans le moindre charisme. Certes, il y a ce que la loi autorise, mais il y a surtout le détournement de la bienveillance du législateur vis à vis de ses serviteurs. Employer un membre de sa famille, à condition que celui-ci est toute les compétences assujetties à la fonction, d'une part, mais aussi attribuer des émoluments dont la valeur correspond à la moyenne de ceux pratiquer par les confrères. A l'inverse n'est-on pas en droit de qualifier de gredinerie des comportements d'avidité flagrante.
Non Monsieur le mérite de la morale que suscite la fonction présidentielle vous fait défaut. Y-a-t-il en vous de ce Docteur Jekyll ou M. Hyd, lorsque l'on vous voit ému jusqu'au bord des larmes quand vous défendez une apparente sincérité. Car au delà des faits qui seront sans doutes difficiles à déterminer (là est votre savoir faire) l'élément moral et pénal ne pourront suivre. Mais l'éclairage de vos agissements permettront je l'espère ; à de nombreux électeurs de s'apercevoir de la confiance qu'ils peuvent vous porter. Peut-être serez vous malgré tout élu président, mais une chose est plus sûre, cela se fera sans moi. J'en terminerais en ayant une pensée pour la justice de notre pays qui se voit la charge de trancher ce que le peu de probité de votre collusion n'a su faire pour servir l'intérêt général de la France.
a écrit le 02/02/2017 à 10:20 :
Baroin n'a pas de légitimité et a des casseroles qui remontent au temps ou il était ministre sous Chirac, ce que le Canard ne manquera pas de faire savoir. Il manque aussi de notoriété dans le grand public.

Sarkozy est celui que les électeurs de droite ont viré de la primaire, c'est encore pire que pour Baroin qui n'a pas été choisi mais ne s'était pas présenté. On est sûr qu'il ne passerait pas le premier tour et n'a aucune chance au second tour, même face à Lepen.

Dans la lignée, seul juppé est légitime en tant que second arrivé à la primaire. Son handicap c'est son score mais il a de bonnes chances de passer le premier tour tout en rognant sur l'électorat UDI de Macron.
C'est aussi le seul qui pourrait encore l'emporter face à Lepen ou Macron.
a écrit le 02/02/2017 à 10:13 :
heureusement quelques journalistes integre et impartial sauvent encore la démocratie en dévoilant les mensonges...ext....
a écrit le 02/02/2017 à 9:37 :
Fillon doit céder sa place a Macron !
Réponse de le 02/02/2017 à 11:05 :
Évidemment. Il devrait se retirer en faveur de Macron.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :