Brexit : les Britanniques se ruent pour acheter d'autres devises

 |   |  353  mots
Des Britanniques font la queue devant un bureau de change à Londres, le 22 juin 2016.
Des Britanniques font la queue devant un bureau de change à Londres, le 22 juin 2016. (Crédits : REUTERS/Peter Nicholls)
Les futurs vacanciers souhaitent éviter les effets d'une éventuelle fluctuation de la valeur de la devise, après le référendum de jeudi.

La Poste britannique a fait état mercredi d'une ruée à ses guichets ou sur son site internet pour acheter des devises étrangères, euros et dollars en particulier, avant le référendum de jeudi sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne. Les futurs vacanciers cherchent ainsi à échanger leur argent avant d'éventuelles fluctuations - la livre sterling pourrait perdre jusqu'à 20% de sa valeur selon certains analystes - découlant du résultat du scrutin.

"Je ne sais pas si ça veut dire quelque chose, mais je viens de passer devant trois bureaux de change sur The Strand (près de Trafalgar Square), tous pleins. Une poignée de personnes font la queue devant un d'entre eux", a tweeté un journaliste du Sunday Business Post.

Depuis le week-end dernier, la Poste, qui effectue une transaction d'échange de devise sur quatre, a vu ses ventes de devises bondir de 74 % par rapport à la même période en 2015. Sur la seule journée de mardi, elles ont augmenté de 49% en agence et de 381% en ligne. Les clients échangent des livres contre un mélange d'euros et de dollars, a précisé une porte-parole de Post Office.

La livre a pris 4% ces derniers jours

FairFX, une carte d'échange de devise prépayée qui permet à l'utilisateur de verrouiller les taux, a connu une hausse de 300% de ses transactions depuis le début de la semaine. Le site de transfert d'argent Transferwise a quant à lui annoncé qu'il suspendrait tous les échanges le jour du référendum.

Les incertitudes entourant le résultat du référendum sur le Brexit pèsent sur la valeur de la livre depuis le début de l'année. La devise a pris 4% ces derniers jours, alors que le camp du Remain a rattrapé son retard dans certains sondages. Mercredi midi, elle s'échangeait contre 1,47 dollar, en augmentation de 0,5 cent par rapport à la veille, ou 1,30 euro.

(S.M. avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2016 à 10:44 :
Ils doivent changer en pagaille avec des euros en bons business mens!! Par contre pour les retraités du Lot, ça ne va pas être facile avec 20% de retraite en moins? Sauf si les socialistes les considèrent comme des réfugiés économiques !!! On rigole
a écrit le 23/06/2016 à 10:11 :
Vous êtes en Angleterre en ce moment ? N'importe quoi ! Heureusement cette comédie se termine aujourd'hui avec juste un pourcentage très convaincant. Vivement la fin de ces articles pro europe permanent, oufff ce soir c'est plié et toutes les banques pourront se réjouir, il y a longtemps qu'ils ont décidé l'avenir avec une négociation en Février.
a écrit le 22/06/2016 à 20:58 :
La Livre est largement surévaluée; ça ne sera qu'une correction, rien de plus !
a écrit le 22/06/2016 à 18:39 :
La hausse de la livre n'est pas cohérente , ni avec l'état de l'économie UK, ni avec les déficits abyssaux de la GB. Payer € 1.30 ou plus pour £1 est totalement ridicule. Si les marchés penchent vers un Remain, alors la livre a atteint un plus haut, si par contre le résultat de demain est pour le camp du Leave, elle va perdre 10, 15% d'un coup. Monnaie très fluctuante, elle devrait se situer à € 1.10 et non au niveau actuel.
a écrit le 22/06/2016 à 17:29 :
Le FN attend monts et merveilles du brexit et notamment qu'il démontre la faisabilité du divorce sans douleurs, en oubliant au passage que le RU a déjà 1 pied et demi hors de l'Europe.

J'espère que le brexit gagnera, d'abord ca nous libérera du RU qui a impulsé à l'Europe des sales manies néo-libérales, et ensuite cela démontrera par la pratique que le voyage idyllique promis par la blonde a plus du chemin de croix que de la croisière de luxe.

Je vous laisse imaginer les queues aux distributeurs et dans les banques le samedi 5 mai 2017, si jamais le FN était ne serait-ce qu'en position de l'emporter le 6 au soir.
Sachant que les grosses entreprises et les plus riches auront déjà pris leurs précautions en gelant toutes leurs opérations en France et en sortant tous leurs capitaux du pays.

On sait que l'entourage de la famille Lepen a un certain goût pour les placements au Panama et en Suisse.
On parie combien que Mme Lepen (millionnaire en Euros, multi-millionaire une fois qu'elle aura hérité de la fortune paternelle) aura à cœur de convertir toute sa fortune en "francs lepen" ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :