Allemagne : le salaire minimum n'affecte pas la baisse du chômage pour le moment

 |   |  251  mots
On peut s'attendre à ce que le chômage continue à baisser dans les trois mois à venir selon l'institut de recherche sur l'emploi IAB, rattaché à l'Agence fédérale pour l'emploi.
"On peut s'attendre à ce que le chômage continue à baisser dans les trois mois à venir" selon l'institut de recherche sur l'emploi IAB, rattaché à l'Agence fédérale pour l'emploi. (Crédits : reuters.com)
Malgré le salaire minimum introduit au 1er janvier par le gouvernement d'Angela Merkel, le chômage continuera de baisser dans les trois mois à venir, selon un indicateur.

L'introduction en Allemagne d'un salaire minimum généralisé le 1er janvier 2015 suscitait des préoccupations. Mais, tous comptes faits, dans les mois à venir, la réforme ne devrait pas avoir d'effets négatifs sur le marché du travail, a indiqué mardi 27 janvier l'institut de recherche sur l'emploi IAB.

Le sondage mensuel de l'IAB, qui est rattaché à l'Agence fédérale pour l'emploi, sert d'indicateur avancé sur le chômage.

"On peut s'attendre à ce que le chômage continue à baisser"

Se fondant sur un sondage mené auprès des agences pour l'emploi sur tout le territoire, interrogées quant à leurs attentes à trois mois, l'institut a indiqué:

"Pour le moment il n'est pas à prévoir que le salaire minimum remette en question l'évolution positive sur le marché du travail."

"On peut s'attendre à ce que le chômage continue à baisser dans les trois mois à venir", a précisé dans un communiqué l'un des membres de l'IAB, le professeur Enzo Weber .

Le chômage à 6,7% en 2014

En 2014, le chômage pointait à 6,7% dans la première économie européenne, moins que les 6,9% de 2013 et nettement moins que chez beaucoup de partenaires européens du pays. Les chiffres du chômage de janvier seront publiés jeudi 29 janvier.

Le salaire minimum, introduit au 1er janvier par le gouvernement d'Angela Merkel sous la pression de ses partenaires de coalition sociaux-démocrates, fixe le salaire horaire brut plancher à 8,50 euros. Dans certaines régions et certains secteurs, notamment à l'Est ou dans les services, les salaires étaient jusqu'ici inférieurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2015 à 10:31 :
Le salaire minimum de 8,50 ne concerne que quelques branches et une partie infime de la population en Allemagne. Il faut insister sur ce point.
Bien plus grave, en Allemagne comme en France le problème ce sont les travailleurs venant de l Est avec des contrats de travail temporaires de leur pays.
a écrit le 28/01/2015 à 8:41 :
a 8€50 brut ils sont toujours moins cher que chez nous !
a écrit le 28/01/2015 à 5:43 :
déclin démographique, non européens qui ne veulent pas venir, européens qui partent dans l'année suivant leur arrivée. le chômage devrait effectivement baisser.
a écrit le 28/01/2015 à 2:08 :
Cette baisse du chomage tendancielle en Allemagne est la traduction notamment d'une faible évolution démographique, la population se maintenant gràce aux immigrés, cela est favorable pour le marché du travail et donc les salariés même si à long terme(sur dix ans)la population devra décroitre d'ou l'importance pour l'Allemagne des exportations, son marché intérieure n'étant de ce fait pas voué à être dynamique: tout le contraire de la France!
a écrit le 28/01/2015 à 0:31 :
et la Bce n'y est pour rien...
a écrit le 27/01/2015 à 22:59 :
le salaire minimum non généralisé est entrée en vigueur que le 1er janvier de cette année!
a écrit le 27/01/2015 à 22:55 :
pour faire augmenter le nombre de chômeurs e Allemagne et éviter que l'Empire allemand se propage à l'ensemble de l'Europe, il suffit de boycotter les produits allemands (voitures, etc). Danke.
Réponse de le 28/01/2015 à 0:37 :
ouais t'as raison ya du super electromenager qui n'est pas allemand Tristar par exemple... La classe
Réponse de le 28/01/2015 à 16:45 :
Trés intelligent comme remarque. On sent tout de suite le type qui maitrise sont sujet...
a écrit le 27/01/2015 à 20:57 :
Mais le temps partiel représente 27 % des emplois outre-Rhin contre 18 % en France.
Réponse de le 28/01/2015 à 0:34 :
la question : vaut il mieux un temps partiels et des aides sociales de (1000) ou juste des aides sociales (400 Rsa+300 aide logement)
a écrit le 27/01/2015 à 19:53 :
"Se fondant sur un sondage"... Non, mais, franchement, c'est sérieux, ça..?? Les gars ne savent PAS qui bosse ou pas chez eux..??
On dirait les US...
Et, lu par ailleurs que les médias français : ce "smig" allemand ne s'applique QUE sur une FAIBLE marge des salariés. N'oublions jamais que l'Allemagne est bien à droite.
Réponse de le 27/01/2015 à 20:41 :
YVAN ; SORRY MAIS VOUS N AVEZ RIEN COMPRIS:
CE SALAIRE MINIMUM DE 8,50 EUR HEURE NE CONCERNE EN FAIT QU UNE PART INFIME DES SALARIES POUR LA SIMPLE RAISON QUE LA GRANDE MAJORITÉ GAGNE NETTEMENT PLUS QUE CES FAMEUX 8,50 !!
Compris maintenant ??
Réponse de le 27/01/2015 à 20:44 :
le Smic à 8.50 euros bruts de l'heure n'est pas encore obligatoire pour toutes les activités, il y a pas mal d'aménagements et il n'attendra en vigueur qu'en 2017.
a écrit le 27/01/2015 à 18:39 :
c'est sûr, quand on a une des démographies les plus faibles du monde, le chômage ne peut que baisser...
Réponse de le 27/01/2015 à 18:58 :
..' Ben voyons comme en Espagne... par exemple.... oû la natalité est encore plus faible qu'en Allemagne.... n'est-il pas...
Réponse de le 27/01/2015 à 19:32 :
C'est sur que c'est mieux que la france ou naissent des milliers de futur chomeurs....
Réponse de le 27/01/2015 à 20:46 :
allez vivre et travailler en Allemagne alors...
Réponse de le 27/01/2015 à 21:35 :
@Analyse a raison, le pays est compétitif et fait face à une diminution de sa population qui fait rentrer moins de nouveaux entrants sur le marché du travail chaque année. Car, dans certains secteurs en Allemagne, la pénurie touche aussi la "main d'oeuvre peu/pas qualifiée". C'est un problème pour l'Allemagne, qui n'est pas la seule touchée, et qui n'est pas insurmontable. Avec des actions intelligentes ce pays peut "parer le problème" même si le meilleur moyen serait davantage de naissances, ce qui ne risque pas d'arriver. (la population "jeune" diminue, puis se retrouva elle-même moins nombreuses pour procréer et ainsi de suite). Niveau travail et compétitivité, la France fait pâle figure, en revanche, natalité, elle s'en sort bien.
Réponse de le 27/01/2015 à 22:54 :
déjà les étrangers qui s'installent en Allemagne ne veulent pas rester et deuxièmement, s'ils restent, ils ne seront jamais des "vrais" allemands...
Réponse de le 28/01/2015 à 0:35 :
natalité africaine....
Réponse de le 28/01/2015 à 9:54 :
Je travaille en Allemagne depuis de nombreuses années
Je ne reviendrai plus en France qui est en plein déclin
Quant à boycotter les produits allemands, il faudrait trouver les équivalents français Bon courage
On critique souvent l'économie allemande trop orientée vers l'exportation bien mais tous les pays veulent exporter sinon comment rétablir la balance commerciale si l'on ne vend pas à l'extérieur?
De plus miser uniquement sur la consommation intérieure signifie augmenter les importations donc le déficit se creuse
Soyez pragmatiques
Réponse de le 28/01/2015 à 13:20 :
@delest : vous oubliez une chose. Si tous les pays adoptaient le modèle de l'Allemagne consistant avant tout à favoriser l'exportation au détriment de la consommation intérieure ... à qui vendraient-ils ??
Réponse de le 28/01/2015 à 13:33 :
Les indicateurs allemands sont bons dans les principaux domaines et sont le resultat de reformes de structures prises depuis 2000. Ils en recoltent les fruits maintenant.
En France, difficile de faire des reformes de structures sans greves mageures qui font donc peur aux politiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :