Danemark, Norvège et Islande suspendent le vaccin AstraZeneca

 |  | 528 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Dado Ruvic)
Les trois pays ont pris cette décision en invoquant un principe de précaution « après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont été vaccinées » avec ce produit, avait indiqué l'Agence nationale de la Santé danoise. Mais l'Agence européenne des médicaments n'établit aucun lien entre le vaccin du laboratoire anglo-suédois et les cas de thrombose.

Les autorités sanitaires norvégiennes ont annoncé à leur tour jeudi la suspension "par précaution" des vaccins anti-Covid d'AstraZeneca, emboîtant le pas au Danemark qui a pris une décision similaire en raison de craintes liées à la formation de caillots sanguins. "Nous faisons une pause en Norvège dans la vaccination avec AstraZeneca", a déclaré un haut responsable de l'Institut national de santé publique, Geir Bukholm, lors d'une conférence de presse.

Le Danemark, rapidement suivi par l'Islande, avait annoncé une décision similaire un peu plus tôt, invoquant également le principe de précaution.

Le pays a suspendu par précaution et jusqu'à nouvel ordre l'utilisation du vaccin "après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins chez des personnes qui ont été vaccinées" avec ce produit, a indiqué l'Agence nationale de la Santé danoise.

L'organisme a cependant souligné qu'"à l'heure actuelle, on ne peut pas conclure à l'existence d'un lien entre le vaccin et les caillots sanguins" et a prévu de réévaluer cette suspension dans deux semaines.

"Nous attendons des informations pour voir s'il y a un lien entre la vaccination et ce cas de caillots sanguins", a précisé Geir Bukholm.

"C'est le principe de précaution", a assuré M. Bukholm, en soulignant qu'aucun lien n'avait à ce stade été établi entre le vaccin du laboratoire anglo-suédois et les cas de thrombose, dont un mortel, rapportés au Danemark.

L'EMA n'établit pas de lien sur le décès en Autriche

L'Autriche avait annoncé lundi avoir cessé d'administrer un lot de vaccins produits par le laboratoire britannique, après le décès d'une infirmière de 49 ans qui a succombé à de "graves troubles de la coagulation" quelques jours après l'avoir reçu.

Quatre autres pays européens, l'Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg, avaient suspendu dans la foulée les vaccinations avec des doses provenant de ce lot, livré dans 17 pays et qui comprenait un million de vaccins.

Mercredi une enquête préliminaire de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a souligné qu'il n'existait aucun lien entre le vaccin et le décès survenu en Autriche.

Selon l'EMA, seulement 22 cas de thromboses avaient été signalés à la date de mardi pour plus de trois millions de personnes vaccinées dans sa zone (Union européenne, Norvège et Islande).

"Les informations disponibles à ce jour indiquent que le nombre de thromboembolies chez les personnes vaccinées n'est pas supérieur à celui observé sur l'ensemble de la population", a affirmé l'EMA dans un communiqué transmis.

AstraZeneca défend son bilan

De son côté, AstraZeneca, qui a développé le vaccin avec l'université d'Oxford (Royaume-Uni), a défendu la sécurité de son produit. "La sécurité du vaccin a été largement étudiée dans les essais cliniques de phase III et les données (...) confirment que le vaccin a été généralement bien toléré", a indiqué à l'AFP un porte-parole du groupe.

Le gouvernement britannique a aussi jugé le vaccin "sûr" et "efficace".

Lire aussi : L'Italie bloque l'exportation de vaccins AstraZeneca vers l'Australie, produits en UE

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2021 à 10:47 :
Il faut faire comme Israël : prendre du Pfizer pour tous le monde .
Un monde unique et un vaccin unique pour tous et toutes .
La démocratie : « c’est ça »
Tous à la même enseigne face au «  droit à la vie « 
Il faut cinq ans pour avoir «  un recul sur les vaccins » et tant que nous aurons une science et des scientifiques corrompus ( médecins inclus ) personne ne prendra les responsabilités face aux incompétences médicales.
a écrit le 11/03/2021 à 15:53 :
"Agence européenne des médicaments "

J'aimerais bien savoir qui gère la boutique tiens, et d'ailleurs vous autres journalistes devraient systématiquement vérifier que ces institutions européennes ne soient pas peuplées de conflits d'intérêts, sachant que c'est l'inverse qui serait étonnant.

Vite un frexit, quittte à terminer pauvres autant devenir honnêtes et libres et efficaces et forts et intelligents et-c... Personne ne s'est penché sur le renouvellement politique complet du RU et des discours des politiciens là bas qui remettent enfin les citoyens anglais au centre des débats, chose que Blair, l'UE et la City avaient éradiqué.
Réponse de le 11/03/2021 à 17:30 :
"J'aimerais bien savoir qui gère la boutique tiens"

Il s'agit de Emer Cooke, la toute nouvelle directrice générale de l'Agence européenne des médicaments (EMA en anglais), en charge de l'approbation des vaccins contre le Covid.« Il est très important que les réactions des citoyens soient basées sur des informations, pas sur des mythes ou des rumeurs », confie la directrice générale de l'Agence, créée en 1995, aujourd'hui forte de quelque 900 personnes.Selon l'eurodéputée française Véronique Trillet-Lenoir (Renew Europe, centristes), « une manière de lutter contre les anti-vaccins serait de faire la transparence sur les contrats d'achat par la Commission européenne des vaccins de six groupes pharmaceutiques. Une fois les négociations terminées, il faudrait rendre publics la structuration des prix, les sites de production, les clauses de responsabilité juridique et les conditions de la propriété industrielle. » Où l'on réalise au passage que c'est l'exécutif communautaire, et plus précisément sa directrice générale santé, l'Italienne Sandra Gallina, qui a passé commande pour les 27.« Le budget européen alloué à la santé va passer de 450 millions d'euros dans la période 2014-2020 à 5 milliards d'euros dans la période 2021-2027.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :