Brexit : jusqu'à 5,5% de PIB en moins pour le Royaume Uni (FMI)

 |   |  390  mots
(Crédits : © Phil Noble / Reuters)
Ce serait le cas si la Grande-Bretagne n'avait plus accès au marché commun. En cas d'accès à ce marché, la baisse pourrait être limitée à 1,5%, selon une étude du FMI

Une victoire du "non" au référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne jeudi prochain pourrait se traduire sur le plan économique par une perte de richesse comprise entre 1,5% et 5,5% à l'horizon 2019, par rapport au scénario d'un statu quo, estime le Fond monétaire international (FMI) dans un rapport publié samedi.

Le FMI a déjà prévenu des risques d'un Brexit pour le Royaume-Uni et l'économie mondiale mais il détaille désormais les conséquences d'une victoire du "Leave" sur la cinquième économie mondiale.

 Accès ou non au marché commun

Si la Grande-Bretagne parvient à établir une relation comme celle de la Norvège avec l'Union européenne, sa production économique pourrait, à l'horizon 2019, être inférieure de 1,5% à ce qu'elle aurait été si le pays était resté membre de l'UE, selon le scénario d'impact "limité" du Brexit.

La Norvège ne fait pas partie de l'UE mais a accès au marché commun en échange de contributions financières au bloc des Vingt-Huit et d'une acceptation de son principe de liberté de mouvement ainsi que d'autres règles. Dans le scénario d'impact "défavorable", où les négociations entre Londres et Bruxelles achopperaient et conduiraient les deux blocs à commercer en vertu des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), la richesse économique britannique serait de 5,5% moindre qu'en cas de maintien.

A court terme, l'investissement affecté

"A court terme, l'incertitude créée par (...) un processus de sortie compliquée et inédit pourrait être dommageable pour l'investissement, la consommation et l'emploi", dit le FMI dans son rapport.

Le Fonds est l'une des nombreuses organisations internationales à avoir évoqué les risques d'une sortie de l'Union européenne, la Banque d'Angleterre a elle-même prévenu de la possibilité d'une récession. Ceux qui font campagne pour le "Leave" ont réagi à la publication du rapport, le qualifiant de "partial" et soulignant que ses prévisions ont pu être fausses par le passé. "Le FMI sous-estime la valeur de nouveaux accords commerciaux pour l'économie britannique", ont dit ses responsables.

La campagne électorale en vue du référendum a été suspendue au moins jusqu'à dimanche après la mort de la députée travailliste Jo Cox, tuée par balle et de plusieurs coups de couteau dans le nord de l'Angleterre.

Reuters

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2016 à 8:18 :
Il manque à cet article et aux propos du FMI un petit detail et il n'est pas mince .Si l'Angleterre n'a plus accés au marché européen ,l'Europe n'aura plus accés au marché anglais ,et c'est bien la soustraction des deux qu'il faut prendre en compte et là ,il n'est pas sur que la perte de PIB varie de 1.5 à 5 % en moins comme indiqué dans l'article ;De plus ,le brexit n'empechera en rien le commerce, il retablira simplement les droits de douanes protegeant ainsi les productions anglaises contre les productions européennes .Gageons qu'au dela de la manipulation psychologique les anglais continueront à avoir accés au marché européen comme l'Europe continuera à avoir accés au marché anglais sans droit de douane.......
Réponse de le 20/06/2016 à 9:34 :
sauf que 50% des exportations de GB va vers l'Europe et que la part des exports vers GB de l'Europe n'est que de 5% environ du total. Par ailleurs, faut voir les produits exportés et importés...Des services financiers ont sait aussi les faire à Paris, Amsterdam ou Francfort...par contre des produits industriels ou agro alimentaires...Sinon je suis d'accord ils auront accès au marché, mais avec exactement les mêmes règles qu aujourd hui, c'est à dire normes européennes, libre circulation et cotis au club. Bref faudrait pas être malin de sortir si les décisions n'étaient prises que sur des raisons rationnelles économiquement...
a écrit le 20/06/2016 à 8:18 :
La mafia de la commission europeenne fait bien son job de com.... L'Islande devait ne jamais se relever...???? et meme scenario sur la Grece .. sauvée..??? non mais les super financier continuent de piller l europe..
a écrit le 19/06/2016 à 16:53 :
Tous ces gens qui nous inondent de négativité à propos du Brexit ont-ils des solutions positives pour nous sortir de la crise ?
a écrit le 19/06/2016 à 12:31 :
Tous ces gens qui nous inondent de négativité à propos du Brexit ont-ils des solutions positives pour nous sortir de la crise ?
a écrit le 19/06/2016 à 11:17 :
Qui a peur que le RU sorte de l'UE ? Les Anglais, non ! Les européistes et les dirigeants des pays de l'EU oui ! Pourquoi ? Parce que l'UE a bien plus à perdre que le RU, cette histoire de 5,5 points de PIB, c'est du vent, du pipo !! Quand on sait que les autres pays de l'UE exporte davantage vers le RU que le contraire, l'UE aura tout intérêt à vouloir garder des liens économiques étroits avec le RU, ni plus ni moins sinon c'est l'économie de toute l'UE qui en pâtira. Vive le Brexit et vivement le Frexit !!!
Réponse de le 19/06/2016 à 12:20 :
Question :

Vous êtes anglais, vous venez de sortir de l'UE. Comment faites-vous pour négocier tout seul un traité de libre-échange avec la Chine, en remplacement de celui de l'UE, sans vous faire complètement tondre alors que vous êtes si petit et la Chine si grande ?
Réponse de le 19/06/2016 à 18:41 :
@Tom: commentaire à mourir de rire. En matière de négociation international, les Britanniques n'ont de leçon à recevoir de personne. Et je te signale que la Chine, ils connaissent bien pour avoir occupé Hong Kong pendant 100 ans :-)
Réponse de le 20/06/2016 à 8:24 :
@reponse à Tom ;Les relations bilaterales entres pays se basent sur l'équité des echanges et sans connaitre les balances commerciales reciproques des deux pays on ne peut rien dire .Je pense que la Chine exporte plus vers l'Angleterre que l'Angleterre vers la Chine,il est donc de l'interet superieur des chinois de se garder le marché anglais ouvert .Exporter c'est bien mais si un pays vous ferme la porte au nez c'est vous qui avez des problemes avec vos productions sur les bras ......
Réponse de le 20/06/2016 à 9:41 :
je ne sais pas où vous voyez une quelconque forme de panique voir d inquiétude profonde à propos d'un éventuel Brexit en Europe... C'est d'ailleurs pour ça que le bluff/chantage de Cameron est un des plus gros bide politique de ces dernières années. Ceux qui sont inquiets c'est les tenants du remain en GB et je pense qu'au final ils seront les plus nombreux.
a écrit le 19/06/2016 à 10:33 :
Comme en France pour le non en 2005, la campagne du Leave est hystérique et d'une extrême violence afin de rendre inaudibles les arguments rationnels, tous favorables au Remain. Un tel climat de violence verbale ne peut que porter sur les faibles d'esprit, ainsi que le prouve l'assassinat de Jo Cox. Dans un régime démocratique civilisé c'est aux parlements de prendre leurs responsabilités et les référendums devraient être interdits partout.
Réponse de le 19/06/2016 à 12:38 :
En bon petit européiste que vous êtes, vous balayez d'un revers de la main la démocratie au sens noble du terme. Pour vous et pour vos inspirateurs, vous considérez la démocratie comme une arme qui ne doit servir que les "élites" qui sauraient mieux que le peuple ce qui est bon pour lui.

Savez-vous par exemple, que la Suisse (qui n'est ni dans l'UE, ni dans l'Euro et l'un des plus neutres en matière de politique étrangère. Bouh ! Quelle horreur !) est un des pays au monde les plus compétitifs "malgré" justement que son système politique est le plus proche d'une vraie démocratie ? A méditer, cela vous ferait le plus grand bien !!!
Réponse de le 20/06/2016 à 9:48 :
regarder un peu mieux le système politique Suisse...Y a du bon et du moins bon dans chaque système. Eux ils ont jamais d 'alternance, c'est une espèce de triumvirat qui dirige le pays depuis des décennies. Vous parlez chez nous d UMPS, alors en Suisse je ne sais pas ce que vous diriez.
Après regarder le système démocratique Britannique, ça pique aussi par bien des aspects.
a écrit le 19/06/2016 à 10:27 :
Un Royaume-Uni (du moins s'il reste uni...) perdra son statut de cheval de Troie US au coeur de l'Europe, et perdra aussi beaucoup d'intérêt, non seulement pour les Etats Unis mais aussi pour la finance internationale.
a écrit le 19/06/2016 à 10:24 :
Si le Royaume-Uni sort aux conditions norvégiennes il devra toujours participer au budget de l'UE, devra appliquer l'ensemble des normes européennes et devra peut être même appliquer Schengen (la Norvège le fait). Bref, il sera plus intégré dans l'UE qu'actuellement, sans avoir le moindre mot à dire sur son fonctionnement...
a écrit le 19/06/2016 à 9:32 :
Nul ne sait comment Bruxelles va boucler son budget en l'absence des britanniques..
Réponse de le 19/06/2016 à 11:27 :
ni combien la recherche britannique touchera du Trésor, vu que l'UE ne donnera plus un centime. Les projets soutenus par l'UE devront l'être par Londres (à minima) voire abandonnés (ça coûte !!), à eux de décider de façon indépendante.
Heureusement qu'ils sont 'à part' la déficit GB est de 7% je crois, nous on finit péniblement par approcher 3%, à quand 0% ?? Jamais ?
a écrit le 19/06/2016 à 9:24 :
Le FMI s'est planté combien de fois ?
a écrit le 19/06/2016 à 9:08 :
Blablabla ... encore un article de propagande, rassurez vous ils sont obligés de rester depuis quand l'Europe est une démocratie ? Les pseudos sondages sont déjà dans le "ON RESTE" donc suspens pitoyable.
a écrit le 18/06/2016 à 22:19 :
Donc 5% de PIB en moins en cas de Brexit ? C'est tout ? Mais vous oubliez l'épidémie d'ongles incarnés, les pluies de grenouilles et les cavaliers de l'apocalypse...
Réponse de le 19/06/2016 à 12:28 :
Ne lisez donc pas ce genre d'articles si vous n'avez pas envie d'entendre ce qu'ils ont à dire.
a écrit le 18/06/2016 à 18:36 :
"Médecin sans frontière" prévoit la peste et le choléra pour les britanniques après le Brexit!
a écrit le 18/06/2016 à 18:06 :
Il y a des tellement de paramètres qui peuvent varier de façon brusque et anarchique que toute spéculation semble vouée à l'échec.
Nul ne sait quelle sera la virulence des attaques des fonds spéculatifs sur la monnaie et la bourse anglaise, ni ce que sera le marché énergétique en 2019, ni ce que sera la réaction des investisseurs (dont chacun sait qu'elle est plus émotionnelle que rationnelle), et si la nouvelle donne permettra encore au capitalistes de tout poil de passer par la city...
Réponse de le 19/06/2016 à 11:32 :
tout à fait, et entre le court terme instable puis le long terme futur, c'est flou.
Dès qu'un sujet est abordé pour essayer de "penser" ce qui pourrait arriver (j'ai vu un article sur le foot GB, vs les joueurs étrangers), certains disent que c'est faible comme argument pour décider à voter "in", c'est pas ça le but mais de voir ce qui pourrait changer. Dire "OUT" puis on verra bien, c'est bien mais sans éléments du "mieux après" comment vont-ils se décider ???? Incertitudes et remous en vue, mer démontée pour un avenir peut-être "meilleur" ? (ou moins bon mais "liiiiiiiibres").

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :