Au Royaume-Uni, la privatisation des chemins de fer déraille

La qualité du service ferroviaire se détériore à vitesse grand V outre-Manche, 20 ans après la privatisation de British Rail. Hausse incontrôlée du prix des billets, trains supprimés et réduction du personnels conduisent près de deux Britanniques sur trois à souhaiter une renationalisation complète. A cela s'ajoutent de nombreuses grèves, notamment dans le sud du pays, où les conducteurs et les chefs de train entament demain leur 33e jour de mouvement en moins d'un an.
Sasha Mitchell

5 mn

Le trafic était totalement paralysé, le 16 décembre 2016, lors d'une énième grève des conducteurs des trains Southern Rail, détenus à 35% par le français Keolis.
Le trafic était totalement paralysé, le 16 décembre 2016, lors d'une énième grève des conducteurs des trains Southern Rail, détenus à 35% par le français Keolis. (Crédits : REUTERS/Toby Melville)

Mardi dernier, des milliers de Britanniques ont convergé vers les gares du pays. Fin de vacances et retour au travail obligent. Dans une centaine de stations, pourtant, certains usagers sont restés à quai. Pancartes à la main. L'objet de leur colère, la nouvelle hausse des prix des billets de train, de l'ordre de 2,3% en moyenne sur l'ensemble du réseaux, décidée par les opérateurs de franchises privés.

14% du budget mensuel pour se rendre au travail

Selon des estimations du Labour, le prix des billets annuels a ainsi augmenté de 27% depuis 2010. Après avoir comparé les prix de 200 lignes, le parti emmené par Jeremy Corbyn, militant de la renationalisation, estime à 2.788 livres (3.222 euros) le coût du pass, soit 594 livres (686 euros) de plus qu'en 2010. Pas mieux, pour le syndicat TUC, selon lequel le prix moyen des billets de train augmente deux fois plus vite que l'inflation. Résultat, les Britanniques déboursent chaque mois six fois plus que les Français simplement pour se rendre sur leur lieu de travail. 14% de leur revenu mensuel, très exactement, contre 2% pour les usagers de l'Hexagone.

"Nous menons actuellement la plus importante modernisation du rail depuis plus d'un siècle, afin de proposer davantage de places et de services, justifie le ministre des Transports Chris Grayling dans les colonnes du Guardian. Le coût d'un tel projet a toujours été équilibré, entre les contributions des usagers et des contribuables." Contribution des usagers, dans la mesure où une partie des recettes des billets est reversée par les opérateurs privés à l'Etat. Et peu importe si l'usager et le contribuable sont la plupart du temps, de fait, une seule et même personne.

Quatre train sur cinq en retard dans le Sud

Sauf qu'en dépit des prix exorbitants, force est de constater que la qualité du service laisse à désirer. Usagers et conducteurs constatent les mêmes dysfonctionnements : retards à répétition, suppressions de trains et réduction des effectifs en gare. Dans le sud du pays, la situation est particulièrement catastrophique. Entre avril 2015 et mars 2016, quatre trains sur cinq du réseau Southern Rail, qui permet à 300.000 personnes de se rendre à Londres chaque jour depuis Eastbourne, Brighton & Hove ou encore Crawley, étaient en retard. Pire, le très fréquenté Brighton-Londres de 7 heures 29 n'est pas arrivé une seule fois à l'heure en 2014...

S'ajoutent à cela, depuis plusieurs mois, les quasi-hebdomadaires grèves de cheminots, dont le 33e jour de mouvement en moins d'un an débute mardi. En cause, la volonté de l'opérateur de laisser la responsabilité de l'ouverture et de la fermeture des portes au seul conducteur, tâches jusque là effectuées par un second agent, le chef de train.

Réduire les coûts pour faire toujours plus de profits, dénoncent en substance les syndicats du secteur, comme TSSA, qui a mis en ligne au début du mois une vidéo dans laquelle des citoyens Européens remercient les Britanniques pour leurs chemins de fer privés. La raison ? Certaines franchises appartiennent à des groupes étrangers. Southern Rail, par exemple, est propriété de Govia, une coentreprise du britannique Go-Ahead et du français... Keolis, filiale de la SNCF. Selon le raisonnement du syndicat, les bénéfices engrangés sur le réseau Southern Rail peuvent donc ensuite servir à moderniser le réseau français, public, lui - en attendant l'ouverture à la concurrence des lignes TGV en 2020 et des lignes TER d'ici à 2023.

L'exaspération est telle outre-Manche que la question de la renationalisation des chemins de fer britanniques, fragmentés et cédés sous forme de franchises renouvelables au privé entre 1994 et 1997, gagne du terrain dans l'opinion publique. Un récent sondage, commandé par l'association We Own It, évalue à 58% la proportion de Britanniques qui qualifient d'échec la privatisation du rail. En 2015, 58% des répondants à un sondage Yougov souhaitaient déjà la renationalisation complète des chemins de fer.

Actuellement, seuls la gestion et l'entretien du réseaux sont publics (depuis 2014), tandis que les horaires, les gares et les trains sont opérés par les différentes franchises, qui reçoivent en parallèle d'importantes subventions de l'Etat - 4 milliards de livres (4,6 milliards d'euros) en 2015-2016. "Nous pourrions nationaliser les franchises progressivement, explique Cat Hobbs, directrice de We Own It, jointe par La Tribune. Il est évident que la privatisation n'a pas fonctionné, elle a plutôt amené de la fragmentation et de l'inefficacité. L'argent gaspillé (en subventions, ndlr) aujourd'hui pourrait être mieux utilisé et servir à améliorer le service et réduire le pris des billets dans le futur. Une majorité des Britanniques souhaite cela, mais nous sommes confrontés à la posture idéologique d'un gouvernement qui ne veut pas voir par les faits."

Sasha Mitchell

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 72
à écrit le 22/04/2020 à 18:08
Signaler
Je n'ai aucune confiance dans les entreprises privées car leurs seuls but sont de faire un maximum de bénéfices et souvent au détriment du long terme de la sécurité , il ne faut pas oublier qu'ils y a eu des morts à causes d'accidents ou les trains s...

à écrit le 06/04/2018 à 0:36
Signaler
Ce qu'on ne dit pas, c'est que les tarifs des trains français sont bien plus chers. Certes, facialement, ils sont meilleurs marché mais ce que vous ne voyez pas c'est combien vous payez avec vos impôts sur les revenus, vos impôts locaux etc. ... que...

le 06/04/2018 à 19:15
Signaler
La SNCF est un gouffre? Et bien sûr c'est le statut des cheminots qu'il faut pourfendre pour renouer avec la rentabilité. Objectivement, ce rapprochement est malhonnête. Ce n'est en aucun cas le statut des cheminots qui plombe les comptes de la SNC...

le 25/10/2019 à 16:08
Signaler
combien iraient travailler si le pass navigo coutait 500 euros par mois ?

à écrit le 05/04/2018 à 17:37
Signaler
Il y a des chemins de fer qui fonctionnent très bien comme au Japon tarif abordable, toujours à l'heure et service à la japonaise quatre étoiles. A quand un article positif sur le rail efficace dans la Tribune ?

à écrit le 04/03/2018 à 11:44
Signaler
Et ch ns ? 50 milliards de déficit... Vive le ferxit ?

à écrit le 01/03/2018 à 13:45
Signaler
C est marrant pourquoi ne pas parler du modele ferroviaire japonais aussi? Modèle privé aussi, plusieurs compagnies en concurrence, trains à l’heure à la minute près, service à bord digne d’un hotel de bonne qualité, prix plus cher certe mais vu la q...

le 02/03/2018 à 13:56
Signaler
Peut être que comparer des cultures similaires est plus judicieux, plutôt que des choux et des carottes. Il me semble que les cultures occidentales et les orientales sont bien différentes.

le 02/03/2018 à 19:27
Signaler
certes mais cela a un coût billet bien plus cher et surtout un endettement record 230 milliard d euros...etes vous pret a le financer via vos impots, dont vopus avez une chance sur deux de ne pas payer?

le 03/03/2018 à 4:53
Signaler
A Hasard. Allez dire a un coreen qu'il est et vit comme un japonais. Vous serez bien recu.... Les trains coreens, tous comme ceux du Japon sont d'une qualite normale. Satisfaire un usager qui paie pour cela. La culture n'a rien a voir la dedans...

le 05/03/2018 à 20:52
Signaler
J'ai fait un tour au Japon ! Et ce dont je me souviens, c'est que Tokyo-Kyoto était à un prix particulièrement élévé tout en ressemblant à un TGV de la SNCF ! Par ailleurs je me souviens aussi de la complexité des metros de tokyo (plusieurs opérateur...

à écrit le 01/03/2018 à 11:18
Signaler
C’est une «  faute » grave pour un état ( n’importe quel état de ma planète ) de privatiser les «  axes importants d’une ville) Il ne faut ni privatiser les aéroports ni les trains , ni les grands groupes ( avions, recherche,poste,hopitaux , indus...

le 02/03/2018 à 13:18
Signaler
En France, la distribution de pain, d'essence, qui sont largement essentiel à la vie, est totalement privatisée, et cela fonctionne parfaitement. Le privé non etatisé peut rendre des services publics de qualité. L'etat n'est pas là pour faire, ma...

le 04/03/2018 à 11:52
Signaler
Pfff...Vous avez raison ! Laissons a phillou la gestion des 50 milliards € de déficit...

le 15/03/2018 à 3:09
Signaler
Pour répondre à FAux "En France, la distribution de pain, d'essence, qui sont largement essentiel à la vie, est totalement privatisée, et cela fonctionne parfaitement. " C'est quoi un monopole naturel ? Un monopole naturel résulte de l'existence...

le 03/04/2018 à 3:59
Signaler
Chalibard : Réguler c'est ce qui est possible pour l'état quand il n'est pas acteur lui même, cela peut passer par des subventions pour motiver une entrepris a aller dans un sens économiquement difficile a défendre mais socialement utile (a démontrer...

le 06/04/2018 à 19:49
Signaler
J'entends bien votre position, que je partage largement, mais sur une infrastructure de transport d'intérêt économique et stratégique majeur, il y a des impératifs et des ordres de grandeur à considérer. La SNCF n'est pas une régie. Souvenons nous...

à écrit le 01/03/2018 à 9:15
Signaler
Bien vu de rediffuser cet excellent article, encore bravo pour ce papier qui prouve la qualité de son auteur et sa force à ne pas céder aux chants des sirènes néolibérales, c'est comme cela qu'on fait tenir un site d'information, ce n'est pas en rabâ...

à écrit le 20/02/2018 à 10:22
Signaler
@Julio81 : M'étonnerait fort qu'il y ait une ligne à grande vitesse flambant neuve sur les 2/3 du trajet entre Londres et Edimbourg et que le temps de trajet soit similaire à celui de Paris Toulouse...

à écrit le 19/02/2018 à 17:53
Signaler
Or Paris Toulouse c'est une distance très similaire à Londres Edimbourg, en tout cas la légère différence de distance est bien plus légère que les 44% de différence tarifaire end défaveur de la sncf...

à écrit le 19/02/2018 à 17:46
Signaler
Petite simulation Londres Edimbourg départ vers 18h ce vendredi 23 février, retour ce dimanche 25 février vers 18h aussi pas de carte de réduction cela coute 141 livres sterling soit 163 euros. Simulation sur Paris Toulouse départ ce vendredi 23 fév...

le 02/03/2018 à 13:59
Signaler
Existe -il au RU une variation des prix tout comme en france ? Etait ce à la même période d'affluence, car les prix augmentent lors des fortes fréquentations en France ?

à écrit le 19/02/2018 à 17:10
Signaler
"Selon des estimations du Labour, le prix des billets annuels a ainsi augmenté de 27% depuis 2010"; Sauf qu'on est sur des ratios similaires d'augmentation du prix du billet en France. A titre d'exemple, Toulouse-Albi coutait 11 euros au plus en 201...

à écrit le 19/02/2018 à 16:54
Signaler
Le service rendu au client 'payeur' est la dernière des préoccupations de cette libéralisation à outrance. Regardez la téléphonie : services zero, plate formes appels étrangères, harcelement sur le recrutement de nouveaux clients pour compenser le je...

à écrit le 17/02/2018 à 16:49
Signaler
tout les pays qui ont privatisez leurs moyen de transport ont vue les prix augmente et la disparition de ces transports,?, pour la france la solution c est de revenir aux tous rails pour le fret :comme pour les camions sur train, c est plus le moyen...

à écrit le 14/11/2017 à 12:55
Signaler
Dire que la SNCF est restée publique (au sens national) est faux. Voici une partie du volet "compétences" de la commission européenne : D.Pouvoirs de réglementation et de consultation : Il est assez rare que les traités accordent à la Commissio...

à écrit le 13/01/2017 à 19:39
Signaler
La SNCF ne fait pas mieux : "2016, mauvais millésime pour la régularité des trains à la SNCF " à lire dans tous les bons journaux. La seule différence c'est que ça nous coûte aux français chaque année des milliards et des milliards payés par les i...

le 19/01/2017 à 2:53
Signaler
L'article parle de 80% d'irrégularité sur les circulations ferroviaires du réseau Southern Rail et vous répondez par un autre article qui parle de 88,5 % de ponctualité..., surtout lorsque l'on sait que les méthodes de calcul sont exactement les même...

le 17/02/2018 à 8:30
Signaler
Concernant la retraite des cheminots, renseignez vous, celle-ci a été réformée en 2008 et s'aligne progressivement sur le régime général (par exemple mon âge pivot est 62 ans). Ensuite le déficit est dû en partie au fait que la SNCF fait d'énormes e...

à écrit le 13/01/2017 à 13:03
Signaler
Ce message s'adresse au journal! Monsieur le Rédacteur! si cela vous intéresse, je peux reprendre cette vingtaine de commentaires et les mettre en perspective pour les publier dans votre journal. Il est rare de voir autant de commentaires typiques...

à écrit le 12/01/2017 à 10:39
Signaler
Le privé fait-il mieux les choses? Pour les actionnaires, certainement. Le public fait-il mieux les choses? Pour les usagers, certainement. Le débat est idéologique, sur fond économique selon que vous soyez actionnaire ou usager. La règle est pou...

le 13/01/2017 à 12:18
Signaler
Vous dites beaucoup de choses qui mériteraient chacune une réponse. Deux faits: 1- Théoriquement vous avez raison, sauf qu'après le 30 Glorieuses, le financement du chemin de fer n'était plus traité comme une priorité de service public. Pire, il a ...

à écrit le 12/01/2017 à 9:52
Signaler
C'est une vision assez simpliste de se limiter à comparer le prix de ce que paye l'usager. Il faudrait également comparer ce que paye le contribuable.

le 13/01/2017 à 12:04
Signaler
Vous avez complètement raison! Il faut comparer ce que paye l'usager au prix de revient du voyage: Globalement, en France, le prix de revient du ferroviaire est couvert à 30% par l'usager et 70% par le contribuable.

le 19/01/2017 à 3:06
Signaler
Effectivement, pour plus de renseignement sur ce sujet vous pouvez consulter le rapport Bianco, disponible en ligne, tableau p.19. Cependant, il faut savoir décrypter la tarification, il y a le tarif normal, et il y a les tarifs appuyés par les su...

à écrit le 11/01/2017 à 16:00
Signaler
Encore merci à LA TRIBUNE pour cet excellent débat de 17 commentaires que j’ai lus avec beaucoup d’intérêt ! Oui, le privé est mieux affûté pour survivre en concurrence que le public ! Pourquoi ? Le public gère des dépenses dont il fait le total et...

le 11/01/2017 à 18:19
Signaler
Si l'état est ruiné, c'est parce qu'il a pris des crédit auprès des banques....En plus, il est prouvé par A+B que les sociétés publiques sont plus compétitives que les sociétés privées...Conclusion, si le service public ne marche plus en France, c'es...

le 12/01/2017 à 10:57
Signaler
@Réponse de dettes publiques Le fond du problème, ces sont effectivement les dettes publiques. Il n'y avait pas de dette publique avant 1973, lorsque la France disposait de sa monnaie et qu'elle finançait les investissements publics à travers la Ba...

le 17/02/2018 à 4:12
Signaler
Après la guerre il n'y avait pas ces problèmes et il n'y avait pas tous ces gourmands pour se remplir les poches...la privatisation de la sncf sera identique à celle du royaume-uni : déficitaire, abandon des lignes cause billets trop chers, accident...

le 01/03/2018 à 18:33
Signaler
Oui, le privé est mieux affûté pour survivre en concurrence que le public ! Pourquoi ? Votre affirmation me semble ne pas tenir compte de l'histoire : En 1938, l'Etat a dû procéder à la nationalisation des compagnies ferroviaires parce que celles...

à écrit le 10/01/2017 à 20:38
Signaler
Dans quelle mesure la privatisation des réseaux autoroutiers français est elle comparable à ce naufrage britannique ?

à écrit le 10/01/2017 à 19:27
Signaler
Incroyable ! Des sociétés privées s'occupent plus de rentabilité que d'intérêt général ??!! Merci pour cet article qui révèle une évidence économique mais trop rarement illustrée par les expériences pourtant nombreuses

le 12/01/2017 à 15:46
Signaler
Merci Monsieur! Ce qui est incroyable, c'est que vous soyez épargné par le processus suivant! Chacun peut se passer de bénéfice et de provisions pour survivre en concurrence quand il a derrière lui une "poche profonde". Pour les EPIC, ces poches p...

à écrit le 10/01/2017 à 14:22
Signaler
Cet excellent article suscite de nombreux commentaires qui expriment une émotion et un aveuglement français qui mettent en péril le ferroviaire, levier de développement des productivités industrielles et sociales de la France. Les gestionnaires publ...

le 10/01/2017 à 21:03
Signaler
mutualisé les dettes et privatiser les recettes????

le 11/01/2017 à 19:41
Signaler
Si je comprends bien ce que vous voulez dire, c'est la SNCF qui mutualiserait 44 milliards € de dette et les opérateurs privés qui recueilleraient les recettes sauf que ces 44 milliards de dette s'imposent pour au moins 3 raisons: 1- L'Etat actionna...

à écrit le 10/01/2017 à 10:16
Signaler
Cela donne une idée de ce qu'il va se passer ici.

à écrit le 10/01/2017 à 5:37
Signaler
Je me rappelle il y a 10 ans, tout le monde disait : "regardez les trains anglais, ils sont privatisés, ils ne font pas la grève, c'est génial, il faut privatiser la SNCF".....et voilà ce qui nous attend si on fait ça ! La propagande libérale est trè...

à écrit le 10/01/2017 à 0:28
Signaler
Toutes ces privations ne sont que des machines a faire du fric !! Ces sociétés ne se soucient pas du tout du pouvoir d'achat des consommateurs. En France, regardez ce que sont devenues EDF, La Poste, France Télécom etc.... La contre partie de ces pri...

le 17/02/2018 à 4:17
Signaler
Je suis d'accord et quelle erreur de la part de ce gouvernement de privatiser la sncf.

le 17/02/2018 à 4:19
Signaler
Je suis d'accord et quelle erreur de la part de ce gouvernement de privatiser la sncf.

à écrit le 09/01/2017 à 23:31
Signaler
S'en prendre à une entreprise privée parce qu'elle fait du profit c'est tout aussi ridicule que s'en prendre à un renard parce qu'il mange des poules ou un oiseau parce qu'il mange des insectes. Ces entreprises sont "génétiquement" programmées pour g...

à écrit le 09/01/2017 à 23:20
Signaler
Le réseau ferré doit rester du domaine public. Une entreprise privé développe ce qui est rentable et ferme ce qui n'est pas rentable. Or fermer une gare ou une ligne peut faire des dommages économiques collatéraux graves à une ville (fermeture des ...

à écrit le 09/01/2017 à 23:05
Signaler
Merci à l'auteur de ce texte, et à La Tribune, de nous fournir ces données édifiantes qui nous décrivent une réalité qui ne correspond pas à l'air du temps. Le privé n'est pas forcément un gage d'efficacité... Du coup, en France, avec la SNCF, "les b...

à écrit le 09/01/2017 à 17:45
Signaler
Visiblement la filiale de la SNCF Keolis n'est pas beaucoup mieux que la société mère. En Angleterre ce sont les grèves à répétition, alors que les autres sociétés privées fonctionnent très bien, Go Ahead, Arriva, Abiello, Northern etc. En Allemagn...

le 09/01/2017 à 19:20
Signaler
Visiblement votre haine du service public vous aveugle. Vous n'avez même pas compris (ou lu) l'article. Vous ne devez pas voyager souvent avec la SNCF. Sinon vous auriez constaté que c'est beaucoup plus agréable que l'avion et que ça fonctionne beau...

le 10/01/2017 à 8:02
Signaler
Apparemment, vous ne savez pas lire. Il est en effet écrit "Certaines franchises appartiennent à des groupes étrangers" Et ensuite ". Southern Rail, par exemple..." Le "par exemple" s'applique donc à une seule de ces sociétés. Et étant donné qu...

le 10/01/2017 à 9:34
Signaler
Les autres vous ont répondu avant moi, j'ajouterai que, bien qu'on s'en plaigne, nos réseaux français (SNCF & RATP) ont, quand on regarde les vraies données, un taux de pannes et un total de jour de grève annuel inférieurs à la plupart des autres gra...

le 17/02/2018 à 4:23
Signaler
l'Allemagne comme le royaume-uni et comme l'UE ne fonctionnent pas si bien que vous les dites !

à écrit le 09/01/2017 à 17:35
Signaler
Quand je pense que l'Angleterre est montrée en exemple....les services de la Sncf ne sont pas forcement à la hauteur mais que ces poltiques thatchériennes demeurent chez leurs promotteurs....et dire qu'un dénommé F. Fillon s'en réclame....encore un h...

à écrit le 09/01/2017 à 17:12
Signaler
Bon bah plus de 30 jours de grève au Ru....Ils nous feraient passer notre CGT et SUD pour des amateurs , les rosbifs montent en puissance d'autant que le NHS est bien malade .

le 10/01/2017 à 13:43
Signaler
Il faut savoir lire, il n'est pas écrit "plus de 30 jours de grève", mais "plus de 30 grèves". Une grève ne fait pas forcément un jour

à écrit le 09/01/2017 à 17:04
Signaler
Incroyable la privatisation d'un monopole naturel fait comme les autoroute : une rente pour les qqs multinationales privée qui exploite le monopole (naturel) Il est légitime que les monopoles naturelle (routes, trains ou autoroute) appartiennent à...

à écrit le 09/01/2017 à 15:46
Signaler
La privatisation a été en effet une catastrophe, en plus, encore une fois l'état subventionne massivement le secteur privé pour faire croire que c'est génial alors que ça coûte des fortunes aux contribuables, nationalisation des pertes et individuali...

à écrit le 09/01/2017 à 14:19
Signaler
Ne pas confondre service public et service au public. les lignes rentables doivent être mises en concurrence et/ou privatisés avec contrat de service et baisse des coûts planifiées(le contraire des autoroutes). les lignes non rentables qui relèven...

le 09/01/2017 à 15:45
Signaler
Pourquoi "doivent-être", au nom de qui parlez-vous? J'en ai assez des gens comme vous. Vous oubliez que nous sommes 66 millions et que vos propos sentencieux monsieur ou madame Je sais tout ce qu'il faut faire commence de plus en plus à nous exaspére...

le 09/01/2017 à 16:12
Signaler
Ouvrir les lignes rentables à la concurrence et garder les publiques les lignes déficitaires n'est pas tenables. Cela consiste à privatiser les profits et nationaliser les pertes. Les lignes rentables ne pourront pas, pour des raisons techniques (...

le 09/01/2017 à 17:07
Signaler
donc on doit donner une rente aux opérateurs privée mais laisser à la nation le coût des lignes non rentables ? Vous vs rendez compte de ce que vous dites ? C'est totalement injuste et purement du néolibéralisme : privatisation des profits, nationali...

à écrit le 09/01/2017 à 13:32
Signaler
si le contribuable français ne payaient pas ce serait idem en France...juste que l on maquil cela en empruntant...si le rail n est pas rentable...arrêtons...Point barre plutôt que de payer des sommes astronomiques

le 09/01/2017 à 13:53
Signaler
Rentable par rapport à quoi ? Sur quel horizon de temps ? Le rail porte des enjeux de long terme pas tous économiques (p.ex. Défense Nationale). Une ligne fermée est très couteuse à rouvrir. Il y a une équation complexe entre coût immédiat et rentabi...

le 09/01/2017 à 16:14
Signaler
C'est sûr il vaut mieux continuer à subventionner les routes et autoroutes. Ça pollue plus et ça occupe plus d'espace. Ça tue également plus ce qui régule la population. ...Mais non je plaisante.

le 09/01/2017 à 19:12
Signaler
Votre post est la caricature de la démagogie libérale. Si nous devions supprimer tout ce qui n'est pas rentable la vie serait terrible. Pensez que beaucoup d'activités ne fonctionnent qu'avec des subventions publiques. Sinon les tarifs seraient prohi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.