Drogue : l'Europe veut embaucher des hackers pour lutter contre les trafics

 |   |  595  mots
Les transactions réalisées en ligne seraient bien faibles au regard de l'ensemble du marché de la drogue.
Les transactions réalisées en ligne seraient bien faibles au regard de l'ensemble du marché de la drogue. (Crédits : Fabrizio Bensch /Reuters)
L'observatoire européen des drogues veut embaucher des hackers pour pénétrer les réseaux de drogues sur le net. Cette stratégie offensive contre les substances illicites doit permettre de renforcer les connaissances sur ce marché en ligne parfois utilisé par les trafiquants.

La lutte contre le commerce illicite s'accélère sur le net. L'observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) a dévoilé sa nouvelle stratégie pour 2025 afin de lutter contre les trafics de drogue opérés sur le numérique. Le quotidien belge Le Soir a dévoilé les grands principes de cette offensive.

L'expertise des hackers au centre de l'offensive

Pour renforcer cette lutte contre le trafic en ligne, l'agence européenne des drogues prévoit entre autres de s'appuyer sur des hackers et des repentis du commerce illicite. Le directeur belge de l'organisme Alexis Goosdeel a ainsi déclaré qu' "il faut évidemment s'appuyer sur d'anciens braconniers assagis ou repentis".

Les agences publiques et administrations procèdent régulièrement à des campagnes de recrutement qui ciblent ce type de profil. En janvier 2016, l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) en France avait posté un clip de recrutement sur les réseaux sociaux qui avaient suscité de nombreuses réactions et moqueries.

Enfin, la nouvelle stratégie de l'agence veut intensifier sa lutte contre les nouvelles drogues de synthèse en apportant "une réponse plus rapide et plus efficace". D'après le journal belge, les nouvelles molécules qui ne figurent pas sur "la liste d'interdiction se trouve de facto autorisée."  L'observatoire souhaite donc être plus rapide face à l'existence de nouvelles substances et "développer les outils d'information et d'analyse nécessaires pour identifier les nouveaux développements" explique Alexis Goosdeel.

Selon le rapport 2016 de l'observatoire européen, si l'offre de drogues en ligne semble en augmentation, les auteurs du document parlent "de chiffres très faibles" concernant ce marché illégal. Ils soulignent néanmoins "un potentiel d'expansion considérable" dans ce domaine.

"À l'heure actuelle, ces marchés (ndlr : en ligne) représenteraient une petite part du commerce des drogues illicites et bon nombre des transactions se dérouleraient au niveau des consommateurs. Cependant, le commerce des drogues en ligne peut encore s'étendre."

Les produits les plus fréquemment rencontrés sur les marchés en ligne seraient le cannabis sous toutes ses formes et la MDMA (ecstasy) aux côtés de divers médicaments.

Des estimations complexes à mesurer

Les estimations existantes sur le marché de la drogue en ligne sont disparates et doivent être prises avec des pincettes. Selon une étude du think-tank Rand réalisée pour le ministère de la Santé des Pays-Bas, ces marchés pourraient générer entre 10,5 millions et 18 millions d'euros par mois. Ce qui se révèle très faible au regard de l'ensemble des transactions en Europe qui sont estimées à 2 milliards d'euros par mois. Rien qu'en France, le marché de la drogue était évalué à 2,3 milliards d'euros en 2015 par l'institut national des hautes études de la sécurité et de la justice.

>> Lire aussi : La drogue, un marché à 2,3 milliards d'euros en France

Par ailleurs, l'arrivée de nouvelles molécules et drogues de synthèse complique l'analyse des chercheurs comme le rappelle le rapport public "L'argent de la drogue en France" publié en octobre dernier :

"Cette évolution croissante de l'innovation moléculaire via Internet rend l'analyse du marché des drogues de synthèse particulièrement complexe. Cette difficulté s'accroît d'autant plus que de nouvelles molécules, ou classes de molécules, sont accessibles via Internet et que l'offre est donc mondiale."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2017 à 15:34 :
Et vu l'incroyable incompétence dont font preuve régulièrement nos décideurs européens de part leur compromission sans fin, on peut être sûr que plein de hackers vont se présenter afin de renseigner les trafiquants de l'avancement de l'UE contre le trafic international de drogues.

Franchement je vous déconseille d'investir là dedans, l'Europe ayant toujours tendance à échouer lamentablement tout ce qu'elle entreprend, si ce n'est l'enrichissement permanent des plus riches, faites des économies, laissez tomber.

Nous sommes en pleine révolution libérale selon nos décideurs économiques et politiques, pourquoi dans ce cas ne pas légaliser les drogues ? Parce que ça porterait tord aux copains mafieux...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :