Catalogne : comment les Indépendantistes veulent avancer vers leur objectif

 |   |  1605  mots
Les manifestations indépendantistes ont réuni entre 300.000 et un million de personnes dimanche.
Les manifestations indépendantistes ont réuni entre 300.000 et un million de personnes dimanche. (Crédits : Reuters)
Après les grandes manifestations de la Diada, le président catalan tente un mouvement tactique pour sortir du blocage et décider les indécis à basculer dans son camp.

Si l'on voulait prendre la mesure de l'état de la situation entre la Catalogne et l'Etat espagnol, il suffirait d'observer le fossé qui s'est creusé entre les titres des presses espagnoles et catalanes sur les manifestations indépendantistes qui se sont déroulées dans toute la Catalogne dimanche 11 septembre pour la Diada, la fête nationale catalane. A Madrid, on parle d'échec, voire, pour les journaux les plus conservateurs comme la Razón de « farce ». A Barcelone, au contraire, plusieurs titres, comme par exemple le quotidien en catalan Ara évoque un « succès ».

Querelles de chiffres

Les querelles de chiffres sont interminables et invérifiables. La délégation du gouvernement espagnol parle de 300.000 personnes, les organisateurs de plus d'un million. En réalité, la mobilisation - quel que soit le chiffre exact - est demeuré forte et sans doute plus forte que ce que l'on pensait la semaine passée. Cette Diada 2016 était naturellement moins mobilisatrice que celle de l'an passé qui précédait de seize jours des élections cruciales pour la cause de l'indépendance. Elle était de plus « décentralisée », avec cinq manifestations.

Mais les associations indépendantistes Omnium et ANC ont prouvé une nouvelle fois leur forte capacité de mobilisation. Une capacité dont ne disposent pas les anti-indépendantistes qui ne parviennent guère à faire descendre leurs partisans dans la rue, alors qu'ils prétendent représenter la majorité des Catalans. Ce qui, du reste, explique que les médias madrilènes aient rapidement terminé la querelle du nombre de manifestants pour revenir à leur traditionnelle critique de ce genre d'événement.

Les atouts des Indépendantistes après la Diada

Il est vrai que la capacité de mobilisation ne signifie politiquement rien. Comme le soulignait à la Tribune la semaine passée le député régional du parti de centre-droit unioniste Carlos Carrizosa, « l'utopie est naturellement plus mobilisatrice que la défense du statu quo ». La majorité pourrait être silencieuse. Mais il n'empêche, une telle mobilisation envoie clairement deux messages assez préoccupants pour Madrid et les partisans du statu quo institutionnel.

D'abord, parce qu'elle montre que l'indépendance est une cause permettant de faire descendre dans la rue plusieurs centaines de milliers de personnes, ce qui peut être un élément clé si l'Etat espagnol entend répondre au processus indépendantiste initié par le parlement catalan par des moyens musclés comme la suspension des dirigeants politiques indépendantistes ou même de l'autonomie catalane. Ensuite, parce qu'elle montre qu'il existe encore un soutien populaire fort à la majorité indépendantiste, alors que, selon Carlos Carrizosa, « la population catalane est fatiguée par le jeu irresponsable du gouvernement ». En fait, le président catalan Carles Puigdemont sort clairement renforcé des images de ce 11 septembre.

Et maintenant ?

Mais ce renforcement l'oblige en réalité à entrer désormais dans le vif du sujet. La semaine passée, Carles Puigdemont s'est réconcilié avec le parti indépendantiste anti-capitaliste, la CUP, assurant sa majorité lors de la question de confiance qu'il posera au parlement le 28 septembre. La CUP, partisane d'un mouvement unilatéral vers l'indépendance, n'a pas exigé un tel engagement du gouvernement de la Generalitat. Elle s'est contentée de la reconnaissance de l'ouverture possible de cette voie par la majorité le 27 juillet lors d'un vote positif sur le rapport d'une commission parlementaire.

Mais si l'exécutif catalan ne s'est pas engagé sur les moyens, il s'est engagé sur l'objectif : l'indépendance, si celle-ci est voulue par les Catalans. Jeudi 8 septembre, devant des journalistes français, Carles Puigdemont a répété qu'il conservait « un engagement solide » d'ouvrir la voie vers « un Etat indépendant » et que la « feuille de route » du gouvernement, qui prévoit d'aller vers la sécession sera « clarifiée » dans ce sens et non « modifiée ». C'est par cet engagement seul que le président peut espérer maintenir sa majorité en domptant une CUP peu fiable politiquement, mais elle aussi déterminée à atteindre l'indépendance.

Mouvement tactique

Reste à définir ce chemin. De ce point de vue, Carles Puigdemont a fait un mouvement tactique intéressant au lendemain de la Diada en annonçant qu'il proposerait à Madrid l'organisation d'un référendum d'autodétermination. Ce mouvement lui permet en réalité de justifier à l'avenir l'option de l'unilatéralité. Une telle option gagne de plus en plus de terrain depuis cet été dans les milieux indépendantistes, mais rencontre encore de nombreuses résistances qui, non sans raison s'inquiètent à la fois de la rupture légale avec Madrid et de l'organisation future de l'indépendance si la Catalogne avance seule.

Avec cette nouvelle ouverture au gouvernement espagnol, Carles Puigdemont entend leur prouver la vanité de l'option du référendum « pacté », autrefois option préférée de son camp. Il s'agit donc de prouver à son groupe parlementaire, Junts Pel Sí, qu'un référendum pacté n'est plus une alternative et de faire porter la responsabilité de la voie unilatérale sur Madrid. Il sera en effet impossible alors au camp unioniste de prétendre que les Indépendantistes refusent le dialogue et la volonté de la majorité puisque le gouvernement espagnol aura refusé de compter concrètement cette majorité, comme, du reste, le désire une très large majorité de Catalans, indépendantistes ou non.

Rallier les indécis

Dernier atout d'un tel mouvement : il permet de rallier potentiellement les « hésitants » de l'indépendance, les partis politiques qui sont divisés sur ce sujet et qui, pour dissimuler leurs divisions, se contentent d'appeler à un référendum légal. C'est le cas de la gauche autour de Podemos (9 % des voix le 27 septembre 2015 mais 24,5 % aux élections espagnoles du 26 juin) et les Démocrates-chrétiens d'Unió (2,51 % des voix le 27 septembre).

En prouvant que cette demande n'a plus d'objet, Carles Puigdemont pourrait les amener à accepter de participer à un référendum unilatéral sur l'indépendance qui serait alors soutenu par près de 60 % du corps électoral catalan. Dès lors, ce vote pourrait disposer des « garanties démocratiques » que le président catalan s'est engagé à respecter, malgré le boycott des partis unionistes.

La gauche indécise à l'heure des choix

Depuis des mois en effet, la gauche non-indépendantiste, notamment, réclame un accord avec Madrid. Pourra-t-elle encore tenir un tel appel après l'échec de la demande catalane à Madrid ? Peut-être. Dans un entretien à La Tribune, la députée régionale Marta Ribas a rejeté toute unilatéralité, comptant sur un changement politique à Madrid pour obtenir un référendum pacté. Mais cette attitude pourrait ne pas être celle de tout le monde dans cet espace politique, d'autant que la situation à Madrid ne semble pas se diriger vers l'acceptation d'un référendum.

La gauche espagnole semble en effet incapable de s'entendre précisément à cause de cette question et, en cas de troisièmes élections législatives en Espagne, c'est le Parti populaire de Mariano Rajoy qui pourrait encore sortir renforcé. Tout dépendra alors de l'attitude des proches de la maire de Barcelone, Ada Colau, elle-même alliée avec Podemos et la Gauche Unie et très influente en Catalogne. Si Ada Colau accepte le référendum unilatéral, Carles Puigdemont pourrait gagner son pari. La maire de Barcelone entretient pour le moment l'ambiguïté, mais elle était présente dimanche à la manifestation de la Diada. Le président catalan entend la décider à choisir. Et vite.

L'autre voie, les élections constituantes ?

Le référendum unilatéral n'est, du reste, pas la seule option possible pour Carles Puigdemont qui a prévenu qu'il ne l'organiserait que s'il est « faisable ». S'il estime cette voie trop ardue, le président catalan peut choisir la voie « d'élections constituantes » une fois les « lois de déconnexion » votées. Cette option est plus ardue, car comment faire pour organiser des élections « constituantes » d'un pays dont l'indépendance n'est pas encore proclamée ? Si les « unionistes » sont majoritaires, ils pourront certes casser le processus et dans ce cas Carles Puigdemont oblige la gauche indécise à prendre position. Mais les partis unionistes pourraient aussi ne pas jouer le jeu. Ciudadanos affirme déjà qu'il n'y participera pas. Aucun chemin vers l'indépendance n'est jonché de roses...

Refus de Madrid

En attendant, l'issue de la proposition de Carles Puigdemont ne fait pas l'ombre d'un doute. Le gouvernement en fonction espagnol de Mariano Rajoy a tout à gagner d'une démonstration de fermeté face aux Indépendantistes. Ce week-end, le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Maria García Margallo, a jugé que l'indépendance catalane serait « pire qu'une attaque terroriste » dans la mesure où elle ne serait pas « dépassable par l'Etat ». Et de prévenir que toute déclaration unilatérale ne sera « pas acceptée par le conseil de sécurité ». Le référendum « pactée » est une option inadmissible pour le PP et pour son allié Ciudadanos dans la mesure où elle « divise la nation ».

Elle est, du reste, impensable alors que le Pays Basque, qui renouvelle son parlement le 25 septembre, réfléchit à une majorité pour l'autodétermination entre les Conservateurs du PNV, la gauche indépendantiste et Podemos et regarde de très près ce qui se passe en Catalogne. L'enjeu catalan est donc plus large. Mais le blocage semble, in fine, profiter aux Indépendantistes et aux unionistes les plus déterminés. L'option médiane, celle du référendum pactée ou de la fédération, disparaît chaque jour un peu plus aux oubliettes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2017 à 22:49 :
Encore avec ce référendum, tout nos commentaires n'ont servis rien, juste à nous défoulés. Il est bien évidant que je plaisant, mais le moment venu cela peut ce terminer très mal. Les positions sont très figer et les politiciens des deux bords auront des responsabilités et des explications à données... Même si personnellement je suis contre le référendum, eux les politiques leurs fonctions en démocrates, doivent ce mettre autour d'une table, trouvés des solutions qui soient justes et pacifiques...
a écrit le 17/09/2016 à 18:32 :
L'indépendance de la Catalogne (Où c'est ?) est un événement insignifiant par rapport au Brexit. Arrêtons d'en parler. Que la Catalogne prenne son indépendance et qu'on n'en parle plus: c'est un problème interne Espano-Espagnol.
Si la Catalogne devient indépendante, ce nouveau pays devient-il membre automatique de l'UE et de la ZE ?
Cordialement
a écrit le 17/09/2016 à 11:11 :
Pauvre "123", pauvre Catalogne lordsqu'ils se reveilleront,
Dans la presse où celui-ci va chercher ses infos, si les exportations vers l'étranger ont effectivement augmenté, on ne dit pas qu'en 2015 La Catalogne est deficitaire de 17 Milliards avec l'étranger, et excédentaire de 18 avec l'Espagne
Ni que 40% des touristes en Catalogne viennent du reste de l'Espagne.
Source gencat.cat
Que diront alors ceux qui alimentent ce bazar comme, Godin lorsqu'ils verront que le roi est nu.
a écrit le 14/09/2016 à 13:29 :
50% de la production industrielle de la Catalogne est vendu en Espagne?
Réponse de le 16/09/2016 à 4:04 :
aviso, voici l'évolution des exportations catalanes:
-en 1995, 36,5% vers l'étranger pour 63,5% vers l'Espagne;
-en 2015, 36,7% vers l'Espagne pour 63,3% l'étranger.

C'est à dire qu'en 20 ans la structure des exportations catalanes (Espagne/étranger) a été complètement renversée. C'est assez extraordinaire et ce n'est pas sans rapport avec le cadre de mauvaise relation entre l'Espagne et la Catalogne. L'industrie catalane a fait un effort significatif d'internationalisation, mais le plus beau c'est le potentiel d'internationalisation qui nous reste, qui est énorme.

La Catalogne se rapproche de l'Allemagne en % de production destinée à l'exportation, sans considérer comme telle ce qui part en Espagne (qui représenterait alors un tiers du total des exportations). C'est dire que l'économie catalane est très bien placée pour s' en sortir en solo.

Je lisais aujourd'hui que le déficit du gouvernement catalan n'atteint que 0,2% et que la dette de la Catalogne reste d'environ 35% de son PIB (l'espagnole est de 101%).
a écrit le 14/09/2016 à 11:57 :
plus le temps passe et plus la possibilité de voir l'Espagne devenir un état fédéral et reconnaissant son caractère multinationales (une bonne option n'en déplaise a Timbaler Del Bruc et Monsieur Puidgemont qui ne veulent QUE l'indépendance de la Catalogne) se voit tomber dans les oubliettes, et l'attitude de Madrid arrange rien, bien au contraire, plus ils refusent le dialogue plus ils font monter l"indépendantisme en Catalogne en ont seulement ils conscience ? j'en doute de plus en plus et si le 25 Septembre les Indépendantistes Basques sont majoritaires ils pourraient faire pareil. Quelle solution pour sortir de cette impasse ? il faudrait qu'une majorité de gauche se forme à Madrid mais le PSOE et Podémos n'arrivent pas à se mettre d'accord justement à cause du référendum Catalan, bref la situation est pas prête de s'arranger.
a écrit le 14/09/2016 à 7:53 :
A trop soutenir en sous-main l'indépendance catalane, l'Union Européenne est en train de se tirer une balle dans le pied : elle ne pourra pas se vouloir intraitable avec le Royaume-Uni suite au Brexit et prétendre maintenir des avantages supérieurs à la Catalogne indépendante. L'implosion est au bout de ce chemin schizophrène.
a écrit le 13/09/2016 à 21:04 :
Vous semblez oublier l'influence qu'a la monarchie sur ces partis, la droite catalane est pro républicaine et Podemos est pour plus de démocratie.

Felipe VI a plus de pouvoir que la reine d’Angleterre. Sur moins de pays mais plus quand même. Il faut ajouter la période Franquiste et le rejet, par ce roi, du projet de gouvernement de Podemos.
a écrit le 13/09/2016 à 18:50 :
il me parait vain de s opposer au referendum, quoique je puisse penser de cette indépendance....C est une vieille revendication autant se compter et le cas échéant rester très bons amis plutôt qu'en gros gros froid...
a écrit le 13/09/2016 à 18:42 :
Comment se fait-il que certains insistent encore sur une voie pactée. C'est totalement inenvisageable actuellement. Peut-être aurons-nous une surprise lorsque Puigdemont lancera son invitation à discuter. On n'est pas à l'abri d'une bonne surprise. Quoique...
La phrase de Margallo m'inquiète: il est en train de préparer l'opinion. L'état pourra destituer Carme Forcadell puisque elle est plus dangereuse qu'un terroriste. On peut aussi penser que l'état se verra justifié s'il utilise la force.
L'article de Die Welt est intéressant, et l'Espagne pourrait réfléchir (est-ce possible ?) à l'évolution de l'opinion publique. La Hongrie n'est pas la seule concernée.
https://www.welt.de/politik/ausland/article158094135/Asselborn-fordert-Ausschluss-Ungarns-aus-der-EU.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :