Présidentielle 2017 : la "vraie" campagne commence... sans "La Marseillaise"

 |   |  558  mots
A compter du 10 avril, sous l'égide du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), la campagne électorale officielle débute avec l’obligation pour les télés et radios de respecter strictement l'égalité de temps de parole des candidats. Particularité de cette campagne, les drapeaux français et européen, ainsi que La Marseillaise ne pourront pas être incrustés dans les spots officiels des candidats...
A compter du 10 avril, sous l'égide du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), la campagne électorale officielle débute avec l’obligation pour les télés et radios de respecter strictement l'égalité de temps de parole des candidats. Particularité de cette campagne, les drapeaux français et européen, ainsi que "La Marseillaise" ne pourront pas être incrustés dans les spots officiels des candidats... (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
A compter du lundi 10 avril, la campagne électorale commence officiellement sous le contrôle attentif du Conseil supérieur de l'audiovisuel. Les onze candidats doivent bénéficier du même "traitement" et des règles plus strictes qu'auparavant encadrent les spots de campagne des candidats qui ne pourront pas diffuser... "La Marseillaise".

A compter du lundi 10 avril, la campagne électorale pour la présidentielle va entrer dans sa dernière phase, « l'officielle». Une période où les règles relatives au temps de parole des candidats vont devenir drastiques. La stricte égalité entre les onze postulants devra être observée, sous l'œil attentif du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

Ceci signifie que les chaines TV et les stations de radio devront assurer le même temps de parole non seulement pour les candidats quel que soit leur poids politique, mais aussi pour leurs soutiens. En outre, les conditions de programmation (notamment les horaires de passages) devront être comparables.

La campagne officielle du premier tour prend fin le 21 avril à minuit

Ces règles visant à assurer l'égalité devront être respectées jusqu'au vendredi 21 avril minuit. Ensuite, le samedi 22 avril et le dimanche 23, jour du premier tour du scrutin, jusqu'à 20 heures, aucune candidat n'aura le droit de s'exprimer à la TV et à la radio, aucun sondage ne pourra être divulgué, et aucune activité électorale (meeting, déplacement, etc.) ne sera autorisée, selon l'article L49 du code électoral.

A noter que, cette année, le CSA oblige également télés et radios à donner leur décompte des temps de parole quotidiennement dans la semaine précédant les deux tours de scrutin des 23 avril et 7 mai. Ces relevés sont publiés sur le site du CSA.

Le CSA est en droit de mettre en demeure les médias qui ne respectent pas les règles et il peut infliger une sanction si l'avertissement n'est pas suivi d'effet. Les candidats à l'élection et leurs soutiens sont aussi en droit de saisir le CSA s'ils s'estiment lésés dans leur accès aux médias audiovisuels.

France 2 renonce à son débat du 20 avril

A cet égard, France 2 a finalement renoncé à organiser le 20 avril, soit une journée avant la fin de la campagne officielle pour le premier tour, un débat avec les onze candidats. Plusieurs ayant fait part de leur scepticisme sur le choix d'une telle date, tels Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. France 2 va donc remplacer ce débat par une série de onze entretiens d'environ 15 minutes avec chacun des candidats, toujours le 20 avril. Cependant, la chaîne attend d'obtenir l'agrément de tous les candidats sur un tel format avant de définitivement programmer ce rendez-vous.

Plus de drapeaux et de "Marseillaise" dans les spots officiels

Particularité de cette campagne présidentielle, le CSA a revu les règles concernant la réalisation des fameux spots TV officiel, présentant les candidats et leurs programmes. Cette nouvelle réglementation a fait l'objet d'un document de 49 articles, envoyé à l'ensemble des candidats.

Selon le journal « L'Opinion » qui s'est procuré les règles, le CSA réglemente plus drastiquement qu'auparavant ces clips de campagne. Ainsi, il y a désormais une interdiction de "faire apparaître tout emblème national ou européen". Résultat, les emblèmes comme les drapeaux français ou européen ne sont plus autorisés. Et il n 'est plus question d'y entendre... « La Marseillaise », un grand classique pourtant.  Selon « l'Opinion », le CSA cherche ainsi à éviter que certaines campagnes ne "misent sur un nationalisme délirant », et que certains drapeaux puissent être "maltraités ou utilisés de manière négative."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/04/2017 à 10:20 :
Titre premier - DE LA SOUVERAINETÉ
ARTICLE 2 de la Constitution.

La langue de la République est le français.

L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.

L'hymne national est « La Marseillaise ».

La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».

Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.


Le CSA envisage-t-il également d'interdire de la campagne ces autres éléments de la souveraineté ?
a écrit le 10/04/2017 à 10:18 :
Article mensonger sur le CSA !!! La règle d'interdiction concernant les symboles et hymnes nationaux dans les spots de campagne date de la fin des années 80 et ne fait que reprendre une interdiction bien plus ancienne (remontant à la première élection au suffrage universel direct du président de la République pour l'élection présidentielle et encore plus ancienne pour les élections législatives et municipales) inscrite dans le Code électoral : pas d'usage des symboles nationaux notamment dans les affiches pour ceux qui ne sont encore que candidats et ne représentent pas encore la République. Le CSA ne fait cette année qu'un rappel à l'ordre après avoir dépassé lors de l'élection 2012.
a écrit le 09/04/2017 à 12:21 :
J'espère que les candidats vont en profiter pour ressortir les drapeaux des provinces dont ils sont originaires (à moins qu'ils préfèrent le drapeau rouge ou le drapeau noir : certains seraient honnêtes en prenant un drapeau noir avec un crane et des tibias croisés, tous peut-être), ou d'où ils s'expriment à un moment donné. D'une part utiliser un drapeau fera les pieds aux censeurs, mais objectivement la France n'est effectivement pas que le drapeau tricolore, et un drapeau breton à Rennes, ou occitan à Toulouse, ça me semble une idée intéressante.

Pour la chanson/musique, était-ce bien nécessaire d'en utiliser déjà au départ ? De mon point de vue ça n'apportait rien et ce sera facilement remplacé. Faire de la réclame à la télévision, bien calé entre une publicité pour du liquide vaisselle et une autre pour un pneu de voiture, est à mon sens une forme d'irrespect de soi-même. Plus les différences seront flagrantes avec les publicités commerciales, meilleur ce sera.
a écrit le 09/04/2017 à 10:54 :
il faut que le nouveau gouvernement fasse une loi
pour interdire la corruption de legislateur.
et la soumettre au referendum
et interdire au president et aux elus de passe outre
avec peine interdire au corrompu de se represente a vie et au corrupteur
confiscation des bien personnel et professionnel
y compris a l'etranger
a écrit le 08/04/2017 à 18:30 :
Le seul drapeau qui me convienne est celui de l'Europe, et le seul chant est celui de la 9ème Symphonie de Beethoven.
Réponse de le 08/04/2017 à 18:55 :
Comme vous.Ma famille a toujours eu la plus profonde admiration pour l'Allemagne,et ce ,depuis des années.Collaborons avec nos amis teutons,tout plutot que les conflits du passé
Réponse de le 10/04/2017 à 9:47 :
Un nostalgique du IIIème Reich ? T'inquiètes, on y arrive... La censure se cache de moins en moins. Le CSA va-t-il se transformer en police politique ?
Réponse de le 10/04/2017 à 14:35 :
Chaque chose en son temps et lieu, là on parle des élections présidentielles Françaises. Je suis citoyen Europeen de nationalité Française, un problème?
Réponse de le 10/04/2017 à 14:41 :
Chaque chose en son temps et lieu, là on parle de l'élection du président de la république Française. Je suis citoyen Europeen de nationalité Française, un problème?
a écrit le 08/04/2017 à 16:09 :
Allez, encore un petit effort et le CSA pourra interdire la Marseillaise sur les ondes même en dehors des périodes électorales.
a écrit le 08/04/2017 à 12:20 :
"France 2 renonce à son débat du 20 avril"

Tu m'étonnes vu le succès qu'ont les petits candidats faudrait pas trop qu'on les voit quand même hein, ils bousculent les candidats officiels de l'oligarchie, ils s'habillent mal, un véritable scandale.

On est tellement mieux entre soi.
a écrit le 08/04/2017 à 12:07 :
bonne initiative du CSA.il faudrait y songer aussi au sujet des crèches et sapins de noel dont l'instrumentalisation choque de plus en plus de citoyens
Réponse de le 08/04/2017 à 15:02 :
Quelle genre d'instrumentalisation peut-on faire d'une crèche et d'un sapin de noël en période de fête sur notre bon vieux sol français, depuis des décennies?
Quels sont ces personnes choqués?Leurs a t-on expliquer ?
C'est un moment heureux,l'occasion de se rapprocher un peu plus de ces proches,famille,amis.
Sont-ils également choqués par la famille?
a écrit le 08/04/2017 à 11:35 :
Au lieu de se cacher derrière le sigle CSA , on aimerait bien voir les photos de ceux qui ont décidé , car c'est très politique et contre notre culture de telles mesures .
Réponse de le 10/04/2017 à 10:29 :
La règle de non-usage des symboles nationaux par les candidats n'est pas "contre notre culture" : pour l'élection présidentielle, elle est inscrite dans le code électoral depuis la fin des années 1980 pour ce qui concerne les spots et depuis les années 1960 pour les autres outils de propagande (tracts, affiches, etc.). Il existe des règles plus anciennes pour les autres élections. La logique c'est que les symboles nationaux appartiennent à la République et la communauté nationale et non à un parti ou à simple candidat.
a écrit le 08/04/2017 à 11:21 :
Nos politiciens corrompus, de gauche comme de droite, ne méritent pas le drapeau français ni la Marseillaise. I
a écrit le 08/04/2017 à 11:11 :
Maréchal, nous voilà! Comme au bon vieux temps. Nous allons pouvoir chanter la Marseillaise en toute infraction.
a écrit le 08/04/2017 à 9:01 :
Ne pas utiliser les emblèmes de la nation dans une campagne .... présidentielle????
non mais là on crois rêver. Le csa veut éviter une mauvais utilisation, mais dans une démocratie ce n'est pas au csa de juger mais au peuple, si il y a une mauvaise utilisation.
Un exemple de plus que notre "nation" n'en est plus vraiment une. Je pense sincèrement qu'à force il y aura un contre-coups brutal et extrémiste.
Réponse de le 10/04/2017 à 10:24 :
Z'avez pas vraiment tord. La marine tranquillement fait son lit dans l'esprit de bcp de franchouillards. Une fois elue, elle fera des ravages.
La democratie en France est vide de sens. Employer le terme d'oligarchie serait plus adapte.
a écrit le 07/04/2017 à 20:43 :
le CSA cherche ainsi à éviter que certaines campagnes ne "misent sur un nationalisme délirant », et que certains drapeaux puissent être "maltraités ou utilisés de manière négative."

Euh, les candidats face aux peuples font bien ce qu'ils veulent.
Quand bien même ils seraient nationaliste et délirant.

J'ignorais qu'il y avait des candidat "acceptable" et des "non acceptable"

Question pour le CSA : faut il penser d'une manière "autorisée" pour se presenter?
a écrit le 07/04/2017 à 19:11 :
Peu importe l'absence de la Marseillaise, pour le nouveau préféré des français c'est plutôt l'internationale et le chant des guérilleros.
a écrit le 07/04/2017 à 16:55 :
il ne faut plus afficher sa Nationalité et la Marseillaise chant Républicain cela peut gêner certains, ce qui prouve bien qu'il y a besoin de changer les choses face à une telle mesure .
a écrit le 07/04/2017 à 16:46 :
la france ca doit etre le seul pays au monde ou le peuple bienpensant vous traite de nazi quand vous avez le drapeau national et que vous chantez l'hymne locale
( ailleurs on fait plutot de la prison... quand on ne les a pas!)
les candidats devraient mettre plutot un drapeau russe ou chinois ( ou autre, hein) , et chanter ' Die Fahne hoch', ca serait autorise, et ca ferait bonne presse
dieu que c'est vraiment assez minable , comme il disait l'autre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :