Présidentielle 2017  : Le Pen et Mélenchon s'en prennent à Macron, Hamon satisfait du débat

 |   |  792  mots
Jean-Luc Mélenchon s'en est pris à Emmanuel Macron après les déclarations de ce dernier sur la faible espérance de vie des habitants du Pas-de-Calais.
Jean-Luc Mélenchon s'en est pris à Emmanuel Macron après les déclarations de ce dernier sur la faible espérance de vie des habitants du Pas-de-Calais. (Crédits : reuters.com)
La Tribune publie son "journal de campagne" quotidien, reprenant les principaux faits et déclarations des candidats (et de leurs soutiens) à la présidentielle de 2017. Aujourd'hui : Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon s'en prennent à Emmanuel Macron, et les candidats à la primaire de gauche sont satisfaits du deuxième débat télévisé.

Invité dimanche du Grand Jury sur RTL et LCI, le candidat à la présidentielle Jean-Luc Mélenchon s'en est pris à Emmanuel Macron. L'équipe de campagne de ce dernier a en effet publié un communiqué sur Facebook déplorant l'écart d'espérance de vie entre les habitants des territoires paupérisés du Pas-de-Calais et ceux des autres métropoles françaises, qu'ils attribuent en partie à une surconsommation d'alcool et de tabac. Une simplification très réductrice des problèmes quotidiens des habitants du Pas-de-Calais, selon Jean-Luc Mélenchon, très remonté contre Macron : « Il n'en rate pas une, il ne peut pas s'en empêcher. Il arrive dans le Pas-de-Calais, il leur dit : 'Ah bah oui, il y a le tabagisme, il y a l'alcoolisme'. Il manque plus que l'inceste et comme ça le tableau serait complet ». Et d'ajouter, toujours au sujet de l'ancien ministre de l'Economie : « Cet homme vit ailleurs. (...) Il vit tellement ailleurs qu'il parle aux gens comme à des domestiques : quand il fait son meeting à Paris, il se met à hurler pour dire aux gens, 'Vous allez militer, etc.' Moi, je ne parle jamais aux gens comme ça. »

Pour Marine Le Pen, Macron pourrait être le Justin Bieber de la politique

A l'extrême droite, Marine Le Pen n'a pas non plus manqué d'égratigner Emmanuel Macron. Pour la présidente du Front national, contrairement à ce qu'il avance, Emmanuel Macron « n'est pas un candidat de droite ou de gauche, c'est le candidat de Bruxelles, c'est le candidat de l'ultralibéralisme, c'est le candidat du mondialisme, c'est le candidat de l'austérité... C'est presque une caricature de cette politique-là ». Elle s'est également émue sur RTL du traitement médiatique dont Macron fait l'objet : « C'est le candidat des médias. La fascination puérile pour ce candidat en est presque drôle. Au-dessus de ça, il y a les jeunes filles à la sortie du concert de Justin Bieber », a déclaré Marine Le Pen. Et lorsqu'on lui demande d'analyser les raisons du succès dans les sondages de l'ancien ministre de l'Economie, elle répond : « Il attire parce que les gens veulent savoir ce qu'il propose mais ils en ressortent sans le savoir. Il n'a strictement rien à proposer (...) Pour l'instant, il n'y a zéro programme », estime la patronne du FN.

Hamon satisfait des débats, Montebourg pense marquer des points

Après les deux premiers débats télévisés de la primaire de la Belle alliance populaire (BAP), force est de constater que les discussions tournent principalement autour des propositions de Benoît Hamon (revenu universel, légalisation du cannabis, transition écologique). Interrogé à la sortie du second débat d'hier soir, Benoît Hamon s'est donc dit satisfait de la tournure des événements : « Je suis content que ce soit souvent autour de mes propositions que les débats s'organisent. Preuve que ce que j'ai formulé depuis le début de la campagne a du sens. » Il a toutefois précisé ses divergences avec ses concurrents : « On a des débats avec Manuel [Valls]. On n'est pas d'accord sur l'usage de l'argent public quand il est distribué aux entreprises, sur la République, l'identité nationale ». En parallèle, « sur la transition écologique, je suis plus ambitieux qu'Arnaud Montebourg, et sur le cannabis, nous sommes en désaccord » estime-t-il aussi. De son côté, Arnaud Montebourg s'est lui aussi montré satisfait du débat. « Je suis heureux de pouvoir marquer des points », a indiqué celui qui a été le plus virulent vis à vis des lobbys économiques. « On peut faire beaucoup quand on le décide. A force d'abandonner, d'abdiquer, la gauche disparaît de l'histoire. Or, le peuple de gauche a besoin que la politique soit plus forte que l'économie », a-t-il précisé.

Valls note des convergences entre candidats

Tentant de prendre de la hauteur sur le débat, Manuel Valls a de son côté voulu rappeler que s'il y avait certes « des nuances » entre les candidats sur « une certaine idée de la république, la laïcité », il y a avait aussi « beaucoup de choses qui nous rapprochent, des convergences sur l'école et l'écologie » notamment. L'ancien Premier ministre a aussi voulu partager les responsabilités du bilan quinquennal : « Je n'ai pas revendiqué seul le bilan, il y avait deux ministres de l'Education (Peillon et Hamon ndlr). Je revendique ce qui a été une réussite, comme ce qui ne l'a pas été. Chacun prend sa part du bilan ». Enfin, Vincent Peillon, qui s'est accroché lors du débat avec Manuel Valls au sujet des migrants, s'est réjoui que les candidats ait « pu mieux parler sur les sujets de fond » dimanche soir que lors du premier débat télévisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2017 à 15:23 :
Quelle tristesse cette campagne électorale! A gauche, entre Mélanchon,Hamon,Peillon,etc. concours de démagogie. A droite, pas mieux. Pas de de Gaulle ni de Pompidou à l'horizon..!...En témoigne la dernière trouvaille de leur très pragmatique et autoproclamé héritier spirituel, M.Fillon:"doter la zone euro d'un gouvernement économique composé des chefs d'Etat et de gouvernement qui se réuniront chaque mois sous le contrôle des parlements." Bienvenue au club des travailleurs du chapeau! les britanniques ont quitté le titanic à temps.
a écrit le 16/01/2017 à 19:14 :
BENOIT HAMON A DES IDEES TRES EN AVANCE SUR SONT TEMPT? CAR C EST UNE FORCE QUE DE PREVOIR L AVENIR? MOI JE L AI ENCORE ECOUTE CE MATIN A LA RADIO/ IL S EXPRIME TRES BIEN CES IDEES TOUS LE MONDE EN PARLE/ T EL QUE LE REVENUE POUR LES JEUNES ET LE CHANGEMENT DU BAREMES DES IMPOTS DE 1 A 10 TRES INPORTANT POUR DEBLOQUE ET REMETRE LA FRANCE SUR LE CHEMIN DE L EGALITE DES CHANCES ET DES REVENUES? / LE PARTAGE RESTERAS TOUJOURS LE DENOMINATEUR DES VRAIS IDEES REVOLUTIONNAIRES DE GAUCHES???
Réponse de le 16/01/2017 à 23:15 :
@in vino veritas: le partage de quoi ? Viens chez moi, j'habite chez une copine ? Laisse tomber la chopine :-)
Réponse de le 17/01/2017 à 11:45 :
pour augmenter la taille des caractères il y a un onglet "option d'ergonomie" dans le panneau de configuration et sinon pour aller plus vite utilisez les touches CTRL et + en meme temps pour augmenter la taille du texte et des pages écrans .
a écrit le 16/01/2017 à 19:08 :
ils ont tord de hurler contre Mélenchon ! ils oublient qu'il est sourd ( c'est véridique!) et n'entend pas donc pas leurs invectives , seul compte ce qu'il raconte lui -même !si il devenait président (Dieu nous en préserve), ça ne serait pas simple pour son opposition
a écrit le 16/01/2017 à 15:58 :
Hamon n'a pas répondu notamment sur la question des migrants. Quand il refuse de donner un chiffre, cela veut dire qu'il envisage une opération portes ouvertes. Et quand on sait que dans le même temps, il veut un revenu universel, c'est-à-dire pour tous, on va à la catastrophe économique, financière et sociale: un démantèlement total du pays !!!
Réponse de le 16/01/2017 à 19:25 :
@MON CHER PATRIK PUISQUE VOUS M AVEZ PRIS A PARTIE. JE VOUS REPONDRE QUE SI J ECRIS EN GROS CARARATERE C EST QUE J AI UNE VUE QUI ET TRES BASSE? ? QUAND A MON ECRITURE JE RECONNAIS QUE JE NE SUIS PAS UN CHANPION DE L ORTOCRAPHE/ ET QUE L ON DIT SOUVENT QUE L ORTOGRAPHE N EST QUE LA SCIENCE DES ANES? POUR MOI CE SONT LES IDEES QUI M INTERESSENT PAS LA SCIENCE DES ANES .BONSOIR M R ET MES SALUTATONS DISTINGUES? PUISQUE VOUS ME DONEES DES LECONS DE POLITESSE???
a écrit le 16/01/2017 à 15:38 :
De part le discrédit total des élections et du parti socialiste jamais le front de gauche n'a et peut être n'aura autant de chances d'emporter des présidentielles et bien non ils nous mettent mélenchon.

Ils avaient pas un ou une jeune à nous proposer ? Quelqu'un de sain au moins ? Je sais pas moi Clémentine Hautain elle est quand même autrement plus crédible que le copain à dassault non ? Tout ceci est peu rassurant en tout cas en ce qui concerne ce que la gauche a à nous proposer elle aussi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :