Brexit : May propose un report au 30 juin

 |   |  301  mots
(Crédits : HANDOUT)
Les députés britanniques ont rejeté mercredi soir de justesse l'option d'un Brexit sans accord. Theresa May va proposer jeudi de repousser le Brexit au 30 juin à condition que le Parlement approuve d'ici au 20 mars le projet d'accord négocié avec Bruxelles

Après avoir rejeté mardi l'accord de divorce conclu par la Première ministre Theresa May avec Bruxelles, les députés britanniques ont rejeté, ce mercredi 13 mars dans la soirée, d'extrême justesse, l'option d'un Brexit sans accord. 312 membres de la Chambre des Communes ont voté contre cette possibilité et 308 ont voté pour, soit un écart très serré de 4 votes.

S'exprimant devant les parlementaires, Theresa May les a invités à approuver l'accord de sortie de l'Union négocié avec Bruxelles afin de pouvoir obtenir une "courte prolongation technique" de l'article 50, faute de quoi le Brexit pourrait ne pas intervenir avant longtemps.

"Une courte extension technique ne sera offerte que si nous avons un accord en place", a dit la Première ministre. Sans accord, "une extension beaucoup plus longue" sera nécessaire tout comme la tenue d'élections européennes au Royaume-Uni, a-t-elle ajouté.

Le gouvernement britannique va proposer jeudi de repousser le Brexit au 30 juin à condition que le Parlement approuve d'ici au 20 mars le projet d'accord négocié avec Bruxelles, a annoncé mercredi le président de la Chambre des Communes, John Bercow.

Si le texte est adopté d'ici le 20 mars, "le gouvernement s'efforcera d'obtenir un accord avec l'Union européenne afin d'obtenir un report pour une période qui s'achèvera le 30 juin 2019", a expliqué le président de la Chambre des Communes.

La Commission européenne a dit prendre acte du résultat du vote de la Chambre des Communes tout en prévenant qu'elle le jugeait insuffisant, renouvelant son appel en faveur d'une adoption du projet d'accord négocié entre Theresa May et Bruxelles. Il n'existe, pour sortir de l'Union, que deux solutions, celle qui passe par la conclusion d'un accord et celle qui passe par l'absence d'accord, a rappelé l'exécutif européen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2019 à 17:55 :
Censure européiste systématique. C'est bien à cela que l'on reconnait les grandes démocraties hein !? :D J'espère que la modération est une machine parce que bonjour la honte d'être payé à faire ça... VDM
a écrit le 14/03/2019 à 15:28 :
Echec et pat .
Et les deux joueurs se serrent la main , et vont prendre un drink au bar de l assemblée .
Bien joués les artistes .
a écrit le 14/03/2019 à 15:24 :
N Farage , qui a préféré s'expatrier aux USA, après son méfait doit pouvoir constater à présent l'immense foutoir qu'il a généré au sein de la classe politique anglaise. D Cameron doit aussi mesurer l'énorme co....ie, qu'il a faite en organisant ce référendum. Un homme politique est en principe un homme responsable; c'est la raison pour laquelle il est élu pour gérer les affaires de son pays...Apparemment celui ci n'était pas le plus à même de réussir cette mission.On remarquera que depuis le référendum, il se fait particulièrement discret.
a écrit le 14/03/2019 à 14:48 :
Personnellement, je trouve Theresa May particulièrement courageuse et compétente dans sa gestion de Brexit en sachant qu'elle avait voté contre en plus. Elle essaye de gérer au mieux une crise majeure, d'arriver à un consensus entre deux blocs qui semblent irréconciliables dans son pays et un autre bloc de 27 pays. Je trouve qu'elle s'en sort particulièrement bien.
Réponse de le 15/03/2019 à 16:39 :
Je ne partage pas votre avis. Elle est rentrée dans une négo ultra-complexe sans avoir d'abord résolu ses problèmes internes. Tous ces débats, entre le no-deal, le deal, ou l'abandon du Brexit aurait du avoir lieu AVANT les négos. Les lignes "rouges" auraient dû être discutées au parlement AVANT. On ne commence pas une négo avant d'avoir fédéré les bonnes volontés en interne. Alors, oui elle tient le choc, mais non, elle a mal géré son affaire.
a écrit le 14/03/2019 à 14:19 :
Ils vont parait il faire l élection des députés pour Bruxelles , adieu à nos 5 députés supplémentaires .
Ils sont forts ces britichs .
a écrit le 14/03/2019 à 13:29 :
Je me gratte.
En attendant neuf mois après le référendum de juin 2016 pour déclencher l’article 50 le 29 mars 2017, en positionnant ainsi la date du Brexit quelques semaines à peine avant les élections européennes (interdisant de facto un vrai report de plusieurs mois ou années), puis en laissant traîner interminablement les négociations, le gouvernement de Londres n’aurait-il pas eu l’idée machiavélique de faire sortir le Royaume-Uni de l’UE sans accord, tout en en rejetant la faute sur la Commission européenne et l’intransigeance de ses partenaires européens ?
Réponse de le 14/03/2019 à 14:25 :
Pas que ne les crois pas assez machiavélique pour ça mais ce serait stupide de leur part. Que la faute soit rejetée sur l'UE ou non c'est quand même eux qui vont assumer le plus gros des conséquences.

Regardez, je me tire une balle de la tête et vais salir votre image... ouais ok maintenant on a des bout de cerveau sur la chemise mais en attendant t'as plus de tête pour le voir.
Réponse de le 14/03/2019 à 14:48 :
Je ne vois pas en quoi ça avancerait les perfides albionais de tenter de faire porter le chapeau aux européens.

Ca va être difficile à réaliser puisqu'il est clair depuis le référendum, que les européens sont contre le brexit et que s'il devait advenir, alors Bruxelles ferait son possible pour qu'il soit aménagé (dans les limites de ses intérêts).
On comprendrait mal pourquoi l'UE aurait œuvré contre son propre intérêt et contre ses convictions.
a écrit le 14/03/2019 à 11:56 :
Les anglais qui ont voté par une courte majorité avec tous les mensonges de M. Ferage et Johnson la sortie de l’UE se voient aujourd’hui dans une impasse. Tout d’abord certains élus brexiteurs sont bien moins enthousiasmes face aux réalités économiques, la frontière avec l’Ulster n’étant qu’un excuse. Le R.U pensait dicter sa sortie aux 27 ce qui était un manque de clairvoyance car dicter la conduite aurait été par ricochet l’éclatement de l’UE. Si cette Union n’est pas parfaite loin delà elle au moins dans un monde ou seul les grands ont voix au chapitre, une petite place que n’aura jamais le R.U seul. Nous ne voyons pas d’engouement mondial pour le Brexit, pire le Japon a signé un partenariat avec l’UE mais a refusé l’équivalent pour le R.U . Nos Frixeurs en dehors comme pour les Brexiteurs un discours de propagande sans grande réalité des difficultés à sortir. Les frexiteurs sont dans le monde des cartes du Tarot plus dans le bla bla politique et bien loin de la réalité économique mondiale . Notre artiste bonimenteur de l’UPR est un bon exemple du: on sort et hop la France est dans la croissance, le chômage de masse derrière nous, la dette à la poubelle, le Franc la monnaie reconnue mondialement, fin du dollar comme monnaie de référence dans les transactions internationales surtout matières premières etc etc. M. Asselinaeu et ses discours sur le net sans contradicteur et pour cause les extrémistes de tous poils n’aiment pas la contradiction les fois où il a été contredit il nous a fait un « caca nerveux » M. Asselinerau le frère des bonimenteurs du R.U comme M. Ferage et Johnson ses amis qui aujourd’hui sont plus dans le muet que dans le discours.
Réponse de le 14/03/2019 à 12:39 :
Parfaitement d'accord !
Réponse de le 14/03/2019 à 17:00 :
Asselineau et UPR : 1% d'intention de vote !
Bravo pour votre réflexion si bienveillante ..pour des "idée" si peu partagées
a écrit le 14/03/2019 à 11:54 :
L'UE, même excédé par cette situation, ne veut pas faire l'impasse sur la quarantaine de milliard que la GB peut lui apporté et, continuera a se faire baladé! Tout cela profite a ce qui veulent prendre exemple, tant que cet administration hors sol de Bruxelles est affaiblie!
Réponse de le 14/03/2019 à 12:33 :
D'où voulez vous en venir ? A part dauber sur l'UE, on ne voit pas très bien votre logique.
Votre propos a une cohérence équivalente à celle du parlement britannique;
Réponse de le 14/03/2019 à 13:11 :
Le solde net de la contribution de la GB en 2018 était de 4.2 milliards €.

L’Angleterre a une petite ardoise à payer mais surement pas 40 milliards € qui correspondraient au quart du budget total de fonctionnement de l'institution.

Il n'y a pas d'impasse. Par contre si la GB veut rester dans le marché commun, alors il lui faudra payer, c'est normal. Sur tous les marchés, il y a un receveur qui vient récupérer le loyer de l'emplacement.
a écrit le 14/03/2019 à 11:42 :
Mr Barnier doit rester ferme tout ce qui est écrit dans les traités existants et rien que ce qui est prévu dans ceux ci. L'absence de nouvel accord veut dire que seuls s'appliquent les accords et traités existants, lesquels ont été signés par chacun des Etats de l'Union, Grande Bretagne y compris. Sinon les signatures des uns et des autres ne veulent rien dire ou bien ces traités ne valent rien. Chez nous pour le dernier traité de l'Union dit de Lisbonne, nos gouvernants ont fait voter à nos parlementaires une modification constitutionnelle pour ne pas consulter les citoyens, donc les gouvernants britanniques sont plus démocratiques que les notres, il est normal que soit appliquée le choix du peuple britannique, le Brexit qui n'est pas commencé ne sera peut être pas du tout la calamité qu'on nous annonce. Et la Grande Bretagne reste un allié majeur de la France. Faire trainer ces incertitudes est mauvais pour tout le monde, ou alors les traités passés sont un chateau de cartes.
Réponse de le 14/03/2019 à 12:38 :
Vous racontez n'importe quoi quant au traité de Lisbonne. Le référendum de 2005 a rejeté une proposition de constitution, Sarko a proposé un plan B à la présidentielle, il a été élu. Et l'a mis en œuvre.
Quant à dire que UK est une démocratie car elle fait le Brexit, c'est aller un peu vite. Le Brexit, c'est un immense nuancier de gris, du gris clair (statut type norvège) au gris le plus foncé (no-deal). Le peuple a voté pour ce gris, mais le parlement a oublié de leur demandé quelle nuance de gris ils voulaient. Donc rien de démocratique a posé une question stupide qui conduit à une réponse stupide.
a écrit le 14/03/2019 à 9:20 :
Ce vote contre le no-deal était inattendu. C'est donc la plus grande confusion: Qui est disqualifié? Le gouvernement qui fait du mauvais travail ou le parlement qui hésite à s'engager devant ses électeurs. Cela met en évidence les limites de la démocratie quand les enjeux dépassent les compétences des hommes en place et des institutions. Bravo l'Europe qui a ainsi affaibli les Etats-nations. La prochaine étape est soit la guerre de sécession soit la soumission.à l'émergence d'une démocratie européenne.
Réponse de le 14/03/2019 à 9:50 :
"Ce vote contre le no-deal était inattendu"... La totalité de la presse mondiale annonce depuis 10 jours que le rejet du no deal est une certitude! Après une telle introduction, on lit la suite de votre commentaire juste pour rigoler un grand coup: raté d'ailleurs, votre inspiration est déjà épuisée.
Réponse de le 14/03/2019 à 11:47 :
Ce qui était inattendu c'est que le no-deal ait failli l'emporter.
4 voix c'est très peu.

Je ne vois pas en quoi l'Europe est responsable de l'incapacité du parlement brittanique à se fédérer pour trouver une solution qui convienne à la majorité. Ce n'est pas l'UE qui a nommé Corbyn et May à leurs positions.
a écrit le 14/03/2019 à 8:55 :
Pas un commentaire pour louer Mme May . y aurait il deux trib unes .
a écrit le 14/03/2019 à 8:47 :
Quelle pagaille. Les anglais ne veulent pas de l'accord négocié avec l'UE mais ils veulent un brexit avec un accord. Normalement un accord c'est entre deux parties sauf dans le cas où une partie a écrasé l'autre par la guerre. Donc là ce sera dur qu"ils aient un nouvel accord avec l'UE qui prend en compte toutes leurs revendications.
a écrit le 14/03/2019 à 8:11 :
Heu...non : ce n'est pas que le Brexit pourrait ne pas intervenir avant longtemps si le délai n'était pas prolongé jusqu'au 3 juin, c'est en réalité que faute de report le Brexit se fera au 29 mars... Ou sinon, désormais, soit l'Union Européenne démontre son incommensurable faiblesse, sot les parlementaires britanniques foulent aux pieds la volonté du peuple britannique et reviennent sur la décision de quitter l'Union Européenne... On comprend finalement comment Byzance/Constantinople a pu tomber !
Réponse de le 14/03/2019 à 11:51 :
C'est claire votre propos, aussi claire que la position du parlement britannique !
a écrit le 14/03/2019 à 7:49 :
hormis finasser pour attendre que les elections europeennes soient passees et qu'eventuellement un accord soit renegocie, on ne voit pas bien....
vu qu'il n'y a rien a renegocier sinon
2 mois, vu le niveau de merdier que ca va entrainer, ca ne sert strictement a rien; en 3 ans rien n'a ete fait, alors en 2 mois...
a écrit le 14/03/2019 à 7:42 :
Haha, savent plus quoi faire, ils rejettent le deal mais le no deal aussi, comme un divorce qui s’éternise parce que personne la bas n'est d'accord sur comment gérer l'avenir...

J'espère qu'ils payent pour tout le temps passé a faire littéralement iech la CE qui a bien d'autre chose à faire...
a écrit le 14/03/2019 à 7:25 :
3 ans maintenant que ce référendum stupide (pléonasme) a ouvert ce chaos, bien plus outre Manche.que dans le reste de l'UE qui est restée unie. Personne, même parmi les gouvernements populistes eurosceptiques de rencontre de l'UE n' fait mine d'apporter le moindre soutien au RU, et il n'y a plus guère que la secte des agités du bocal de l'UPR à encore croire que le RU pourra tirer le moindre avantage du brexit.
a écrit le 13/03/2019 à 23:29 :
Ridicule: on demande aux députés de refaire le même vote?
Une courte extension, pour faire quoi? Allez encore faire du chantage à Bruxelles?
Les anglais n'ont vraiment pas honte!
a écrit le 13/03/2019 à 22:45 :
Le 30 juin est la porte qui mènera à la St Glinglin
a écrit le 13/03/2019 à 21:46 :
mais qu'ils dégagent ! et vite !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :