Vingt-cinq Nobel d'économie fustigent l'instrumentalisation de leurs idées par le FN

 |   |  713  mots
Le célèbre économiste Joseph Stiglitz dénonce régulièrement cette instrumentalisation de la pensée économique.
Le célèbre économiste Joseph Stiglitz dénonce régulièrement cette "instrumentalisation de la pensée économique". (Crédits : REUTERS/Thomas Pete)
25 prix Nobel d'économie, dont Joseph Stiglitz ou Jean Tirole, ont dénoncé ce mardi les programmes "antieuropéens" et "protectionnistes" de certains candidats à la présidentielle comme Marine Le Pen. Ils mettent en garde contre une possible "déstabilisation" de l'Europe.

Les économistes unissent leur force. A quelques jours du premier tour de la présidentielle, 25 lauréats du prix Nobel d'économie ont signé une lettre publiée par Le Monde dans laquelle ils dénoncent l'instrumentalisation de leurs idées par des élus du Front national. Ces derniers citent régulièrement ces spécialistes de renom pour justifier leur programme.

Si Joseph Stiglitz a plusieurs fois exprimé des critiques à l'égard de l'euro dans des ouvrages et des déclarations, le célèbre économiste ne souhaite pas être associé à Marine Le Pen et son parti, comme il l'a déjà fait remarquer à plusieurs reprises.

Un front commun

Malgré des positions divergentes sur la zone euro, les questions monétaires ou les politiques économiques à mener pour relancer l'activité en Europe en France, les récipiendaires du célèbre prix ont décidé de faire front commun contre "cette instrumentalisation de la pensée économique dans le cadre de la campagne électorale française".

"Certains d'entre nous ont été cités par des candidats à l'élection présidentielle française, notamment par Marine le Pen et ses équipes, pour justifier un programme politique sur la question de l'Europe", écrivent ces 25 économistes, parmi lesquels l'Américain Robert Solow (prix Nobel en 1987), l'Indien Amartya Sen (1998) et le Français Jean Tirole (2014).

Favorables à la construction européenne

Les signataires se sont montrés favorables à la construction européenne qui "est capitale non seulement pour maintenir la paix sur le continent mais également pour le progrès économique des Etats membres et leur pouvoir politique dans le monde". Pour eux, les différents programmes isolationnistes peuvent représenter des dangers pour  mener à bien la croissance.

"Les politiques isolationnistes et protectionnistes et les dévaluations compétitives, toutes menées au détriment des autres pays, sont de dangereux moyens d'essayer de générer de la croissance. Elles entraînent des mesures de représailles et des guerres commerciales. Au final, elles se révéleront préjudiciables à la France ainsi qu'à ses partenaires commerciaux."

Les 25 prix Nobel prennent par ailleurs position en faveur de l'immigration alors que la candidate du Front national a décidé de durcir le ton de ses discours sur ce sujet pour la fin de sa campagne.

"Quand ils sont bien intégrés au marché du travail, les migrants peuvent être une opportunité économique pour le pays d'accueil. Plusieurs des pays les plus prospères au monde ont su accueillir et intégrer les émigrés."

    | Lire aussi : Immigration : les mauvais "coûts" du Front national

paul krugman

Le Nobel d'économie et professeur émérite à l'université de Princeton Paul Krugman lors d'une conférence de presse au Japon en mars dernier. Crédits: REUTERS/Franck Robichon.

Pour Krugman, "Le Pen n'est pas la réponse"

Dans une tribune publiée la semaine dernière dans le New York Times, le prix Nobel d'économie Paul Krugman a également dénoncé la récupération des positions de certains économistes sur l'Europe ou la zone euro pour rendre plus crédible le programme du FN. Face à ce comportement, l'économiste a rappelé que les propositions soutenues par le parti d'extrême droite concernant l'Europe "nuiraient à l'économie française".

"J'ai été un critique virulent à la fois de l'euro et des politiques d'austérité menées dans la zone euro depuis 2010. La France pourrait et devrait faire mieux que ça. Mais les politiques dont parle le FN - sortie unilatérale non seulement de l'euro, mais aussi de l'UE - nuiraient à l'économie française."

L'universitaire américain a ainsi conclu sa tribune en rappelant que "ce n'est pas parce que Le Pen et des économistes comme moi sont critiques vis-à-vis des politiques européennes que nous avons quelque chose en commun".

Les économistes qui viennent de publier leur tribune ne citent pas d'autres candidats que Marine Le Pen. Mais plusieurs autres candidats en cas d'élection ont prévu un renforcement des politiques de protectionnisme et une sortie de l'euro dont Nicolas Dupont-Aignan, François Asselineau et Jean-Luc Mélenchon, qui l'envisage comme un "plan B".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2017 à 16:17 :
Admettons que les Sciences économiques soient une "vraie" science et qu'elles aient une utilité pour la collectivité. Laquelle? Celle d'enrichir ceux qui appliquent les principes économiques et particulièrement la composante financière de cette Science, car l'un ne va pas sans l'autre. Donc, les possédants. Les "masses laborieuses", elles, souffrent des Sciences économiques ET financières, n'en retirent que du chômage,de la précarité, bref tous les maux liés au travail et à l'exploitation des travailleurs. Les Sciences économiques ET financières sont les outils néfastes respectivement du libéralisme et du capitalisme.
a écrit le 19/04/2017 à 7:46 :
Notre conception de l'économie est fausse parce que nous refusons de prendre en compte le role de l'énergie. L'énergie, ça sert à quoi? L'énergie sert à produire des richesses en permettant d'utiliser l'outillage, c'est à dire le capital. Travail, capital, énergie. Il faut répartir les charges sociales sur le travail ET sur l'énergie. Pourquoi refusons nous de le comprendre? Les Allemands et les Suédois l'on compris, mais pas nous. Lisez la note n°6 du CAE.
a écrit le 18/04/2017 à 22:16 :
Aucun de ces économistes ne pourra permettre que l'Euro existe toujours d'ici une quinzaine d'années à mon avis. Il n'y a qu'à voir où un sont les soldes target2 aujourd'hui. Il y a une fragmentation financière de plus en plus importante dans la zone euro qui est elle même la conséquence des divergences économiques creusées par l'Euro et, en économie il y a des mécanismes et des comportements qui s'auto-entretiennent. Quand des capitaux, par centaines de milliards d'euros quittent l'Italie pour aller vers l'Allemagne ou ailleurs, vous pouvez être certain que l'Italie ne pourra pas rester éternellement dans ce système.
a écrit le 18/04/2017 à 21:37 :
Le même raisonnement vaut pour Mélenchon et Hamon dont les politiques mèneraient
à la sortie automatique de l’Europe!!!
En effet les autres partenaires n'accepteront pas une politique laxiste qui conduirait à une aggravation massive du déficit.
Pourquoi nos partenaire accepteraient que la France vive en dessus de ses moyens avec leur argent?
a écrit le 18/04/2017 à 21:35 :
Le même raisonnement vaut pour Mélanchon et Hamon dont les politiques mèneraient
à la sortie automatique de l’Europe!!!
En effet les autres partenaires n'accepteront pas une politique laxiste qui conduirait à une agravation massive du déficit.
Pourquoi nos partenaire accepteraient que la France vive en dessus de ses moyens avec leur argent?
a écrit le 18/04/2017 à 19:35 :
Euh, combien parmi ces 25 prix Nobel ont-ils prévu la crise de 2008 ? Combien d'entre eux ont fait des prédictions qui ne sont jamais réalisées ? Combien d'entre eux vivent dans des zones difficiles ? La plupart résident dans des quartiers huppés ou à la campagne avec chauffeurs privés, gardes du corps, caméras , sas de sécurité et tout le tremblement.
Ensuite des pays comme le Japon, la Corée du Sud, Taïwan et bientôt la Chine ne connaissent pas notre vague migratoire mais comptent parmi les économies les performantes.
a écrit le 18/04/2017 à 18:08 :
P.S: désolé j'ai oublié l'illustration de mon propos, d'autant que ce remarquable article est gratuit, cela aurait été vraimenthttps://www.monde-diplomatique.fr/2016/03/LORDON/54925 dommage: "Pour la république sociale"
a écrit le 18/04/2017 à 18:06 :
C'est l'avantage d'un économiste de la qualité de Frederic Lordon, ses explications qui sont longues et précises doivent être incompréhensibles pour les spécialistes fn du coup il n'est pas récupérable par eux.

Le FN fait en économie comme il fait avec tout, il prend tout et tout le monde et leur fait dire comme eux il n'y a rien de plus facile en ces temps de novlangue débitée au camion benne par les médias de masse pour tromper les gens.

Le détournement du langage profite à tout ceux qui veulent exploiter les autres, soit en leur piquant leur argent, soit leur travail, soit leurs vies, soit leurs bulletins de vote, les margoulins ont l'avantage d'être très facilement repérable à leur utilisation du langage.

Donc la manipulation du FN se sert de la manipulation des médias, les premiers fautifs étant largement ces derniers qui n'ont jamais été capables de nous informer sur ce qu'était réellement l'extrême droite, pire qui ont largement contribué à la dé-diabolisation de leurs idées, comme si on pouvait rendre la haine et la peur fréquentables. Le premier des nettoyages serait à effectuer sur nos mots.
Réponse de le 19/04/2017 à 12:50 :
Je suis tout à fait d'accord avec vous !
Mais le succès du Fn provient également de tout ceux qui remettent en cause le "système" et les élites, qui voient partout un vaste complot libéral qui menace le peuple.
Ce sont les mêmes ressorts qui conduisent au vote FN et au vote protestaire de gauche : complotisme, populisme, simplisme, rejet de l'autre (du riche/capitaliste qui nous exploite d'un côté, de l'immigré qui prend notre job de l'autre).
Réponse de le 20/04/2017 à 17:22 :
"Mais le succès du Fn provient également de tout ceux qui remettent en cause le "système" et les élites, qui voient partout un vaste complot libéral qui menace le peuple."

Oui bref tout ce qui dérange vos intérêts comme par hasard alimente le fn, classique.

Sinon je tiens à signaler que vous me harceler quand même là hein, merci.
a écrit le 18/04/2017 à 17:14 :
ils sont aussi a coté de la gestion
voir les résultats de la France depuis 50ans
les sarko fillon qui refuse de parler de leur passe
avec plus de600milliards
de dete
plus celle due aux socialistes donc 20ans de gestion
le silence serais une bonne chose de leurs part
a écrit le 18/04/2017 à 16:18 :
CES 25 PRIX NOBEL D'ECONOMIE SONT TOUS DES MENTEURS!
Depuis la fin des 30 glorieuses, on leur obéit, et l'économie mondiale va de mal en pis!
IL N'EST PAS POSSIBLE D'ENRICHIR LES UNS SANS RUINER LES AUTRES!
a écrit le 18/04/2017 à 15:54 :
Cette polémique ne fait que confirmer ce que dit Stiglitz dans son livre. L'économie n'est pas une science au sens ''scientifique'' du terme. Ce n'est pas une science ''dure'', c'est un ''savoir'', comme les 'sciences occultes' ne sont qu'un savoir.
Stiglitz explique que le choix d'une BCE focalisée sur l'inflation, voire obsédée par l'inflation, n'est pas un choix justifié économiquement mais un choix politique qui fut imposé dans ses statuts par l'Allemagne.
Ce que font les ''économistes'' en publiant leur tribune aujourd'hui n'est en rien une prise de position 'scientifique', mais une prise de position politique. Voire même de politique 'politicienne'!
Réponse de le 18/04/2017 à 17:17 :
Mais que veut dire que l'"économie n'est pas uns science"? Est-ce que les méthodes des sciences dures: logique, analyse contradictoire, expérimentation.. n(y sont pas applicables? Est-ce que l'économie n'est pas falsifiable, par exemple on sait mathématiquement que la "main invisible du marché" cad le retour spontané à un équilibre n'a aucune validité pour des fonctions de plus de quelques variables. On dirait que si l'économie n'est pas une science, c'est plutôt que cette discipline est chargée d'un contenu social tellement lourd qu'on ne veut surtout pas qu'elle devienne une science.
Réponse de le 19/04/2017 à 12:41 :
Ces économistes considèrent que l'Euro est bancale mais ne dise en rien qu'il faut quitter l'Euro.
De nombreux mécanismes administratifs, réglementaires, sociaux, ont leur défaut, mais cela n'est pas pour autant qu'il faille les supprimer.
a écrit le 18/04/2017 à 15:34 :
Tout cela est très surprenant!
Prenons Joseph Stiglitz.Il a écrit un livre, que j'ai lu, qui s'intitule ''L'euro menace l'Europe''.
Il y explique que l'euro est une monnaie mal construite, chargée de vices cachés et de défauts structurels , qui ne peuvent qu'aller à l'encontre du but recherché, unifier et rassembler l'Europe: par exemple il explique que les objectifs fixés par les critères de convergence ne seront jamais atteints tant que certains éléments structurels comme les ''travailleurs détachés'' ou les ''dettes souveraines alloués nationalement et non au niveau de la zone elle-même'' fonctionneront comme des dispositifs divergents.
Autrement dit, la zone monétaire européenne ne sera jamais ,ou du moins à un horizon prévisible, une 'zone monétaire optimale' , pour reprendre le concept de Robert Mundell.
Suffit-il que Marine Le Pen le dise pour que ce que disait Joseph Stiglitz devienne faux? En l'occurrence , qui instrumentalise qui ?
Réponse de le 18/04/2017 à 19:20 :
Mais soyons clairs.
Le FN qui est obsédé par l'immigration et les musulmans haïssait l'Europe bien avant l'Euro.

La seule Europe que ce parti aime c'est l'internationale brune et les chèques de Bruxelles qui lui permettent de financer leur train de vie en France.

Etant donné la récupération sans nuance que le FN fait de leurs noms ( pour ce qui est de leurs travaux, on peut parier que MLP n'a jamais rien lu de Tirole, Stiglitz ou Krugman) , Il est ciompréhensible que ces chercheurs refusent de servir de caution scientifique à une idéologie extrémiste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :