Comment les maîtres de l'UE veulent réformer la zone euro

Le "rapport des cinq présidents de l'Union européenne", proposant des pistes pour une meilleure gestion de la monnaie commune, a été publié lundi.

4 mn

Le rapport est signé par les présidents de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, de la Banque centrale européenne Mario Draghi, du Parlement européen Martin Schultz, du Conseil européen Donald Tusk et de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem.
Le rapport est signé par les présidents de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, de la Banque centrale européenne Mario Draghi, du Parlement européen Martin Schultz, du Conseil européen Donald Tusk et de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem. (Crédits : © Thierry Roge / Reuters)

En pleine crise de la dette grecque, qui menace de plonger la zone euro dans de nouvelles turbulences, cinq hauts responsables européens préconisent dans un document rendu public lundi 22 juin un contrôle plus étroit de Bruxelles sur la gestion de la monnaie commune européenne. Signé par les présidents de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, de la Banque centrale européenne Mario Draghi, du Parlement européen Martin Schultz, du Conseil européen Donald Tusk et de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, le texte propose également des pistes pour soutenir les Etats les plus fragiles.

L'euro, une réussite

En dépit des crises de ces dernières années, des difficultés des Etats à assainir leurs finances dans un contexte de récession mondiale, le rapport souligne dès sa première phrase que l'euro est une monnaie stable et une réussite. Cependant, face au fort taux de chômage que connaît la région, et au-delà des mesures d'urgence, le texte réclame une réorganisation pour que l'euro soit non seulement une monnaie, mais un "projet politique et économique" avec une base durable, juste et démocratiquement légitime.

Le document recommande ainsi que les gouvernements améliorent les procédures existantes au cours des deux prochaines années, puis jettent les bases de nouvelles normes, via une modification des traités, qui pourraient être adoptées au cours de la prochaine décennie.

Plus de sévérité mais aussi de partage

Ce "rapport des cinq présidents" prône notamment une plus grande convergence des politiques économiques et budgétaires, impliquant inévitablement à terme un plus grand partage de souveraineté. Un objectif à long terme pourrait être la création d'un Trésor pour la zone euro, même si le rapport exclut des transferts d'argent permanents pour stabiliser certains pays ou équilibrer les revenus entre pays riches et pauvres.

Tout en appelant à une plus grande sévérité envers les pays, comme la France et l'Italie actuellement, qui ne respectent pas les critères de discipline budgétaire, le document souligne aussi que les Etats ayant, comme l'Allemagne, des excédents budgétaires persistants, devraient les adapter. Et il recommande, en des termes vagues, le partage de certaines ressources budgétaires pour aider les pays en difficulté.

Un système commun de garantie des dépôts contre les crises bancaires

A court terme, le rapport souhaite la mise en place rapide "d'autorités nationales de la compétitivité", comme aux Pays-Bas ou en Belgique, qui pousseraient les gouvernements à mener des politiques de soutien à la productivité. Il préconise de prêter une attention accrue à des questions sociales comme la promotion de l'emploi ou des systèmes de retraite viables.

Il recommande également de renforcer la coopération afin d'éviter les crises bancaires comme celles qui ont ponctionné l'argent des Etats ces dernières années. L'une des mesures préconisées pour les deux prochaines années est notamment la création d'un système commun de garantie des dépôts pour partager les risques entre Etats membres.

Le renforcement de la zone euro ne doit pas nuire au marché unique

Le rapport n'évoque qu'indirectement les rapports avec la Grande-Bretagne, la principale économie de l'Union européenne encore dotée de sa propre devise. Le Premier ministre britannique David Cameron veut en effet obtenir des garanties d'accès au marché unique européen pour les pays non membres de la zone euro, l'une des conditions qu'il a posées avant d'appeler les électeurs britanniques à rester dans l'UE lors du référendum qu'il compte organiser d'ici la fin 2017.

Londres se dit favorable à une plus grande intégration de la zone euro et souhaiterait que les termes d'une nouvelle relation fassent l'objet d'une modification des traités. Mais le calendrier défini dans le document renvoie tout changement normatif à l'après-2017. Le préambule du rapport souligne cependant que le renforcement de la zone euro ne doit nuire en aucun cas au marché unique.

Les dirigeants des Etats membres, qui ont commandé ce rapport en décembre 2014, auront l'occasion de débattre de ces recommandations lors du conseil européen des 25 et 26 juin.

(Avec Reuters)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 25/06/2015 à 1:50
Signaler
L'Europe ne marche pas, la solution: plus d'Europe ! Despotisme éclairé ! La logique, le processus, économique et politique, enclenché à Masstrick est celle d'un fédéralisme au rabais, faussement libéral, fondamentalement antidémocratique, résolumen...

à écrit le 23/06/2015 à 9:32
Signaler
Au delà de l'évidence, à savoir que les deux constructions sont un échec patent malgré le sacrifice de nombre de nos libertés et de notre mise sous tutelle d''une brochette de technocrates militants, on se demande bien au nom de quoi l'UE se permet d...

à écrit le 23/06/2015 à 2:00
Signaler
Je constate que le projet de l'UE depuis sa mise en œuvre est un échec cuisant . Les riches sont devenus plus riches, et la classe moyenne ne cesse de basculer dans la précarité et la pauvreté. Jamais les prix à la consommation n'ont augmenté depuis ...

le 23/06/2015 à 8:32
Signaler
L'enrichissement des plus riches et la montée du chômage n'est pas propre à l'Europe ou à l'euro. Même au sein de l'Europe, la situation est différente d'un pays à un autre, preuve que le problème vient de décisions nationales et non de l'Europe.

le 23/06/2015 à 9:49
Signaler
Tom : Pouvez vous nous indiquer le pays européen ou la classe disons moyenne s enrichit plus vite que la classe supérieure ?

à écrit le 22/06/2015 à 14:59
Signaler
Pour que l'Euro soit utile aux peuples Européens , il faudrait qu'il dévalue de moitié pour l'instant il reste utile qu'à la finance et les peuples vivent leurs vies par procuration .

à écrit le 22/06/2015 à 14:27
Signaler
Ces maîtres de l'euro sont les grands prêtres du " veau d'or" que doivent adorer les populations quelle que soit leur misère. Avec les gouvernants des Etats, ils jouent à se défausser des problèmes à tour de rôle. Leur technicité sophistiquée est so...

à écrit le 22/06/2015 à 13:38
Signaler
Je trouve toutes ces discussions sur "le comment, le pourquoi etc..." totalement déconnectées de la réalité. Regardons comment une zone monétaire fonctionne....eh ben, cette monnaie a besoin d'un état fort et un système fédéral de transferts : les U...

à écrit le 22/06/2015 à 11:25
Signaler
En définitive ils veulent pomper le fric des petits épargnants grâce à de petits états mafieux qui laisseront faire des bulles spéculatives .

à écrit le 22/06/2015 à 10:55
Signaler
L'euro est bon pour l'Allemagne mais mauvais pour les autres. La France ne se réformera pas car ça voudrait dire réduire sa dépense publique de plus de 10 % pour ainsi libérer le secteur productif. Ce rapport de bonnes intentions est du vent. JAMAIS ...

le 25/06/2015 à 2:23
Signaler
Mais mon pauvre monsieur, vous êtes sous le coup de la propagande incessante depuis la chute et la reconstruction du mur. Si l'état réduit ses dépenses de 10%, ce qui représente selon la façon dont vous comptez 40 milliards (moins que la fraude fisc...

à écrit le 22/06/2015 à 10:33
Signaler
Aucune propositions concernant l'evasion fiscale (Luxembourg, Belgique etc...) dont ils sont les 1er bénéficiaires, aucune proposition concernant la fiscalité européenne, aucune propositions sur des référendums intermédiaires pour des grandes décisio...

à écrit le 22/06/2015 à 9:53
Signaler
l'euro est ... une réussite. Cependant, face au fort taux de chômage ...le texte réclame une réorganisation ...création d'un Trésor pour la zone euro,[mais] exclut des transferts d'argent... soutien à la productivité[mais] attention accrue à de...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.