Brexit : Londres accélère ses préparatifs pour une sortie de l'UE sans accord

 |   |  350  mots
(Crédits : TOBY MELVILLE)
Le Royaume-Uni accélère ses préparatifs pour un Brexit dur et sera prêt à quitter l'Union européenne avec ou sans accord le 31 octobre, a déclaré lundi le secrétaire britannique au Foreign Office, Dominic Raab.

Boris Johnson avait prévenu : le nouveau Premier ministre britannique fera le Brexit "coûte que coûte". C'est donc sans surprise que, par l'intermédiaire du secrétaire britannique au Foreign Office Dominic Raab, le Royaume-Uni a affirmé ce lundi 29 juillet  être prêt à quitter l'Union européenne avec ou sans accord au 31 octobre. Si l'UE ne veut pas renoncer au "backstop", le Royaume-Uni la quittera sans accord, a insisté Dominic Raab. "Ce que le Premier ministre a ordonné et que le gouvernement a accepté, c'est de mettre le turbo pour ces préparatifs", a-t-il déclaré.

"Nous voulons un bon accord avec nos partenaires et amis de l'UE, mais cela doit impliquer l'abolition de la clause de sauvegarde antidémocratique", a déclaré lundi Dominic Raab, qui était interrogé par la BBC. Dès son arrivée à Downing Street mercredi dernier, le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé qu'il voulait conclure un nouvel accord de sortie avec les Européens et que si Bruxelles y restait opposé, le Royaume-Uni quitterait l'UE le 31 octobre sans accord.

Le "backstop" au centre des débats

Le successeur de Theresa May est à nouveau allé dans ce sens samedi en prévenant l'UE que si elle voulait éviter un Brexit sans accord, elle devrait renoncer à la clause de sauvegarde ("backstop") visant à éviter le rétablissement d'une frontière physique en Irlande contenue dans l'Accord de sortie conclu en novembre dernier. Le chef de la diplomatie a assuré qu'il n'y aurait pas de rétablissement d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande, promettant des "arrangements" à ce sujet.

Lire aussi : Boris Johnson propose un système d'immigration à points pour l'après-Brexit

Le député conservateur Oliver Letwin, partisan d'une sortie ordonnée de l'UE, a déclaré à la BBC que les parlementaires chercheraient à éviter à un Brexit dur, tout en disant ne pas être en mesure de savoir si le Parlement pourrait s'opposer à un tel scénario. "J'accepte le fait que nous pourrions ne pas être en mesure (d'empêcher un Brexit dur)", a-t-il dit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/08/2019 à 8:05 :
Il dit sa vérité , mais en coulisse on cherche le prochain pour le remplacer vers début octobre ce qu il lui permettrai de demander du temps c est à dire en gagner , car ils ne veulent pas partir et l Europe ne veut pas qu ils partent .
Remarquons au passage que Paris est devenu atone sur le sujet .
Mais j avoue ne savoir que ce que les médias distille .
a écrit le 31/07/2019 à 15:56 :
Cette affaire devient de plus en plus compliquée. De toute façon, tout le monde y perdra mais bon, l'Europe en a vu d'autres.
Il faut toutefois espérer que le pragmatisme légendaire de nos mais Britanniques reprendra le dessus.
Cordialement
Réponse de le 31/07/2019 à 18:01 :
Disons que le pragmatisme des Britanniques est effectivement légendaire, mais au sens propre du terme… Leur intelligence collective relève effectivement actuellement de la plus pure légende…
a écrit le 30/07/2019 à 14:12 :
Espérons que l'UE ne cèdera pas sous la pression allemande sur le Backstop par crainte pour son industrie automobile. Halte au chantage et qu'ils le fassent leur Brexit dur. Chez nous l'impact sera dillué sur plusieurs pays. Ils ne peuvent pas avoir un accès illimité au marché commun ( puisque c'est tout ce qui les interresse dans l'Europe) sans contreparties, ce serait vraiment trop facile... A bon entendeur BoJo...
a écrit le 30/07/2019 à 10:56 :
L'urgence n°1 est d'imprimer des cartes de rationnement. Car le RU étant loin d'être autosuffisant alimentairement et important massivement de l'UE, rien que les dédouanements devenant indispensables vont inévitablement causer des pénuries massives.
Par ailleurs le premier effet de l'arrivée de BoJo est une nouvelle baisse du cours de la £, des perspectives de croissance en berne, les constructeurs automobiles qui annoncent sans ambages (Tavares hier pour le site Vauxhall) qu'ils envisagent fortement de fermer leurs usines britanniques en cas de Brexit sans accord.
Bref, le naufrage économique qui était prévisible et que jusqu'ici May avait réussi à limiter grâce à une approche prudente et pragmatique est en train de s'accélérer. BoJo c'est l'éléphant dans un magasin de porcelaine...
a écrit le 30/07/2019 à 6:11 :
le plus intéressant à ce jour, ce sont les potentiels accords avec les USA que lui fait miroiter Trump pour qu'ils quittent l'UE. Dès le Brexit clos, on en reparle surtout lorsque l'on connait la fiabilité des promesses de cet homme.
Réponse de le 30/07/2019 à 14:18 :
Trump veut rééquilibrer sa balance commerciale. Il signera donc des accords de libre échange uniquement sur les secteurs interressant pour les USA... L'espoir fait vivre n'est ce pas BoJo...
Ce n'est qu'un outil de pression sur l'UE pour renégocier, personne n'est dupe.
a écrit le 29/07/2019 à 18:00 :
UK ne produit pas assez pour nourrir sa propre population (62%)
Le pays achète essentiellement le manque en Europe.
Les premiers perdants seront les anglais avec des produits plus cher.
Réponse de le 29/07/2019 à 19:46 :
Vous oubliez les pays comme la turquie, le maroc, afrique du sudqui ont des cultures maraicheres importantes
Pour la viande le commonwealth avec australie, nouvelle zelande

Il y a d autres sources moinscher que europe
Réponse de le 29/07/2019 à 23:31 :
Ils n'auront qu'à importer des Etats Unis. C'est si enthousiasmant de se nourrir de poulet chloré et de boeuf aux hormones. Les britanniques doivent en saliver d'avance...
a écrit le 29/07/2019 à 17:26 :
Pourquoi parle t on d'accélération quand c'est l'UE qui freine des quatre fers?
Réponse de le 29/07/2019 à 23:35 :
-Le Royaume-(encore)-Uni a attendu près d'un an après le référendum pour enclencher l'article 50.
-C'est encore le Royaume-Uni, faute de trouver une solution qui puisse trouver une majorité parlementaire, qui a demandé un report de plus de 6 mois.
Arrêtez d'inverser les rôles.
Réponse de le 30/07/2019 à 10:10 :
Ce n'est pas la faute de l'UE si le gouvernement britannique est incapable de mener cette sortie.
a écrit le 29/07/2019 à 16:28 :
Ils sont sorti de cette administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles, mais aucun médias aux ordres ne peut, ni ne veut l'accepter!
Réponse de le 30/07/2019 à 10:10 :
???? Aux ordres de qui ??? Qui ne l'accepte pas ???
a écrit le 29/07/2019 à 16:21 :
La frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, c'est leur problème, pas celui des européens.
Ne pas vouloir rétablir de frontière entre les 2 Irlande de la part des Anglais, c'est considérer de fait que ce territoire leur appartient.
D'un autre côté, rien n'empêche les Irlandais du sud de rétablir unilatéralement une frontière.Ils sont "chez eux".
S'ils ne sont pas capables garder une frontière "européenne", ils n'ont rien à faire dans l'UE.
Déjà qu'ils n'ont rien à y faire vu que l'Irlande est un Paradis Fiscal qui ouvre grand les portes aux entreprises américaines du numérique et de tant d'autres secteurs qui viennent chasser sur les terres européennes....( chasser.!... piller plutôt.) l'Irlande sortirait de l'UE que ça m'en toucherait une sans faute bouger l'autre, aurait dit Chirac !
Réponse de le 29/07/2019 à 23:40 :
L'Irlande, qui a parfaitement compris ce qu'elle doit à l'UE (de plus pauvre pays de l'UE elle est devenue l'un des plus riches), n'a aucune intention de quitter l'UE et il n'y a aucune raison de la pousser dehors. Et l'Irlande du Nord a largement rejeté le Brexit, ayant elle aussi parfaitement compris que c'est la liberté de circulation permise par l'UE qui a permis d'éteindre la guerre civile.
a écrit le 29/07/2019 à 15:46 :
Quel est le problème? Si ce n'est que la GB n'a rien a gagner de plus mais subit le parasitisme de l'UE... comme la France!
Réponse de le 29/07/2019 à 17:58 :
Quel est le problème? Juste 976.608 expatriés. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/06/24/20002-20160624ARTFIG00288-les-expatries-britanniques-preoccupes-apres-l-annonce-du-brexit.php
a écrit le 29/07/2019 à 13:45 :
De toutes façons la stratégie la plus sûre de réussite face à la puissance politique inexistante de l'UERSS c'est de lui rentrer rapidement et puissamment dans le lard ainsi, le temps qu'elle paye ses cabinets conseils financiers afin qu'ils disent aux politiciens européens ce qu'ils doivent faire et elle sera à terre.
Réponse de le 29/07/2019 à 15:55 :
La confusion UE URSS est très cruelle , pour les miliers d'hongrois, de tchèques, de polonais, d'allemand de l'Est qui sont morts pour avoir voulu leur indépendance, ou ont perdu leurs plus belles années au fond des cachots.
Vous remarquerez que la sortie de l'UE est possible, sans que les chars de Bruxelles n'envahissent Londres.
Réponse de le 29/07/2019 à 17:10 :
@Fake News...Les chars de Bruxelles n'existent tout simplement pas.
Par ailleurs, le "soft power", vous connaissez ?
Réponse de le 29/07/2019 à 17:34 :
Nous en auront la preuve après leur sortie! Comme pour tout les autres nations compensant l'UE!
Réponse de le 29/07/2019 à 18:55 :
En voilà un paré à émigré vers le RU.
Réponse de le 29/07/2019 à 19:08 :
@ multipseudos:

"La confusion UE URSS est très cruelle , pour les miliers d'hongrois, de tchèques, de polonais, d'allemand de l'Est qui sont morts pour avoir voulu leur indépendance"

LOL ! Vraiment plus aucun effort ! Signalé

"En voilà un paré à émigré vers le RU. "

Ben j'avoue qu'avec le réchauffement climatique... :-)
a écrit le 29/07/2019 à 11:49 :
Ils veulent que la frontière reste ouverte entre l'Irlande et l'Irlande du nord ce qui revient à une ouverture des frontière entre le RU et l'UE. Si c'est le cas, la majorité des états-membres vont s'y opposer. Si ils veulent fermer la frontière, l'Irlande s'y opposera. Ils fallait y penser avant et encore je ne sais même pas si ils y pensent maintenant.
Réponse de le 29/07/2019 à 13:31 :
La même situation existe sans frontière entre la Suisse le Liechtenstein et l'Autriche et cela ne pose aucun problème à personne.
Réponse de le 29/07/2019 à 15:57 :
Bah oui, la même situation existe avec la Suisse, qui a un accord avec l'UE pour cela. Et qui de ce fait, perd une partie de sa souveraineté au profit de l'UE.UK peut très bien fonctionner en frontière ouverte avec l'UE, il faudra juste renier la principale exigence des brexiters, de se libérer du soit disant "joug européen".
Réponse de le 29/07/2019 à 23:45 :
La Suisse appartient à l'espace Schengen... Effectivement, si l'Irlande et le Royaume-Uni adhèrent à Schengen le problème de la frontière irlandaise sera résolu...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :