A 3% en août, l'inflation dans la zone euro est au plus haut depuis 10 ans

Les prix à la consommation dans les 19 pays membres de la zone euro ont atteint en août une hausse de 3% sur un an. La BCE dont l'objectif est de maintenir l'inflation sous les 2% n'entend pas agir, considérant cette hausse comme passagère.

2 mn

Les prix de l'énergie dans la zone euro continuent à progresser fortement en août, à 15,4%, après  une hausse de 14,3% en juillet.
Les prix de l'énergie dans la zone euro continuent à progresser fortement en août, à 15,4%, après une hausse de 14,3% en juillet. (Crédits : Reuters)

L'inflation dans la zone euro poursuit son ascension. Au mois d'août, les prix à la consommation dans les 19 pays membres qui utilisent la monnaie unique se sont affichés à 3% sur un an glissant, après avoir progressé de 2,2% en juillet, selon la première estimation établie ce mardi par Eurostat. C'est davantage que le consensus de Reuters qui anticipait 2,7%.

"C'est comme un disque rayé. Une hausse surprise de plus pour l'inflation de la zone euro. Les prévisions des analystes semblent simplement incapables de suivre le rythme de hausse rapide de l'inflation dans la zone euro", souligne Fabio Balboni, économiste chez HSBC.

Dans le détail, la hausse des prix de l'énergie est estimée à 15,4% en rythme annuel après une hausse de 14,3% le mois précédent, précise Eurostat. Ceux des biens industriels hors énergie ont augmenté de 2,7% sur un an, ceux de l'alimentation, de l'alcool et du tabac de 2 %.

Lire aussi 7 mnEssence, gaz, électricité... Pourquoi les prix de l'énergie flambent

Dans les économies les plus importantes de la zone, la hausse des prix atteint 3,4% en Allemagne, 2,4% en France, 2,6% en Italie, 3,3% en Espagne.

"Nous considérons toujours la flambée actuelle de l'inflation dans la zone euro comme largement transitoire, les corrections de prix résultant de l'impact des confinements généralisés de l'année dernière qui continuent de peser sur l'inflation globale. Toutefois, cette hausse de l'inflation pourrait se maintenir plus longtemps que prévu. Les perturbations dans les chaînes d'approvisionnement vont persister d'autant que le rythme de la demande mondiale est supérieur à celui des capacités de production. Les entreprises de la zone euro font état de délais de livraison plus longs et de coûts plus élevés des intrants qui pourraient être répercutés sur les consommateurs", analysent les experts d'Oxford Economics.

L'inflation sous-jacente à 1,6%

L'inflation sous-jacente (hors énergie et alimentation), surveillée de près par la Banque centrale européenne (BCE), affiche une hausse en août de 1,6% contre 0,9% en juillet. Et une mesure encore plus étroite qui exclut aussi l'alcool et le tabac a également augmenté de 1,6%, après +0,7%.

La BCE, qui vise désormais un objectif d'inflation durable de 2%, considère la poussée inflationniste comme un phénomène temporaire et s'est engagée à ne pas resserrer pour l'instant sa politique monétaire afin de ne pas freiner la reprise.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 01/09/2021 à 12:56
Signaler
Ici, apres un ete pluvieux je n'ai pas arrose une seule fois. Le prix de l'eau est tres abordable et les diverses taxes legeres. D'ailleurs il continue de pleuvoir, un cyclone tourne sur le sud depuis deux semaines, humise et assez frais pour la sais...

à écrit le 01/09/2021 à 6:54
Signaler
Faudra. t il prendre un gilet jaune pour que le Palais prenne en compte l'inflation pour le pouvoir d'achat

le 01/09/2021 à 16:02
Signaler
Avec quel taux ? Ça ne crée par l'inflation d'indexer les revenus sur elle (système qui s'entretient tout seul, dit cercle vicieux) ? Pendant 20 ans au boulot le point de référence était indexé sur 50% de l'inflation, à la fin ça fait pas mal de "per...

le 01/09/2021 à 17:30
Signaler
L'URSS est morte depuis longtemps. L'état ne détermine pas le salaire sauf pour les fonctionnaires. L'état ne peut qu'une chose, diminuer les prélèvements obligatoires pour augmenter le net. Mais tout le système social serait alors a revoir c.à.d. le...

à écrit le 31/08/2021 à 14:13
Signaler
Fallait pas être grand clerc, ni économiste (même de petit niveau) pour deviner que la pandémie et les restrictions de toutes sortes allaient contribuer à l'envol des prix...et ce n'est pas fini.!

à écrit le 31/08/2021 à 12:01
Signaler
Mais oui, c'est passager, bien sûr, et la marmotte ... C'est terrible comme l'Europe et la BCE naviguent à vue, aucune anticipation, aucun pilotage. La BCE et la FED vont attendre le dernier moment pour réagir, à ce moment là, il sera trop tard

à écrit le 31/08/2021 à 11:59
Signaler
Bref j'ai pour la troisième année consommé moins d'eau grâce à la météo mais je vais pour la troisième année payer plus cher. Notre système n'est qu'une vaste supercherie.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.