Bruxelles somme la Wallonie de dire "oui" au Ceta

La balle était à nouveau dans le camp wallon après d'ultimes tractactions jeudi soir autour de l'accord de libre échange UE-Canada (Ceta) pour permettre à la Belgique de donner son feu vert vendredi au traité dont l'éventuel échec menace selon l'UE toute sa politique commerciale.
Le traité de libre échange doit être en principe signé le 27 octobre prochain à Bruxelles entre les 28 et le Canada, en présence du Premier ministre canadien Justin Trudeau
Le traité de libre échange doit être en principe signé le 27 octobre prochain à Bruxelles entre les 28 et le Canada, en présence du Premier ministre canadien Justin Trudeau (Crédits : FRANCOIS LENOIR)

"Je crains que le Ceta ne puisse être notre dernier accord de libre échange", a lancé, solennel, le président du Conseil européen, Donald Tusk, lors d'un sommet des 28 à Bruxelles, enjoignant la Belgique à dire oui d'ici vendredi. M. Tusk a dit compter désormais sur les qualités de "championne en matière de compromis" du petit royaume pour obtenir un dénouement positif, à l'occasion de la deuxième journée du sommet européen, qui sera centrée vendredi sur cette question de la politique commerciale de l'UE.

Selon plusieurs sources, la Commission européenne et les diplomates des 28 ont accepté jeudi soir de donner de nouvelles garanties pour répondre aux inquiétudes de la Wallonie, dont le Parlement se réunit vendredi matin. Mais avant même cette nouvelle réunion, le gouvernement de cette région francophone belge a d'ores et déjà rejeté ces propositions de dernières minutes.

"Le Canada considère qu'il reste des marges de négociations, il apparaît sur certains points plus ouvert que les instances européennes", a toutefois expliqué le chef du gouvernement wallon, Paul Magnette, devant la presse.

Favorable au Ceta, le Premier ministre belge Charles Michel, à la tête d'un Etat fédéral complexe, a besoin du feu vert des sept parlements du royaume pour entériner le traité avec le Canada. Or la Wallonie, la région francophone du sud de la Belgique (3,6 millions d'habitants), refuse toujours d'approuver l'accord négocié pendant sept ans avec Ottawa.

Pris entre le désir de "respecter la démocratie en Belgique" et le fait que la Wallonie "est le dernier endroit en Europe où l'on s'oppose à ce qui est sur la table", M. Michel n'a pu que faire le constat d'un "moment délicat" pour son pays.

Rien n'est acquis dans cette histoire... belge

Les demandes de la région belge ont pourtant reçu "tout le soutien possible" sur les questions qui l'inquiètent, comme l'agriculture ou encore la protection des données, a indiqué une autre source diplomatique.

"Rien n'est acquis. Le problème n'est pas réglé", a reconnu une source européenne après une réunion des ambassadeurs des 28 consacrée au Ceta.

Outre la Wallonie, la Roumanie et la Bulgarie expriment également des réserves, réclamant un engagement écrit du Canada sur la libéralisation des visas pour leurs ressortissants désirant se rendre dans le pays en échange de leur feu vert au Ceta. Le feu vert de la Belgique devrait faire bouger Ottawa sur ce point, a indiqué une source européenne.

Le traité de libre échange doit être en principe signé le 27 octobre prochain à Bruxelles entre les 28 et le Canada, en présence du Premier ministre canadien Justin Trudeau. Au-delà du Ceta, Donald Tusk a exprimé ses craintes plus larges sur l'avenir des traités commerciaux négociés par l'UE, préoccupé de voir qu'une partie de la population européenne reste hostile à de grands accords commerciaux. Et ce blocage soulève des interrogations sur la capacité des 28 à négocier des traités commerciaux avec des pays comme les Etats-Unis (le fameux TTIP ou Tafta) ou le Japon.

Pour apaiser les craintes liées au libre-échange, M. Tusk a souligné que l'UE devait se doter "d'instruments efficaces pour se protéger contre des pratiques commerciales déloyales". Cette question d'une modernisation des outils à disposition de l'UE, sous pression face aux pratiques de dumping, notamment celles des Chinois dans l'acier, figure à l'ordre du jour du sommet européen vendredi.

Le temps presse car d'ici au 11 décembre, la Commission européenne doit se prononcer sur le "statut d'économie de marché" de la Chine au sein de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Un tel statut pourrait déboucher sur une forte baisse des droits de douane et ouvrir davantage les portes aux importations de produits chinois.

(avec AFP et Belga)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 23/10/2016 à 9:32
Signaler
Un accords de libre échange , comme toujours cela a été dès tractation secrète, en quoi est ils important de ne pas nous informer...... Je reste opposer à tous cela, car nous n'avons pas donner accords au technocrate européen de Bruxelles pour décid...

à écrit le 22/10/2016 à 12:15
Signaler
Bravo aux Wallons, honte a nos dirigeants.

à écrit le 22/10/2016 à 8:38
Signaler
merci aux wallons ! et , alors , mr Barroso , les " histoires belges " vous font elles toujours rire ?

à écrit le 22/10/2016 à 6:02
Signaler
Alors quand la Belgique va-t'elle se diviser en 2 , Wallonie et Flandre ? Ca fait des années qu'ils en parlent, ils ne font rien.

à écrit le 21/10/2016 à 17:02
Signaler
Merci à nos amis Wallons! Ils permettent de lutter contre l'Europe des lobbies et des multinationales! Le PS français devrait avoir honte de trahir de la sorte ses électeurs!

à écrit le 21/10/2016 à 15:40
Signaler
Et si l'on délocalisait en Wallonie le village gaulois de la BD Astérix? Ils le méritet bien.

à écrit le 21/10/2016 à 15:38
Signaler
contrairement a la fine equipe de bruxelles et a nos cher depute Français avide des subsides du qatar en guise de cadeau de noel ou de voyage offert il y a les personnes pour dire non a la magouiile comercial et des pots de vin et des transfert d...

à écrit le 21/10/2016 à 15:38
Signaler
Que je n'entende plus des blagues stupides sur les belges, du moins sur les Wallons. En ce moment, nous sommes tous Wallons! S'ils réussissent à tenir contre les pressions terribles qui leur seront exercées par les eurocrates et les élites néolibéral...

le 21/10/2016 à 17:17
Signaler
Ces Belges nous ont déjà donné des poètes, des peintres, des chanteurs ou des acteurs ... et là, ils nous donnent le bon exemple !

à écrit le 21/10/2016 à 14:46
Signaler
Bravo la Wallonie ! Continuez à résister contre la dictature bruxellocrate

à écrit le 21/10/2016 à 13:37
Signaler
Il est clair que les traités de libre échange depuis 40 ans ont permis le plein emploi dans tous les pays occidentaux. XD

le 21/10/2016 à 15:28
Signaler
et la diminution spectaculaire de la précarisation, des inégalités, du déclassement et de la pauvreté, ca saute aux yeux!

à écrit le 21/10/2016 à 11:26
Signaler
"Bruxelles somme la Wallonie de dire oui au Ceta" . On voit dans cette phrase tout le caractère démocratique qu'incarne la commission...

à écrit le 21/10/2016 à 11:23
Signaler
On peut rappeler que la Commission européenne est à majorité de droite.

à écrit le 21/10/2016 à 11:01
Signaler
"Bruxelles somme la Wallonie de dire "oui" au Ceta" "SOMME LA WALLONIE" Après les sommations: Ils tirent? LA DEMOCRATIE SELON BRUXEL...

le 21/10/2016 à 15:31
Signaler
J'espère que les Wallons tiendront mieux que les Grecs. Ce sera la plus grande défaite des eurocrates néolibéraux et arrogants

le 21/10/2016 à 18:56
Signaler
En effet, A. Tsipras avait toutes les cartes en main et il s'est couché au premier round ! Krimas ! Pourvu que la Wallonie tienne bon.

à écrit le 21/10/2016 à 10:55
Signaler
La Belgique étant adhérente à l'UE comme un seul et unique pays, les traités européens relèvent clairement de l'échelon fédéral. Si ce n'est pas le cas, autant dissoudre le pays et autoriser la sécession flamande. Pas sûr que ça chagrine beaucoup Bar...

à écrit le 21/10/2016 à 10:17
Signaler
Bruxelles a toujours des moyens de rétorsion pour forcer ses membres, elle ne connait plus le mot "démocratie" sauf dans sa propagande ou quand elle veut mettre le chaos!

à écrit le 21/10/2016 à 10:11
Signaler
Bonjour, Que vaut la parole de Mr Tusk qui nous annoncait en cas de Brexit: "Ce serait économiquement mais aussi du point de vue géopolitique un revers pour la Grande-Bretagne. Pourquoi est-ce si dangereux? (...) En tant qu'historien, je crains ...

à écrit le 21/10/2016 à 9:57
Signaler
Je soutiens le gouvernement wallon car au moins il défit à juste titre une accord négocié en secret par des commissaires non élus et pour la plupart mis en place pour leur gouvernement respectif car en délicatesse dans leur pays d'origine voir notre...

à écrit le 21/10/2016 à 9:34
Signaler
Nos "élites"corrompues sont prêtes à accepter n'importe quoi! Ils sont protégés, eux et leurs progenitures. En revanche, le vulgus pecum doit subir toutes les conséquences ..le problème est que cela finit par se voir....et que le rejet de cette caste...

à écrit le 21/10/2016 à 9:32
Signaler
""Je crains que le Ceta ne puisse être notre dernier accord de libre échange"," Traduction:"Nous autres représentants directs de l'oligarchie européenne avons pris l'initiative d'engager 750 millions de personnes dans des traités de libres échang...

à écrit le 21/10/2016 à 9:24
Signaler
Vive la Wallonnie. Ce sont bien eux qui ont raison. Toutes les multinationales US via leurs filiales canadiennes vont se servir de cet accord pour nous imposer leurs normes et accessoirement nous faire avaler leurs bœufs aux hormones leur poulet de ...

le 22/10/2016 à 5:55
Signaler
Dans le boeuf et le poulet français , sais-tu que y a déjà des antibiotiques et des médicaments ? Alors tu crois que le poulet ou boeuf américain est pire ? Tu as des données scientifiques sur cela ? Ou bien c'est juste du baratin sans aucune preuv...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.