Brexit : déjà plus de 40 entreprises ont déménagé aux Pays-Bas

 |   |  364  mots
(Crédits : Hannah Mckay)
Les autorités néerlandaises ont comptabilisé l'an dernier 42 entreprises qui ont déménagé du Royaume-Uni vers les Pays-Bas ou prévoient de le faire en raison des incertitudes liées au Brexit, selon des chiffres publiés samedi.

Cela représente 1.923 emplois et quelque 291 millions d'euros d'investissements, a annoncé l'Agence néerlandaise des investissements étrangers (NFIA), qui dépend directement du ministère des Affaires économiques, dans ses résultats annuels. "Le Brexit imminent et les tensions autour du commerce international offrent des opportunités" à l'économie néerlandaises, a estimé Sigrid Kaag, ministre néerlandaise du Commerce extérieur et de la Coopération au développement, citée dans le communiqué de la NFIA.

250 firmes envisagent de s'installer

Parmi les entreprises ayant annoncé l'an dernier l'ouverture de bureaux aux Pays-Bas en raison du Brexit, figurent les fournisseurs internationaux de services financiers MarketAxess et Azimo ainsi que l'assureur maritime UK P&I. Londres a également perdu l'Agence européenne du médicament (EMA), qui va bientôt quitter la capitale britannique pour s'intaller à Amsterdam.

La banque d'investissement japonaise Norinchukin et le groupe de médias britannique TVT Media ont pour leur part signalé l'expansion de leurs bureaux aux Pays-Bas, en partie à cause du Brexit, a indiqué la NFIA.

En 2019, plusieurs entreprises, dont le groupe Discovery et l'agence Bloomberg, ont déjà annoncé leur intention d'investir aux Pays-Bas suite au divorce entre Londres et Bruxelles, selon la NFIA, qui a signalé fin janvier être en contact avec plus de 250 entreprises étrangères envisageant de s'installer aux Pays-Bas pour la même raison.

La finance et la santé déménagent

Il s'agit principalement d'entreprises britanniques, mais aussi d'organisations américaines et asiatiques "qui repensent leur structure européenne en raison des incertitudes causées par" la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, prévue le 29 mars," précise la NFIA.

Ces entreprises sont notamment actives dans le secteur de la finance, des médias et de la santé. Elles étudient également leurs options dans d'autres pays en plus des Pays-Bas, dont l'Allemagne, la France et l'Irlande, détaille l'agence gouvernementale.

Effrayées par le chaos des préparatifs du Brexit, Dyson et Sony ont décidé en janvier de déménager leur siège hors du Royaume-Uni, tandis que le constructeur automobile japonais Nissan a annoncé la semaine dernière renoncer à assembler l'un de ses modèles en Angleterre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2019 à 11:50 :
Pourquoi l'UE de Bruxelles se plaint elle d'implantation d'entreprises et d'emplois sur son sol?
a écrit le 11/02/2019 à 7:34 :
44 a 8 lors du match de rugby between la France et Albion.
Decidement, meme en ce domaine les froggies restent a la hauteur. A suivre.
a écrit le 10/02/2019 à 20:49 :
D'un paradis fiscal vers un autre paradis fiscal! C'est cela la "civilisation européenne"!
a écrit le 10/02/2019 à 18:53 :
Pour être clair, la vérité vraie:: ces entreprises passent d'un hub de l'optimisation fiscale à un autre hub de l'optimisation fiscale. Il n'avait donc aucune chance pour que Dyson viennent s'installer en Allemagne ou en France.
Conclusion : l'EU n'a toujours pas résolu son problème de ses paradis fiscaux.
a écrit le 10/02/2019 à 18:53 :
Le Project Fear s' est poursuivi à un rythme soutenu post référendum mené par la Banque D' Angleterre qui a prédit une récession et la perte d' un demi million d' emplois si nous votions pour le Brexit.
Les emplois ont augmenté et il n' y a pas eu de récession.
Ces gens font passer les prédictions de Mme Irma pour de la science exacte. L ' UE a été l' économie à la croissance la plus lente de la planète, à l' exception de l' Antarctique, elle est antidémocratique et destructrice d' emplois..
a écrit le 10/02/2019 à 16:28 :
Pourquoi l'UE de Bruxelles se plaint il de son attraction financière, des créations d'entreprises et d'emplois du fait de l'élimination d'un membre peu fiable?
a écrit le 10/02/2019 à 15:20 :
Comment ça ? ils ne sont pas attirés par toutes nos taxes, l'ISF , nos Gilets Jaunes, nos manifs permanentes tous les week-end quand c'est pas la semaine, la casse des devantures, la hausse incessantes des prix d'autoroutes, nos 5000 radars, les logements insalubres à Paris, Mareille et sans doute ailleurs, nos concepts gagne-petit.... vraiment c'est difficile à comprendre ....!!
a écrit le 10/02/2019 à 13:34 :
Mais pas en France, la start-up nation du gamin caractériel ne plairait-donc pas autant qu'on le vante sur les media du pouvoir ? Il est vrai qu'on n'attire pas les mouches avec du vinaigre.
a écrit le 10/02/2019 à 12:48 :
14 Commentaires : 14 censurés. Article vite retiré de la page principale, Sur Ordre.
a écrit le 10/02/2019 à 12:12 :
Cela n'a que peu à voir avec le Brexit... La vrai raison est que les Pays-Bas ont accéléré leur dumping fiscal dernièrement et est devenu le premier paradis fiscal Européen, avec la complaisance de l'Europe.
Réponse de le 10/02/2019 à 18:21 :
Ça n’est pas avec la complaisance de l’UE que le Pays-bas pratique son dumping fiscal, au contraire.

Des chefs d’Etat imbéciles ont accepté de signer un traité fondateur de l’UE dans lequel chaque Etat a un droit de véto sur les questions fiscales.

L’Europe fait tout ce qu’elle peut pour lutter contre ou contourner cet écueil, mais comme pour tout c’est les chefs d’Etat qui ont le dernier mot au final.
a écrit le 10/02/2019 à 12:05 :
l 'entreprise ford qui délocalise en Pologne c'est à cause du frexit ? ,Bic qui délocalise en Tunisie c'est à cause du frexit ? ,la 208 produite en Slovaquie c'est à cause du frexit ?Whirpool qui délocalise en Pologne c'est à cause du frexit ?et j 'en passe à part la peur et des histoire à dormir debout y'a t'il des arguments pour l 'Europe ?on nous disait exactement la meme chose avec l'élection de Trump . Dans les année 90 on nous à promis le paradis et on n'a l 'enfer les européens on survécu au nazie ,au guerre mondial ,la guerre de cent ans ,la peste ect je pense qu'on pourrais se remettre de la fin de l 'union européenne et quelle manque de courage pour penser l 'inverse .
Réponse de le 10/02/2019 à 13:58 :
Bref les délocalisations en France , c'est de la faute de l'UE mais les délocalisations au Royaume-uni, ce n'est pas de la faute du Brexit.
Il y a comme un biais idéologique ...
Les populistes au Royaume-uni ont promit le paradis en 2016, j'espère que vous aurez le courage d'affronter les faits.
a écrit le 10/02/2019 à 11:53 :
Mais de quoi se plaint l'UE de Bruxelles puisqu'elle gagne des entreprises et des emplois? On devrait même pas en entendre parlé!
a écrit le 10/02/2019 à 11:14 :
Je pense que c'est une des raisons qui a motivé les dirigeants politiques du RU de confirmer ce brexit:

""Paradise Papers" : les Pays-Bas, un paradis fiscal au cœur de l'Europe" https://www.francetvinfo.fr/monde/paradise-papers/paradise-papers-les-pays-bas-un-paradis-fiscal-au-coeur-de-l-europe_2455316.html
a écrit le 10/02/2019 à 0:13 :
Le plus incroyable, ce sont les Français, heureusement minoritaires actuellement, qui réclament un "Frexit" parce que des politiciens incompétents les y poussent.
a écrit le 09/02/2019 à 23:50 :
La France est bien mieux placé que les Pays Bas .De nombreuses entreprises vont venir s'installer à Calais, Bordeaux et Paris dans le cadre du Brexit grace à la politique fiscale audacieuse de notre Président .Il faut juste le faire savoir que nous sommes Pro business.
Réponse de le 10/02/2019 à 8:26 :
Les pays stables sont les plus cooptes.
La France n'est pas sure. Loin de la, deficits abyssaux, fiscalite incertaine qui change au fil de l'eau, charges sociales ecrasantes et j'en oublie.
Il est par consequent normal que les candidats au brexit choisissent la Hollande, l'Allemagne, que sais- je.
La France, nein dank.
a écrit le 09/02/2019 à 22:46 :
Un paradis fiscal en remplace un autre ... J'aime l'UE , les très riches se sont faits des lois sur mesure et ce qui est merveilleux , c'est que c'est légal ... entre la holding luxembourgeoise et la néerlandaise, mon coeur balance ... Je vais peut-être demander conseil à Levy ou à Drahi ou Ghosn...
Réponse de le 10/02/2019 à 10:11 :
Tout est juste, la mondialisation heureuse promise est devenue la financiarisation sauvage, il me semble que Paul Jorion signalait que 40 à 50% de l'argent qui se trouve dans les banques est utilisé pour spéculer. Même le Pape Pascal Lamy indique (Télégramme 09/02) l'absence de politiques de régulation des capitaux mais rajoute qu'il faut poursuivre dans cette voie - J'ai mal pour notre UE -
a écrit le 09/02/2019 à 19:45 :
"Le Royaume-Uni a nettement relevé sa prévision de croissance pour 2019, l'année du Brexit, à 1,6%" Pour 2018 la GB est à 1,5 % de plus par rapport à la même période d’octobre 2016 à septembre 2017, un chiffre honorable et comparable à celui de la France !
Bon tout le monde a déménagé, on nous parle de panique que ce n'est pas encore fait ... blablabla Heu hummmm !
Réponse de le 10/02/2019 à 9:12 :
Tout cela est bien beau mais la bank of England a depuis revu ses prévisions de croissance à la baisse.
a écrit le 09/02/2019 à 19:14 :
Dyson a quitté UK? Le patron de Dyson est sauf erreur un chaud partisan du brexit
Le fameux pragmatisme anglais qu'on met en exergue sans doute
Le petit peuple anglais va se réveiller avec la gueule de bois
Réponse de le 10/02/2019 à 9:39 :
Ca fait belle lurette que la production de Dyson a quitté le UK.
a écrit le 09/02/2019 à 18:19 :
Le miracle économique promis par les populistes du brexit semble s'éloigner jour après jour. J'imagine que ça doit être de la faute de l'UE.
a écrit le 09/02/2019 à 18:17 :
Le visage réel de l’Union européenne est en train de se dévoiler, et il est assez hideux à regarder. Telle Méduse, c’est un visage qui peut pétrifier d’horreur qui le regarde. Quatre faits soulignent cette « révélation », une révélation qui n’en sera une que pour ceux qui continuaient d’entretenir de vains espoirs quant à un possible changement de l’UE.C’est donc un constat dramatique auquel nous sommes confrontés. Le projet de construction européenne, projet qui s’est matérialisé par les institutions de l’Union européenne, aboutit au contraire de ce pourquoi il avait été théoriquement pensé. De fait, l’Union européenne a créé les conditions pour cette montée de l’animosité entre es gouvernements, si ce n’est entre les peuples. Nous en avions eu déjà une idée en 2015 dans le déchaînement d’insultes en provenance de la presse allemande, mais aussi française (hélas) contre le peuple grec. On nous dit que l’Europe c’est la Paix. Mais nous sommes bien forcés de constater que l’UE se traduit par une exacerbation des tensions et des conflits au sein de ses membres. Nous voyons aussi aujourd’hui que l’Union européenne s’avère contradictoire, de par ses règles de concurrence et ses règles financières, aux grands projets des années 1970 et 1980, comme AIRBUS ou ARIANE. Cela n’empêche d’ailleurs pas les « euroïnomanes », comme les appellent mes collègues italiens, de prétendre que ces programmes sont le fruit de l’Acte unique et de l’Union européenne, ce qui est évidemment faux.
Réponse de le 10/02/2019 à 10:23 :
Il est mensonger de promettre prospérité et plein emploi à tous les peuples européens avec les frontières ouvertes, il serait temps de lire la "lettre aux Français" de Maurice Allais. En outre, que serait Airbus et Arianne sans les Concorde, caravelle, Vega, Diamant et autres systèmes réalisés sur argent public..La lecture de l'histoire (Annie Lacroix-Riz, Robert O Paxton, etc.) nous éclaire sur ce présent.
Réponse de le 10/02/2019 à 13:48 :
@raoul Qu' est-ce que la démo de Sapir a à voir avec l' argent public sinon à vous permettre de commettre un hors sujet de plus ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :