Bilan positif pour le Smic allemand

 |   |  558  mots
Des ouvriers travaillent sur le moteur d'une E-Golf à Wolfsburg, en mai 2016.
Des ouvriers travaillent sur le moteur d'une E-Golf à Wolfsburg, en mai 2016. (Crédits : REUTERS/Fabian Bimmer)
Contrairement à ce que certains experts prophétisaient, le salaire minimum en Allemagne n’a ni pénalisé l’emploi ni favorisé l’inflation: c'est, dix-huit mois après l'instauration du salaire minimum en Allemagne, le constat que publie l’institut IAB de Nuremberg, chiffres à l'appui. Un article de notre partenaire Euractiv.

Avant que le salaire minimum de 8,50 euros par heure ne soit imposé à l'échelle fédérale début 2015, des experts avertissaient que la mise en place du dispositif provoquerait des licenciements massifs et compliquerait la situation des employés, plus qu'elle ne l'améliorerait. Or, une étude de l'IAB, institut de Nuremberg de recherche pour le marché du travail et l'emploi, a prouvé que le Smic n'a pas supprimé de postes en Allemagne. Les craintes étaient donc infondées. L'institut de Nuremberg a interrogé environ 16.000 entreprises, dont près de 20% ont affirmé avoir été affectées directement ou indirectement par la mise en place du salaire minimum.

>> Lire : Le salaire minimum allemand modère le recours aux allocations chômage des salariés

La majorité d'entre elles n'a pas réagi aux nouvelles contraintes salariales par une augmentation du nombre de licenciements. Certaines ont augmenté le prix de leurs produits ou services. Mais, selon les chercheurs de l'IAB, rares sont les entreprises affectées par le Smic à avoir pris cette décision (18%).

Le nombre de petits boulots a diminué de 90.000 postes

Seules 4,7% des entreprises, soit moins de 1 entreprise sur 20, a choisi de réduire son personnel. Néanmoins, il faut prêter attention aux détails : si le nombre d'employés a été réduit, l'étude montre que c'est en raison du refus de prendre de nouvelles dispositions. 10% des entreprises sont concernées, et 5,3% ont déclaré qu'elles s'adapteraient ultérieurement.

En revanche, l'IAB estime que, sans cette nouvelle mesure, 60.000 emplois supplémentaires auraient été créés. Mais principalement dans le cadre d'emplois précaires. Par conséquent, le nombre de « petits boulots » a diminué d'environ 90.000 postes. Aussi les experts estiment-ils que les « effets négatifs sur l'emploi » du Smic allemand sont relativement faibles.

L'Allemagne est loin d'être le seul pays à avoir introduit une législation sur le salaire minimum : en juillet 2016, 22 États membres sur 28 ont imposé un salaire minimum. Tout en étant la première puissance économique, l'Allemagne se retrouve avec un salaire minimum faible, en septième position des pays européens.

Vers un rapprochement avec le Smic français

Selon les statistiques du début 2016, les pays ayant le Smic horaire le plus élevé sont le Luxembourg, avec 11,12 euros, et la France, avec 9,67 euros. La Bulgarie se trouve à la fin du classement avec seulement 1,24 euros.

Par ailleurs, l'étude montre également que de nombreuses entreprises ont tenté de trouver des alternatives pour payer moins leurs salariés. Des exceptions ont en effet été mises en place dans le cadre de ce nouveau Smic : les apprentis, les stagiaires et les chômeurs chroniques, peuvent, temporairement, percevoir moins de 8,50 euros de l'heure. Beaucoup d'entreprises  ont choisi de modifier les modalités du travail, en optant notamment pour la sous-traitance, le CDD ou la réduction des heures de travail.

Le SMIC allemand devrait être réajusté tous les deux ans, en fonction des prix du marché. Si la tendance actuelle reste constante, il sera augmenté de 34 centimes au 1er janvier 2017, ce qui le rapprochera un peu plus du salaire minimum français.

>> Lire : Bonne nouvelle : les salaires allemands augmentent

___

Par Nicole Sagener, traduit par Céline Nguyen.

(Article publié le 22 août 2016)

___

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/08/2016 à 8:53 :
bon ,finalement , la difference est de 13 % ; je pense que le " manque de competitivité " ( en cout de m.oeuvre ) de la France ce chiffre à moins que celà ; ce qui serait interessant que vous nous donniez , comme chiffre , c'est le resultat ...mensuel dans la poche du travailleur ( compte tenu et des heures travaillées , et des prelevements sociaux ) , ce qui nous expliquerait surement le pouvoir d'achat superieur des ouvriers allemands.
a écrit le 23/08/2016 à 14:14 :
Les SMIC français et allemands bruts ne sont pas comparables parce que la répartition des charges patronales n'est pas du tout la même: vous avez 25% de charges patronales vs. 45% en France: donc même avec un SMIC au même niveau que la France, le coût final de l'heure pour l'employeur en Allemagne reste quand même de 20% moins élevé.
Mais dire qu'un impact de 90,000 emplois est marginal, c'est typique de la mentalité du pays qui ne sait pas réussir. N'importe quel sportif de haut niveau vous dira que son succès est dû à une somme de petits efforts. Chaque emploi créé est une victoire, qu'il soit bien payé ou pas. On perd 90,000 emploi ci, un autre 90,000 là, on fini avec 5 millions de chômeurs en plus en 10 ans et personne ne comprend pourquoi, ce n'est qu'une série de petites mesures a priori marginales. Et venant d'un journal économique, c'est affligeant!
a écrit le 23/08/2016 à 11:42 :
Il faut le répéter: l´application du SMIC en Allemagne ne concerne qu une partie homéopathique des salariés dans quleques corps de metier bien précis.
a écrit le 23/08/2016 à 10:37 :
Smic de misère 8€50 brut/h un net au meme niveau que l'Espagne, une honte qui a fait fermer bon nombre d'usine autour de l'Allemagne !
a écrit le 22/08/2016 à 20:59 :
C EST EXELLENT POUR LES SMICARDS ALLEMANDS IL ET HONTEUX QUE LE PAYS LE PLUS RICHE D EUROPE ET UN SI PETIT SMIC HORAIRE? ALORS QU IL DEVRAIS MONTRE L EXENPLE? NON SEULEMENT TOUS CE PASSE BIEN MAIS S IL OFFRE UN SMIC PLUS HAUT ILS POURONS ATTIRE VERS EUX PLUS FACILEMENT DE LA MAIN D OEUVRE ETRANGERE EUROPEENNES FORME NON CALIFIE DONC ILS ONT BESOIN POUR LEUR PRODUCTION INDUSTRIEL???
Réponse de le 23/08/2016 à 10:10 :
Avec un SMIC de plus en plus élevé, l'exemple existe déjà : la France et ses 5 millions de chômeurs.
Vous savez lire les chiffres ou pas ? 90 000 postes ont été perdus
a écrit le 22/08/2016 à 14:29 :
Toujours pas de nouvelles de M. FIORANTINO. Je suis inquiet. Pourvu qu'il ne fasse pas quelque chose d'irréparable....Comme de se retirer de la vie publique dans une abbaye...

On n'a pas souvent l'habitude de rigoler, quand on voit sa vision totalement déconnectée de la réalité...
Réponse de le 22/08/2016 à 20:42 :
La réalité n'est qu'un écran de fumé. Quand vous aurez assimilé cela, vous comprendrez la vacuité des conflits de personnalités...
Réponse de le 23/08/2016 à 10:08 :
Le parti pris journalistique est ahurissant : comment peut-on écrire "bilan positif" alors que l'étude conclue sur 30 000 postes supprimés et 60 000 non créés, soit 90 000 postes perdus. Allez dire aux chômeurs que ce n'est pas grave, puisque ce ne sont que des "petits boulots" qui ont été supprimés...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :