Grèce : Athènes présente de nouvelles propositions avant un sommet capital

 |   |  491  mots
Martin Selmayr, le chef de cabinet du président de la Commission, a évoqué sur son compte Twitter une livraison aux forceps.
Martin Selmayr, le chef de cabinet du président de la Commission, a évoqué sur son compte Twitter "une livraison aux forceps". (Crédits : REUTERS/Francois Lenoir)
Alexis Tsipras a joué sa dernière carte dans la nuit de dimanche à lundi. A 11h, il doit rencontrer ses créanciers, avant une réunion décisive des ministres des Finances de la zone euro.

Dernière chance. Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a présenté ses nouvelles propositions aux créanciers de la Grèce, quelques heures avant un sommet de la zone euro crucial pour éviter au pays un défaut de paiement aux conséquences imprévisibles. La nouvelle a été annoncée dans la nuit de dimanche 21 à lundi 22 juin par Martin Selmayr, le chef de cabinet du président de la Commission, sur son compte Twitter:

"Nouvelle proposition grecque reçue par M. Juncker, Mme Lagarde et la Banque centrale européenne. Bonne base pour faire des progrès au sommet de la zone euro".

En allemand, sa langue maternelle, il a évoqué un processus qui s'est fait "aux forceps", alors que les propositions grecques étaient attendues dans l'après-midi de lundi par les créanciers.

Aucun détail n'a toutefois été fourni sur le contenu de ces propositions faites par Athènes pour obtenir le déboursement rapide de 7,2 milliards d'euros, promis de longue date, et qui doit lui permettre d'éviter à la fin du mois un défaut de paiement.

Un rendez-vous test avant le sommet

Lundi, les ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe), puis les dirigeants des 19 pays qui ont l'euro comme monnaie commune se réuniront à Bruxelles pour éviter au pays ce scénario catastrophe.

Un rendez-vous test attend Alexis Tsipras avant le sommet prévu en début de soirée: il doit rencontrer à 11h00 heure française le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, le président de la BCE Mario Draghi et le chef de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem.

Accélération des retraits des épargnants

Sans avis positif sur les propositions grecques lors des deux sessions de négociations, les chances sont faibles pour que le sommet des dirigeants de la zone euro permette un dénouement devenu urgent. Et sans décision sur le déboursement d'une tranche de prêts de 7,2 milliards d'euros, Athènes, à court d'argent, risque de ne pouvoir honorer le 30 juin un remboursement de 1,5 milliard d'euros au FMI, un scénario aux conséquences imprévisibles. La possibilité d'une sortie de la Grèce de la zone euro, même si ce processus inédit n'a rien de mécanique en cas de défaut, est désormais évoquée ouvertement.

L'accélération des retraits des épargnants au cours des derniers jours renforce les craintes pour le système bancaire grec, même s'il est soutenu par le financement d'urgence de la Banque centrale européenne (BCE). Celle-ci se réunit de nouveau lundi matin à ce propos et pourrait, pour la troisième fois en moins d'une semaine, augmenter cette aide afin de faire face à de nouveaux retraits massifs attendus lundi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2015 à 8:24 :
? je n'ai pas vu la signature de votre ? specialiste ( Romaric ) ...
je ne sais pas si c'est moins cher " d'achetter " à Reuters , mais en tout état de cause , c'est plus réaliste comme infos .
a écrit le 22/06/2015 à 18:32 :
Deux certitudes ? La première :

- LES GRECS NE REMBOURSERONT PAS ? Rien ? Que dalle ?
SAUF ... si on leur donne deux euro pour en rembourser un
et garder le second comme prime !

- La seconde : TOUT FINIRA BIEN ? À l'américaine ? LE HAPPY END ...
COUTE QUE COUTE ? Et cette expression "COUTE QUE COUTE"
trouvera là SON PLEIN SENS !

Vous avez maintenant le choix entre COUTE et COUTE ?
Sympa quand même d'avoir un choix hein ?
a écrit le 22/06/2015 à 15:40 :
L'Eurogroupe prépare déjà sa version et ce sera "l'officielle" mais je suis sûr qu'un accord sur la Grèce sera trouvé sur la base des propositions grecques d'ici vendredi. Comme je m'attendais, l'UE ne veut pas démontrer sa capitulation, mais Bruxelles-Berlin se sont pliés pour que la Grèce ne quitte pas l'euro ni fasse partie du bloc BRICS. Ils n'iront jamais l'admettre, c'est sûr, mais les Grecs ont très bien joué, admettons-le.
Réponse de le 23/06/2015 à 8:27 :
la Grece dans le bloc des BRICS , ne revez pas ...
par contre , la Grece porte d'entrée pour l'Europe ...c'a se precise .
a écrit le 22/06/2015 à 15:36 :
Voici un sujet pour le baccalauréat de l'an prochain "En prenant l'exemple de la Grèce (mais la tactique remonte à la chute d'Allende) montrer que le mot démocratie s'est vidé de son sens et que les peuple sont désormais asservis à la finance qui impose au monde sa volonté, avec l'accord total de la droite et des sociaux démocrates"
a écrit le 22/06/2015 à 13:07 :
Quel mangeur de chapeau sera jeté à la vindicte populaire, c'est la question.

On attend des gymnastes plus de souplesse encore pendant les grecs retirent leur argent (le nôtre en fait).
a écrit le 22/06/2015 à 12:28 :
Il n'y a pas de solutions, la Grèce ne pourra jamais rembourser et la France va s’asseoir sur
140 milliards d'euros( et dire que l'on ne peut pas financer nos retraites).
Même si cette semaine, on bricole un arrangement, dans quelques mois , il faudra tout recommencer.Un vrai tonneau des danaïdes et un parfait exemple de l'incompétence des eurocrates Bruxellois.
a écrit le 22/06/2015 à 12:02 :
Tirez-vous les Grecs ! c'est la meilleur occasion et prétexte qui vous sont offert car après la fenêtre sera refermée .
a écrit le 22/06/2015 à 11:51 :
Bah, on a bien sauvé le système bancaire mondial à coups de milliers de milliards de dollars, d'euros, de pétragolmons, enfin ce que vous voulez comme monnaie, et l'Europe serait incapable de sauver un pays ? Pour quelles raisons et à quelles fins ? celles des financiers ? Déjà, imposer une bonne chasse aux sorcières contre la corruption et les conflits d'intérêts, ce serait bien. Si vous appauvrissez la population, comment faites vous pour levez des impôts s'il n'y a pas d'argent circulant ? A part la guerre comme issue, ou d'un point de vue géopolitique, quitter le giron de l'UE et se rapprocher du moyen Orient, de la Russie et la Chine, point de salut avec des décisions qui n'ont aucun avenir. La Grèce est dépecée au profit de financiers qui ont été sauvés par des fonds publics...
Réponse de le 22/06/2015 à 12:51 :
vos réponses sont dans vos questions : pour imposer une chasse aux sorcières à la corruption et aux conflits d'intérêts,il faut supprimer les fonctionnaires et les politiques : dur dur !! et la population peut vivre sans fonctionnaires ce qui lui coute beaucoup moins cher d'autant qu'elle n'a plus à payer d'impôts : la belle vie quoi !!!!
a écrit le 22/06/2015 à 11:41 :
Ils n'ont pas envoyer les bons documents, arrétez de nous prendre le choux l'Euro c'est mort!!!!
a écrit le 22/06/2015 à 10:15 :
Soi-disant que la population grecque ne veut pas quitter l'euro mais il font tout pour montrer le peu de confiance qu'il a vis a vis de cette monnaie!
a écrit le 22/06/2015 à 10:03 :
Aller... je me risque à un pronostic...
Un accord est trouvé parce que toutes les parties le veulent. Les Grecs font semblant de faire des promesses que l'on va faire semblant de croire.
La Grèce a son prêt, elle rembourse le FMI... et on se retrouve après la saison touristique parce que rien n'aura été réglé et que la situation aura encore empiré avec de nouvelles réunions de la dernière chance.
a écrit le 22/06/2015 à 9:58 :
Espérons que l'Europe ne tombe pas, pour la n-ième fois en 200 ans, dans un philhellenisme béat et renvoie la Grèce à ce qu'elle est vraiment : un pays du tiers monde, avec un glorieux passé certes, mais qui était déjà légendaire en 0.

Ca fait 40 ans que l'Europe déverse des montagnes de pognon sur ce peuple qui s'empresse de le cramer plutôt que de construire quoi que ce soit de durable.

Comme depuis 6 mois ils ont associé l'insulte à l'inutilité, qu'on arrête les frais.

La gauche yakafokon teintée de nationalisme brun assez puant, représentée par les godin, sapir et autres "commentateurs" de l'actualité, n'aura kafokon pour de vrai, pour une fois.

Après tout, ils n'ont de cesse de nous assommer avec leurs poncifs du type l'Europe méchante, l'Euro pas bien, la dette pas grave, la Russie gentille.

Chiche.
Réponse de le 22/06/2015 à 12:59 :
Ce n'est pas possible, vous ne devez pas être français ? Si ? Alors je vous tire mon chapeau, enfin un français lucide sur l'escroquerie "historico-intellectuelle" de la Grèce "berceau de la civilisaiton européenne". En effet, ce que l'on appelle la Gréce n'a jamais été une nation au sens d'E. Renan. En réalité, ce n'est qu'un pays par défaut qui a toujours constitué (sauf durant l'antiquité) une province gérée par un centre se situant du côté d'Istanbul (Constantinople). C'est sur le territoire de cette province qu'ont été réunis la plupart des populations chrétiennes de l'ex-empire ottoman après son effondrement, dont la grande majorité à l'époque ne parlait pas le grec... Il a fallu toute l'énergie de l'Eglise orthodoxe grecque pour "gréciser" ces nouveaux venus (principalement des anatoliens, albanais orthodoxes et autres slavo-balkaniques).
a écrit le 22/06/2015 à 9:21 :
Pourquoi on parles du tonneau des danaïdes ? L histoire se répète !!! 👹
a écrit le 22/06/2015 à 9:16 :
Les grecs n'ont rien a attendre de la Troîka et de Bruxelles. Les premiers résultats des audits sur les dettes et le mémorandum de 2010 ont révélé ce dont on se doutait, à savoir la malhonneté de l'Europe dans les tractations avec la Gréce, dans les programmes de réformes imposés et cela bien avant l'arrivée du nouveau pouvoir ! Il va falloir rendre des comptes maintenant !
Réponse de le 22/06/2015 à 10:59 :
pourquoi faire compliquer et impliquer une 'troika' malfaisante (et virtuelle), les choses sont pourtant simples :
- Ne pouvant plus emprunter sur les marchés le gouvernement Grec a appelé l'Europe à l'aide
- A la demande d'Athènes, l'Europe a prêté de l'argent en échange d'exigences validées par Athènes à ce moment là. L'organisme ne charge du contrôle des engagements a été nommé la "troika"
- Le gouvernement ayant changé en Grèce, le nouveau gouvernement a décidé de ne plus respecter les engagements pris par les précédents au moment où la Grèce quémandait son aide. Démocratiquement élu pour ne pas respecter ces engagements, le gouvernement Grec fait valoir cette décision "démocratique" (au sens Grec du terme) : on emprunte aux amis quand on a besoin d'argent parce que personne d'autre ne veut nous prêter, mais ces amis deviennent des ennemis mal elevés lorsqu'ils nous rappellent nos engagements
Réponse de le 22/06/2015 à 12:51 :
Allez parler aux Grecs qui ne peuvent plus se soigner , ni manger du côté virtuel de la Troika !

Quand à votre "texte" sur les prêts accordés par des amis ou autres, je vous recommande la consultation d'un site d'information indépendant qui s'appelle okeanews.fr. Vous aurez ainsi la vérité sur la destination des sommes colossales qu'a reçu "la Gréce"toutes ses années passées. Quand à la malhonnêteté des instances dirigentes de l'Europe y compris le non respects de ses propres réglements, je crois que l'on est au début des révélations. Révélations qui n'en sont pas vraiment, pour certaines d'entre-elles, certains anciens dirigeants Grecs s'étant mis à table !
Réponse de le 23/06/2015 à 7:22 :
des sociétés privées mais dont personne ne dit qui étaient les actionnaires : certainement des hauts fonctionnaires grecs si des hauts fonctionnaires de l'UE était en cause.
Les quantités d'argent de l'UE sont tellement impressionnantes que cela fait tourner des têtes.
Je rappelle que cette année, l'UE va donner des milliards d'€ à la France pour soutenir ses PME : il est alors tentant de créer des monstres qui feront faillite. L'entraînement à prendre toujours plus de crédits nous mènera à notre perte !!!
a écrit le 22/06/2015 à 8:35 :
La BCE ne doit pas prêter aux banques grecques aujourd'hui

Soit il trouve un accord aujourd'hui ou alors c'est la fin et la grece est éjecté

Depuis 6 mois les grecs font les malins les délais sont finis !!?
a écrit le 22/06/2015 à 8:32 :
si au moins Tsipras en tirait la conclusion qu'il faut supprimer tous les fonctionnaires pour redonner de l'air à la Grèce, cela irait mieux !!! mais aucun risque !!!!
Réponse de le 22/06/2015 à 9:18 :
C'est un gag votre réflexion je suppose ?
Réponse de le 22/06/2015 à 9:57 :
C'est vrai comme ça : plus d'hôpitaux, plus d'écoles, plus de mairie, plus de gouvernement, plus de retraites, plus d'aides sociales.
Zéro fonctionnaire et tout irait mieux hein ! Gros nigaud :-)
Réponse de le 22/06/2015 à 10:52 :
quand l'Europe aura fait disparaitre tous ses fonctionnaires elle ira beaucoup mieux. Les fonctionnaires sont les destructeurs de nos sociétés il suffit de voir en France
Réponse de le 22/06/2015 à 12:08 :
le fonctionnariat n'est qu'une cache pour les nuls : les bons trouveront toujours du travail !!!
Réponse de le 22/06/2015 à 12:24 :
Et moi je dis que rien n'est de la faute des fonctionnaires mais tout est de la faute des bossus. Supprimons les bossus et tout ira mieux
Réponse de le 22/06/2015 à 15:59 :
Ah bon ? Pour ma part, j’ai plutôt l’impression que les destructeurs de société sont les ultra libéraux tels que vous. La loi de la jungle, c’est bon pour les animaux. Mais pour nous ?
Sinon, allez au bout de votre logique : vos idées même sont destructrice de la société puisqu’il n’y a pas de société dans celles-ci. Seulement la guerre de tous contre tous.
Réponse de le 22/06/2015 à 17:04 :
vous avez bien vécu, très bien même, mais le système est au bord de l'explosion. Rien que dans le département, il y a plus de fonctionnaires que d'agriculteurs (exclusivement pour les services agricoles) : ce n'est pas imaginable que les mêmes paient pour les autres indéfiniment !!!!!
Réponse de le 22/06/2015 à 18:39 :
j'ai connu des bossus très performant produisant des produits à très hautes valeurs ajoutées. Je n'ai jamais vu un fonctionnaire produire quoique ce soit, il détruit plutôt ce que les autres essaient tant bien que mal de produire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :