Brexit : "il reste beaucoup de travail à faire", prévient Barnier

 |   |  260  mots
Michel Barnier a informé dimanche soir à Bruxelles les 27 ambassadeurs de l'UE de l'avancée de ses discussions avec le Royaume-Uni.
Michel Barnier a informé dimanche soir à Bruxelles les 27 ambassadeurs de l'UE de l'avancée de ses discussions avec le Royaume-Uni. (Crédits : YIANNIS KOURTOGLOU)
Le négociateur de l'UE sur le Brexit a néanmoins reconnu des négociations "constructives" ce week-end.

Michel Barnier, négociateur de l'UE sur le Brexit, a estimé dimanche qu'"il reste beaucoup de travail à faire", pour sortir de l'impasse à 18 jours du divorce prévu entre le Royaume-Uni et l'Union. Il a néanmoins qualifié de "constructives" les négociations qui ont eu lieu tout le week-end entre Londres et Bruxelles, selon un communiqué de la Commission européenne. Depuis que son plan de Brexit présenté début octobre a été rejeté par les Européens, Boris Johnson aurait fait des concessions.

Michel Barnier a informé dimanche soir à Bruxelles les 27 ambassadeurs de l'UE de l'avancée de ses discussions avec le Royaume-Uni. Il doit encore faire un état des lieux auprès du Parlement européen plus tard dans la soirée, puis mardi, devant les ministres des Affaires européennes de l'Union à Luxembourg.

Un sommet de la dernière chance les 17 et 17 octobre

Le temps presse, à quelques jours du sommet européen des 17 et 18 octobre à Bruxelles, présenté comme celui de la dernière chance pour éviter une sortie de l'UE sans accord aux conséquences douloureuses, ou un troisième report prolongeant l'incertitude sur le chemin que prendra le Royaume-Uni après 46 ans dans le giron européen. Londres et Bruxelles ne parviennent pas à s'entendre sur la manière d'éviter, après le Brexit, un retour à une frontière physique entre l'Irlande du Nord, province britannique, et la République d'Irlande, qui restera membre de l'UE, et de préserver la paix sur l'île, qui a connu plusieurs décennies de violences.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/10/2019 à 17:48 :
Qu'ils partent ! Les brexiters pensent pouvoir signer des supers accords commerciaux avec le reste du monde. J'ai hâte de voir les brexiters s'écraser contre le mur des réalités. Vite un Brexit!
a écrit le 14/10/2019 à 11:49 :
L'UE va t-elle se déballonner devant la perfide Albion ? Probablement que oui, comme d'habitude.
a écrit le 14/10/2019 à 11:06 :
Les députés britanniques sont ils en train de faire leurs valises ?That is the question disait l'autre . Malgré des manoeuvres de dernière heure la G B va se retrouver pays tiers avec dédouanement des marchandises ,application du Tarif extérieur commun ,contrôles sanitaires et phytosanitaires ,etc...La livre à 1euro ?
a écrit le 14/10/2019 à 10:51 :
UK c'est fini. Plus jamais, plus jamais. Ce sentimentalisme est incongru. UK fait autant partie de l'Europe que la Catalogne de l'Espagne. Cela fait des siècles que les rivalités perdurent et nous font grandir, à condition d'éviter la guerre sanglante. Patience donc.
Réponse de le 14/10/2019 à 17:22 :
"éviter la guerre sanglante " et c'est bien ce que tout le monde voudrait éviter comme cela hélas s'est passé entre les deux Irlande pendant des décennies et jusqu'en 1998 !!
a écrit le 14/10/2019 à 10:35 :
"Brexit : "il reste beaucoup de travail à faire", prévient Barnier" et donc je mérite mon "salaire" exorbitant de fonctionnaire!
Réponse de le 14/10/2019 à 12:53 :
A Bah : eh bien proposez votre candidature en remplacement de Barnier, bénévolement bien-sûr, si vous en avez les compétences. Sans vous offenser, je ne suis pas sûr que cela nous coûte moins cher au final ?...
Réponse de le 14/10/2019 à 17:03 :
Pouvez vous nous en dire plus sur le niveau de salaire de Monsieur Barnier ?
Savez vous qu'il n'est pas fonctionnaire ?
a écrit le 14/10/2019 à 8:59 :
Sur ordre de Mr Macron, Mr Barnier, vous avez tout fait pour pourrir la sortie des anglais de l'UE.
Laissez les partir et continuez dans cette Europe des intérêts individuels qui se moque des citoyens devant les dérives permanentes en matière fiscale et en distribution non contrôlée des milliards donnés à des pays comme la Pologne qui au lieu d’améliorer le sort de ses habitants en profite pour acheter des armes américaines , au lieu d'acheter européen.
Réponse de le 14/10/2019 à 13:05 :
J'ai du mal à comprendre votre position. A vous lire, il faudrait :
1. Accepter le deal des anglais (c'est à dire les laisser sortir de l'UE tout en leur permettant l'accès au Marché Européen - ce qu'ils proposaient via l'Irlande),
2. Mais refuser à un pays membre la possibilité de gérer ses propres choix stratégiques militaires, au nom de l'Europe ?

Cette vision de l'Europe risque de ne pas séduire grand-monde, mais c'est probablement ce que vous souhaitez…
Réponse de le 14/10/2019 à 16:54 :
Ben je suis bien content que nos représentants aient préservé les intérêts de l'UE dans ce brexit sans queue ni tête. Si la commission avait dit "oui oui" aux propositions britanniques (=bénéficier de l'UE mais ne pas en supporter les contraintes), vous auriez écrit la même chose.
Réponse de le 14/10/2019 à 17:27 :
Au lieu d'écrire n'importe quoi dites nous plutôt comment vous comptez procéder pour résoudre le problème de la frontière entre les deux Irlande , c'est à dire entre le RU royaume uni et l'UE union européenne .
A ce stade BJ n'a pas encore trouvé !!
a écrit le 14/10/2019 à 8:42 :
Plus de deux ans d'informations "bla bla" sur le brexit, ça suffit, internet vous offre des millions de nouvelles par jour informez nous svp au lieu de nous endormir, merci.
Réponse de le 14/10/2019 à 17:03 :
Vous avez raison, arrêtez votre blabla
a écrit le 14/10/2019 à 8:35 :
du travail sur quoi?
un accord a ete signe
a prendre ou a laisser
a écrit le 14/10/2019 à 8:29 :
Merci à Barnier pour sa pugnacité et son courage diplomatique.
a écrit le 14/10/2019 à 8:20 :
Plus de 3 ans que cela dure. Qu'on en finisse enfin une fois pour toutes, dehors ou dedans, mais sans se plier à toutes les exigences de UK
a écrit le 14/10/2019 à 8:02 :
Quelle blague, et perte de moyens! Cela fait combien d'années que ces discussions perdurent! Stoppez tout, nous ne voulons plus payer!
a écrit le 14/10/2019 à 5:15 :
"Sommet de la derniere chance".
Que n'a t-on lu cette formule creuse et rabachee a l'envie.
La langue francaise est suffisament riche pour chercher d'autres formulationsw.
Qu'apprend-on dans les ecoles de journalisme ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :